La guerre d’indépendance américaine

La Révolution américaine, également connue sous le nom de guerre d’indépendance des États-Unis ou guerre d’indépendance américaine, (1775-1783), insurrection par laquelle treize colonies américaines ont obtenu leur indépendance politique et ont formé les États-Unis d’Amérique.

Le nouvel âge : –

La Révolution américaine occupe une place centrale dans la mémoire américaine en tant qu’histoire de la fondation de la nation. Parmi les résultats significatifs de la Révolution figuraient l’indépendance américaine et la fin du mercantilisme britannique en Amérique, ouvrant le commerce mondial aux États-Unis.

Révolutions :

L’Europe et l’Amérique sont entrées dans une nouvelle ère, lorsqu’une série de révolutions a éclaté. La première grande révolution fut américaine (1776-17 83). Cela a été suivi par la Révolution française (1789-1791). Ces révolutions étaient le résultat d’idées nouvelles, qui ont surgi comme une forte réaction contre la monarchie antipathique, non éclairée et oppressive.

Réaction contre l’absolutisme royal :

La Renaissance n’a pas donné naissance aux idées de liberté et de démocratie, mais a favorisé l’essor de la monarchie absolue . Beaucoup de monarques ont régné absolument sans se soucier beaucoup des droits du peuple et de son bien-être. Les intérêts acquis se sont également identifiés eux-mêmes avec les intérêts des dirigeants têtus et oppressifs.

En Amérique, les colonies britanniques étaient opprimées par le gouvernement de la mère patrie ; mais les colonies se sont rebellées et ont mené une guerre d’indépendance jusqu’à ce qu’elles deviennent complètement libres.

En France, la monarchie a trop longtemps exploité les masses ; mais finalement il a été balayé par une révolution sanglante.

Les XVIIIe et XIXe siècles ont généré des forces puissantes qui étaient dangereuses pour les têtes couronnées, qui n’ont jamais pensé à changer leurs manières, Ces forces créées par des idées révolutionnaires et explosives se sont propagées de pays en pays.

En Grande-Bretagne, une guerre civile (1642-1649) a éclaté, et finalement l’autocratique Stuart King Charles I a été exécuté. En 1688, un autre souverain despotique Stuart, Jacques II, fut déposé lors de la Glorieuse Révolution.

Les colons britanniques en Amérique observaient non sans un vif intérêt les grands événements de la mère patrie et s’en sentaient inspirés. C’est environ un siècle après la Glorieuse Révolution en Angleterre que l’Amérique a obtenu son indépendance complète.

Six ans après la fin de la Révolution américaine (1783), la Révolution française éclate (1789). L’impact de la Révolution américaine et française a été ressenti par les peuples opprimés du monde entier. Les exploités des pays d’Amérique latine se sont également révoltés contre leurs maîtres. Dans les révolutions latino-américaines (1800-1825) presque toutes les colonies ont pu secouer le joug de l’Espagne et du Portugal.

À l’âge des révolutions (17501850) d’autres grands développements ont également eu lieu. La révolution industrielle, l’amélioration des moyens de transport et de communication et le contact entre l’Est et l’Ouest ont répandu les idées de liberté, d’égalité et de fraternité dans le monde entier.

En Inde, les gens pensaient que l’impérialisme britannique ne pouvait être renversé sans une révolution. Dans les pays d’Orient, les idées de révolution sont arrivées tardivement.

Le siècle 1750-1850 3 est appelé l’Age des Révolutions.

Colonies anglaises en Amérique : –

Beaucoup de gens en Angleterre, qui n’étaient pas satisfaits du gouvernement, et des gens entreprenants, qui voulaient s’installer définitivement dans un nouveau pays, ont quitté leur patrie pour l’Amérique. Les Pères Pèlerins voulaient se libérer de la persécution religieuse de Jacques Ier (1603-1625). Ils ont navigué vers l’Amérique à bord du célèbre navire, le May Flower. De nombreux autres colons suivirent leur exemple. Les catholiques, les nobles cavaliers, les quakers, les protestants et d’autres qui n’étaient pas heureux en Angleterre sont allés en Amérique et ont établi des colonies.

Au XVIIIe siècle, treize colonies se sont développées : (1) Massachusetts, (2) Connecticut, (3) New Hampshire, (4) Rhode Island, (5) New York, (6) New Jersey, (7) Pennsylvanie, (8 ) Maryland, (9) Delaware, (10) Virginie, (11) North Caroling, (12) Caroline du Sud et (13) Géorgie.

Toutes les colonies n’étaient pas du même modèle. Les quakers anglais et les sectes évangéliques allemandes vivaient en Pennsylvanie et dans le Maryland, il y avait une grande population de catholiques romains. Dans le Massachusetts, le Connecticut et d’autres colonies du nord de la Nouvelle-Angleterre, il y avait des puritains. La Géorgie, la Virginie et d’autres colonies du sud possédaient de grands domaines produisant du tabac et du coton avec des esclaves.

Un nouveau type d’écuyers anglais vivait ici. Cependant, il y avait un facteur commun entre toutes les colonies. Ils étaient tous conscients de leurs capacités, de leur autonomie et de leur force, et étaient très mécontents de la mère patrie.

Au début, ils n’avaient aucune envie d’être complètement indépendants. L’Angleterre connaissait la dernière phase d’autocratie impopulaire. George III a commis des erreurs graves et coûteuses, qui ont finalement conduit à la perte des colonies au profit de la Grande-Bretagne.

Causes de la guerre d’indépendance américaine : –

On peut brièvement analyser ici les principales causes de la guerre d’indépendance américaine (1776-1783).

Griefs politiques :

Les colonies avaient des griefs politiques. Contrairement aux colonies espagnoles, portugaises et autres colonies européennes, les colonies britanniques en Amérique jouissaient d’une grande autonomie locale, ce qui créait un grand esprit d’autonomie et d’initiative. Les colons diligents et entreprenants avaient établi des institutions politiques viables. Le succès de ces institutions donna du courage et de l’espoir aux colons, et ils ne comprirent pas pourquoi l’Angleterre s’immisçait trop dans leurs affaires et leur refusait ce qui leur était dû. Dans chaque colonie, il y avait une Assemblée législative. Le traitement du gouverneur, nommé et envoyé par l’Angleterre, était sanctionné par l’Assemblée. Les membres de l’Assemblée étaient élus par le peuple. Il a fait des lois d’importance locale.

Les colonies étaient donc bien versées dans l’art de diriger des institutions locales autonomes. Ils étaient prêts à respecter et à coopérer avec l’Angleterre, si celle-ci pouvait comprendre leurs espoirs et leurs aspirations. Malheureusement, l’obstiné roi britannique George III (1788-1820) a traité les colonies avec peu de tact, de sympathie et d’imagination. Il aurait pu utiliser pleinement l’expérience politique des colonies pour des efforts de coopération au lieu de brandir le gros bâton pour les faire taire et les empêcher d’exprimer leurs griefs.

Dans le domaine politique, les colonies se sentaient traitées comme des esclaves. Leurs maîtres politiques étaient en Angleterre, dont le roi et le parlement ne leur accordaient aucun droit politique. Les lois applicables aux colonies ont été adoptées par le Parlement britannique dans lequel ils n’avaient aucune représentation. Les colonies en voulaient à l’application de lois qui n’avaient pas donné leur consentement. Peu à peu, le désir d’avoir de plus en plus d’autonomie s’est fortement manifesté.

Griefs économiques :

Griefs économiques des colonies : augmenté et la Grande-Bretagne non seulement n’a rien fait de significatif pour les redresser, mais a également agi contrairement à leurs intérêts économiques. Comme dans le domaine politique, dans le domaine économique aussi les colonies avaient acquis beaucoup d’expérience. Les colons étaient travailleurs, ambitieux, et grâce à l’agriculture et à l’industrie, ils devenaient de plus en plus prospères. Ils sentaient qu’ils devaient jouir des fruits de leur travail et que l’Angleterre ne devait rien faire qui puisse nuire à leurs intérêts. Ici encore, George III et les membres du Parlement britannique pensant comme lui ne se rendaient pas compte qu’économiquement aussi les colonies le pouvaient. se débrouiller seuls et il convenait de traiter les questions économiques avec tact, sympathie et compréhension.

La principale raison de l’inimitié entre la Grande-Bretagne et ses colonies en Amérique dans la sphère économique était la croyance en Angleterre que les colonies existaient pour le bénéfice économique de la mère patrie, et qu’elles devraient façonner leur économie de manière asservie. Les dirigeants britanniques n’ont pas su évoluer avec leur temps et ont refusé de lire l’écriture sur le mur selon laquelle s’ils essayaient de nuire aux intérêts économiques des colonies, ils gâcheraient les relations entre l’Angleterre et les colonies. Les colonies ont clairement indiqué qu’elles exerceraient des représailles si une injustice leur était faite.

En dépit de connaître l’humeur colérique des colonies, la Grande-Bretagne a géré les problèmes économiques avec un esprit d’arrogance, qui a été ressenti par les colonies. Le Parlement britannique a adopté une loi, indiquant clairement que l’Angleterre était résolue à exploiter les colonies sans les mettre dans sa confiance.

Actes de navigation impopulaires :

L’Angleterre guidée par les principes du mercantilisme avait adopté au 17ème siècle une série d’actes pour réglementer le commerce et le commerce des colonies au-delà des mers. Ceux-ci étaient connus comme les actes de navigation. Celles-ci visaient plus à assurer le profit de l’Angleterre qu’à protéger les intérêts des colons. En vertu de ces lois, l’Angleterre a développé le transport maritime comme son monopole en forçant les colonies à n’exporter des marchandises que par des navires britanniques, même si elles pouvaient engager des navires français et néerlandais, dont les frais étaient inférieurs à ceux des Britanniques. Il était stipulé que les colonies ne vendraient certaines marchandises qu’à la Grande-Bretagne et à aucun autre pays. Certains types de marchandises devaient d’abord être expédiés en Angleterre, et de là, ils devaient être exportés vers d’autres pays. Les restrictions d’expédition ont causé de grandes pertes et irritations aux colonies, et ils ne comprenaient pas pourquoi ils devaient se soumettre indéfiniment aux injustes actes de navigation. L’argument selon lequel ces lois ont été adoptées pour protéger la navigation britannique et pour freiner la navigation française et néerlandaise n’a pas coupé beaucoup de glace à long terme, car il était clair que les entreprises de navigation anglaises gagnaient de l’argent au détriment des colonies.

Protection de l’industrie britannique :

L’Angleterre a adopté des lois pour protéger les industries britanniques et affaiblir celles des colonies. Les colonies ont été légalement empêchées de fabriquer des produits, ce qui pourrait nuire à l’industrie britannique. Ils ne devaient pas fabriquer de draps, de tissus de laine et de chapeaux, qui étaient produits en Angleterre.

Imposition de droits de douane :

Des droits de douane étaient imposés dans les colonies. Certaines marchandises exportées et certaines marchandises importées par les colonies étaient assujetties à des droits. En vertu de la loi sur le sucre de 1764, un droit a été imposé sur le sucre et certains autres produits importés par les colonies.

Au début, l’Angleterre n’appliquait pas les lois de navigation de manière très stricte, et le ressentiment à leur encontre n’était pas grand. Là encore, cela ne les dérangeait pas d’envoyer certains types de marchandises uniquement en Angleterre, car elle était le plus gros acheteur de produits coloniaux.

Mais au fil du temps, d’autres pays européens ont également exprimé une forte demande de produits américains à des prix favorables, et les colonies britanniques ont estimé qu’il était injuste de leur demander de vendre leurs produits à la seule Angleterre. Les colonies souhaitaient rivaliser sur les marchés européens et souhaitaient donc maintenir leurs prix bas en expédiant des marchandises directement en Europe dans des navires pratiquant les tarifs les plus bas au lieu d’envoyer des marchandises par des navires britanniques vers l’Europe via l’Angleterre.

La loi sur les timbres :

Le Stamp Act, 1765 exigeait que tous les documents juridiques dans les colonies portent un timbre fiscal. Les colons protestèrent avec colère. Des résolutions de protestation ont été adoptées par les assemblées coloniales, et les délégués de neuf des treize colonies qui se sont réunis à New York ont ​​fait appel au roi britannique pour abroger la loi. Au Parlement britannique, des députés libéraux comme William Pitt et Edmund Burke ont critiqué le Stamp Act comme une mesure imprudente et provocatrice et ont demandé son abrogation. En conséquence, la loi a été abrogée en 1767.

Mais le Parlement a fait preuve d’un manque total d’imagination en adoptant une loi confirmant son droit légal de taxer les colonies. Cela a supprimé toute grâce qui a été montrée dans l’abrogation de la loi sur le timbre.

En 1767, par les Townshend Acts, le thé, le verre et le papier étaient taxés, mais quand il y avait une grande agitation, les taxes furent supprimées en 1769, mais une taxe nominale sur le thé fut maintenue pour proclamer à l’Angleterre le droit de faxer.

Brefs d’assistance :

Sous George III, des ordonnances ont été émises pour appliquer strictement les lois de l’Angleterre. Cela a été très ressenti. Jusque-là, les marchandises pouvaient être passées en contrebande la nuit dans des endroits isolés pour échapper au paiement des droits. Mais lorsque les officiers de la Couronne ont obtenu des tribunaux des assignations d’assistance leur donnant le pouvoir de perquisitionner des maisons et des navires pour mener une enquête sur les marchandises taxables, les colonies étaient en colère.

La victoire de l’Angleterre dans la guerre de Sept Ans :

Curieusement, la victoire de l’Angleterre dans la guerre de Sept Ans (1756-1763) s’est avérée être une malédiction en ce qui concerne le contrôle britannique sur les colonies. Tant que les colonies étaient menacées par les Français, elles avaient besoin de la protection militaire britannique, et elles n’iraient pas trop loin pour protester contre. Angleterre Mais la capitulation de la France écarta la menace française, qui était la principale menace pour les colonies qui profitèrent pleinement de leur nouvelle sécurité. Les colonies estimaient maintenant qu’il n’était plus rentable pour elles d’être dans l’empire britannique.

Les finances britanniques étaient fortement tendues pendant la guerre, et la victoire, qui apportait des gains de territoire, avait coûté cher. En Angleterre même, les gens étaient lourdement taxés. Même les vitres des portes et des fenêtres étaient taxées. Il ne fait aucun doute que l’Angleterre avait dépensé beaucoup pour défendre les colonies, et elle avait raison et raison lorsqu’elle disait que les colonies devaient partager le fardeau de la défense.

Malheureusement, même une bonne et juste cause a été gâchée par la manière sans tact avec laquelle on a cherché à l’aborder. L’Angleterre a revendiqué le droit de taxer les colonies, tandis que les colonies ont réagi avec colère en disant : Pas de taxation sans représentation. Les colonies ont déclaré que le consentement de leurs représentants, qui devraient avoir des sièges au Parlement britannique, devrait être pris. Pratiquement parlant, il n’aurait pas été possible pour les colons d’envoyer leurs représentants en Angleterre sur une si grande distance. Mais l’Angleterre aurait pu mettre en confiance les Assemblées coloniales et concéder le principe que ces Assemblées seules avaient le droit de taxer les colons. Un grave affrontement a éclaté parce que chaque côté a obstinément refusé de bouger d’un pouce.

Attitude têtue de George III :

L’attitude obstinée de George III et de ses conseillers était principalement responsable de la Révolution américaine. Lorsqu’il monta sur le trône en 1760, il était clair qu’il aimerait régner comme les monarques absolus d’Europe. Il l’a revendiqué comme son droit de gouverner les colonies à sa guise, et n’a jamais essayé de comprendre et de résoudre les problèmes des colonies. Avec un peu de compréhension et de sympathie, et avec un désir sincère d’être juste et d’accommoder, la guerre aurait pu être évitée. Alors que George III devenait de plus en plus obstiné, les colonies étaient de plus en plus déterminées à riposter et finalement à être complètement indépendantes.

Facteur psychologique :

Le facteur psychologique a joué un rôle important dans la Révolution américaine. Les colons de la seconde moitié du XVIIIe siècle étaient très différents de ceux qui venaient de se rendre en Antarctique pour s’y installer définitivement. Une nouvelle humeur était évidente en Amérique, et les colonies se sont senties blessées lorsqu’elles ont senti qu’elles étaient insultées et contraintes de se soumettre par le gouvernement de la mère patrie. L’Angleterre aurait dû tout faire pour effacer le sentiment que les Anglais chez eux étaient supérieurs à leurs frères des colonies. Selon une loi, les officiers anglais contre lesquels des accusations criminelles étaient portées devaient être jugés en Angleterre, où, selon les colons, il y avait la possibilité de faire preuve de favoritisme. En Angleterre, les gens avaient clairement indiqué qu’il ne devrait pas y avoir d’imposition sans représentation et que les griefs devraient être réparés avant que l’argent ne soit voté. Les colons ne réclamaient pour eux-mêmes rien de plus que ce que les Anglais de chez eux avaient obtenu. Mais on ne leur a pas donné leurs droits, et l’Angleterre a suivi un double standard pour les habitants de la mère patrie et un autre pour ceux des colonies. Si les règles de l’Angleterre avaient pris la peine de comprendre le facteur psychologique, une révolution aurait pu être évitée. .

Vaste distance entre l’Angleterre et l’Amérique :

La grande distance entre l’Angleterre et l’Amérique était un obstacle supplémentaire, rendant plus difficile la résolution des différends en suspens entre la mère patrie et les colonies.

Cause immédiate:

Avec l’attitude antipathique de l’Angleterre, la guerre était inévitable. En 1767, l’Angleterre avait adopté le Quartering Act, qui autorisait le stationnement de soldats en Amérique pour faire appliquer très strictement les diverses lois. L’armée, que les colons considéraient comme étrangère, leur était une horreur. Cela provoqua les colons et il y eut de fréquents affrontements entre les contrevenants et les forces de l’ordre. La colère et la méfiance emplissaient l’air, lorsque quelques colons sont morts dans des affrontements. Même à ce stade, l’Angleterre aurait pu suivre la politique de conciliation. Mais George III a utilisé l’allumette pour mettre le feu au baril de poudre au lieu de verser de l’huile sur des eaux troubles.

Thé de Boston :

En 1773, un type inhabituel de goûter a eu lieu, lorsqu’un navire chargé de thé est arrivé dans le port de Boston. Les agitateurs en colère, qui se sont déguisés en Indiens Mohawks, sont montés à bord des navires et ont jeté des boîtes de thé en tuiles dans l’océan. Le Boston Tea Party montra que les Américains avaient atteint le point de non-retour. Mais il faut noter qu’il a fallu encore trois ans pour que la guerre éclate. Dans l’intervalle de trois ans, l’Angleterre aurait pu prendre des mesures pour sauver son empire en Amérique. Mais George III et ses conseillers à courte vue n’étaient pas d’humeur à faire des concessions adéquates aux colons et à faire preuve d’un véritable esprit d’État.

Fermeture du port de Boston :

Le Parlement britannique a agi rapidement et fermement en ordonnant la fermeture du port de Boston au commerce. La charte de 1774 du Massachusetts a été annulée et la colonie a été placée sous le contrôle direct de l’Angleterre.

Déclaration des droits :

Des représentants de toutes les colonies, à l’exception de la Géorgie, se sont réunis lors du premier congrès continental qui s’est tenu le 15 septembre 1774 à Prudence Hall, New York, pour affirmer que les colonies ne pouvaient être imposées sans leur consentement. Le Congrès continental a préparé le célèbre document, la Déclaration des droits (1774). Il est important de noter que l’accent était mis sur les droits et libertés justes et qu’il n’y avait aucune référence à une quelconque intention de déclarer une indépendance complète. Cependant, l’atmosphère est devenue tendue et viciée, lorsque de fréquents affrontements entre les colons et l’armée britannique ont eu lieu à Concord et Lexington.

Cours de la guerre : –

Début:

L’inévitable Guerre d’Indépendance éclata en fait le 19 avril 1775 à Concord, Lexington et Massachusetts.

Patriotes, loyalistes et neutralistes :

Tous les colons n’étaient pas favorables à une guerre. En fait, les colons peuvent être divisés en trois catégories :

  1. Des patriotes, qui étaient contre la Grande-Bretagne et étaient prêts à se battre et à se sacrifier pour la liberté.
  2. Loyalistes, qui ont soutenu l’Angleterre.
  3. Des neutralistes, qui ne prenaient pas parti, mais étaient indifférents aux grands développements.

Déclaration d’indépendance:

Le 10 mai 1775, le deuxième congrès continental se tint à Philadelphie. Ce Congrès a été contraint de réagir fortement contre George III, qui avait proclamé que les colons étaient des rebelles, alors qu’ils avaient appelé à une solution pacifique. Il a nommé George Washington comme commandant en chef. Un comité composé de Thomas Jefferson, Benjamin Franklin et d’autres dirigeants éminents, a rédigé la déclaration d’indépendance, qui a été adoptée par le Congrès le 4 juillet 1776, déclara-t-il. Ces colonies unies sont, et devraient être de droit, cinq États indépendants. Le document contenant une déclaration capitale se classe parmi les documents les plus importants du monde. Il a marqué la naissance des États-Unis d’Amérique en tant que nation indépendante.

Prêt pour le sacrifice :

Les colons ne pouvaient pas rester les bras croisés après avoir adopté la déclaration. Ils durent l’appuyer par des actions militaires rapides. Le zèle flamboyant des colons était prêt à tout sacrifice, et ils pensaient qu’aucun prix ne serait trop élevé pour une indépendance complète.

Besoin d’aide étrangère :

Les colons étaient pleinement conscients de leurs limites et de leurs faiblesses, qu’ils voulaient pallier en cherchant des ressources à l’étranger. En ce qui concerne l’aide étrangère, cependant, l’opinion était fortement divisée. De nombreux colons craignaient que les puissances européennes disposées à leur venir en aide ne fassent le mal et essaient de profiter indûment de leurs difficultés. Certains craignaient aussi que toutes les Yolonies ne poursuivent pas l’action unie, et certaines pourraient même en trahir d’autres, les laissant dans une situation délicate. Enfin le Congrès envoya ses représentants dont Benjamin Franklin négocier en Europe avec la France, l’Espagne et la Hollande en tant qu’ennemis de l’Angleterre pourraient se réjouir de l’opportunité d’aider les colons contre l’Angleterre. Le mouvement pour l’aide étrangère a été couronné de succès, et les colons ont reçu une aide en termes d’hommes, d’argent et de munitions.

La guerre, qui a duré 8 ans, était en effet un grand défi pour la virilité de l’Amérique. Dans les premières étapes, alors que l’enthousiasme des colons était grand, les résultats étaient déprimants. Ils ont été vaincus à Brandy Wine et à Germantown et ont subi un sérieux revers. Mais George Washington les a dirigés correctement et avec courage.

Saratoga :

La victoire des colons à Saratoga, dans l’est de New York, en octobre, leur redonne le moral. Cela a également incité les Français à promettre de l’aide en hommes et en munitions en 1778. La France, qui avait perdu ses possessions au profit de la Grande-Bretagne en Inde et au Canada, avait – un certain espoir de récupérer ce qui avait été perdu en aidant les colons. En 1779, l’Espagne s’est également jointe à la même espoir de récupérer la Floride, Minorque en Méditerranée et Gibraltar. Le grand rival commercial de l’Angleterre, la Hollande, est également venu du côté américain.

Ville de York :

Le commandant en chef britannique, Cornwallis, se rendit complètement à Washington et à ses alliés français à York Town et en Virginie en octobre 1781. Cette grande victoire apporta une indépendance complète en vue.

Position intenable de l’Angleterre :

La position de l’Angleterre est devenue embarrassante et intenable, car toutes les chances étaient contre elle. Lorsque l’Angleterre a déclaré la guerre à la Hollande, les pays de la Russie, du Danemark et de la Suède ont déclaré une neutralité armée. La crainte qu’ils ne déclarent la guerre était un grand facteur décourageant pour l’Angleterre. Pour aggraver la position de l’Angleterre, une révolte était sur le point d’éclater en Irlande.

L’Angleterre a dû faire face non seulement au problème créé par les colons mais aussi à ceux créés par leurs alliés, les Français, les Hollandais et les Espagnols sur trois continents. Amérique, Europe et Inde en Asie, En Angleterre même, la position du gouvernement a été exposée à de sévères critiques de la part d’éminents dirigeants libéraux comme Edmund Burke, Charles James Fox et William Pitt, l’Ancien, qui ont sympathisé avec les aspirations des colons.

Indépendance accordée par le traité de Paris :

La guerre s’achève avec la signature du traité de Paris en septembre 1783. L’Angleterre accorde une indépendance complète aux colonies et la naissance des États-Unis d’Amérique se déroule dans le comité des nations.

Causes de la défaite de l’Angleterre :

On peut résumer brièvement les causes de la défaite de l’Angleterre.

  1. Les colons se battaient ; dans leur propre pays, tandis que les Britanniques devaient traverser l’Atlantique pour atteindre l’Amérique, où ils étaient entourés d’éléments hostiles.
  2. Ils étaient dirigés avec sagesse par des hommes de grande stature comme George Washington.
  3. Ils étaient préparés à n’importe quel sacrifice, et ils se sont battus imprudemment face à des obstacles énormes.
  4. Ils ont reçu une aide morale et matérielle inestimable de pays étrangers comme la France, l’Espagne et la Hollande, ce qui a causé un grand revers pour l’Angleterre. L’Angleterre était incapable de faire face aux dangers sur les différents fronts de guerre.
  5. L’Angleterre n’avait pas au pouvoir des dirigeants sages, qui pouvaient se rendre compte que leur cause était faible et pas tout à fait juste. Burke, Fox et Pitt l’Ancien ont critiqué le gouvernement britannique et l’ont démoralisé dans une certaine mesure.
  6. Les colonies avaient un esprit combatif, un grand fonds d’autosuffisance, de prospérité matérielle et politique et. expérience constitutionnelle.

George Washington:

Une brève référence doit être faite à la grandeur du plus grand leader, homme politique, homme d’État et général des révolutionnaires américains, George Washington (1732-1799). Il était le fils d’Augustine Washington, un planteur, décédé avant l’âge de 12 ans.

Il avait participé à la guerre de Sept Ans (1756-1763) contre la France et avait remporté des lauriers en tant que chef de file de la guerre des frontières.

Il avait servi en tant que membre élu de l’Assemblée de Virginie et était le président de la réunion, qui a décidé par des votes que la Virginie devrait lutter contre l’Angleterre au nom des colons.

Les Américains le respectaient pour son intégrité et ses capacités extraordinaires, et lors du deuxième Congrès continental de 1775, il fut choisi commandant en chef de l’armée révolutionnaire. En tant que chef d’armée, il a fait preuve d’une grande sagacité, de courage et de détermination et a guidé son peuple vers la victoire finale. Un petit chef aurait échoué Lorsque le moral des révolutionnaires après les défaites initiales était au plus bas, le manque de nourriture, de vêtements et de chaussures, le froid mordant, les querelles et bien d’autres problèmes auraient poussé tout autre commandant en chef à accepter la défaite.

Les Américains aimaient leur héros grand, beau et solidement bâti, qui était exempt de vulgarité, d’étroitesse d’esprit, de superstitions et de préjugés, et de préjugés raciaux. Son intégrité, son dévouement au devoir et son patriotisme sont devenus proverbiaux.

Il a eu l’honneur de devenir le premier président élu des États-Unis en vertu de la Constitution fédérale de 1787. Il a accepté la haute fonction non pas parce qu’il aimait le pouvoir, mais parce qu’il avait l’occasion de servir sa nation. Élu à l’unanimité, il entra en fonction le 30 avril 1789 et accomplit deux mandats, et refusa d’en avoir un troisième.

Il vécut 3 ans à la retraite et mourut en 1799 dans son domaine au milieu des soucis doux de la vie ordinaire.

Importance de la guerre et de ses effets : –

L’étude de la Révolution américaine a une place importante dans l’histoire du monde. D’une certaine manière, la Révolution américaine était la projection de la Glorieuse Révolution d’Angleterre (1688). Elle amplifiait encore les principes de liberté exprimés par le peuple anglais dans son propre pays, alors que l’Angleterre tentait de dominer les colonies. Les résultats de la révolution soulignent son immense importance.

L’émergence d’une nouvelle nation et d’une nouvelle force :

La fin de la Révolution américaine a marqué l’émergence d’une nouvelle force libérée par des personnes épris de liberté dans l’histoire du monde. Ce fut la première révolution réussie à grande échelle contre un pays puissant pour la réalisation de la liberté. La scène internationale a subi un grand changement après la révolution. Le monde a été témoin de l’émergence d’une nation pleinement indépendante, qui s’est battue pour de grands et nobles idéaux.

Inspiration vers d’autres pays :

L’exemple de l’Amérique a été une grande source d’inspiration pour d’autres pays luttant pour leurs droits et libertés. Les Américains ont montré comment développer de grands principes et idéaux, et comment se battre courageusement pour les atteindre. Environ six ans après la signature du traité de Paris (1783), les Français inspirés par les Américains ont organisé une grande révolution pour réaliser la liberté, l’égalité et la fraternité. Les pays de l’Est, qui étaient sous le talon de l’impérialisme, considéraient la révolution comme une bonne leçon pour eux.

Revers moral et matériel pour la Grande-Bretagne :

La Grande-Bretagne était exposée au monde, en tant que pays qui avait nié des droits légitimes à un peuple épris de liberté. Sa défaite entraîna un revers moral et matériel pour la Grande-Bretagne. Les inconvénients du gouvernement de George III ont été pleinement révélés et il a perdu une grande partie de l’empire américain. Pour les impérialistes britanniques, rien n’était plus grave que la perte de l’Amérique.

Revers de la monarchie absolue :

La victoire de l’Amérique fut un revers pour la monarchie absolue. Tous les monarques absolus devaient écrire sur le mur qu’ils ne seraient pas autorisés à régner de manière absolue et oppressive pendant une période indéfinie.

Mauvais effets sur la France et l’Espagne :

Bien que la France et l’Espagne aient rejoint le camp américain dans l’espoir de récupérer ce qu’elles avaient perdu plus tôt au profit de la Grande-Bretagne, elles ont été déçues par les effets de la guerre. Pendant la guerre, l’Angleterre a vaincu et détruit les flottes espagnole et française. La France a été plus touchée que l’Espagne. Le roi français s’est rendu compte que l’infection de la révolution était venue en France, et le peuple français a été provoqué à se soulever contre lui. Peu de temps après, le roi de France a dû regretter d’avoir aidé les Américains, car cela s’est avéré être un acte insensé de couper le nez contre la joue. La guerre a non seulement brisé la puissance navale française, mais a également laissé la France au bord de la faillite. .

Démocratie, liberté et nationalisme respectés :

La Révolution américaine a soutenu les forces de la liberté, du nationalisme et de la démocratie. Les slogans des Américains Pas d’imposition sans représentation et Donne-moi la liberté ou donne-moi la mort n’ont pas manqué d’influencer les esprits du monde entier. La démocratie était défendue contre l’autocratie, la justice contre l’exploitation et le nationalisme contre les forces de division.

Leçons de constitution :

Les rédacteurs de la constitution américaine ont donné des leçons pratiques sur l’élaboration de la constitution. Ils renversèrent la monarchie et établirent une république. Ils ont élaboré une constitution fédérale avec le principe de la séparation des pouvoirs et le système de freins et contrepoids, et ont expérimenté avec succès à grande échelle. Les Américains ont développé des institutions politiques assez différentes de celles de la Grande-Bretagne. La monarchie, la constitution non écrite, le système unitaire, le système des titres et la démocratie parlementaire trouvés en Grande-Bretagne, les États-Unis d’Amérique ont évité. L’Amérique a adopté le système présidentiel, une constitution écrite, un ensemble de droits écrits et le fédéralisme. L’abolition de l’aristocratie et des titres héréditaires, et la séparation de l’Église et de l’État sont des réalisations très louables des Américains.

Nouvelle attitude de la Grande-Bretagne :

La guerre d’indépendance américaine a amené la Grande-Bretagne à changer d’attitude envers les colonies. L’Angleterre apprit que les colonies comme les fruits mûrs étaient vouées à tomber à la longue, et il n’était pas conseillé de montrer le poing à la poste, où des gants de soie devaient être utilisés. Dans une certaine mesure au moins, l’attitude de l’Angleterre envers ses colonies d’Asie et d’Afrique a changé à la lumière des résultats de la Révolution américaine.

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14307

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *