Le problème du succès dans la révolution bolchevique

 Le succès étonnamment facile de la révolution bolchevique du 7 novembre 1917, confronta Lénine et le parti à un problème entièrement nouveau : un groupe de révolutionnaires, souvent un groupe illégal et conspirateur, devait être transformé en un gouvernement d’idées positives ou constructives pour cela. il avait remarquablement peu de changements, car son énergie avait été consacrée à faire une révolution, non à faire un programme. Il avait en effet pour objectif de construire une économie collectiviste et un gouvernement socialiste.

Mais il avait des idées très floues sur la façon dont cela devait être fait et surtout des idées fausses sur la difficulté de le faire. Pourtant, cet objectif, aussi vague soit-il, était encore la partie la plus permanente de son équipement. C’était le but qui formait son principal lien avec le marxisme, qui restait l’objet constant d’improvisations forcées, et qui exigeait une manipulation violente de la société dans laquelle il devait mener son expérience.

Car dans un pays comme la Russie, avec plus de quatre-vingts pour cent de sa population agraire et paysanne, tout parti qui aurait suivi la ligne de moindre résistance n’aurait certainement pas fait de son centre de pouvoir la petite minorité d’ouvriers urbains et industriels, ou n’aurait pas fait de sa politique majeure.

Bien que le parti ne le sache pas encore, la révolution prolétarienne était sur le point d’accomplir un paradoxe marxiste après l’événement où elle allait conduire la révolution industrielle, que Mar avait supposée antérieure à sa propre existence. Mais dans un sens réel, c’était encore loin dans l’avenir, aussi loin que la Troisième Révolution que Staline devait conduire dès l’aube, lorsqu’il commença le premier des Plans quinquennaux en 1928.

Comme d’habitude, Lénine fut le premier à entrevoir à la fois la fin et la route. Il s’est plutôt remis rapidement de la brume rose de l’État et de la Révolution ; en 1919, il avait admis que la dictature du prolétariat signifiait la dictature du parti ; et en 1922, il déclara que sans l’industrie lourde, la Russie était condamnée en tant qu’État civilisé, et encore moins en tant qu’État socialiste ; il vit aussi que la révolution subsistait sur le niveau de vie des paysans.

Pour la construction d’un gouvernement qui pourrait le conduire vers son but, le nouveau régime avait des slogans plutôt qu’un programme. Il avait les grandes lignes d’une stratégie révolutionnaire que Lénine avait appelé des années auparavant la dictature démocratique-révolutionnaire du prolétariat et de la paysannerie, ce qui signifiait en substance utiliser la faim des paysans pour les immobiliser pendant que la minorité ouvrière établissait son pouvoir.

Cette stratégie Lénine a en effet suivi avec succès en encourageant les paysans à expulser les propriétaires, ce qu’il n’aurait pu empêcher de toute façon. Mais le plan prévoyait aussi d’abandonner l’alliance avec les paysans à un moment indéterminé dans le futur, lorsqu’elle pourrait être remplacée par une alliance avec le prolétariat de l’Occident. Et la révolution attendue sur laquelle la théorie a fondé la permanence d’une révolution russe n’a jamais eu lieu.

Le résultat à long terme était donc que l’expulsion des propriétaires terriens menaçait de créer une classe plus puissante de propriétaires paysans qui pourraient devenir un secteur bourgeois inassimilable dans la société socialiste future. Des années plus tard, cette menace a dû être écartée par la violente croisade contre les koulaks.

Le nouveau régime avait pour mot d’ordre : Tout le pouvoir aux soviets, mais l’usage de celui-ci s’évanouit en grande partie avec le succès de la révolution. Pour une fois, les espoirs syndicalistes des premières semaines de la révolution s’étaient évanouis ; la démocratie primitive des soviets n’était rien sur lequel un gouvernement à grande échelle pouvait être construit, sans parler d’un gouvernement capable d’avancer vers un objectif socialiste.

Les soviets donnèrent donc surtout une moisson de négatifs ; la fausse prétention d’un type supérieur de démocratie éliminait toute utilisation de l’expérience parlementaire de l’Europe occidentale et réduisait la discussion sur la démocratie à une chicane sémantique. La démocratie soviétique était mille fois plus démocratique qu’un parlement, même si elle violait tous les droits concrets que le mot avait connotés.

A cette imprécision du programme, il faut ajouter le fait que pendant des années la situation en Russie fut telle que la survie à tout prix et à n’importe quelles conditions était à peu près ce que le nouveau régime pouvait espérer de mieux. Vu sous cet angle, l’accomplissement du gouvernement soviétique était une merveille d’énergie, d’improvisation et de courage.

Le fait crucial de la philosophie politique de Lénine est donc que son succès en 1917 l’a trouvé en possession d’une seule et unique institution tangible et utilisable, le parti. C’était le concept de parti qui avait distingué le marxisme de Lénine en 1902 ; c’est le parti qui a fait la révolution ; et c’était maintenant le parti qui devait former un gouvernement.

Pourtant, ce que Lénine avait produit, c’était le concept d’un corps de troupes de choc révolutionnaires, dédié à la révolution, rigoureusement discipliné et dirigé de manière centralisée. Il n’avait jamais eu, et n’avait pas eu pendant des années après 1917, aucune existence légale, et il avait été maintenu et dirigé par l’ascendant personnel de Lénine, non par sa structure institutionnelle. Il n’avait aucune procédure ordonnée pour prendre des décisions et traduire ses décisions en politiques.

De plus, la caractéristique marquante de la direction de Lénine avait été sa souplesse, son habileté à adapter le parti à toutes les situations dans le seul but de faire avancer la révolution, et sa capacité à persuader les marxistes de se lancer dans des entreprises qu’ils ne croyaient pas marxistes. Il en resta à peu près de même après 1917. Car le parti était unanime sur un seul point, à savoir qu’ayant obtenu le pouvoir, il garderait le pouvoir.

Dans les vagues limites fixées par l’objectif de créer une société socialiste, il y avait de la place pour d’énormes différences de méthodes, et en effet chaque choix d’une ligne d’action spécifique était marqué par de grandes divergences d’opinion qui étaient généralement réglées, aussi longtemps que Lénine vivait. , par sa domination dans un groupe rendu cohérent par une longue expérience de la discipline de parti. Et toujours, bien sûr, ces décisions devaient être prises dans le cadre des exigences de la position précaire du parti.

La théorie du parti et du gouvernement communiste doit donc être démêlée des problèmes administratifs liés à la création d’une armée et à l’assurance du contrôle de l’armée par le parti, et à la création d’une organisation bureaucratique pour lui-même et pour le nouveau gouvernement.

À long terme, deux questions étaient cruciales : comment le parti pouvait-il assurer son monopole du pouvoir sur toutes les autres organisations telles que les syndicats ou même le gouvernement lui-même ? Et comment la haute direction a-t-elle réussi à s’assurer un monopole du pouvoir au sein du parti lui-même ? La théorie du gouvernement communiste était donc essentiellement la théorie du parti.

Dans un sens, aussi, les réponses apportées n’étaient pas nouvelles mais étaient des explications de deux termes qui avaient été dans le vocabulaire léniniste depuis le début le parti comme avant-garde du prolétariat et le centralisme démocratique comme principe d’organisation du parti lui-même dans un autre sens, lorsque ces termes sont devenus des noms pour des Procédures réelles, ils ont obtenu une précision de sens qui leur manquait auparavant. Les deux sections suivantes traiteront de ces questions.

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14307

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *