Auteurs : Talal Omrani .

Résumé

Le rôle de l’Etat en économie fait depuis longtemps l’objet de controverses entre les économistes. Selon les libéraux, le rôle de l’Etat se limite à permettre au marché de fonctionner, à en combler certaines carences, à produire certains équipements collectifs et surtout à assurer la sécurité des biens et des personnes. Le marché tendant naturellement à s’autoréguler, dans un contexte de libre concurrence, devait conduire à une répartition optimale des ressources. Au contraire, les tenants d’un rôle plus actif de l’Etat dans l’économie, ne croient pas que le marché, étant donné ses carences et ses imperfections, puisse aboutir en toutes circonstances à la meilleure solution possible. Les développements de la science économique et les événements marquants du XXe siècle ont progressivement confié de nouveaux rôles à l’Etat via la politique budgétaire. Cependant, la multiplication des difficultés depuis la crise pétrolière de 1973 a suscité un débat, voire une polémique, autour de la doctrine keynésienne interventionniste. C’est autour d’un Etat moins dépensier et moins interventionniste que la doctrine néolibérale, s’est structurée, profitant d’une conjoncture financière défavorable. À la lumière de cette controverse quant au rôle de l’Etat dans l’économie, nous essayerons dans le présent article de mettre en relief le rôle qui peut être joué par la politique budgétaire en période de crise d’autant plus que la succession des crises financières et économiques depuis mi-2007, crée un “choc de paradigmes” qui se manifeste de temps à autre, entre les théories de type keynésien et celles qui sont inspirées du néolibéralisme dominant.

Mots clés

Politique budgétaire expansionniste, Contre-choc pétrolier, Politique contra-cyclique, Politique pro-cyclique, Crise financière et économique, Syndrome hollandais.

Print Friendly, PDF & Email