1. politics-dz

    politics-dz مدير الموقع
    طاقم الإدارة politico نجم المنتدى

    إنضم إلينا في:
    ‏22 فبراير 2015
    المشاركات:
    4,373
    الإعجابات المتلقاة:
    7,007


    [​IMG]

    Ces annonces étaient attendues, tant elles permettent à la Chine de s'affirmer comme un leader responsable dans un monde troublé et à Barack Obama, le président américain, de «verdir» son bilan. A la veille du sommet du G20 qu'elle accueille pendant deux jours à Hangzhou, la deuxième puissance de la planète, qui en est aussi le principal pollueur, a ainsi ratifié ce samedi l'accord mondial sur le climat conclu en décembre à Paris, en conclusion de la COP21. Les Etats-Unis, ont pris la même initiative, dans un geste concerté: Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping ont remis ensemble à Ban Ki-Moon, le secrétaire général de l'ONU, les documents de ratification, ce qui devrait en accélérer la mise en application.

    L'instance législative de l'empire du Milieu a voté la proposition pour «ratifier» ce traité visant à cantonner le réchauffement climatique sous le seuil de 2 voire 1,5°C, a indiqué l'agence Chine nouvelle. Cet accord pourra être vu par les générations futures comme «le moment où nous avons enfin décidé de sauver notre planète» et «définira les contours de ce siècle», a déclaré Barack Obama.

    Il s'agit d'un pas décisif, puisque la Chine et les Etats-Unis totalisent 42% des émissions de CO2. De quoi créer un effet d'entraînement au sein de la communauté internationale. Neuf mois après la COP21, celle-ci n'a jusqu'ici pas brillé par son zèle. Au point que Laurent Fabius, qui avait présidé cet événement, s'en est ému dans Le Monde il y a quelques jours. Ce samedi, François Hollande a salué cette double ratification.

    Encore du chemin à faire


    Car si l'accord de Paris a été signé par 180 pays, chacun d'entre eux doit ensuite faire ratifier le texte à sa façon, par un vote au Parlement ou par décret. Le traité ne prendra effet que si au moins 55 pays mènent à bien ce processus. Or jusqu'à présent, seule une vingtaine de pays - principalement des petits Etats - y étaient parvenus, représentant à peine plus de 1% des émissions de CO2. Mais aucun des 5 premiers pollueurs: la Chine, les Etats-Unis, l'Union européenne, l'Inde et la Russie… Avec les annonces du jour, l'entrée en vigueur de l'accord d'ici la fin de l'année est «crédible», selon la Maison-Blanche.

    Cette décision permet aussi à la Chine de placer les discussions du G20 sur le changement climatique au centre des débats, qu'elle veut aussi élargir à l'économie. Elle espère ainsi reléguer au second plan les tensions territoriales avec de nombreux voisins en mer de Chine méridionale.

    Reste que la puissance communiste a encore du chemin à faire avant de devenir un modèle écologique. Le pays, qui tire 70% de son électricité du charbon, est en effet responsable de 24% des émissions mondiales de CO2, devant les Etats-Unis (près de 18%). La Chine est certes le pays qui investit le plus dans l'énergie solaire, mais elle a aussi validé la mise en chantier de 150 centrales à charbon. La consommation chinoise de charbon a doublé entre 2004 et 2014, entraînant une lourde pollution. Les dirigeants chinois ont d'ailleurs exigé la fermeture d'usines à 300 km autour de Hangzhou pour s'assurer d'un ciel limpide pour le sommet.

    Les organisations non gouvernementales attendent notamment de la Chine et des Etats-Unis qu'elles cessent leurs subventions aux énergies fossiles. Les grandes puissances devront même multiplier par 6 leurs objectifs de réduction de CO2 d'ici à 2030 pour rester sous les 2° de réchauffement, selon l'ONG Climate Transparency.

    Quant à la France, elle a signé à la mi-juin un décret de ratification de l'accord sur le climat, mais le reste de l'Europe traîne pour l'instant. L'exemple des géants américains et chinois devraient les mettre sous pression.
جاري تحميل الصفحة...