Le rôle des théories géopolitiques dans l’analyse des relations internationales

La géopolitique est l’étude de la manière dont les facteurs géographiques influencent les relations internationales et la politique mondiale. Le concept englobe comment des facteurs comme la géographie, les ressources naturelles, la population et les relations spatiales entre les pays ont un impact sur les dynamiques de pouvoir, les alliances, les conflits et d’autres aspects du système international. La géopolitique fournit un éclairage sur la façon dont l’espace physique et les frontières façonnent les relations politiques et la grande stratégie.

Cet article fournira un aperçu des principales théories et cadres d’analyse géopolitiques pour analyser les relations internationales à travers une lentille géographique. Il examinera comment des concepts comme la théorie du cœur continental, la théorie des zones côtières, la puissance maritime, la puissance terrestre et la zone charnière de Mackinder ont influencé la pensée géopolitique au cours du siècle dernier. L’analyse couvrira les implications géopolitiques des frontières, des ressources, des agglomérations de population et des relations spatiales entre les grandes puissances. Enfin, l’article évaluera comment les réalités géographiques continuent de façonner la concurrence et la coopération mondiales aujourd’hui.

Fondements théoriques

L’analyse géopolitique trouve ses racines dans les théories de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle visant à expliquer les relations internationales en termes d’espace géographique et de frontières. Des penseurs comme Halford Mackinder, Alfred Mahan et Nicholas Spykman ont apporté des contributions précoces au domaine en proposant comment le contrôle de certains emplacements physiques conférait des avantages dans la projection de la puissance.

Théorie du coeur continental  (Heartland Theory)

L’une des premières idées géopolitiques les plus influentes était la théorie du coeur continental de Halford Mackinder, d’abord proposée en 1904. Mackinder a divisé le monde en l’Île mondiale (Europe, Asie, Moyen-Orient), les îles au large (Grande-Bretagne, Japon) et les îles périphériques. Il a postulé que le contrôle du cœur continental (Eurasie centrale) permettrait à une puissance de dominer l’Île mondiale et de devenir un hégémon mondial. Le cœur continental englobait une grande partie de la Russie actuelle.

Mackinder a fait valoir que le cœur continental avait une valeur stratégique en raison de son emplacement central, de la difficulté à l’envahir et de l’abondance de ses ressources. Il considérait l’Europe de l’Est comme une porte d’entrée entre les puissances occidentales et le cœur continental eurasien. Les idées de Mackinder ont influencé les débats autour des implications géopolitiques de l’Union soviétique et ont motivé la poussée de l’Allemagne nazie pour conquérir des territoires en Europe de l’Est.

Théorie des zones côtières (Rimland Theory)

En contrepoint de la théorie du cœur continental de Mackinder, Nicholas Spykman a proposé la théorie des zones côtières en 1942. Elle stipulait que c’était le contrôle des périphéries côtières ou “littorales” (Europe occidentale, Arabie, Inde, Asie du Sud-Est, Chine) qui importait le plus, plutôt que le cœur continental. Spykman a fait valoir que les changements technologiques comme le pouvoir aérien et l’évolution des équilibres de puissance rendaient les régions littorales plus importantes.

La zone littorale contient les voies maritimes essentielles, les ressources et les centres de population vitaux. Les idées de Spykman ont façonné la stratégie d’endiguement de l’après-guerre contre l’Union soviétique. La théorie impliquait que tant que la zone littorale pourrait être tenue par les États-Unis et leurs alliés, l’influence soviétique pourrait être contenue.

Théories de la puissance maritime (Sea Power Theories)

Alfred Mahan était un influent défenseur américain de la théorie de la puissance maritime à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle. Il a fait valoir que la suprématie navale était la clé de la domination mondiale et que cela nécessitait de sécuriser le contrôle des points de passage stratégiques. Mahan croyait que la puissance maritime avait décidé du sort des empires passés et que les États-nations modernes avaient besoin de puissantes marines.

Mahan affirmait que la puissance maritime permettait la projection de la force, la défense des intérêts commerciaux et territoriaux, la mobilité et l’avantage stratégique. Ses théories ont directement influencé les grands développements navals avant la Première Guerre mondiale. Elles ont façonné les stratégies maritimes et déclenché des débats sur l’importance relative de la puissance terrestre par rapport à la puissance maritime.

Spykman s’est appuyé sur les idées de puissance maritime de Mahan, affirmant que les territoires littoraux étaient essentiels pour contrôler les mers marginales comme la Baltique, la mer Noire et le golfe Persique. Cela continue d’influencer les débats sur la géopolitique des régions littorales aujourd’hui.

Cœur continental vs zones côtières (  Heartland Theory vs Rimland Theory )

Les théories opposées du cœur continental de Mackinder et des zones côtières de Spykman ont déclenché des débats sur la question de savoir si les territoires centraux de l’Eurasie ou ses côtes périphériques avaient le plus de valeur stratégique. Tous deux s’accordaient à dire que l’Europe de l’Est formait une passerelle critique entre les deux sphères. Leurs théories conceptualisaient la géopolitique mondiale comme une relation spatiale entre la puissance terrestre et la puissance maritime.

Des penseurs géopolitiques ultérieurs ont fait valoir que des changements technologiques comme le pouvoir aérien rendaient la théorie du cœur continental moins pertinente. Mais le débat cœur continental contre zones côtières continue de façonner l’analyse géopolitique aujourd’hui, les experts débattant des implications stratégiques des frontières terrestres et des étranglements maritimes.

Codéterminants géopolitiques

S’appuyant sur les premières théories géopolitiques, des analyses plus récentes examinent de multiples facteurs géographiques qui façonnent les dynamiques de pouvoir. Les codéterminants géopolitiques comprennent les relations spatiales, les ressources naturelles, les agglomérations de population, les avantages de localisation et les barrières créées par le terrain.

Ressources – La répartition géographique des ressources naturelles comme les combustibles fossiles, les minéraux et les denrées alimentaires a un impact sur les capacités économiques et militaires d’un État. La sécurité des ressources reste une priorité géopolitique majeure.

Population – Les agglomérations démographiques, les flux migratoires et la densité de population affectent la puissance économique et le réservoir de main-d’œuvre militaire. L’accroissement ou la diminution des populations change les équilibres régionaux de pouvoir.

Relations spatiales – L’agencement spatial des États les uns par rapport aux autres a des impacts fondamentaux sur la dynamique géopolitique et les équilibres de pouvoir. Les États charnières situés entre grandes puissances sont soumis à des pressions géopolitiques.

Points de passage stratégiques – Les points de passage maritimes stratégiques demeurent des points vulnérables pour perturber le commerce et projeter la puissance navale dans les espaces communs mondiaux. Leur sécurité a des implications géopolitiques durables.

Terrain – Les chaînes de montagnes, les forêts, les déserts et d’autres caractéristiques du terrain façonnent l’accès régional, les frontières, la mobilité militaire et les avantages défensifs des États.

L’analyse géopolitique d’aujourd’hui examine comment ces codéterminants se combinent pour façonner les équilibres de pouvoir régionaux et mondiaux. Les avantages de localisation conférés par certaines réalités géographiques restent relativement constants, tandis que les changements technologiques peuvent remodeler les implications d’autres au fil du temps.

Frontières géopolitiques et zones frontalières

Les frontières géopolitiques sont d’importantes délimitations spatiales entre les territoires des États qui façonnent les relations internationales de manière significative. Les frontières géopolitiques essentielles comprennent :

Frontières territoriales – Frontières terrestres internationales qui définissent l’étendue du territoire souverain des États et façonnent les relations politiques avec les voisins.

Frontières maritimes – Eaux territoriales, zones économiques exclusives et limites du plateau continental étendu qui délimitent la juridiction offshore des États.

Points de passage stratégiques – Passages maritimes étroits comme le détroit de Malacca ou de Gibraltar dont le contrôle a une grande importance géopolitique.

Zones tampons – Régions comme la Finlande ou la Mongolie qui ont historiquement formé des tampons entre les grands blocs de pouvoir. Leur liminalité stratégique façonne la géopolitique.

Frontières contestées – Les différends sur des frontières internationales ambiguës ou incertaines alimentent les tensions entre États voisins.

Vestiges impériaux – Les frontières arbitraires héritées de l’époque coloniale deviennent souvent des sources de conflit en raison de populations mixtes.

Les zones frontalières sont des régions transnationales comme l’Europe de l’Est, le Moyen-Orient et l’Asie centrale définies par leur liminalité entre les empires historiques ou les grandes puissances. La concurrence pour les zones frontalières survient en raison de leur ambiguïté stratégique et de leur rôle de passerelles géopolitiques.

De nombreuses tensions géopolitiques contemporaines tournent autour de frontières contestées, de régions tampons et de zones frontalières impériales. Leur ambiguïté géographique renforce l’hybridité culturelle et la vulnérabilité aux ingérences externes. Les zones frontalières représentent des espaces où les changements dans l’équilibre relatif du pouvoir déclenchent des dilemmes de sécurité et des conflits.

Géopolitique des ressources

La répartition géographique des ressources naturelles est un moteur fondamental des relations géopolitiques, de la stratégie et des conflits. La compétition pour l’accès à des ressources naturelles économiquement précieuses ou pour priver les adversaires de ces ressources a été une dynamique récurrente tout au long de l’histoire. Les trois ressources économiques les plus saillantes qui façonnent la géopolitique moderne sont les hydrocarbures, les minéraux et les denrées alimentaires.

Combustibles fossiles

La répartition géographique des réserves de pétrole et de gaz naturel a d’importantes implications géopolitiques. Les combustibles fossiles comme le pétrole sont le fer de lance de la puissance économique et militaire pour la plupart des États. La politique étrangère est façonnée par les préoccupations de sécurité énergétique et les tentatives de priver les puissances rivales de ressources énergétiques. Les régions dotées de grandes réserves d’hydrocarbures attirent la rivalité entre les puissances externes cherchant à exercer une influence. Les principales régions productrices de pétrole comme le Moyen-Orient, la Russie et la zone de la mer Caspienne restent des points focaux géopolitiques. De nouvelles découvertes et technologies comme le pétrole/gaz de schiste commencent à modifier la géopolitique des combustibles fossiles.

Minéraux

L’accès à des minéraux industriels essentiels comme le cobalt, le lithium et les terres rares est un autre moteur ancien de la géopolitique et de la compétition pour les ressources. Les actifs minéraux améliorent la puissance économique d’un État et ses capacités de fabrication de défense. Historiquement, les grandes puissances ont tenté de se priver mutuellement de minéraux stratégiques comme le caoutchouc, le minerai de fer ou les nitrates. Aujourd’hui, les terres rares revêtent une importance géopolitique croissante pour les secteurs de haute technologie de défense. La richesse minérale provoque également des ingérences étrangères dans les États faibles riches en ressources.

Alimentation

La sécurité alimentaire façonne les perspectives stratégiques des États. La proximité géographique des principales zones agricoles et des voies de transport qui facilitent l’accès à la nourriture sont donc d’importants facteurs géopolitiques. Les réseaux de ressources alimentaires génèrent une interdépendance entre importateurs et exportateurs. Les perturbations dues à la sécheresse, aux maladies ou à la guerre peuvent rapidement s’intensifier en crises géopolitiques, comme pendant les révolutions du Printemps arabe des années 2010. Le contrôle et l’accès aux zones vitales de production et de commerce alimentaires prendront une importance géopolitique croissante à mesure que le changement climatique et la croissance démographique intensifieront la compétition pour les ressources nutritionnelles.

Dans l’ensemble, la répartition des ressources naturelles crée des schémas géographiques de dépendance et d’opportunité économiques qui sous-tendent la dynamique politique internationale et les équilibres de pouvoir. Les ressources stimulent l’expansion impériale, les rivalités entre grandes puissances et de nombreux conflits régionaux. Leur inégalité géographique est un façonneur pérenne des relations géopolitiques.

Géopolitique de la population

La répartition géographique et la croissance relative des populations humaines ont des effets géopolitiques majeurs. La taille de la population renforce le potentiel économique et militaire d’un État. Les changements dans les tendances démographiques et les flux migratoires modifient les équilibres régionaux de pouvoir. Les agglomérations de population façonnent les priorités stratégiques, les États cherchant à protéger les populations concentrées ou les périphéries démographiques essentielles. Les principales dynamiques géopolitiques liées à la géographie de la population comprennent:

Potentiel de puissance démographique – Les grandes populations stimulent la croissance économique et les bassins de main-d’œuvre militaire des grandes puissances comme la Chine et l’Inde. Cela renforce leur influence géopolitique.

Pics de jeunesse – Les régions avec de grandes cohortes de jeunes comme l’Afrique subsaharienne sont plus enclines à l’instabilité politique. Les pics de jeunesse peuvent favoriser les conflits et les crises de réfugiés aux effets transfrontaliers.

Flux migratoires – Les migrations transnationales modifient la démographie et la culture régionales. Les afflux de migrants et de réfugiés mettent à rude épreuve les relations entre pays d’origine et de destination.

Amas ethniques – Les populations regroupées autour d’une patrie ethnique facilitent l’irrédentisme et le séparatisme. Ceux-ci peuvent être des points névralgiques géopolitiques comme les Kurdes ou les Pachtounes.

Périphéries démographiques – Les périphéries peu peuplées sont vulnérables au séparatisme ou aux conflits internes qui débordent des frontières comme au Sahel.

Urbanisation – La croissance d’énormes agglomérations urbaines dans les mégapoles côtières crée une nouvelle géographie stratégique axée sur les concentrations de population littorales.

Les changements démographiques redistribuent le potentiel de puissance, remodèlent les menaces transnationales et modifient la géopolitique intérieure des États de manière significative. Le contrôle des flux migratoires émerge comme une nouvelle priorité géopolitique. La géographie de la population continuera à stimuler la concurrence stratégique et les réalignements.

Géopolitique des relations spatiales

L’agencement spatial des États les uns par rapport aux autres a des impacts fondamentaux sur la dynamique géopolitique et les équilibres de pouvoir. Des facteurs géographiques comme la proximité, l’isolement, la position entre puissances rivales, l’accès aux mers ouvertes et les points stratégiques confèrent des avantages ou des vulnérabilités:

Proximité – Les États voisins rivalisent pour les zones frontalières et craignent l’encerclement. La proximité engendre des dilemmes de sécurité et des guerres comme historiquement entre la France et l’Allemagne.

Éloignement – Les puissances isolées comme les États-Unis bénéficient d’une isolation des menaces territoriales. L’éloignement leur permet d’exercer une influence en tant qu’équilibreurs offshore.

Entre-deux – Les États situés entre grandes puissances subissent des pressions externes pour s’aligner sur un camp. Leur vulnérabilité territoriale leur confère une signification pivot.

Accès à la mer – Les États côtiers avec un accès direct à l’océan possèdent une mobilité navale et des avantages commerciaux sur les puissances continentales isolées.

Emplacements stratégiques – Des territoires comme Panama situés à des points de passage clés ont intrinsèquement une plus grande valeur géopolitique et font face à une influence rivale.

Vides de pouvoir – Les vides géopolitiques créés par les transitions de pouvoir attirent la compétition entre hégémons aspirants cherchant à dominer l’espace.

Les relations spatiales entre États dictent leur sécurité relative, leurs opportunités diplomatiques et leurs vulnérabilités stratégiques. Les changements dans l’alignement géographique des puissances rivales déclenchent des réalignements comme la création de l’OTAN après la menace soviétique. L’espace géographique façonne l’évolution des équilibres de pouvoir.

Zone pivot de Mackinder : cœur de la géopolitique eurasienne

Aucune autre région n’incarne mieux la géopolitique de l’espace que la «zone pivot» de Mackinder englobant l’Asie centrale, le Caucase et l’Europe de l’Est. Il a fait valoir que la position stratégique de cette zone entre l’Europe, la Russie, le Moyen-Orient et la Chine en faisait le fulcrum géostratégique cardinal de l’Eurasie.

Le contrôle des Balkans, de l’Anatolie, de la zone de la mer Noire et de l’Asie centrale a été déterminant pour la domination de l’Eurasie dans son ensemble, au milieu de la dynamique changeante de pouvoir entre puissances terrestres et maritimes. L’emplacement de l’espace pivot entre sphères rivales lui confère une signification géopolitique durable.

Ses mosaïques ethniques, ses États faibles et son histoire en tant que champ de bataille impérial exacerbent sa fragilité géopolitique. La compétition pour l’espace pivot eurasien persiste du Grand Jeu aux crises actuelles en Ukraine et dans le Caucase. Sa position géographique au vortex de la géopolitique eurasienne garantit que la zone pivot restera le théâtre géographique critique pour le contrôle du cœur continental de l’Île-Monde de Mackinder.

Géopolitique des points de passage stratégiques

Les points de passage maritimes stratégiques représentent une autre réalité géographique saillante qui façonne la dynamique géopolitique. Les points de passage sont des passages maritimes étroits comme le détroit d’Ormuz ou de Malacca où les voies de navigation transitent par des eaux confinées près des côtes.

Leur contrôle procure un avantage géopolitique majeur, leur fermeture pouvant perturber l’approvisionnement énergétique mondial ou les réseaux commerciaux, conférant des capacités importantes de coercition stratégique et de projection de puissance navale. La sécurité des points de passage stratégique a longtemps été une priorité géopolitique américaine pour empêcher l’interdiction soviétique ou terroriste.

Les points de passage permettent également la projection de puissance dans les régions maritimes adjacentes. Leur signification géopolitique découle de leur proximité avec des conflits, des centres économiques ou des rivaux. Les points de passage stratégiques critiques restent des points névralgiques géopolitiques récurrents comme les détroits turcs, Bab-el-Mandeb ou le canal de Panama. L’évolution de la technologie militaire pourrait modifier mais pas éliminer leur géographie maritime stratégique.

Codéterminants géopolitiques au Moyen-Orient

L’interaction de multiples codéterminants géographiques sous-tend les conflits et les luttes de pouvoir récurrents au Moyen-Orient. Les réserves de pétrole vitales de la région, les points de passage comme le canal de Suez et le détroit d’Ormuz, les explosions démographiques de jeunes et les divisions ethniques et sectaires se combinent pour alimenter l’instabilité perpétuelle avec des répercussions mondiales.

Les frontières héritées de l’époque coloniale ont arbitrairement divisé des groupes ethniques, attisant l’irrédentisme des Kurdes, des Palestiniens et des Baloutches. La proximité de rivaux comme l’Iran et l’Arabie saoudite et la mosaïque complexe d’ethnies et de sectes engendrent la méfiance et les dilemmes de sécurité. Le manque de frontières défendables rend des États comme l’Irak intrinsèquement vulnérables.

Les réserves d’hydrocarbures vitales attirent les ingérences étrangères des États-Unis, de la Russie et de la Chine. Les flux de revenus renforcent de manière disproportionnée les régimes vulnérables aux troubles populistes ou aux luttes intra-élites. Les explosions démographiques, le chômage et les divisions religieuses exacerbent la volatilité.

La pénurie d’eau, les contraintes environnementales et les flux de réfugiés ajoutent à l’instabilité. Les troubles chroniques de la région se poursuivront compte tenu de ses divisions et vulnérabilités géographiques intrinsèques mises en évidence dans les conflits récents comme au Yémen, en Syrie et en Irak. La compétition multipolaire pour l’influence dans la région fragmentée montre sa signification géopolitique durable.

Retour à Mackinder : pivot de l’Île-Monde

La disparition de l’Union soviétique à la fin du 20ème siècle a été considérée par certains comme donnant raison à Spykman plutôt qu’à Mackinder dans le débat cœur continental contre zone littorale. Cependant, l’accent mis par Mackinder sur l’importance géopolitique de l’Europe de l’Est et de l’Asie centrale a été réaffirmé par les bouleversements récents.

L’expansion de l’OTAN et de l’UE en Europe de l’Est a reformulé l’équilibre régional de pouvoir. Les conflits autour des Balkans et de l’Ukraine illustrent l’importance pivot durable de ce que Mackinder appelait la «porte d’entrée entre l’Europe occidentale et le Cœur continental proprement dit».

De même, les richesses pétrolières et minérales et la valeur stratégique de l’Asie centrale entre la Russie, la Chine et le Moyen-Orient en ont fait réémerger une sphère d’intérêt clé des grandes puissances au 21ème siècle. Les États-Unis, la Chine et d’autres rivalisent d’influence dans cette zone cœur eurasienne.

Comme Mackinder l’avait prévu, le contrôle du pivot de l’Eurasie est à nouveau reconnu comme conférant d’énormes avantages pour projeter la puissance dans l’Île-Monde et au-delà. Sa vision de la géopolitique primordiale qui régit l’Eurasie reste étonnamment prémonitoire.

Puissance maritime, puissance terrestre et puissance aérienne

Les théoriciens géopolitiques ont longtemps débattu de la prédominance stratégique de la puissance maritime, terrestre ou aérienne. Mahan voyait les forces navales comme projetant une portée décisive mondiale, tandis que Mackinder mettait l’accent sur la projection de puissance terrestre depuis le cœur continental de l’Île-Monde.

L’avènement du pouvoir aérien a ajouté une nouvelle dimension, les avions étendant la projection de puissance tout en restant tributaires des bases terrestres. Les armes nucléaires semblaient saper les contraintes géopolitiques traditionnelles en permettant la destruction sur de vastes distances.

Cependant, les facteurs géographiques façonnent encore substantiellement les réalités de la projection de puissance aujourd’hui. Les forces navales conservent des avantages uniques en mobilité, accès et capacité de projection de puissance:

Le contrôle de la mer permet la guerre économique par l’interdiction du commerce et le blocus pouvant paralyser les économies maritimes.

Les porte-avions permettent la projection de la puissance aérienne et l’accès amphibie dans le monde entier, surtout au-delà des océans.

Les sous-marins peuvent couper les lignes de vie économiques sous-marines comme les câbles de fibre optique et imposer un déni d’accès à la mer.

À l’inverse, la puissance terrestre conserve des attributs stratégiques uniques:

Les armées terrestres massives permettent la conquête et l’occupation de territoires et de centres de population.

Les forces terrestres sont essentielles pour contrôler et défendre les frontières territoriales.

Les bases terrestres dans des régions étrangères fournissent une projection de puissance aérienne locale et soutiennent les assets navals.

Les forces de missiles déployées sur terre peuvent menacer les forces aériennes et navales.

Les armes nucléaires dépendent de systèmes de livraison basés sur terre comme les ICBM ainsi que de sous-marins.

Des capacités de projection de puissance terrestres, aériennes et maritimes géographiquement dispersées restent donc essentielles pour une stratégie militaire équilibrée et la dissuasion. La distance géographique atténue encore l’intensité de la force militaire, de sorte que la projection de puissance entre régions dépend d’une combinaison de capacités terrestres, maritimes et aériennes.

Géopolitique de la sécurité énergétique

Les flux énergétiques mondiaux représentent une préoccupation stratégique vitale qui façonne les perspectives géopolitiques des grandes puissances. La disparité géographique entre les régions productrices et consommatrices de combustibles fossiles attise la compétition pour le contrôle des réserves et des voies de transit.

L’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie dépendent fortement des importations de pétrole et de gaz provenant de régions précaires comme le Moyen-Orient et l’Afrique. Les importations croissantes de pétrole et de gaz en Chine modifient la dynamique géopolitique en Asie à mesure que Pékin sécurise des actifs pétroliers offshore et des oléoducs en provenance de Russie.

Les puissances occidentales ont déployé des actifs militaires dans le Golfe depuis les années 1970 pour défendre le transit pétrolier à travers le détroit d’Ormuz contre l’interdiction soviétique. La sécurité énergétique continue de motiver la dominance navale américaine dans la région ainsi que l’expansion des liens avec les principaux producteurs comme l’Arabie saoudite.

La Russie a cherché à tirer parti de ses réserves de pétrole et de gaz pour exercer une influence géopolitique sur des voisins dépendants comme l’Ukraine et l’Europe. Les gazoducs reliant la Russie aux consommateurs en Allemagne et en Chine fournissent à la fois une influence économique et politique. La dépendance limite l’opposition de l’Europe aux actions russes.

L’immobilité géographique des réserves de combustibles fossiles contraint les États importateurs à entreprendre des projections de puissance coûteuses pour sécuriser les voies de transport. Le pétrole et le gaz de schiste indigènes redessinent les calculs d’importation de l’Amérique du Nord mais n’ont pas encore fondamentalement modifié la géopolitique mondiale de l’énergie. Les transitions vers les énergies renouvelables pourraient progressivement diffuser le levier géopolitique des hydrocarbures.

Géopolitique du climat

Le changement climatique émerge comme une dimension majeure nouvelle de l’analyse géopolitique avec des implications substantielles pour les équilibres de pouvoir, l’accès aux ressources et la gouvernance mondiale. L’évolution des régimes climatiques et météorologiques commence à remodeler les réalités géopolitiques:

Impacts sur les ressources – Sécheresses, inondations, tempêtes et désertification affectent la production agricole, l’extraction minière et l’habitabilité dans les régions touchées.

Accès maritime – La fonte des calottes glaciaires dans l’Arctique ouvre de nouvelles voies de navigation et des opportunités d’extraction des ressources du fonds marin, provoquant des rivalités juridictionnelles.

Différends frontaliers – La montée du niveau des mers pourrait submerger certains États insulaires ou modifier les frontières maritimes, nécessitant une renégociation des frontières territoriales existantes.

Migration climatique – Sécheresses et inondations pourraient déplacer des millions de personnes et accroître les flux de réfugiés transfrontaliers, mett à rude épreuve les pays de transit comme le Bangladesh.

Activisme environnemental – Les coalitions prônant la réduction des émissions de gaz à effet de serre peuvent agir comme des forces géopolitiques non étatiques faisant pression sur les principaux gouvernements émetteurs comme la Chine et les États-Unis.

Ces impacts et risques donnent au changement climatique d’importantes implications géopolitiques qui s’intensifieront avec le temps. Ils créent de nouvelles opportunités, contraintes et asymétries favorisant certains États par rapport à d’autres. La géopolitique du climat nécessitera des adaptations et réalignements stratégiques majeurs dans les décennies à venir.

Conclusion

L’analyse géopolitique fournit des informations vitales sur les réalités géographiques qui façonnent les dynamiques de pouvoir et la grande stratégie. Des facteurs comme les frontières, les ressources, les concentrations de population, les points de passage stratégiques et les relations spatiales entre grandes puissances influencent de manière critique les équilibres régionaux de pouvoir et les relations interétatiques. Les perspectives géopolitiques restent essentielles pour comprendre la sécurité internationale, malgré les changements technologiques. Les avantages géographiques comme l’accès au littoral ou la richesse en ressources continuent d’accorder aux États un pouvoir diplomatique et militaire disproportionné. Les bouleversements récents, de l’Ukraine à la mer de Chine méridionale, démontrent que la géographie demeure une force primordiale dictant le déroulement de la concurrence stratégique et de la coopération. Une appréciation de la pensée géopolitique classique et contemporaine est donc essentielle pour les stratèges cherchant à naviguer dans le système international complexe et turbulent d’aujourd’hui.

Références

Grygiel, Jakub. 2006. Great Powers and Geopolitical Change. JHU Press. pp. 25-50

Mackinder, Halford. 1962. “The Geopolitical Pivot of History.” In Democratic Ideals and Reality. p. 269-298.

Venier, Pascal. 2010. “Mackinder’s Heartland Theory in the Twenty-First Century.” Geopolitics. p. 562-569

Megoran, Nick. 2004. “Revisiting the ‘Pivot’: The Influence of Halford Mackinder on Analysis of Uzbekistan’s International Relations.” Geopolitics. Vol. 9, No. 2.

Gray, Colin S. 1977. The Geopolitics of the Nuclear Era: Heartland, Rimlands, and the Technological Revolution. Crane, Russak & Co.

Mahan, Alfred. 1918. The Influence of Sea Power Upon History, 1660-1783. Little, Brown.

Blouet, Brian. 2020. Global Geostrategy: Mackinder and the Defence of the West. Routledge.

Glassner, Martin Ira; Fahrer, Chuck. 2004. Political Geography. Wiley. p. 71

Parker, Geoffrey. 1985. Western Geopolitical Thought in the Twentieth Century. Routledge. p. 28-56

Mayall, James. 1990. Nationalism and International Society. Cambridge UP. p. 142-168

Cohen, Saul B. 2009. Geopolitics: The Geography of International Relations. Rowman & Littlefield. p. 55-85

Flint, Colin. 2017. Introduction to Geopolitics. Routledge. p. 93-118

Diener, Alexander; Hagen, Joshua. 2012. Borderlines and Borderlands: Political Oddities at the Edge of the Nation-State. Rowman & Littlefield. p. 1-25

O’Loughlin, John; Kolossov, Vladimir; Toal, Gerard. 2014. “Inside the Post-Soviet De Facto States: A Comparison of Attitudes in Abkhazia, Nagorny Karabakh, South Ossetia, and Transnistria.” Eurasian Geography and Economics. Vol. 55, No. 5.

Klare, Michael. 2001. Resource Wars: The New Landscape of Global Conflict. Owl Books.

Smil, Vaclav. 2014. “The Long Slow Rise of Solar and Wind.” Scientific American. Vol. 310, Issue 1. p. 52-57

Andrews-Speed, Philip; Ma, Lara. 2021. China as a Global Clean Energy Champion: Lifting the Veil. Palgrave Macmillan. p. 131-166.

Johnstone, Sarah; Mazo, Jeffrey. 2011. “Global Warming and the Arab Spring.” Survival. Vol. 53, No. 2. p. 11-17

Le Billon, Philippe. 2001. “The Political Ecology of War: Natural Resources and Armed Conflict.” Political Geography. Vol. 20, issue 5. p. 561-584

Haas, Hein de; Ojanen, Hanna; Kuumola, Laura; Nyman, Jopi. 2020. “Geopolitics by Other Means: The Growing Importance of Migrants and Diasporas in Sub-Saharan Africa.” International Affairs. Vol. 96, issue 6. p. 1619–1643

Kaplan, Robert D. 2012. The Revenge of Geography: What the Map Tells Us About Coming Conflicts and the Battle Against Fate. Random House.

Venier, Pascal. 2004. “Mackinder’s Heartland Theory in the Twenty-First Century.” Geopolitics. Vol 9, No. 2. p.562-569

Ó Tuathail, Gearóid. 1992. “Putting Mackinder in his Place: Material Transformations and Myth.” Political Geography. Vol. 11, No. 1. p. 100-118

Megoran, Nick. 2004. “Revisiting the ‘Pivot’: The Influence of Halford Mackinder on Analysis of Uzbekistan’s International Relations.” Geopolitics. Vol. 9, No. 2. p. 347-366

Roach, J. Ashley. 2013. “Critical Vulnerabilities and the Impacts of Globalization on Maritime Security.” In Globalization and Maritime Power. National Defense University Press. p. 105-116

Cordesman, Anthony H.; Gold, Bryan. 2014. The Gulf Military Balance Volume I: The Conventional and Asymmetric Dimensions. Rowman & Littlefield. p. 3-28

Freland, Steven. 2016. “The Straits of Malacca: Gateway or Gauntlet?” McGill Journal of Political Studies. Vol 7. p. 73-89

Nakaya, Andrea. 2021. “Geography, Identity, and Conflict in the Middle East.” Geography Compass. 

Hinnebusch, Raymond. 2003. The International Politics of the Middle East. Manchester UP. p. 1-28

Pollack, Kenneth. 2011. “Understanding the Arab Awakening.” The Brookings Institution. 

Helfont, Samuel; PAYNE, KEITH. 2021. The Geographic Trajectory of Conflict and Militancy in Tunisia. The United States Military Academy.

Brzezinski, Zbigniew. 1997. The Grand Chessboard: American Primacy and its Geostrategic Imperatives. Basic Books.

Bassin, Mark. 1991. “Mackinder and the Heartland Theory in Post-Soviet Geopolitical Discourse.” Geopolitics and International Boundaries. Vol. 2, No. 1. p. 110-118

Cooley, Alexander. 2012. Great Games, Local Rules: The New Great Power Contest in Central Asia. Oxford University Press.

Gray, Colin S. 2021. “The 21st Century Mahan and Mackinder.” Comparative Strategy. 

Collins, John M. 2002. Military Geography For Professionals and the Public. Brookfield, VT: National Defense University Press. p. 170-190

Blouet, Brian W. 2019. Space and International Relations: Some Limits to Growth. Routledge. p. 165-198

Andrews-Speed, Philip; Dannreuther, Roland. 2011. China, Oil and Global Politics. Routledge. p. 15-55

Graton, Pierre. 2007. “New Geopolitics of Central Asia and the Caucasus.” Caspian Energy Politics: Azerbaijan, Kazakhstan and Turkmenistan. Routledge. p. 9-25

Stulberg, Adam. 2015. Well-Oiled Diplomacy : Strategic Manipulation and Russia’s Energy Statecraft in Eurasia. SUNY Press. p. 1-30 

Goldthau, Andreas; Witte, Jan Martin. 2010. Global Energy Governance: The New Rules of the Game. Brookings Institution Press.

Steinbruner, John; Stern, Paul; Husbands, Jo. 2012. Climate and Social Stress: Implications for Security Analysis. National Academies Press. p. 125-156

Borgerson, Scott G. 2008. “Arctic Meltdown.” Foreign Affairs. Vol. 87, No. 2. p. 63-77

Schofield, Clive; Arsana, I Made Andi. 2020. “Indonesia’s “Impossible” Maritime Borders.” Maritime Studies. 19(2). p. 163-177

Belal, Sophia. 2021. Climate Change, Development and Migration: An Existential Threat to Bangladesh. Springer Nature. p. 15-38 

Oels, Angela. 2012. “From ‘Securitization’ of Climate Change to ‘Climatization’ of the Security Field: Comparing Three Theoretical Perspectives.” In Climate Change, Human Security and Violent Conflict. Springer. p. 185-205

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14257

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *