Le socialisme dans un seul pays

Avec les concepts de parti et de capitalisme impérialiste, la théorie du communisme en tant que structure logique était complète, mais il lui manquait ce qui s’est avéré être sa principale force motrice en tant que système politique. C’était le concept du socialisme dans un pays ajouté par Staline et sa seule aventure dans la théorie. Dans un sens, c’était une pierre angulaire normale du léninisme au moins du concept de léninisme développé dans ce chapitre, car l’accomplissement de Lénine, tel qu’il a été décrit ici, a produit une version du marxisme applicable à une société industriellement sous-développée avec une économie paysanne agraire.

Le socialisme dans un pays a donc complété la divergence entre le marxisme de Lénine et le marxisme d’Europe occidentale, qui avait été conçu par Ma et les marxistes comme une théorie pour transformer une économie hautement industrielle d’une société capitaliste à une société socialiste. Il n’est donc guère surprenant que du point de vue de la théorie marxiste, telle qu’elle était communément comprise, le concept de Staline du socialisme dans un seul pays était logiquement faible, il a à peine essayé de répondre aux arguments qui faisaient que ce concept semblait un paradoxe.

À l’origine, ce n’était guère plus qu’un incident dans la course à la succession qui suivit la mort de Lénine, et le but de Staline lorsqu’il avança la théorie était d’éliminer Trotsky. Il comprenait une représentation injuste, voire mensongère, de la théorie de la révolution permanente et des relations de Trotsky avec Lénine. Cette phase de la théorie n’a pas besoin d’être davantage exposée ici. Malgré cela, le socialisme dans un pays est devenu le facteur opératif du léninisme.

Sous ce slogan, la Russie communiste est apparue comme une grande puissance industrielle et militaire, car elle a lancé en 1928 le premier des plans quinquennaux qui ont commencé une révolution avec des conséquences politiques et sociales à long terme bien plus importantes que la révolution de Lénine de 1917. En exploitant le communisme devant la formidable force motrice du nationalisme russe, les plans quinquennaux sont devenus la première grande expérience d’une économie totalement planifiée. Et par son succès, le communisme russe est devenu un modèle à suivre par les sociétés paysannes aux aspirations nationales du monde entier.

En 1924, Staline avança très brusquement la thèse selon laquelle la Russie peut et doit édifier une société socialiste. Quelques mois seulement auparavant, il avait répété l’opinion conventionnelle, courante depuis 1917 et avant, selon laquelle la permanence du socialisme en Russie dépendait des révolutions socialistes en Europe occidentale.

Staline a soutenu que le seul obstacle à une société socialiste complète en Russie était le risque créé par l’encerclement capitaliste des intrigues, des réseaux d’espionnage ou de l’intervention des ennemis capitalistes. Il n’y avait rien de nouveau, bien sûr, dans la croyance que les États communistes et capitalistes ne pouvaient pas coexister en permanence ; Lénine était de cet avis, mais ce n’était pas l’obstacle, du point de vue du marxisme, à l’achèvement du socialisme en Russie.

Les marxistes avaient supposé que le socialisme nécessitait une économie avec un niveau de production élevé et donc une société industrielle, ce que la Russie n’était évidemment pas Staline n’a pas répondu à cet argument mais a plutôt soutenu que le socialisme pouvait être construit dans un pays de grande étendue avec de grandes ressources naturelles. En effet, il a négligé l’argument économique normal au marxisme et lui a substitué un argument politique.

Staline supposait qu’avec des ressources adéquates, une main-d’œuvre adéquate et un gouvernement au pouvoir illimité, une économie socialiste pouvait être construite en tant que politique politique. C’est bien sûr ce qu’est devenu le socialisme dans un pays, et en théorie c’est tout à fait différent de la dépendance supposée de la politique à l’économie qui avait été un principe du marxisme. D’un autre côté, l’hypothèse de Staline s’accordait assez facilement avec certains éléments du léninisme.

Il n’était pas du tout clair que Staline proposait une politique différente de celle que le parti suivait depuis longtemps, car personne en 1924 ne niait qu’il devait aller vers le socialisme aussi vite et aussi loin qu’il le pouvait. Pour des raisons pratiques, cela avait été réglé lorsque Lénine a persuadé le parti d’abandonner les projets de transport du communisme en Europe occidentale et d’accepter les conditions allemandes à Brest-Litovsk.

Comme on l’a dit alors, Lénine a troqué l’espace contre le temps lorsqu’il a accepté la perte de territoire que les Allemands réclamaient. Mais il ne servait à rien de gagner du temps si ce n’est à supposer que le communisme avait un avenir en Russie. A partir du moment de la victoire du socialisme dans un pays, avait alors dit Lénine, la seule question importante est celle des meilleures conditions pour le développement et le renforcement de la révolution socialiste qui a déjà commencé.

En ce qui concerne la tactique, Lénine tablait sur la possibilité offerte par sa théorie de l’impérialisme qu’une période significative de coexistence pourrait être possible. En développant l’idée que le capitalisme se développe inégalement, avait-il dit, la victoire du socialisme est possible d’abord dans quelques-uns ou même dans un seul pays capitaliste. Il songeait alors à des pays déjà industrialisés, mais moins d’ingéniosité que celle de Lénine aurait suffi pour appliquer l’idée à la Russie.

Enfin, dans certains de ses derniers écrits, il semblait dire que, grâce à son propre développement culturel et industriel, la Russie pourrait faire un long chemin vers le socialisme. Il y avait peut-être même une suggestion de nationalisme russe quand Trotsky a dit à l’Internationale communiste. La lutte pour la Russie soviétique a fusionné avec la lutte contre l’impérialisme mondial. Le fait est que la théorie de Staline était plus remarquable en raison de sa maladresse dialectique que parce qu’elle apportait un changement important au léninisme.

Si donc Staline ne proposait aucun changement de politique, il semblait qu’il ne restait rien de sa théorie, sauf la question académique de savoir si le socialisme en Russie pouvait être achevé. Il y avait, bien sûr, d’autres questions importantes, notamment de taux, mais Staline n’en dit rien. L’industrialisation doit-elle s’accélérer avec des changements aussi rapides dans l’agriculture ?

Ou devrait-elle être lente avec une longue tolérance correspondante de l’agriculture paysanne autorisée en 1917 ? Sur les questions, il y avait de fortes divergences d’opinion en 1924, et le socialisme dans un pays semblait alors être plus acceptable pour le gradualisme que pour leurs adversaires, peut-être parce qu’il semblait reconnaître l’ampleur de la tâche.

Staline a effectué l’une de ses manœuvres politiques sournoises, il s’est rangé du côté du gradualisme pour éliminer l’opposition, et après avoir établi son pouvoir, il a commencé dans un plan quinquennal un rythme d’industrialisation beaucoup plus rapide que quiconque n’avait jamais considéré possible. Au vu de ses méthodes politiques, on pourrait supposer que l’ensemble du processus, y compris le studio, le flou de sa théorie, était un exemple de ruse délibérée, mais il n’est vraiment pas possible de dire à quel point Staline prévoyait la fin depuis le début.

Compte tenu de la faiblesse de la théorie, on peut difficilement supposer que l’acceptation par le parti du socialisme dans un pays était due à la logique. La vérité semble être que le parti était profondément fatigué après sept ans de gouvernement contre vents et marées, de s’être fait dire qu’il détenait le pouvoir en raison d’une révolution qui semblait de moins en moins susceptible de se produire.

Avec le succès, sa confiance s’était accrue dans sa capacité non seulement à tenir mais à aller de l’avant, et sa théorie de la révolution héritée était devenue un frein frustrant pour ses énergies. L’explication humaine simple du socialisme dans un pays semble être que Staline a dit au parti ce qu’il voulait entendre, une forme d’argumentation politique plus convaincante que dialectique.

Bien que le parti n’ait pas vu grand-chose à quoi il s’engageait, son acceptation du socialisme dans un pays signifiait l’adoption de l’industrialisation à tirage forcé commencée par Staline en 1928 et la collectivisation forcée de l’agriculture commencée l’année suivante. Le second était entraîné par le premier, non pas comme le disait Staline pour augmenter la production agricole, mais pour obtenir une source de main-d’œuvre prête à l’expansion de l’industrie et pour simplifier l’administration des prélèvements forcés sur le grain accumulé par les paysans.

Le succès pratique de la politique est un des miracles de l’histoire récente, un miracle contrôlé et dirigé de bout en bout par le parti. En un peu plus d’une décennie, le parti a créé en Russie une force militaire capable, avec le soutien de l’Occident, de résister à l’assaut allemand de la Seconde Guerre mondiale. Il créa un système industriel doté d’une capacité de production considérablement élargie et capable de s’étendre indéfiniment à un taux d’accroissement annuel extraordinairement rapide.

Il a créé un gouvernement suffisamment stable pour rester maître de sa force militaire et suffisamment ingénieux pour initier et en quelque sorte gérer le système industriel, tandis que le parti conservait son contrôle sur le gouvernement. Il a travaillé sur la société russe les changements nécessaires correspondants.

Elle a créé l’alphabétisation nécessaire pour transformer les paysans en une force de travail industrielle, et elle a formé les directeurs, techniciens, ingénieurs et scientifiques sans lesquels une société industrielle moderne est impossible. C’était une troisième révolution imposée, comme disait Staline, d’en haut et par une dictature totalement totalitaire.

Il imposa également à la Russie, en un peu plus d’une décennie, les difficultés et la barbarie que Marx, dans son récit historique de l’accumulation primitive du capital, avait décrite comme se propageant à travers plus de deux siècles d’histoire anglaise de ce qu’il avait dit, Capital vient au monde souillé de boue de la tête aux pieds, et suintant du sang par tous les pores. En Russie, c’était littéralement vrai.

L’histoire de la révolution de Staline appartient à l’histoire générale. Ce qui est pertinent ici, ce sont ses implications pour la théorie politique du marxisme russe . Son effet fut de faire de la Russie de Staline, socialiste de nom, la plus grande des puissances nationales européennes . Aucune fiction ne pouvait faire apparaître l’État russe comme une superstructure de l’économie russe, car la superstructure créait visiblement sa base économique. Le socialisme dans un pays a coupé le dernier lien avec le sens conventionnel du déterminisme économique, déjà rendu ténu par la théorie de la révolution permanente de Trotsky et la théorie de l’impérialisme de Lénine.

Le motif auquel Staline faisait appel était le patriotisme russe, car il n’y avait qu’une différence verbale entre l’édification de la patrie socialiste et l’édification de la patrie russe. Le régime n’était socialiste qu’en ce sens que la nation possédait les moyens de production ; ses réalités étaient l’absolutisme politique et les impératifs de l’industrialisation. Il prétendait en effet avoir aboli l’exploitation, mais la revendication reposait sur un argument sémantique selon lequel les ouvriers possèdent les usines et ne peuvent s’exploiter.

Il prétendait aussi qu’il avait vaincu la lutte des classes, que les relations entre les ouvriers de l’industrie et les paysans étaient amicales, mais l’accumulation du capital s’effectuait par l’épargne forcée qui provenait en grande partie du niveau de vie des paysans. Le parti se disait encore prolétaire, mais il tendait de plus en plus à se composer des cadres qu’exigeait l’industrialisation, et lorsqu’en 1931 Staline énuméra les devoirs des directeurs, ils différaient des devoirs des directeurs de l’industrie capitaliste principalement en ce qu’ils n’incluaient pas la publicité.

L’émulation socialiste a introduit des écarts de salaire entre les classes de travail similaires à ceux de l’industrie capitaliste, bien que par respect pour ses revendications socialistes, le régime ait fourni une gamme considérable d’avantages sociaux comme la médecine socialisée et des périodes de repos payées. Il est vrai que l’expansion industrielle a ouvert un large éventail d’opportunités, en particulier aux jeunes capables et énergiques qui ont pu bénéficier d’une éducation soutenue par l’État, et cela a sans doute grandement contribué à la stabilité du régime, il est vrai aussi que sa dureté a été progressivement atténuée au fur et à mesure de la réalisation de ses objectifs.

Il n’en reste pas moins que l’ensemble du processus a été l’un des yeux de difficultés extraordinaires, tenant compte des terribles difficultés causées par la Seconde Guerre mondiale. L’insécurité chronique causée par Staline, l’usage habituel du terrorisme et le travail forcé exercé par le biais de la police secrète, qui pèsent sur le parti comme sur la population en général. La volonté de créer une industrie collective et un Collectif n’est pas la moindre des épreuves. , l’agriculture est une trace du marxisme qui distinguait principalement les méthodes staliniennes de celles qui auraient pu être utilisées par une star vouée à la construction de la puissance nationale de la Russie.

Le concept d’État national, qui est aussi socialiste, était, du point de vue de la philosophie sociale marxiste, une monstruosité logique, car le marxisme n’avait de concept positif ni d’État ni de nation, et il avait toujours conçu le socialisme comme incompatible avec soit, le nationalisme a été conçu par Marx et par les marxistes en général comme étant simplement une relique du féodalisme et du patriotisme national comme un vestige de sentiment qui, comme la religion, appartenait à la fausse conscience idéologique qui exposait la classe ouvrière à l’exploitation par la bourgeoisie plus rationnelle. .

Le Manifeste communiste avait posé le principe que les ouvriers n’ont pas de patrie, et il avait été considéré comme une force majeure du marxisme d’avoir émancipé les ouvriers d’une illusion paralysante. Le marxisme s’était toujours considéré comme internationaliste, mais son internationalisme avait été négatif en ce sens qu’il s’attendait à ce que les distinctions nationales disparaissent tout simplement à mesure que la classe ouvrière deviendrait suffisamment éclairée pour poursuivre ses véritables intérêts de classe.

En l’absence de tout concept positif d’une nation ou de toute reconnaissance que le nationalisme pourrait représenter une valeur culturelle réelle, le marxisme manquait également de tout concept d’organisation internationale d’États nationaux. Son internationalisme était un vestige de l’individualisme du début du XIXe siècle, qui s’était consacré à l’abolition d’institutions jugées obsolètes et oppressives, et qui avait donc supposé qu’une forme idéale de collectivisme serait abandonnée simplement par la suppression des obstacles et des obstructions.

Cette hypothèse était responsable de la veine d’utopisme qui sous-tendait le caractère essentiellement réaliste de la pensée de Marx. L’attitude du marxisme envers l’État était sensiblement la même. L’État aussi, dans la mythologie marxienne, était censé, selon l’expression qu’Engels a rendue célèbre, s’évanouir après un succès ! révolution socialiste.

Le marxisme, dans sa propre compréhension de lui-même, a toujours été un mouvement de classe et sa révolution a été conçue comme une révolte prolétarienne contre une dictature bourgeoise. Le concept de lutte des classes, que le Manifeste communiste avait affirmé pour décrire l’histoire de toute la société existante jusqu’alors, ne laissait aucune place à un quelconque concept d’intérêt général national ou étatique, et aucun n’était considéré comme nécessaire.

La dictature du prolétariat a succédé à la dictature de la bourgeoisie, avec le mandat négatif de réprimer la contre-révolution et le mandat positif de créer le communisme, qui à toutes fins pratiques était presque indéfini.

Lorsque le succès du socialisme dans un pays a fait de la Russie de Staline un État national très puissant, c’était un État aussi proche que possible sans philosophie politique. Ou plus précisément, il avait une philosophie élaborée mais qui n’avait pas d’application positive claire à ce qu’il faisait.

La conséquence était que ses politiques avaient peu de relations perceptibles avec les théories qu’elle professait, qui semblaient souvent une simple façade pour un comportement conventionnellement nationaliste et impérialiste.

Le gouvernement que Lénine a fondé et dont Staline a hérité, selon sa propre conception de lui-même, était une alliance entre un prolétariat industriel urbain et les paysans. Lénine et Trotsky s’attendaient tous deux à ce que cette alliance soit temporaire, car ni l’un ni l’autre ne supposait que les paysans suivraient volontairement l’ouvrier dans le collectivisme ou l’internationalisme qu’ils supposaient être la politique d’un gouvernement ouvrier.

Ils ne s’attendaient pas non plus à ce que la minorité ouvrière puisse ou forcerait l’écrasante majorité des paysans. En cela, ils se sont trompés, comme Lénine s’est trompé en supposant qu’à un moment donné l’alliance avec les paysans serait remplacée par une alliance avec le prolétariat occidental.

Le problème de la paysannerie a été résolu non à la lumière d’une quelconque philosophie sociale, qu’elle soit socialiste ou nationaliste, mais par la coercition sauvage du programme de collectivisation de Staline à la fin des années 1920, qui a réduit la paysannerie à un état de misère que la Russie tsariste jamais égalé.

Cette politique a bien réussi en ce sens qu’elle a permis le développement rapide de l’industrie, mais elle a aussi laissé un déséquilibre chronique entre l’industrie et l’agriculture qui, à la fin de la vie de Staline, a mis en péril l’ensemble du régime.

La politique agricole de Staline illustrait l’imprudence d’un despote irresponsable, couvert par le prétexte creux que les relations entre ouvriers industriels et paysans étaient amicales. Il ne représentait aucun concept rationnel d’intérêt national, ce qui manquait à la philosophie du régime. De la même manière, la conception du régime de lui-même en tant que gouvernement de la classe ouvrière a entravé sa propre politique d’industrialisation.

Presque le seul vestige positif de la philosophie était la prétention constante de Staline que toute opposition à son despotisme totalitaire était contre-révolutionnaire ; d’où les accusations sauvages de complot de trahison par lesquelles il a liquidé des hommes avec un record de toute une vie en tant que révolutions dévouées.

Le parti et le gouvernement ont rejeté toute prétention valable à représenter la classe ouvrière, ce qui était en fait impossible si le but était efficace de Construire un grand système industriel à grande échelle. Le régime a contraint les travailleurs aussi impartialement qu’il a contraint tous les autres groupes, et s’il était en vérité le représentant de toute classe sociale, son favori semblait être la nouvelle classe de cadres et de techniciens qu’il créait, comme des marxistes déçus comme Milovan Dijilas librement. prédit. Sa politique industrielle a créé un autre déséquilibre entre la production de biens d’équipement et la production de biens de consommation que sa profession socialiste ne justifiait pas, mais qui pourrait représenter un militarisme qui démentait ses intentions pacifiques avouées.

Le socialisme dans un pays n’a fourni à la Russie aucun indice, des relations avec d’autres États différentes de celles de l’impérialisme nationaliste conventionnel. Le communisme est représenté comme lui-même une idéologie qui fournit aux pays communistes un intérêt commun, mais il n’y a aucune raison perceptible pour qu’il en soit ainsi.

La propriété nationale des moyens de production n’affecte aucun avantage que le système industriel russe pourrait tirer du contrôle, par exemple, de la production d’acier de Silésie ou de la rendre plus charitable dans ses relations avec la Pologne. Dans l’ensemble, la politique russe envers son cercle d’États satellites en Europe de l’Est a consisté à les utiliser pour renforcer sa propre puissance économique et militaire. Le seul de ces États à conserver une grande indépendance d’action était la Yougoslavie, qui était aussi celle qui n’était pas incluse dans la zone d’occupation de la Russie à la fin de la guerre.

Le test crucial d’une communauté d’intérêts entre États communistes sera sans doute fourni par les relations à long terme entre la Russie et la Chine, puisque ni l’un ni l’autre ne pourra traiter l’autre comme un satellite. Il est peut-être vrai, cependant, que le socialisme dans un seul pays a apporté un changement important dans l’orientation internationale de la Russie. L’adoption de la politique de Staline signifiait en substance l’abandon de la théorie selon laquelle le communisme dépendait du soutien de la classe ouvrière en Europe occidentale.

Il y avait en fait des raisons substantielles pour lesquelles le soutien de ce quartier n’aurait pas dû être obtenu, bien que le concept du communisme en tant que mouvement de la classe ouvrière empêchât que ces raisons soient reconnues. Sauf peut-être dans quelques cas particuliers, il n’y avait aucune raison pour que l’ouvrier d’Europe occidentale, avec un niveau de vie plus élevé, ses propres syndicats indépendants et des institutions politiques généralement libérales, soit attiré par le communisme.

Le rôle politique du communisme en Occident a été dans l’ensemble un rôle de subversion, efficace uniquement là où existaient des griefs qui faisaient de la subversion une forme tentante d’activité politique. La situation était différente dans les pays dont la structure sociale et économique était plus proche de celle de la Russie lorsque Staline a lancé sa théorie. Un pays avec une économie agraire et une population en grande partie paysanne, soumis à la pression d’une population en croissance rapide, est presque sous l’impératif de s’industrialiser même pour maintenir le bas niveau de vie qu’il a.

Le problème de l’industrialisation dans une telle société est essentiellement celui de la Russie, à savoir l’accumulation de capital, et à moins de pouvoir emprunter à des conditions très favorables, le capital ne peut être accumulé que par des méthodes d’épargne forcée similaires à celles suivies par la Russie.

En règle générale aussi, les pays de ce type manquent d’une structure politique capable de faire obstacle à une dictature. L’attrait exercé par le succès de l’industrialisation rapide de Staline est donc évident, et en conséquence l’effet international du communisme dans un pays était de faire face à la Russie vers l’Est.

Dès 1923, Lénine avait prévu cette possibilité lorsqu’il a dit que sa théorie de l’impérialisme impliquait la division du monde en deux camps. Il attribuait cela aux impérialistes et considérait cela comme un inconvénient, car il supposait qu’une plus grande puissance résidait du côté du bloc européen hautement industrialisé. Après l’alliance temporaire de la Seconde Guerre mondiale, Staline a relancé l’idée des deux camps mais peut-être n’y a-t-il plus pensé comme un inconvénient.

Dans tous les cas, l’effet international du communisme dans un pays a été une division entre deux blocs de pouvoir, diversement décrits comme capitaliste-communiste, impérialiste-pacifiste, ou simplement Ouest-Est. L’avenir de chacun dépend, apparemment, de son succès à attirer les nations non engagées. La diffusion des institutions politiques libérales dépend probablement de l’offre d’une alternative aux méthodes violentes d’épargne forcée. en Russie, les rigueurs imposées par le socialisme à un pays ont été allégées par la perspective qu’offrait la tradition marxiste qu’elles étaient temporaires.

Leur objectif a d’abord été décrit comme la construction du socialisme, que Staline a proclamé avoir été accompli vers 1936, et ensuite par la transition vers le communisme, l’étape supérieure mentionnée à la fois par Marx et Lénine et déclarée par Staline comme étant également possible dans un seul pays. Au-delà, la répression ne serait plus nécessaire et l’État pourrait dépérir. Cette perspective, si profondément enracinée dans la tradition marxiste, était une sorte de billet à ordre que le régime pourrait parfois devoir respecter, ou elle pouvait être un foyer de critiques et de mécontentement.

Pourquoi, pourrait-on demander, puisqu’il n’y a plus de classes exploiteuses, l’État ne commencerait-il pas à dépérir ? En 1939, Staline disait que cette question était effectivement parfois posée. Sa réponse était celle habituellement donnée par un théoricien marxiste lorsque ses prédictions échouent. Les questionneurs, a-t-il dit, ont consciencieusement mémorisé les mots mais n’ont pas réussi à en comprendre le sens essentiel.

Ils ont ignoré les filets d’espionnage déployés en encerclant les puissances capitalistes. Il a conclu que l’État resterait aussi dans la période du communisme, à moins qu’entre-temps l’encerclement capitaliste ne disparaisse et que le monde entier devienne communiste.

Staline a abordé à nouveau la question, plutôt détournée, dans l’un de ses derniers écrits. En 1950, il a écrit plusieurs articles sur le marxisme et le langage, dont le but était de montrer que ni la logique non, le langage ne dépendait de la lutte des classes, puisque le langage était un moyen de communication entre les personnes de toutes les classes sociales.

Cette question ésotérique semble un sujet d’intérêt improbable, mais son objectif a apparemment été révélé lorsqu’il a réprimandé ces camarades qui ont un engouement pour les explosions comme méthode | pour tout type de changement social important.

Dans la société soviétique, il n’y a pas de classes hostiles, il a cité la révolution d’en haut qui a amené l’agriculture collective – et donc pas besoin d’explosions. En d’autres termes, la transition vers le communisme se fera sous la direction et le contrôle du parti.

Khrouchtchev s’est lui aussi parfois efforcé de dépouiller la transition de ses connotations utopiques. Au XXIe Congrès du Parti (1959), il décrivit son plan de sept ans comme la construction du communisme et avertit en même temps qu’une société communiste ne serait pas informe et désorganisée.

Pourtant, il a également évoqué une possibilité qui aurait horrifié Staline, la croissance d’organisations publiques ou d’associations bénévoles qui pourraient reprendre de nombreuses fonctions jusque-là exercées par des organes de l’État bien sûr, sous la direction du parti.

Il semble raisonnable de présumer que ce qui reste du dépérissement de l’État, du moins en ce qui concerne les intentions du parti, est un régime avec les services habituellement attachés au concept d’État-providence un niveau de production qui permettra plus biens de consommation sans réduire la production de biens d’équipement en deçà du niveau jugé nécessaire par le parti, une augmentation correspondante du niveau de vie avec une réduction de la journée de travail et un certain allégement ou décentralisation des réglementations administratives.

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14307

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *