Le renforcement du congrès américain

 La Constitution accorde au Congrès le pouvoir exclusif de promulguer des lois et de déclarer la guerre, le droit de confirmer ou de rejeter de nombreuses nominations présidentielles et des pouvoirs d’enquête importants.

Coordination exécutive-législative : –

Il devrait donc être évident que le problème de la coordination des pouvoirs exécutif et législatif a été aggravé par le fait que l’usage a intensifié une séparation que la Constitution ne faisait qu’impliquer. Cela s’est produit immédiatement après l’inauguration de la Constitution lorsque le premier Congrès a demandé au secrétaire au Trésor, Alexander Hamilton, de faire ses rapports par écrit au lieu d’oralement, ce qu’il était prêt et désireux de faire. Depuis lors, cette pratique a été rigoureusement suivie avec pour conséquence que l’exécutif est entièrement séparé du législatif et comme le juge Story l’a décrit il y a un siècle.

L’exécutif est obligé de recourir à des influences secrètes et invisibles, à des entretiens privés et à des arrangements privés pour accomplir son propre objectif approprié au lieu de proposer et de soutenir ses propres devoirs et mesures par un appel audacieux et viril à la nation face aux représentants. La nation ne peut pas rester à l’aise lorsque le président et le Congrès se disputent et se retrouvent dans une impasse sur des questions importantes.

Le Président, étant le représentant de la nation, le généralissime de l’administration et le choix du peuple, est le chef de la nation. Son leadership ne peut être établi et stabilisé que s’il existe une coordination et une coopération appropriées entre les départements exécutif et législatif . La coordination signifie vraiment renforcer le Congrès lui-même et viser ainsi à éliminer la tendance instinctive et inhérente du Congrès à être anti-présidentiel.

Il y a trois quarts de siècle, James A. Garfield, après un long service à la Chambre des représentants , déclarait. Ce serait bien mieux pour les deux départements si les membres du Cabinet étaient autorisés à siéger au Congrès et à participer aux débats ou aux mesures relatives à leurs différents départements mais, bien sûr, sans vote. Cela tendrait à sécuriser les hommes les plus capables pour les postes de direction générale ; elle donnerait à la politique de l’administration la plus grande publicité en donnant aux deux parties de nombreuses occasions de critique et de défense.

Il y a des étudiants du Congrès qui sont allés jusqu’à préconiser l’abolition de tout votre concept de gouvernement présidentiel et votre substitution à la place du système de gouvernement. Si l’Amérique doit refaire sa constitution, ce sera très certainement un système parlementaire. Mais cela n’arrivera pas.

Des discussions sur les mérites du système de cabinet britannique ont eu lieu devant le Comité mixte sur l’organisation du Congrès lorsque ce comité préparait le projet de loi sur l’organisation législative de 1946. Walton H. Hamilton de la Yale Law School, a exprimé son inquiétude face à la rythme auquel est prônée l’adoption du système britannique et constate que la situation dans laquelle se trouvent les Américains et leurs besoins n’ont pas été correctement analysés.

Il a fait remarquer, Le choc de l’exécutif et du Congrès est grandement exagéré ; il ne présente qu’un problème mineur. Le caractère du système anglais est manqué ; les conditions distinctives de la société américaine, auxquelles elle ne conviendrait jamais, sont ignorées ; les activités qui composent notre modèle de gouvernement ne sont pas suffisamment prises en compte. La vie de tout système politique est fonction ; l’imitation, surtout lorsque les situations sont différentes, ne peut jamais épeler des fonctions.

La conviction que le système de cabinet britannique ne répondrait pas aux besoins américains est largement répandue et l’on pense que le système présidentiel avec tous ses gémissements et craquements opérationnels a fourni une solution différente, mais tout aussi pratique et probablement mieux adoptée au problème du pouvoir gouvernemental dans les États Unis.

Même les propositions visant à introduire l’initiative de l’exécutif dans la législation et à rendre l’administration réactive et responsable dans le cadre gouvernemental existant n’ont pas été bien reçues. Deux ans après la recommandation de Garfield, évoquée plus haut, le jeune Woodrow Wilson proposa de donner aux membres du Cabinet des sièges au Congrès avec le privilège de l’initiative législative.

En 1883, il a exhorté le président Cleveland à assumer désormais le rôle de premier ministre avec le Cabinet en tant qu’agence de coordination pour accomplir la volonté populaire. Et lorsqu’il est devenu président, il a voulu en vérité être un premier ministre.

Il a souligné sa fonction en tant que chef de son parti, s’est adressé au Congrès en personne et a promu et exécuté un programme de législation notable. Lorsqu’il a fait face à une possible défaite sur la proposition d’abrogation de l’exemption des navires américains du paiement des péages du canal de Panama, il a déclaré. En cas d’échec de cette question doit aller dans le pays après ma démission est présentée.

En 1918, il a lancé un appel au pays pour le retour d’une majorité démocrate au Sénat et à la Chambre des représentants. Je suis votre serviteur, a-t-il dit dans son appel à l’électorat et j’accepte votre jugement sans chichis, mais mon pouvoir d’administrer la grande confiance qui m’est assignée par la Constitution serait sérieusement compromis si votre jugement était défavorable, et je dois vous le dire franchement parce que tant de questions critiques dépendent de votre verdict.

L’électorat américain a semblé en vouloir à l’appel et un Congrès républicain a été élu bien que de nombreux autres facteurs aient sans aucun doute contribué à cet événement. Le président Wilson a finalement appris, remarquent les professeurs Binkley et Moos, qu’un tel système n’est pas conforme aux traditions américaines et ne peut apparemment pas être institutionnalisé dans le cadre américain. Don K. Price, une autorité dans le domaine de l’administration publique, a remarqué, Peut-être que seul un psychanalyste pourrait expliquer la nostalgie particulière de l’Amérique pour les institutions obsolètes de la mère patrie.

Une autre proposition de relations avec l’exécutif du Congrès a été suggérée sur des lignes quelque peu différentes et moins radicales. Il est suggéré que les anciens présidents aient un siège à vie au Sénat. Mais un tel arrangement n’est pas susceptible de cimenter les relations entre l’occupant de la Maison Blanche et le Congrès, bien qu’il fournirait au Sénat une connaissance supplémentaire des problèmes qui l’entourent que cet organe ne pourrait pas autrement gagner.

M. La Follettee Jr. a plaidé en faveur de la création d’un groupe permanent composé d’un important leader du Congrès, vice-président, président, chefs de la majorité des deux chambres, présidents des principaux comités et membres clés du Cabinet qui devraient se réunir régulièrement et planifier en détail le large base de la politique nationale.

Des rencontres régulières entre les présidents du Congrès et les chefs exécutifs leur permettraient de bien se connaître et de construire ainsi un esprit d’équipe. Les sanctions pour l’exclusion du Congrès du conseil national sont élevées, dit Roland Young.

Leur exclusion signifie une continuation du localisme qui est si souvent une caractéristique prédominante du comportement du Congrès. Lorsque le Congrès se sent ignoré, il exerce souvent des représailles irrationnelles, en boudant, en refusant d’adopter la législation nécessaire et en adoptant une législation peu judicieuse. Lorsque le Congrès est agacé, il est bon de la traiter comme une femme désespérée et de marcher dans l’autre sens.

Il existe des méthodes lourdes et maladroites pour obtenir des informations sur l’administration par le Congrès. Par exemple, le Congrès. peut adopter des résolutions d’enquête adressées aux chefs de département. Les audiences peuvent être menées par les commissions du Congrès et trop souvent ces enquêtes ne sont pas menées conjointement par les deux chambres. Les informations ministérielles peuvent être obtenues par des entretiens personnels ou par correspondance des membres du Congrès avec des responsables administratifs.

Les présidents récents ont tenu des conférences de presse hebdomadaires à la Maison Blanche avec les dirigeants du Sénat et de la Chambre. La substitution de l’heure des questions, calquée sur la pratique britannique, remplaçant les pratiques américaines dominantes, a été proposée par le représentant Kefauver et le sénateur Full Bright.

Selon ce plan, il est suggéré que lors de l’heure des questions dans les deux Chambres. Les membres du Cabinet et autres administrateurs clés doivent être présents pour répondre aux questions posées par les membres. La réforme, a-t-on soutenu, rapprocherait les administrateurs et les membres du Congrès, supprimant ainsi l’élément d’indifférence qui existe actuellement. Mais l’introduction de l’heure des questions a été considérée par de nombreux hommes réfléchis aux États-Unis comme une pure perte de temps du Congrès déjà surchargé.

Walton Hamilton a observé, dans son témoignage devant le Comité mixte sur l’organisation du Congrès que deux ont ici un dispositif qui est largement supérieur à celui (heure des questions), et c’est la comparution de l’agent administratif devant le Comité du Congrès où la question est beaucoup plus de recherche qu’elle ne pourrait jamais l’être devant la Chambre.

Le résultat n’est pas clair, bien que le besoin de coordination et d’harmonie entre les départements exécutif et législatif soit vivement ressenti de tous côtés, mais au sein du système de gouvernement existant. Le Congrès et la Présidence, observe Polsby, sont comme deux engrenages, chacun tournant à sa propre vitesse. Il n’est pas surprenant qu’en se réunissant, ils s’affrontent souvent. Remarquablement cependant, ce n’est pas toujours le cas.

Des dispositifs qui harmonisent leurs différences sont présents au sein du système, les effets de la loyauté et de la direction du parti au sein du Congrès, les pratiques présidentielles de consultation, la restriction prudente de l’opposition partisane par les deux partis du Congrès et le patriotisme dominant facilement évoqué de tous les participants au sein du système dans des périodes qui de nos jours, malheureusement, viennent avec une certaine fréquence universellement définie comme des crises.

Mais ce n’est pas suffisant. Le Congrès doit être renforcé et les relations entre le législatif et l’exécutif doivent être améliorées de toute urgence. Une suggestion souvent répétée est que les candidats à l’adhésion au Congrès soient autorisés à se présenter aux élections dans n’importe quelle circonscription que le f ht choisit, ou dans laquelle ils pourraient être choisis sans égard à la résidence. Si les candidats étaient ainsi libérés de l’emprise de la politique locale, les élus auraient une stature nationale et une vision nationale des problèmes auxquels le pays est confronté.

Le rapport de la commission mixte chargée d’étudier l’organisation du Congrès (1945) préconisait la création de commissions politiques majoritaires et minoritaires dans chaque chambre du Congrès, un conseil mixte législatif-exécutif, des commissions restructurées de la Chambre et du Sénat, une augmentation des services et aides au Congrès, réduction des tâches insignifiantes qui prennent le temps du Congrès et rémunération plus adéquate des membres. Bon nombre des recommandations de ce comité mixte ont été promulguées avec l’adoption du Congress Reorganization Act de 1946.

Un autre comité mixte identique a de nouveau été nommé en 1966. Le rapport de ce comité a préconisé peu de réformes majeures, mais il a également recommandé des garanties pour la règle de la majorité et une procédure équitable dans les comités, pour renforcer le contrôle fiscal du Congrès, pour fournir des services supplémentaires par la Bibliothèque de Congrès, pour alléger la réglementation du lobbying et un certain réalignement des comités. Un modeste projet de loi de réforme a été présenté au Sénat et il a été adopté en 1947, mais la Chambre des représentants n’a pas donné son accord.

Ni le comité mixte de 1946 ni celui de 1966 n’ont proposé de solution audacieuse ni contesté la sacro-sainte règle d’ancienneté. Si le Congrès établit, observent Ferguson et McHenry, le comité mixte sur les opérations du Congrès recommandé dans le rapport de 1966, il disposera d’un dispositif d’autocritique et d’auto-amélioration.

Au cours des quatre dernières décennies, les présidents américains ont acquis une suprématie croissante non seulement en raison de leur leadership national, mais aussi en raison de leur leadership international, rendant le Congrès de plus en plus subordonné et soumis aux souhaits du président, qui est désormais le leader du seul super puissance laissée dans le monde.

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14257

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *