Le contrôle judiciaire aux États-Unis

Aux États-Unis, le contrôle judiciaire est le pouvoir légal d’un tribunal de déterminer si une loi, un traité ou un règlement administratif contredit ou viole les dispositions de la loi en vigueur, d’une Constitution d’un État ou, finalement, de la Constitution des États-Unis.

Pouvoir de révision judiciaire : –

La Cour suprême est l’organe judiciaire le plus puissant au monde. Alexis de Tocqueville, écrivant en 1848, observait :

Si l’on me demandait où j’ai placé l’aristocratie américaine, je répondrais sans hésiter………qu’elle occupe la magistrature et le barreau……peu de question politique se pose aux Etats-Unis qui ne se résolve tôt ou tard en question judiciaire.

Exactement un siècle plus tard, le professeur Harold Laski écrivait :

Le respect dans lequel sont tenus les tribunaux fédéraux, et surtout la Cour suprême, n’est guère surpassé par l’influence qu’ils exercent sur la vie des États-Unis.

Ce qui explique cette grande influence et ce prestige de la Cour suprême, c’est son pouvoir d’interpréter la Constitution. Le juge Frankfurter a dit plutôt crûment que la Cour suprême est la constitution. Lorsque les juges interprètent la Constitution, ils prennent des décisions politiques et ont ainsi le dernier mot sur la détermination des problèmes sociaux et économiques auxquels le pays est confronté. Ils confirment ou déclarent nuls et non avenus et, par conséquent, sans effet les actes du Congrès ou de la Législature de l’État ou les ordres exécutifs qui sont en conflit avec la Constitution. Ce faisant, la Cour suprême devient la gardienne du système constitutionnel des États-Unis.

Professeur Henry J : Abraham définit le terme Contrôle judiciaire comme signifiant le pouvoir de tout tribunal de déclarer inconstitutionnelle et donc inapplicable toute loi, toute action officielle fondée sur celle-ci, et toute action illégale d’un agent public qu’il juge être en conflit avec le Loi fondamentale, aux États-Unis et sa Constitution.

Théoriquement, n’importe quel tribunal aux États-Unis peut déclarer une loi ou une action exécutive inconstitutionnelle, mais la Cour suprême est l’arbitre final. En réalité, cependant, la Cour suprême n’examinera pas tous les cas dans lesquels des questions de constitutionnalité sont soulevées. Il a établi des maximes ou des critères et les affaires portées devant la Cour doivent remplir les critères fixés, au nombre de seize. Cela a été fait pour éliminer le très grand nombre d’appels qui autrement auraient été portés devant la Cour.

Il n’y a aucune autorité directe dans la Constitution qui autorise la Cour suprême à déclarer la constitutionnalité ou non des lois étatiques ou fédérales. Certains auteurs, cependant, soutiennent que les rédacteurs de la Constitution n’avaient pas l’intention de conférer un tel pouvoir, au moins sur les lois fédérales, aux tribunaux des États-Unis et l’exercice de l’autorité de tenir les lois fédérales, ou les ordonnances inconstitutionnelles est l’usurpation du pouvoir.

Le président Jefferson avait déclaré sans équivoque que le dessein des Pères était d’établir trois départements indépendants du gouvernement et de donner au pouvoir judiciaire le droit de revoir les actes du Congrès et le président n’était pas seulement la violation des doctrines de la séparation des pouvoirs et limité gouvernement, mais c’était aussi en violation des intentions – des rédacteurs de la Constitution.

D’autres considèrent que le contrôle judiciaire est inhérent à la nature d’une Constitution écrite. Il y a deux dispositions importantes de la Constitution, soutient-il, qui sont révélatrices des intentions de ses rédacteurs.

L’un est l’article VI, section 2, qui se lit, entre autres. La présente Constitution et les lois des États-Unis qui seront faites en vertu de celle-ci, et tous les traités conclus ou qui seront conclus sous l’autorité des États-Unis, seront la loi suprême du pays ; et les juges de chaque État seront liés par cela, nonobstant toute disposition contraire de la Constitution ou des lois de tout État.

La deuxième disposition se trouve à l’article II, section 2, qui dit : Le pouvoir judiciaire s’étendra à tous les cas, en droit et en équité, découlant de la présente Constitution, des lois des États-Unis et des traités conclus ou qui seront conclus. , sous cette autorité.

Ces deux dispositions suffisent à combler la lacune que la Constitution n’a pas expressément prévue. Le fil de l’intention des rédacteurs de la Constitution peut être relié à ce que Hamilton a écrit dans le Federalist.

L’interprétation des lois est la compétence propre et particulière des tribunaux. Une Constitution est en effet et doit être considérée par les juges comme une loi fondamentale. Il doit donc leur appartenir d’en connaître le sens, ainsi que le sens de tout acte particulier émanant du corps législatif. S’il devait y avoir un désaccord irréconciliable entre les deux, celui qui a l’obligation et la validité supérieures devrait, bien entendu, être préféré ; en d’autres termes, la Constitution doit être préférée au statut, l’intention du peuple à l’intention de ses agents.

Le professeur Beard remarque qu’il y a de bonnes raisons de penser qu’une majorité des membres éminents de la Convention de Philadelphie ont une vision similaire des pouvoirs judiciaires fédéraux. En fait, le contrôle judiciaire existait déjà dans les États américains après leur rupture avec la Grande-Bretagne en 1766. S’il n’était pas expressément prévu dans la Constitution, c’est parce que les rédacteurs croyaient que le pouvoir était assez clairement implicite dans le langage utilisé dans les articles III et VI.

Le juge en chef Marshall a clarifié la question. Quelle qu’ait pu être l’intention des rédacteurs de la Constitution, la question a finalement été tranchée par le juge en chef Marshall dans la célèbre affaire Marbury v. Madison et depuis lors, le contrôle judiciaire est devenu une partie du droit constitutionnel, en fait, son très pierre angulaire. Les faits de l’affaire, brièvement exposés, étaient que le Congrès avait prévu dans la loi judiciaire de 1789, que les demandes de brefs de mandamus pouvaient être adressées à la Cour suprême et accordées par celle-ci.

Dans la nuit du 3 mars 1801, Marbury a été nommé juge de paix pour le district de Columbia par le président Adams, dont le mandat a expiré avant que la commission de sa nomination puisse être remise à Marbury. Le nouveau président Jefferson et son secrétaire d’État, Madison, ont refusé de remettre la commission à Marbury qui a demandé à la Cour suprême une ordonnance de mandamus ordonnant à Madison de remettre la commission.

Marshall, en rédigeant l’opinion de la Cour, a statué que Marbury avait droit à sa commission et que le mandamus était une réparation appropriée dans la situation, mais la Cour suprême n’avait pas le pouvoir de délivrer le bref. La délivrance d’un tel bref, a déclaré Marshall, était en violation de la disposition constitutionnelle de l’article II car il n’inclut manifestement pas de tels brefs.

Le Judiciary Act de 1789, qui autorisait la Cour suprême à émettre des brefs, a élargi la compétence initiale de la Cour suprême et du Congrès, était dépourvu de pouvoir pour élargir sa compétence initiale. Marshall a fait valoir que les juges étaient tenus par le serment de soutenir la Constitution, et quand ils ont constaté que l’une de ses dispositions était en conflit avec la loi, ils doivent tenir cette dernière répugnante et nulle.

L’argument du juge en chef Marshall, en bref, était que la Constitution est la loi suprême du pays et que les juges sont tenus de lui donner effet. Lorsque la Cour est appelée à donner effet à une loi votée par le Congrès qui est manifestement en conflit avec la loi suprême de la Constitution, elle doit donner la préférence à cette dernière, faute de quoi la déclaration de la suprématie de la Constitution n’aurait aucun sens.

Les implications de la décision du juge en chef Marshall peuvent être résumées comme suit :

  1. Que la Constitution est un document écrit qui définit et limite clairement les pouvoirs du gouvernement.
  2. Que la Constitution est une loi fondamentale et est supérieure à la loi ordinaire votée par le Congrès.
  3. Que l’Acte du Congrès qui est contraire et en violation de la loi fondamentale est nul et ne peut lier les tribunaux ; et
  4. Que le pouvoir judiciaire conféré par la Constitution ainsi que le serment de faire respecter la Constitution, que les juges prêtent lors de leur entrée en fonction, exigent que les tribunaux déclarent, lorsqu’ils croient, que les actes du Congrès sont en violation de la Constitution.

Depuis la décision de Marshall en 1803, le pouvoir de la Cour suprême de déclarer les lois du Congrès invalides a été restreint, contourné et attaqué mais jamais renversé. Le principe du contrôle judiciaire est désormais fermement ancré dans le système de gouvernement américain et l’affaire Marbury constitue la base de l’importante autorité exercée par la Cour suprême. Au cours des quatre-vingts premières années seulement dans l’affaire clé Marbury v. Dred Scot v. Sonford une loi fédérale a été rejetée. Depuis lors, plus de quatre-vingts actes du Congrès, en tout ou en partie, ont été invalidés.

Au cours des quatre années entre 1933 et 1937, treize lois fédérales et cinquante-trois lois étatiques ont été déclarées nulles et non avenues. Depuis 1937, aucune mesure économique édictée par le Congrès n’a été jugée inconstitutionnelle et la Cour suprême a fait preuve d’une attitude tolérante à l’égard des réglementations économiques édictées par les États. Dans ce domaine, le neutralisme judiciaire prôné par le juge Holmes est devenu dominant. Statistiquement, l’incidence du contrôle judiciaire sur la législation du Congrès a été extrêmement faible. Les lois des États ont fait plus fréquemment l’objet d’un rejet de la Cour suprême.

Depuis l’époque de Marshall, la Cour suprême a souligné à maintes reprises qu’elle ne se préoccupe pas de la politique, de la sagesse ou de l’opportunité de la législation, mais seulement de sa constitutionnalité. Selon ses propres termes, il n’approuve ni ne condamne aucune politique législative. Sa mission délicate et difficile est de vérifier et de déclarer si la législation est conforme ou contraire aux dispositions de la Constitution ; et après avoir fait cela, son devoir prend fin. Dans un autre cas, la Cour a statué, Même si nous considérons l’acte imprudent et non préjudiciable aux intérêts publics et privés, s’il relève équitablement du pouvoir délégué, notre obligation est de le soutenir.

Bien que le jugement final dans les affaires de ce genre soit rendu par la Cour suprême des États-Unis, le contrôle judiciaire est une prérogative de tous ! tribunaux du plus haut au plus bas. Même un juge de paix peut exercer cette autorité dans les cas appropriés, bien que sa décision fasse certainement l’objet d’un appel. Lorsqu’un tribunal déclare un acte législatif inconstitutionnel, cela signifie qu’il ne peut pas être exécuté car son incompatibilité avec la Constitution le prive du caractère de loi.

Mais les tribunaux n’ont aucun pouvoir à leur disposition pour exécuter leurs arrêts. C’est à l’exécutif de les faire respecter et il peut être possible qu’un officier exécutif les applique et cela s’est effectivement produit dans quelques cas comme, par exemple, dans une affaire célèbre à propos de laquelle le président Andrew Jackson a fait remarquer avec colère que John Marshall a pris sa : décision, qu’il l’applique maintenant.

En général, cependant, le prestige de la doctrine est si grand qu’une déclaration de la Cour est acceptée comme définitive même lorsque l’acte déclaré inconstitutionnel est populaire. Comme Bryce l’a exprimé, la Cour suprême est la voix vivante de la Constitution et, en tant que telle, le pays obéit, à la fois par inclination et par habitude.

Processus de contrôle judiciaire examiné : –

Ceux qui ont étudié de manière critique le pouvoir de contrôle judiciaire soutiennent qu’en conséquence, la Cour suprême a élargi son autorité à un point tel qu’elle est devenue une supr-législature non élective. Les juges, lorsqu’ils rendent leurs décisions, et quelle que soit la tenue légale de ces décisions, sont des décisions politiques. Les juges ne se limitent pas à des questions juridiques telles que les limites de la juridiction fédérale ou étatique, ou l’exécution des réglementations juridiques qui sont essentielles pour assurer une procédure régulière, mais ils discutent de l’opportunité d’une législation, de sa justice essentielle et de sa conformité à la loi de la raison.

La loi de la raison et la justice essentielle sont ce que sont les tempéraments, l’attitude caractéristique et les vues des juges. Les juges ont leurs propres prédilections politiques, économiques et sociales et auxquelles ils doivent très souvent leurs nominations. Les nominations des juges sont habituellement, mais pas exclusivement, partisanes. Et en interprétant et en appliquant des expressions telles que réglementer, commerce et procédure régulière, ils ne peuvent guère manquer d’être influencés consciemment ou inconsciemment par leurs philosophies sociales et leur vision générale des affaires.

Entre la guerre civile et le New Deal, les républicains étaient à la Maison Blanche pendant presque seize ans. Indépendamment de leurs affiliations partisanes, la plupart des présidents et sénateurs croyaient à la politique du laissez-faire complet et regardaient avec méfiance toute proposition qui restreignait le droit à la liberté économique la considérant dangereuse, socialiste, populiste et anarchique.

Et ce sont les hommes qui ont nommé la plupart des juges de la Cour suprême. Avec la nomination de Melville Fuller au poste de juge en chef en 1888, une nouvelle période s’ouvrit dans l’histoire de la Cour suprême. Entre 1888 et 1937, elle devient une aristocratie de la robe et transforme la clause de procédure régulière en un fossé autour de toutes les formes de propriété privée.

Il a censuré et invalidé toutes sortes de lois qui, de l’avis des juges, interféraient de manière déraisonnable avec l’usage de la propriété privée. La Cour a donné un sens étroit au commerce interétatique et, ainsi, a rogné à bien des égards les pouvoirs du Congrès. Il n’a même pas hésité à opposer son veto à toutes les tentatives du Congrès d’interdire le travail des enfants.

En 1895, la Cour suprême a renversé un précédent ancien et bien accepté et pratiqué jusqu’alors et a rendu impossible pour le gouvernement fédéral de percevoir l’impôt sur le revenu. C’était une décision de cinq à quatre juges et Justice Field a manifesté les sentiments de l’opinion majoritaire à propos de telles expériences. Il considérait l’impôt sur le revenu comme une simple attaque contre le capital et soutenait qu’il ne serait que le tremplin vers d’autres, grands et plus radicale, jusqu’à ce que nos luttes politiques deviennent une guerre des pauvres contre les riches, une guerre sans cesse croissante en intensité et en amertume, Quand la Cour suprême a retardé la manifestation de l’opinion publique en imposant à la nation sa propre construction ce que les l’ordre devrait être, il a réellement assumé le pouvoir de super législature mais pas en sa qualité de représentant.

L’opinion populaire a pris une revanche politique en adoptant le seizième amendement afin de renverser cette décision. Dans la célèbre affaire Atkins, le juge Sutherland, parlant au nom de la majorité, a défini le rôle du tribunal, comme le dit Brogan, d’une manière qu’un critique radical aurait difficilement pu améliorer. Et se référant à cette affaire, Boudin a fait remarquer que l’annonce que le tribunal s’est constitué en une super-législature est peut-être plus claire que dans n’importe quel autre cas.

Le juge Sutherland a affirmé sans équivoque qu’il existe des limites au pouvoir et que lorsque celles-ci ont été adoptées, il est du simple devoir des tribunaux, dans le bon exercice de leur autorité, de le déclarer. De telles décisions sont, en effet, de nature politique et ne sont pas impressionnantes, impartiales et dignes d’un respect particulier comme la décision d’un tribunal devrait généralement l’exiger.

On peut également noter que toutes ces décisions ont été rendues à la majorité de cinq à quatre et si l’on doit se fonder sur le juge Sutherland, il était du simple devoir des tribunaux, dans l’exercice approprié de leur autorité, de déclarer invalide tout exercice d’autorité qui dépassait la limite, il s’ensuit que les quatre juges dissidents avaient toujours été inconscients de leur simple devoir. Dans l’affaire Atkins en particulier, la minorité comprenait le très conservateur juge en chef Taft.

L’accession au pouvoir de la Cour suprême en tant que super-législature a toujours été contestée par une minorité de juges. Le juge Oliver Wendell Holmes (1902-1932), qui a passé plus de trente ans à la Cour, a constamment et sans cesse protesté contre l’habitude de ses collègues d’inscrire leurs propres prédilections économiques dans la Constitution. Holmes était un conservateur avec un peu de foi dans la réforme sociale de la législation, mais il n’a jamais permis à ses opinions personnelles de devenir la mesure de la constitutionnalité de la législation et il était, par conséquent, en désaccord.

Louis D. Brandies aussi, nommé en 1914 par le président Wilson, s’est joint à Holmes pour protester contre l’orientation majeure des opinions de la Cour suprême et exposer les raisons de la majorité de la Cour. Avec l’arrivée de la pierre Harlan Fisk, en 1923, la dissidence de Holmes, Brandies et Stone est devenue une expression familière dans la revue de droit.

Il y a encore un autre aspect du problème. Tout en interprétant et en appliquant l’esprit et le langage de la Constitution, les juges décident également des questions de politique publique. Lorsqu’une loi du Congrès est soumise à la Cour suprême, le juge accepte ou rejette : une politique qui y est incarnée. La politique une fois rejetée par eux n’a aucune chance d’être appliquée jusqu’à ce qu’un tribunal différemment constitué adopte ultérieurement une attitude différente.

La Cour suprême est la moins sensible à l’opinion publique. Si la Constitution est suprême parce qu’elle exprime les idées du peuple, alors les agents qui représentent le plus directement ces idées ont le meilleur droit d’interpréter la Constitution.

On se demande donc avec pertinence pourquoi cinq hommes, qui constituent la majorité de la Cour, titulaires de fonctions à vie et nommés à leurs postes pour leurs fortes prédilections politiques, sociales et économiques, auraient-ils le pouvoir de dire au Congrès et au Président, élus par les gens, ce qu’ils ne peuvent pas faire. La partialité indue et la dépendance excessive à l’égard de la formule juridique démontrée par la Cour suprême ont sérieusement retardé les progrès aux États-Unis.

L’affirmation du juge en chef Hughes selon laquelle nous sommes soumis à une Constitution mais la Constitution est ce que les juges disent qu’elle est ou pour exprimer la même chose ce que le juge Frankfurter a dit laconiquement : La Cour suprême est la Constitution est difficile à accepter tant que certains, au moins , des juges sont des politiciens passionnés de formation et sont suffisamment pris pour aspirer à la présidence même après être devenus juges de la Cour suprême.

Il n’est pas, en effet, exagéré de dire qu’à un moment donné, un ou deux des juges sont des candidats potentiels à la présidence. Il ne serait pas non plus déplacé et sans importance de mentionner ici que le juge en chef Taft n’a pas jugé compatible avec ses hautes fonctions d’agir en tant que conseiller personnel de M. Coolidge tout au long de son mandat présidentiel.

Il est allégué que le juge en chef Hughes et certains de ses associés ont joué un rôle considérable dans la défaite du plan de la Cour du président Roosevelt au Congrès. Lorsque les juges sont des politiciens et deviennent des politiciens actifs, le prestige de la magistrature ne s’accompagne pas de l’estime qu’elle devrait avoir en tant que gardien impartial de la Constitution.

Le contrôle judiciaire a pris un nouvel aspect après la nomination d’Earl Warren au poste de juge en chef en 1954. Il est connu sous le nom d’activisme judiciaire. Avant la nomination de Warren, le contrôle judiciaire n’avait été utilisé que pour invalider une loi au motif qu’elle était en conflit avec la Constitution; concept négatif en effet.

Pendant le mandat du juge en chef Earl Warren, le contrôle judiciaire avait été utilisé de manière positive pour créer une législation. La Cour a accepté un style libéral moderne de contrôle judiciaire la discussion de l’économie, les références à l’histoire politique, l’utilisation des traités sociologiques, l’absence d’appels aux précédents comme étant entièrement déterminants.

Les règles de la Constitution ont été appliquées d’une manière réfléchie et large, conforme à l’intention des rédacteurs et aux besoins de l’ordre public. Il a été affirmé que le processus judiciaire au cours des deux décennies qui ont suivi la nomination de Warren a été mis en œuvre en faveur d’une société progressiste, démocratique et libertaire.

En dehors de son leadership dans la révolution noire, l’élément le plus important de l’activisme réformiste égalitaire dans lequel le tribunal de Warren s’est engagé a été d’imposer le principe un homme, une voix à la représentation dans l’État. Législatures et Congrès.

La Cour a jeté par-dessus bord les précédents et la doctrine des questions politiques et a statué à la majorité de six contre deux dans Baker v. Car (1962) que la répartition législative de l’État était correctement soumise à un examen judiciaire en vertu de la clause de protection égale.

Il y a eu une avalanche de critiques dirigées contre la Cour. L’essentiel de la critique était que la Cour s’était imprudemment transformée en une sorte de convention constitutionnelle libertaire permanente qui siégeait au jour le jour avec l’intention de résoudre tous les maux politiques et sociaux du comté grâce à un processus continu d’intervention judiciaire.

Les juges, a-t-on soutenu, n’ont pas tenu compte des précédents et des règles de droit de longue date et ont même parfois eu recours à de faux antécédents judiciaires afin de doter leurs décisions d’une plausibilité constitutionnelle superficielle. Tout cela a gravement violé le processus démocratique en ce qu’il a imposé une réforme sans égard à la volonté de la majorité ou aux organes législatifs normaux pour effectuer le changement social.

Le mécontentement à l’égard de telles expériences de constitutionnalisme aventureux, comme l’a décrit l’un des critiques des décisions de la Cour suprême, était répandu dans tout le pays et à la fin de 1969, les législatures de trente-trois États ont demandé au Congrès de convoquer une convention constitutionnelle. Plus tôt en 1958, la conférence des juges en chef (des cours suprêmes des 50 États) avait adopté une résolution appelant la Cour suprême des États-Unis à s’écarter de la politique et à revenir au droit.

Warren Burger, qui a succédé à Earl Warren, n’avait jamais été accusé d’être un libéral enflammé. Mais la nomination de William H. Rehnquist, en remplacement du juge en chef Burger, a suscité de nombreuses critiques. Il a été critiqué, lors d’une épuisante audience au Sénat pour confirmer sa nomination par le président Ronald Reagan, pour ses opinions extrêmes sur la race, les pauvres, les droits des femmes et la liberté d’expression.

Le sénateur Edward Kennedy a décrit Rehnquist comme trop extrême pour être juge en chef. Lorsque Richard Nixon l’a nommé à la Cour suprême en 1971, le rapport minoritaire, déposé par des membres de la commission judiciaire du Sénat, déclarait que Rehnquist n’avait pas fait preuve d’un engagement manifeste en faveur des droits humains fondamentaux, qu’il était en dehors du courant dominant de la pensée américaine et , par conséquent, ne devrait pas être confirmé.

Les historiens politiques s’accordent généralement à dire que l’héritage le plus permanent qu’un président des États-Unis laisse à la nation sont les nominations qu’il fait à la Cour suprême. En effet, les neuf juges de la Cour suprême jouissent d’un mandat à vie et leur interprétation de la Constitution est le dernier mot aux États-Unis.

Il n’y a pas d’appel final. La nomination par Reagau du juge en chef William Rehnquist a été le succès phénoménal du président à changer le visage idéologique de la justice américaine. L’inclinaison idéologique devait être avancée par l’accession du juge Rehnquist. Il était complètement conservateur comme les instincts les plus conservateurs du président Reagan.

Le but ultime du président était de retirer la Cour suprême à neuf chiffres de sa légère tendance libérale. Seul un conservateur pouvait espérer accéder à la Cour suprême. C’était une décision calculée du président Reagan qu’à la fin de son mandat en 1988, au moins la moitié des juges devraient être ses candidats.

Suggestions de réforme : –

Le système de contrôle judiciaire a, de temps à autre, été violemment attaqué et de nombreux remèdes ont été suggérés. Une réforme suggérée est de ne pas permettre l’invalidation des statuts à la simple majorité de la Cour ou même par les votes. Le spectacle d’une législation importante du Congrès renversée par cinq voix contre quatre n’ajoute pas au prestige du comte suprême. En fait, cela ajoute au scepticisme de l’infaillibilité judiciaire. Il a donc ; Il a été proposé que l’exercice du pouvoir de contrôle judiciaire nécessite l’assentiment de sept des neuf juges de la Cour suprême.

Une telle réforme, soutient-on, peut être accomplie par une loi du Congrès. Mais il est douteux que la Cour suprême déclare valide ce genre de loi. Deux autres propositions ont été suggérées. L’une consiste à abolir le pouvoir de contrôle judiciaire par un amendement constitutionnel. Mais c’est une tâche impossible.

En fait, il n’y a eu que peu ou pas de demande : pour l’abolition du contrôle juridictionnel ; son maintien étant assumé même par divers projets de modification du personnel et de la compétence des tribunaux. La seconde est que le Congrès peut réitérer une loi annulée par la Cour car elle peut passer outre un veto présidentiel. Mais cela aussi nécessiterait un amendement constitutionnel.

Les remèdes qui nécessitent un amendement constitutionnel ne sont pas jugés suffisamment efficaces, en raison des difficultés des résultats incertains et des méthodes détournées qu’ils impliquent. Il a fallu près de vingt ans pour que le seizième amendement entre en vigueur et, ainsi, annule le travail de la Cour suprême. L’une des propositions les plus drastiques suggère que la Constitution soit amendée pour établir une Cour de l’Union composée des présidents des cours suprêmes de 50 États, avec le pouvoir de réviser et d’annuler les décisions de la Cour suprême des États-Unis lorsque les droits des États sont en jeu. .

Mais les critiques de cette proposition se demandent à juste titre si cela ne diminuerait pas le prestige de la Cour suprême et nuirait à son efficacité ? Est-il possible d’avoir un tribunal composé de cinquante membres ? Les juges en chef des cours suprêmes des États, dont la plupart sont élus par le peuple, seraient-ils de haute qualité et capables d’avoir un point de vue détaché ?

Plus récemment, de sérieuses propositions ont été faites pour restreindre les pouvoirs de la Cour suprême. Quand la Cour a annulé. Les lois anti-subversion des États dans les années 1950 ou, dans l’affaire Miranda de 1966, définissant les droits des prisonniers soumis à des interrogatoires, des dizaines de projets de loi ont été soumis au Congrès pour le restreindre.

La plupart d’entre eux visaient à maintenir les soi-disant problèmes moraux ou sociaux, principalement l’avortement, la prière à l’école et la déségrégation scolaire, en dehors de la portée d’une décision fédérale unificatrice, telle que la Cour suprême le fournirait. Les conservateurs, qui dominaient le Sénat, soutenaient que le rôle de la justice fédérale avait été élargi de manière injustifiée et que la Cour suprême n’était pas la seule interprète de la Constitution.

L’autorité législative pour restreindre la Cour suprême a été choisie parce qu’elle est relativement rapide et facile. Aucun n’a été adopté. Mais la Cour suprême le supportera-t-elle si le Congrès adoptait l’une de ces mesures ? Il a toujours le pouvoir d’examiner la législation adoptée par le Congrès. La Cour n’est donc peut-être pas aussi vulnérable aux attaques par une mesure législative que les conservateurs le proposent et le supposent.

Aucune des propositions ; mentionné ci-dessus, a suscité l’enthousiasme populaire, et la plupart des Américains continuent de considérer le système de contrôle judiciaire comme une caractéristique souhaitable du système gouvernemental tel qu’il peut être obtenu aux États-Unis. D’une manière générale, comme le disent Burns et Peltason, les Américains n’ont jamais été disposés à faire entièrement confiance à la majorité.

Un pouvoir judiciaire indépendant doté d’un pouvoir de révision judiciaire a été le signe institutionnel majeur de cette peur des majorités législatives et populaires incontrôlées. Mais dans quelle mesure les juges sont-ils indépendants ? On en a assez parlé, mais une autre illustration sera pertinente à cet égard. Le juge en chef Taft craignait de démissionner de peur que le radical Hoover ne soit autorisé à nommer quelqu’un à sa place.

En 1929, il écrivait : Je suis plus vieux et plus lent et moins aigu et plus confus. Cependant, tant que les choses continuent comme elles sont, et que je suis en mesure de répondre à ma place, je dois rester sur la Cour afin d’empêcher les Boulcheviks d’en prendre le contrôle.

Mais un problème sérieux auquel la Cour suprême est confrontée est le nombre d’affaires portées devant la Cour, qui se sont multipliées ces dernières années. Le juge en chef Warren E. Burger, en 1983, a donné le montant de la charge de travail qui était déjà. En 1953, la première année du juge en chef Earl Warren, il y a eu 1 463 dossiers et en 1981, 5 311 affaires étaient au rôle et si l’augmentation se poursuivait au rythme actuel, a déclaré le juge en chef, pendant son mandat à la Cour, il y aurait 7 000 à 9 000 cas par an à l’ordre du jour. Aucune personne au monde ne peut gérer autant de cas et les gérer correctement.

Pour maintenir la qualité de la justice, a-t-il suggéré, des changements fondamentaux dans le système judiciaire des États-Unis, tels que la création d’un deuxième tribunal de dernier recours. Dans son rapport annuel à l’American Bar Association, le juge en chef a demandé au Congrès de créer une commission pour examiner l’ensemble du problème. Jusqu’à présent, le Congrès n’a rien fait à cet égard, bien que le juge en chef ait considéré le problème de la charge de travail massive et croissante comme très grave.

Propositions de Roosevelt : –

La bataille du président Franklin Roosevelt avec la Cour suprême est une tentative plus récente et plus dramatique d’un leader politique pour influencer le cours des décisions judiciaires. Le président Hoover a quitté ses fonctions en mars 1933, au milieu de la grande dépression économique. À la même date, le président Roosevelt a pris ses fonctions en promettant un New Deal et en sortant le pays du chaos économique. Sous sa direction, le Congrès a adopté en succession rapide des lois d’une grande importance en un temps record. La hâte était justifiée par l’urgence.

En 1935, ces mesures ont commencé à être soumises à la Cour suprême. La Cour suprême a déclaré inconstitutionnels cinq des statuts du New Deal pendant le mandat de la Cour commençant en octobre 1935. En tout, elle a invalidé, dans les trois ans qui ont suivi sa bataille avec le président, douze statuts du New Deal ou leurs dispositions. Il est instructif de noter quelque chose au sujet de la composition de la Cour suprême à ce stade. Entre 1933 et 1937, la Cour suprême était composée de neuf juges, tous nommés avant 1933, et à l’exception de deux, McReynolds et Brandies, les autres étaient nommés par les présidents républicains.

Leur moyenne d’âge était de soixante-douze ans (en 1937), le plus élevé de l’histoire de la Cour suprême, et il se trouve que quatre (McReynolds Suthertand, Butler et Van Devanter) sur les six, qui avaient plus de soixante-dix ans, étaient des conservateurs tandis que le cinquième ( Hughes) était un milieu de route et seulement le sixième (Brandies) un libéral. Sur la plupart des mesures qui ont été soumises à la Cour suprême, les juges ont été divisés en deux blocs définis, conservateur et libéral.

Au début de 1937, alors que le conflit entre le Président et la Cour suprême touchait à son paroxysme, Roosevelt présenta au Congrès son propre programme de réorganisation du système judiciaire fédéral. Le Président et le Parti démocrate n’avaient donné aucune indication d’une telle réorganisation lors de la campagne électorale présidentielle. Son message au Congrès le 4 février 1937, incarnant ses propositions de réorganisation avait,. donc un effet dramatique.

La proposition la plus importante était de donner au Président le pouvoir de nommer un juge supplémentaire pour chaque membre de la Cour qui avait servi pendant dix ans et qui restait en fonction après avoir atteint l’âge de soixante-dix ans, à condition que le nombre maximum ne dépasse jamais quinze. L’objet de la proposition était de rajeunir la Cour suprême et de la rendre plus efficace afin qu’elle puisse suivre son travail.

La proposition a été rejetée dans son intégralité. La seule caractéristique rédemptrice qui en est ressortie était que le Congrès a autorisé les juges de la Cour suprême avec dix ans de service à prendre leur retraite à soixante-dix avec plein salaire. Bien qu’il s’agisse d’une défaite politique pour Roosevelt, comme il a été observé que le président a perdu sa bataille mais a gagné sa guerre, en 1938, le juge Roberts a écrit une autre opinion majoritaire, cette fois en estimant que l’Agricultural Adjustment Act de 1938, qui visait également réglementer l’agriculture, était constitutionnel.

Il est vrai qu’à l’automne 1937, les libéraux étaient clairement majoritaires à la Cour suprême et en septembre 1942, seuls les juges Roberts et Stone restaient hors de l’ancien lot, mais avant même que des changements puissent être apportés au personnel de la Cour suprême, la Cour a manifesté un changement d’avis en inversant son attitude antérieure envers la loi sur le salaire minimum de l’État pour les femmes, en redéfinissant la clause sur le commerce de manière à inclure la fabrication, en maintenant la loi sur la sécurité sociale et la loi sur les chemins de fer.

La mise sous tension du juge en chef Hughes et du juge Roberts, qui avaient jusqu’alors voté avec les juges conservateurs, a indiqué la véracité de la terminologie politique nouvellement inventée. Un changement dans le temps a sauvé les Neuf. En quatre ans, la plupart de ce que le président Roosevelt avait cherché à réaliser par sa proposition de libéraliser la cour l’avait été sans changer sa structure. Depuis 1936, seuls deux articles mineurs de deux lois fédérales ont été déclarés inconstitutionnels. La Cour interprète désormais les Constitutions à la lumière de la situation sociale et économique qui prévaut dans le pays. Il traite la Constitution comme un corps de principes vivants et a par conséquent validé un large élargissement de l’autorité du Centre en vertu de la clause commerciale et d’une nouvelle interprétation de la clause de bien-être.

Une autre caractéristique importante de la modernisation de la Cour suprême est un changement substantiel en ce qui concerne les précédents. Les juges de la vieille école avaient adhéré aux précédents au point de la dévotion religieuse qui a privé la Constitution de son adaptabilité aux conditions changeantes. La nouvelle attitude de la Cour a libéré l’interprétation constitutionnelle des restrictions du stare decisis. En 1941 et 1957, la Cour a annulé ses décisions antérieures concernant respectivement le travail des enfants et le salaire minimum des femmes. La nouvelle attitude de la Cour a été mieux exprimée par le juge Reed. Il a déclaré dans Eire Railroad Company v. Tompkins (1938) : Dans cette cour, le stare decisis, dans l’interprétation législative, est une règle utile, et non un ordre inexorable.

Mais tout cela craignait d’être renversé par la Cour Rehnquist. Le point central de l’opinion de Rehnquist était son obligation envers l’activisme politique englobé par l’expression. La Constitution vivante. La fidélité à l’intention originale des rédacteurs est la pierre angulaire de l’interprétation constitutionnelle de Rehnquist. Le langage constitutionnel, pour lui, n’est pas infiniment élastique, pour être façonné selon les besoins perçus des générations suivantes. Sa croyance en la centralité de l’intention originale en tant que recherche de ce que les mots qu’ils (les rédacteurs) utilisaient signifiaient pour eux est constante dans ses déclarations publiques, en particulier dans ses décisions judiciaires déjà enregistrées.

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14257

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *