Fascisme et national-socialisme

La philosophie politique du communisme représentait dans l’ensemble un point de vue cohérent et soigneusement développé. Même dans le changement, il était méticuleusement soucieux de préserver sa continuité avec le marxisme , qui à son tour avait été élaboré par deux générations d’érudits.

Lénine et Trotsky étaient des hommes aux convictions bien établies et avaient une longue expérience de la direction du parti avant la Première Guerre mondiale. Par comparaison, le fascisme en Italie et le national-socialisme en Allemagne étaient des champignons. Les partis étaient inexistants jusqu’à ce qu’ils surgissent de la démoralisation qui a suivi la guerre. Leurs chefs étaient des hommes sans intérêt ni aptitude à la construction philosophique.

Bien que les croyances, les idées et les préjugés qui sont entrés dans la fabrication de leurs idéologies existaient depuis longtemps, ils n’avaient jamais fait partie d’un corps de pensée cohérent. Et quand ils ont été réunis pour faire une philosophie, leur combinaison était largement opportuniste. Ils ont été choisis en fonction de leur attrait émotionnel plutôt que de leur vérité ou de leur compatibilité, et souvent avec une indifférence cynique à l’honnêteté intellectuelle.

En Italie comme en Allemagne, l’opportunisme était inhérent au processus par lequel les partis étendaient leur pouvoir. Des groupes discordants ayant des intérêts incompatibles devaient être maintenus ensemble en faisant appel non pas à des objectifs ou à des principes communs, mais à des haines et des peurs communes. Paysans et grands propriétaires terriens, petits boutiquiers et grands industriels, cols blancs et syndicalistes ont été rapprochés de manière précaire par le dispositif de l’homme politique de tout promettre à tout le monde, là où un programme simple et défini de toute sorte aurait sûrement repoussé un groupe que le parti souhaitait attirer.

Dans les deux pays, les dirigeants ont adopté cette stratégie consciemment et délibérément. Mussolini dans ses premiers discours a adopté la pose de l’homme pratique, de l’empiriste ou de l’institution sans théories, l’homme dont la devise est Action pas parler. Il n’y a pas besoin de dogme, la discipline suffit. Ainsi, dans un article écrit en 1924, il dit

Nous, fascistes, avons eu le courage de rejeter toutes les théories politiques traditionnelles, et nous sommes aristocrates et démocrates, révolutionnaires et réactionnaires, prolétaires et anti-prolétaires, pacifistes et anti-pacifistes. Il suffit d’avoir un seul point fixe la nation. Le reste est évident.

De même en Allemagne, les vingt-cinq articles que le parti national-socialiste adopta en 1926 et déclaraient être ses principes immuables n’avaient en fait rien à voir avec sa politique. Lors de la campagne électorale de 1933, Hitler refusa d’énoncer un programme.

Car tous les programmes sont vains ; la chose décisive est la volonté humaine, la vision saine, le courage viril, la sincérité de la foi, la volonté intérieure, ce sont les choses décisives.

Un chef du parti à Dresde, écrivant à un industriel en 1930, était plus franc.

Ne vous laissez pas confondre continuellement par le texte de nos affiches. Il y a des mots clés comme A bas le capitalisme. Mais ceux-ci sont nécessaires. Nous devons parler le langage de l’ouvrier socialiste aigri. Nous ne sortons pas de programme direct pour des raisons de diplomatie.

D’ailleurs, lorsque Mussolini décida en 1929 que le fascisme devait se doter d’un corps de doctrine, cela se fit presque par décret ; les travaux doivent être terminés dans deux mois, d’ici le Congrès national.

Dans ces circonstances, de nombreuses personnes sont parvenues à la conclusion que le fascisme et le national-socialisme n’avaient tout simplement pas de philosophie. Leurs méthodes semblaient être un mélange de psychologie de la foule et de terrorisme, et leurs dirigeants semblaient n’avoir d’autre but que d’obtenir et de conserver le pouvoir. Dans une certaine mesure, bien sûr, c’était vrai, mais ce n’était pas toute la vérité.

Le fascisme et le national-socialisme étaient de véritables mouvements populaires qui ont suscité la loyauté fanatique de milliers d’Allemands et d’Italiens. Même dans le cas des dirigeants supérieurs, qui étaient manifestement cyniques, il serait difficile de dire s’ils étaient les maîtres ou les esclaves de l’idéologie qu’ils avaient contribué à créer.

Un argument plausible pourrait être avancé pour prouver que l’antisémitisme, auquel ils croyaient aussi sincèrement qu’ils croyaient n’importe quoi, était en fait leur handicap le plus désastreux. Et bien que la philosophie fasciste fût à bien des égards synthétique et ad hoc, elle était constituée en grande partie d’éléments qui étaient courants depuis longtemps et qui avaient la force émotionnelle non seulement de la familiarité, mais aussi du préjugé passionné et parfois de l’aspiration passionnée.

Cette philosophie, il est vrai, n’était pas un plan rationnel pour atteindre des fins limitées et clairement définies. Mais alors il n’a fait aucune telle réclamation pour lui-même. Il prétendait être créatif, dépendre d’une vision saine et de la volonté intérieure. Et lorsqu’elle supposait tacitement ou expressément que la créativité et la vision sont antithétiques à l’intelligence et à la raison, elle ne faisait que faire écho à une idée qui était courante dans la philosophie européenne depuis un siècle.

Lorsqu’il faisait de la créativité l’apanage d’un chef chargé de vertu charismatique, il ne disait que ce que les adorateurs de héros romantiques disaient depuis l’époque de Thomas Carlyle. Le héros fasciste, surtout dans la défaite, était une figure vulgaire, et la philosophie fasciste était sans doute une vulgarisation et une caricature, mais comme toutes les caricatures elle ressemblait à quelque chose de réel. Pour le meilleur ou pour le pire, il appartenait à l’évolution des idées et des pratiques politiques européennes et, en ce sens, c’était une philosophie.

L’hypothèse selon laquelle le fascisme et le national-socialisme n’étaient que les créatures de l’ambition personnelle imposée à l’Italie et à l’Allemagne par la propagande et le terrorisme serait plus plausible s’il était certain qu’ils sont morts avec Mussolini et Hitler, ou qu’ils n’auront pas d’homologues dans d’autres pays. Peu d’hommes réfléchis affirmeraient qu’il en est ainsi, quelque fort qu’ils le souhaitent.

Le fascisme et le national-socialisme étaient des réactions à un état de fait réel, et le fait qu’ils aient été intellectuellement médiocres et qu’ils aient outragé les convictions morales du monde civilisé n’est malheureusement pas une garantie qu’ils n’aient pas d’analogues.

La seule garantie pour cela serait une manière plus intelligente et moins barbare de traiter les problèmes inhérents à la situation qui les a produits. Le fascisme et le national-socialisme dépendaient pour leur force motrice du patriotisme national, qui est certes le sentiment le plus puissant du monde politique d’aujourd’hui et qui comporte également des éléments d’une véritable valeur culturelle.

Pourtant, ils se sont déplacés dans une société européenne – en fait dans une société-monde – dans laquelle l’autodétermination et la souveraineté nationales absolues sont manifestement impossibles. Leur nouvel ordre prétendait résoudre la disparité entre un monde politique dans lequel les unités gouvernantes sont des nations et un monde économique dans lequel seule une poignée de grandes puissances peut viser une autosuffisance même approximative.

Leur solution postulait la proposition que tout ordre international doit être un impérialisme sous le contrôle forcé d’une nation dominante. Et la réfutation de cette proposition ne pourra jamais être complète tant qu’un ordre international effectif sur un principe plus libéral ne sera pas en vue.

Dans leur politique intérieure, le fascisme et le national-socialisme prétendaient stabiliser une économie dans laquelle l’inflation et la dépression avaient largement anéanti la sécurité de la propriété et du travail. Ils ont proposé ce qu’ils prétendaient être des moyens pacifiques, ordonnés et justes pour résoudre les tensions entre la direction et les travailleurs, qui peuvent mettre en péril la production et la sécurité nationale elle-même.

Ils ont promis la pleine production et le plein emploi dans une économie qui n’a jamais utilisé sa pleine puissance productive que pour se préparer à la guerre. Leur solution détruisait en fait les libertés civiles des travailleurs sans garantir les droits de propriété ou la liberté de gestion industrielle. Son prix était en effet ruineux, mais la seule assurance qu’il ne sera plus payé serait une manière plus intelligente de tenir les promesses. La récurrence du fascisme sous une forme ou une autre ne sera jamais impossible tant qu’une partie importante du public pourra être persuadée que l’intelligence en politique est stérile, controversée, timide et incapable d’agir, ou que les procédures démocratiques sont faibles, décadentes et ploutocratiques. .

Socialisme nationaliste : –

Le fait que la philosophie fasciste et national-socialiste était si largement un produit synthétique composé d’éléments divers et familiers depuis longtemps a rendu difficile la localisation de ses propres antécédents historiques. ses sources ont été trouvées, tant par ses amis que par ses ennemis, dans l’histoire italienne jusqu’à Dante et dans l’histoire allemande jusqu’à Martin Luther. Ce genre d’explication historique, par l’assemblage d’idées isolées hors contexte, est peu éclairant.

Aucune littérature européenne depuis le XVIe siècle n’a manqué d’excuses pour l’absolutisme politique, qui est en effet la plus simple des idées politiques et la défense la plus facile contre la menace de l’insécurité et du désordre. Pour des raisons évidentes, le fascisme et le national-socialisme ont saccagé l’histoire à la recherche d’idées et de héros qui pouvaient être appelés à servir.

En soi, ce processus aurait amené les deux mouvements à développer des philosophies tout à fait différentes, car un public allemand et un public italien seraient difficilement sensibles aux mêmes appels émotionnels. En termes de pure logique, il serait facile d’opposer les philosophies de Mein Kampf et de l’article de Mussolini dans l’Encyclopedia Italiana.

Les contrastes se révéleraient cependant très peu, puisque personne n’a jamais douté que la substance était la même, quelle que soit la différence de la langue. Les différences, même si elles se résument à des contradictions logiques, sont faciles à expliquer. Le point de départ est l’identité manifeste et pas trop rationalisée entre les deux philosophies.

Le fascisme en Italie et le national-socialisme en Allemagne se sont tous deux présentés comme des régimes socialistes adaptés aux objectifs nationaux, ou comme ce qui figurait dans la propagande de Goebbels comme le vrai socialisme. Dans les deux pays, ils ont finalement atteint le pouvoir par l’alliance d’un parti prétendument socialiste avec un parti nationaliste.

Cela s’est produit en Italie au début de 1920 lorsque Mussolini a soudainement adopté le nationalisme, malgré un long passé d’anti-nationalisme violent, et lorsque le parti nationaliste a fait au moins une acceptation symbolique du socialisme syndicaliste. En Allemagne, un événement correspondant s’est produit lorsque Hitler a finalement obtenu la majorité au Reichstag par une coalition avec les nationalistes de Hugenberg, malgré sa détermination annoncée à renoncer à tous les compromis et alliances. Alfredo Rocco, longtemps chef des nationalistes italiens devenu ministre de la Justice dans la nouvelle coalition, énonça ainsi le principe du fascisme comme forme nationaliste du socialisme à la Chambre des députés en 1925.

Le fascisme a compris que le problème de l’organisation des groupes sociaux, c’est-à-dire du syndicalisme, n’était pas nécessairement lié au mouvement destiné à détruire l’économie capitaliste, qui repose sur l’organisation privée de la production, pour lui substituer une économie socialiste. économie fondée sur l’organisation communautaire de la production. Il voyait la nécessité d’isoler les phénomènes syndicalistes du socialisme, qui l’avaient compliqué avec toutes les idéologies antinationales, internationales, pacifistes, humanitaires, rebelles de sa doctrine politique, qui n’avaient rien à voir avec l’organisation syndicale. Ainsi le fascisme a créé un national-syndicalisme, inspiré tout entier du sentiment de la patrie et de la solidarité nationale.

L’idée était assez simple et assez attrayante pour que son origine n’ait pas besoin d’être recherchée. La société devrait être coopérative plutôt que déchirée par des conflits ; la nation est la société à laquelle tout le monde appartient ; donc chaque classe et chaque intérêt doivent travailler ensemble dans l’intérêt de la nation.

L’idée impliquait également les grandes lignes de la stratégie d’un parti qui entendait briguer le pouvoir sur une plate-forme si utopique qu’elle devait être socialiste, du moins de nom, car en Italie et en Allemagne, la politique populaire avait longtemps fonctionné en termes qui étaient en quelque sorte socialistes. . Pourtant, elle devait au minimum neutraliser et stériliser l’influence politique des syndicats ouvriers en général socialistes, qu’ils soient marxistes ou non.

Le socialisme a-nationaliste était bien calculé pour séduire la petite bourgeoisie – les petits commerçants et les salariés – qui avaient le plus souffert de l’inflation et de la dépression et qui étaient terrifiées à l’idée d’être dégradées dans les rangs du prolétariat, un sort qui Le marxisme les avait promis depuis longtemps.

Dans chaque pays, cette classe se trouve en équilibre précaire entre le travail organisé d’un côté et la grande entreprise de l’autre, et comme elle est sans défense par ses propres efforts contre les deux, la perspective de l’aide d’un gouvernement national est en conséquence bienvenue. Le plus grand industriel et homme d’affaires pourrait espérer que, dans la nouvelle combinaison, le nationalisme enlèverait la malédiction du socialisme.

Au moins, il pouvait à la fois se libérer de toute pression effective du travail syndical et, tout en acceptant le socialisme, il renonçait au rêve d’échapper à la réglementation du gouvernement, c’était après tout plus qu’il ne s’y attendait vraiment. Dans l’ensemble, il semblait plus réaliste de croire qu’il pouvait contrôler le gouvernement, tandis que le gouvernement contrôlait à son tour le travail, et en tout cas il avait besoin du soutien du gouvernement pour l’expansion commerciale à l’étranger.

Ainsi, une version nationaliste du socialisme promettait le bonheur pour tout le monde, et si la perspective d’une analyse minutieuse pouvait sembler utopique, c’était au moins un soulagement bienvenu dans une société qui souffrait des séquelles psychologiques de la guerre, dont la classe moyenne avait été expropriée par l’inflation, et dont l’économie n’offrait aucune opportunité raisonnable à un grand nombre de jeunes hommes.

Le partenariat proposé était en effet très inégal, du moins pour ceux qui croyaient sérieusement que le socialisme signifiait une redistribution du revenu national et une amélioration substantielle du niveau de vie général. C’était aussi très précaire. Mais chaque camp pouvait toujours espérer que le prochain tour serait en sa faveur, et la direction pouvait toujours jeter l’avantage tantôt dans un sens, tantôt dans un autre. Et au fur et à mesure que le parti consolidait son pouvoir, il devenait progressivement indépendant de toutes les parties.

Un programme de socialisme nationaliste déterminait aussi les grandes lignes de la théorie politique par lesquelles un tel programme devait être soutenu. En substance, cela signifiait un contrôle complet de l’économie nationale par le gouvernement national dans l’intérêt national. Elle s’opposait donc également à toute forme de libéralisme tendant à limiter le contrôle politique sur l’économie et au marxisme qui considérait la politique comme déterminée par l’économie.

Une philosophie politique fasciste doit donc se présenter comme une forme exaltée d’idéalisme politique. Elle doit condamner à la fois la brutalité du matérialisme marxiste et l’égoïsme et la ploutocratie du libéralisme. Contre les droits de liberté, d’égalité et de bonheur, il doit opposer les devoirs de service, de dévouement et de discipline. Puisqu’elle était intrinsèquement nationaliste, elle devait identifier l’internationalisme avec la lâcheté et le manque d’honneur, et elle devait interpréter toutes les associations autonomes comme des agents de la lutte des classes, qu’elle prétendait dépasser.

Il doit bien entendu étiqueter les parlements comme de simples ateliers de discussion et toutes les formes de procédures démocratiques comme futiles, faibles et décadentes. Elle doit ériger la gloire et la puissance de la nation comme une fin morale qui inclut ou supplante tous les biens individuels et elle doit magnifier la volonté de la nation comme une force capable de surmonter tous les obstacles tant matériels que spirituels. Ce sont en fait les principes que Mussolini a mis dans la Charte du travail italienne promulguée en 1927.

Les fins de la nation italienne sont supérieures à celles des individus ou groupes d’individus séparés qui la composent. Le travail sous toutes ses formes est un devoir social. La production a un seul objet, à savoir le bien-être des individus et le développement de la puissance nationale.

Socialisme prussien : –

En Allemagne aussi, l’idée que toutes les ressources de la nation, tant économiques que culturelles, pouvaient être consolidées à des fins nationales était ancienne et familière. Elle s’était en fait plus réalisée dans l’histoire allemande que dans l’histoire italienne. Parfois, l’idée avait été exploitée principalement dans l’intérêt du nationalisme, parfois du socialisme, mais quelle que soit l’accent mis, l’idée elle-même n’était pas une nouveauté.

C’était essentiellement le principe que le philosophe Fichte avait développé dans Der geschlossene Handelsstaat dès 1800. La philosophie économique de Friedrich List s’était éloignée de la tradition apolitique de l’économie anglaise en étant tout à fait un plan de développement économique national, avec régulation politique du capital et du travail dans l’intérêt de l’expansion nationale.

Bien que le socialisme de parti allemand ait été en général marxiste, la spéculation socialiste avait toujours inclus des personnalités comme Rodbertus, Lassalle et Eugen Duhring, dont la philosophie penchait vers une sorte de socialisme d’État plutôt que vers l’internationalisme. L’idée que la lutte des classes puisse être supplantée par une certaine forme de coopération entre le capital et le travail était presque une hérésie caractéristique des révisionnistes marxistes.

Il n’était donc pas surprenant qu’une idée si simple et si familière ait pu séduire les Allemands dans la période de démoralisation économique et politique qui suivit la Première Guerre mondiale. Deux écrivains, sans grande importance philosophique mais d’un grand talent littéraire , a beaucoup contribué à populariser l’idée du socialisme prussien parmi les intellectuels allemands, Oswald Spengler et Arthur Moeller van den Bruck.

L’histoire, selon la philosophie de Spengler, est un témoignage de la lutte entre les aires culturelles. Parfois une aire culturelle était décrite comme l’Europe par opposition à l’Asie, parfois c’était la race blanche par opposition aux races colorées. Dans l’un ou l’autre cas, la conclusion a été tirée que c’est la mission historique de l’Allemagne de défendre la frontière de la civilisation européenne contre l’Asie et les races de couleur.

La démocratie politique est une forme de dégénérescence qui est due en partie à l’industrialisation et en partie à la débauche de la volonté de puissance par l’intellectualisme. Par conséquent, il doit être remplacé par une ère de direction dictatoriale et de compétition pour l’empire mondial dans ce processus, les États nationaux seront absorbés comme les tribus et les peuples ont été conquis et absorbés par Rome.

La démocratie et la liberté reposent sur l’illusion que les hommes sont rationnels, et l’intellectualisme est une mauvaise herbe du trottoir, une corruption typique produite par le prolétariat urbain. Ce n’est que dans la paysannerie et l’aristocratie que survit la saine volonté de possession et de pouvoir, et celles-ci ont toujours été les moteurs de l’histoire.

Car l’homme est par nature une bête de proie ; la justice, le bonheur et la paix sont des rêves, et l’idéal d’amélioration physique est ennuyeux et sénile. Il s’ensuit que le socialisme doit être purgé des dogmes marxistes de l’internationalisme et de la lutte des classes.

En Allemagne, cela signifie qu’il doit être intégré à la tradition prussienne de discipline et d’autorité. Les partis politiques et les institutions parlementaires doivent céder la place à la hiérarchie politique et économique, et la classe ouvrière industrielle en particulier doit être réduite à l’obéissance. La question fondamentale, selon Spengler, était de savoir si le commerce régissait l’État ou si l’État régissait le commerce, la première idée était britannique et la seconde allemande.

La conception de Spengler d’une société saine était à bien des égards identique à celle qui animait le national-socialisme, une classe politique industrielle junker, une économie agricole paysanne sédentaire, suffisamment d’industrie pour fournir les nerfs de la puissance militaire et une classe ouvrière disciplinée à l’obéissance et privée syndicats indépendants qui lui confèrent une influence politique. Par ces dispositifs, si seulement ils pouvaient être rendus compatibles les uns avec les autres, Spengler espérait voir l’Allemagne élevée à la tête d’un empire continental qui devrait rivaliser ou éclipser la Grande-Bretagne.

La pensée de Moeller van den Bruck était sensiblement similaire. Le thème récurrent du Troisième Reich était que Chaque peuple a son propre socialisme, mais idéalement c’est un socialisme qui commence là où Marx s’arrête. Étant juif, Marx manquait d’appréciation des valeurs idéales et en particulier des valeurs nationales.

Un vrai national-socialisme n’est pas matérialiste mais idéaliste. Ce n’est pas prolétaire, car les prolétaires sont ce qui reste au fond. Elle a été purgée de tout élément du libéralisme, qui est une fausse façade pour la ploutocratie, et de la démocratie libérale qui est la mort des nations. Cela dépend de la volonté d’une nation qui sait ce qu’elle veut sous la direction d’un grand leader qui peut exprimer la volonté de la nation. La lutte des classes y a été remplacée par la solidarité nationale, car seule une nation unie est assez forte pour se tenir debout dans le chaos européen.

La seule question est de savoir si les éléments nationaux des classes ouvrières allemandes auront le pouvoir et la volonté de diriger le front de bataille prolétarien dans une direction national-socialiste ; ou plutôt, de le faire tourner, de sorte que les forces qui étaient dirigées vers la guerre de classe contre notre propre nation affrontent le pied étranger.

L’expression national-socialiste dans ce passage ne faisait pas référence au parti d’Hitler, mais son utilisation suggère les raisons qui ont conduit Hitler à adopter le nom.

Que Hitler ait été influencé par le socialisme prussien est difficile à vouloir et pas très important. Le Troisième Reich a été republié avec l’approbation de Goebbels en 1931, mais après l’expulsion des membres socialistes du parti, il est devenu approprié de déprécier Bruck comme un simple libéral. Ce qui est tout à fait certain, cependant, c’est que le plan d’Hitler pour organiser son parti, tel qu’il l’a décrit à la fin du premier volume de Mein Kampf, reposait sur la combinaison des nationalistes et des socialistes. L’Allemagne en 1918, disait-il, était un peuple déchiré en deux parties. Sa partie nationaliste, qui comprend les strates du renseignement national, est timide et impuissante car elle n’ose pas affronter sa défaite dans la guerre.

La grande masse de la classe ouvrière, d’autre part, qui est organisée dans les partis marxistes, rejette consciemment toute promotion d’intérêts nationaux. Mais il comprend surtout ces éléments de la nation sans lesquels une résurrection nationale est impensable et impossible. Le but suprême du nouveau mouvement est la nationalisation des masses, le rétablissement de notre instinct national d’auto-conservation.

Il est également certain que la propagande d’Hitler était intelligemment conçue pour plaire à une classe ouvrière imprégnée d’idéologie marxiste. La ration a joué le même rôle utopique que la société sans classes, et la lutte des classes a été déplacée par la lutte des nations pauvres contre les forces de la ploutocratie démocratique juive. Ses promesses d’amélioration économique étaient illimitées mais tout à fait vagues, comme cela était nécessaire pour ne pas repousser les anti-marxistes.

Le fascisme et le national-socialisme étaient donc des tentatives pour rassembler toute la population de la nation, éliminant ou supprimant toute rivalité entre les groupes et les intérêts, et pour rassembler toutes les ressources du pays derrière son gouvernement. Ils étaient socialistes dans un double sens, ils s’adressaient à un public dans lequel les mouvements politiques populaires avaient généralement été socialistes, et ils exigeaient un contrôle politique complet sur les affaires et l’industrie.

Ils n’étaient pas socialistes dans le sens où ils incluaient une intention sérieuse de redistribuer le revenu national dans l’intérêt de la classe ouvrière. Ils étaient nationalistes aussi dans un double sens. Aucun sentiment sauf le nationalisme était assez général et assez puissant pour contrôler les intérêts divergents qui devaient être unis, et le nationalisme était l’antithèse du parlementarisme et de l’internationalisme.

Ils n’étaient pas nationalistes dans un sens qui impliquait le respect du nationalisme en tant que valeur culturelle ou prérogative morale de tous les peuples. Leur succès ne pouvait donc avoir qu’un seul résultat. La seule condition qui submerge les intérêts sociaux et économiques divergents d’une nation moderne est la préparation à la guerre.

En conséquence, le fascisme et le socialisme national étaient essentiellement des gouvernements de guerre et des économies de guerre établis non pas comme des expédients pour faire face à une urgence nationale, mais comme des systèmes politiques permanents . Dans une situation où l’autodétermination nationale n’était pas un plan réalisable pour l’ordre politique en Europe, ils signifiaient la réglementation des ressources nationales pour l’agression impérialiste contre d’autres nations et l’organisation des peuples italien et allemand pour l’expansion impérialiste.

Ils supposaient que la seule forme possible d’ organisation internationale était, comme Spengler l’avait dit, l’internationalisme non par compromis ou concession, mais par victoire et annihilation. Ils étaient socialistes et nationalistes sous une forme antithétique à la liberté individuelle et à la démocratie , dotés, comme le disait Mussolini à la veille de la guerre d’Abyssinie, à un degré toujours plus élevé des vertus d’obéissance, de sacrifice, de dévouement à la patrie. Ils signifiaient que toute la vie de la nation, politique, économique, spirituelle, devait se concentrer sur ces choses qui forment nos nécessités militaires.

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14307

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *