Etudes Géopolitiques

L’école allemande de géographie politique

La géographie politique est l’étude de la façon dont l’espace géographique influence et est influencé par les processus politiques. Il interroge les rapports entre politique et territoire à toutes les échelles, du local au global. L’école allemande de géographie politique a émergé à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle et a apporté des contributions majeures à ce domaine. Parmi les figures clés de l’école allemande, citons Friedrich Ratzel, Karl Haushofer et Rudolf Kjellén.

Friedrich Ratzel et la théorie du Lebensraum

Friedrich Ratzel (1844-1904) est l’une des figures les plus influentes de l’école allemande de géographie politique. Ratzel a reçu une formation de zoologiste et de géographe et a introduit les concepts de la théorie de l’évolution darwinienne dans la géographie humaine. Son œuvre majeure est Politische Geographie (Géographie politique) publiée en 1897.

Le concept clé de Ratzel était le Lebensraum ou « espace de vie ». Il a fait valoir que les États sont des phénomènes spatiaux analogues aux organismes biologiques qui ont besoin de suffisamment d’espace pour survivre et prospérer. Selon Ratzel, les États ont besoin d’un espace de vie adéquat déterminé par la taille de leur population. Si la population d’un État augmente mais que son territoire reste fixe, il finira par souffrir de surpeuplement et de rareté des ressources. Pour éviter cette situation, les États doivent continuellement élargir leurs frontières pour acquérir de nouveaux espaces de vie. Cette expansion se fait souvent aux dépens d’États plus petits ou plus faibles.

Ratzel soutenait que la volonté humaine d’expansion est une impulsion biologique naturelle inhérente à tous les états. Il a affirmé qu’il y avait un conflit fondamental entre les frontières politiques statiques et les exigences spatiales croissantes des États. Ratzel considérait la géopolitique comme une lutte pour la survie où les États se font concurrence pour contrôler la quantité optimale d’espace vital. Ses idées ont fortement influencé les géopoliticiens nationalistes allemands qui fourniront plus tard une justification académique à l’expansionnisme nazi.

Karl Haushofer et la géopolitique

Une autre figure clé de l’école allemande est Karl Haushofer (1869-1946). Haushofer était un général de l’armée, géographe et partisan de la théorie du Lebensraum. S’appuyant sur les idées de Ratzel, il a développé Geopolitik qui visait à aligner la politique étrangère de l’Allemagne sur ses capacités géographiques en tant que puissance mondiale.

En 1924, Haushofer fonde l’Institut de géopolitique de Munich et commence à publier la revue Zeitschrift für Geopolitik (Journal de géopolitique). L’institut a fait des recherches sur des sujets tels que la géographie des ressources, la stratégie militaire et la politique raciale d’un point de vue géographique. Haushofer a fait valoir que les Allemands avaient besoin de plus d’espace de vie pour accueillir leur population croissante. Il plaide en faveur de l’expansion territoriale allemande en Europe de l’Est et en Russie.

Haushofer a exercé une influence considérable sur la vision géopolitique du monde d’Hitler. Certains des étudiants de Haushofer ont travaillé directement avec le parti nazi et le ministère des Affaires étrangères pour formuler des politiques expansionnistes. Bien que Haushofer ait nié toute responsabilité directe dans l’impérialisme nazi, ses idées sont devenues fortement liées à la quête du Lebensraum par le régime qui a conduit aux invasions de la Pologne et de l’Union soviétique.

Rudolf Kjellén et la morphologie géopolitique

Un troisième géographe politique allemand important est Rudolf Kjellén (1864-1922). Kjellén était un politologue suédois qui a étudié sous la direction de Ratzel. Il a développé le concept de morphologie géopolitique qui divise les États en quatre éléments géographiques clés :

  1. Le noyau organique (heartland) qui contient la capitale, les grandes villes et la population la plus dense.
  2. Régions directement administrées par le noyau (étranger proche).
  3. Des zones tampons ou « marchlands » qui protègent l’État des menaces extérieures.
  4. Régions économiquement connectées mais gouvernées indirectement (loin à l’étranger).

Kjellén a fait valoir que le pouvoir géopolitique d’un État est largement déterminé par la configuration géographique de ces éléments. Les États dont le cœur est compact, l’étranger proche étendu, les grandes zones tampons et l’étranger lointain riche en ressources ont un avantage sur les États dont les territoires sont dispersés. Kjellén croyait que la structure des États devait refléter les formes géographiques organiques.

Ses concepts morphologiques ont ensuite été adoptés par d’autres géopoliticiens, dont Nicholas Spykman, qui a divisé le monde en puissances terrestres rivales (tellurocraties) et en puissances maritimes (thalassocraties). On attribue également à Kjellén l’invention du terme « géopolitique » lui-même.

La géopolitique dans l’entre-deux-guerres

Après la défaite de l’Allemagne lors de la Première Guerre mondiale, les idées de Lebensraum et d’expansionnisme géopolitique sont tombées en disgrâce. Cependant, la pensée géopolitique a été relancée en Allemagne dans les années 1920 et 1930 dans le contexte des époques de Weimar et nazie. Les nationalistes d’extrême droite ont adopté des théories géopolitiques pour promouvoir leurs programmes de révisionnisme territorial et d’agression allemands.

Parmi les grands penseurs géopolitiques de l’entre-deux-guerres, citons Karl Haushofer, son fils Albrecht Haushofer, Friedrich von Bernhardi, Fritz Grobba, Franz Thierfelder et Ottmar Fucks. En 1928, Haushofer fonde l’Institut de géopolitique de Munich qui sert de centre intellectuel pour les idéologies extraterritoriales. Les partisans du Lebensraum ont utilisé de nouveaux concepts pseudo-scientifiques comme la géopolitike, la lebensgeographie (géographie de la vie) et la wehrgeografie (géographie militaire) pour justifier l’expansion allemande.

La propagande nazie et la Seconde Guerre mondiale

Les idées géopolitiques ont imprégné la propagande nazie dans les années 1930, fournissant un vernis intellectuel pour dissimuler une politique étrangère agressive. Les idéologues nazis ont dépeint l’Allemagne comme un pays surpeuplé entouré de puissances hostiles qui avait désespérément besoin d’un nouveau Lebensraum en Europe de l’Est. Adolf Hitler a fréquemment exprimé des thèmes géopolitiques dans ses écrits et ses discours, y compris sa description de l’Allemagne comme un peuple teutonique emprisonné ayant besoin de sortir de l’encerclement.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les planificateurs nazis ont invoqué des motifs géopolitiques pour mobiliser le peuple allemand pour la guerre et mettre en œuvre des plans génocidaires de réinstallation de la population. La quête du Lebensraum était l’une des principales justifications des invasions des pays voisins pour créer un Grand Reich germanique couvrant l’Europe et la Russie occidentale. Cette vision a été résumée dans le Generalplan Ost qui détaillait les plans de dépeuplement de l’Europe de l’Est et d’installation de dizaines de millions de colons allemands.

La géopolitique a également été utilisée pour stimuler le recrutement au motif que la population croissante de l’Allemagne avait besoin d’un espace vital suffisant. Les instituts géopolitiques conseillaient le régime nazi sur l’exploitation des territoires conquis. La géographie politique a facilité certains des pires crimes du régime, y compris les meurtres de masse de Juifs et d’autres groupes considérés comme racialement étrangers au Lebensraum allemand.

Géopolitique après la Seconde Guerre mondiale

Après la défaite de l’Allemagne, la géographie académique du pays s’est naturellement retirée des entreprises ouvertement géopolitiques. Cependant, la géopolitique est progressivement réapparue comme un champ d’étude en Occident pendant la guerre froide menée par des penseurs anglo-américains. Le nouveau sous-domaine de la géopolitique critique a également émergé pour critiquer la façon dont les cadres géographiques ont servi d’outils au pouvoir de l’État.

Dans l’Allemagne d’aujourd’hui, la géographie politique et la géopolitique se situent dans leur contexte historique plus large. Il est reconnu que les idées géographiques ont contribué à certaines des heures les plus sombres du pays. Dans le même temps, les chercheurs soutiennent que la géographie reste essentielle pour comprendre les affaires internationales lorsqu’elle est ancrée dans l’éthique et les droits de l’homme plutôt que dans l’ultra-nationalisme et le racisme. L’héritage complexe de l’école allemande se perpétue à travers les débats contemporains sur l’interrelation complexe de la géographie avec le pouvoir.

Chiffres clés de l’École allemande de géographie politique

  • Friedrich Ratzel : Il a développé le concept de Lebensraum et considérait les États comme des entités organiques qui ont besoin d’espace vital pour se développer. Fortement influencé par la géopolitique expansionniste allemande.
  • Rudolf Kjellén : Il a inventé le terme « géopolitique » et développé un modèle morphologique divisant les États en régions centrales et périphériques. La structure géographique supposée détermine le pouvoir.
  • Karl Haushofer : partisan du Lebensraum qui a diffusé les idées de l’expansion raciale allemande. Des liens étroits avec le régime nazi par l’intermédiaire de l’Institut de géopolitique.
  • Albrecht Haushofer : Fils de Karl Haushofer qui a contribué à formuler la politique nazie du Lebensraum avant de se retourner contre le régime pour crimes de guerre.
  • Général Franz Edelsheim : Officier militaire qui a fondé la Deutschland Review en 1924 pour promouvoir la pensée géopolitique soutenant le révisionnisme allemand.
  • Johann von Leers : Historien et propagandiste qui a appliqué la géopolitique pour justifier les politiques raciales et l’antisémitisme nazis. A travaillé pour l’Institut de géopolitique.
  • Hermann Lautensach : Géographe qui a utilisé les concepts de l’État organique pour plaider en faveur de l’expansion territoriale allemande. A enseigné à l’Université de Heidelberg.
  • Ernest Jackh : Géopoliticien qui a conseillé le gouvernement nazi sur l’exploitation économique de l’Europe de l’Est pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Eugen Wirth : géographe à l’Université de Munich qui a étudié les aspects géopolitiques et raciaux des plans de réinstallation de la population nazie.

Principales publications

  • Friedrich Ratzel : Politische Geographie (Géographie politique) – Ouvrage fondateur de 1897 qui a développé le concept de Lebensraum.
  • Rudolf Kjellén : Die Grossmächte der Gegenwart (Les grandes puissances du présent) – livre de 1914 expliquant le modèle de morphologie géopolitique.
  • Karl Haushofer : Geopolitik der Pan-Ideen (La géopolitique des idées panaméricaines) – livre de 1931 sur le pan-nationalisme et la politique du pouvoir mondial.
  • Karl Haushofer : Bausteine zur Geopolitik (Éléments constitutifs de la géopolitique) – Manuel de 1928 couvrant les théories géopolitiques fondamentales et la position géographique de l’Allemagne.
  • Erich Obst : Lebensraum : Ein Schlagwort und seine Geschichte (L’espace vivant : un slogan et son histoire) – 1930 étude sur les origines de l’idéologie du Lebensraum.
  • L’Allemagne et les deux guerres mondiales – Haushofer a co-édité plusieurs éditions de ce livre affirmant les motifs géopolitiques des guerres de l’Allemagne.
  • Zeitschrift für Geopolitik (Journal de géopolitique) – Revue centrale de géopolitique éditée par Haushofer de 1924 à 1944.

Concepts clés

  • Lebensraum : Les États d’idées ont besoin d’un espace de vie suffisant pour prospérer. Utilisé pour justifier l’expansion territoriale.
  • Geopolitik : L’école allemande de géographie politique s’est concentrée sur la façon dont les facteurs géographiques façonnent le pouvoir de l’État.
  • Wehrgeografie : Sous-domaine examinant les éléments géographiques de la stratégie militaire. Utilisé pour planifier les invasions nazies.
  • Morphologie géopolitique : Modéliser la division des États en zones spatiales différenciées en fonction de la proximité du noyau.
  • Tellurocracy vs. Thalassocratie : puissance terrestre vs. puissance maritime. Spykman a adapté le concept de Kjellén.
  • Théorie du Heartland : Idée que le contrôle du noyau eurasien donne un avantage stratégique global.
  • Île du monde vs. rimland : Division de l’Eurasie (île du monde) et des océans environnants (rimland).
  • Pan-régions : Concept de blocs régionaux unifiés par l’idéologie (panaméricanisme, panslavisme, etc.).

Influence sur la géopolitique nazie et la Seconde Guerre mondiale

  • Generalplan Ost : Colonisation allemande de masse de l’Europe de l’Est justifiée par le Lebensraum. A conduit à un génocide contre des groupes dans des zones ciblées.
  • Drang nach Osten : « Poussée vers l’Est ». Slogan reflétant la soif de l’Allemagne pour les terres d’Europe de l’Est.
  • Propagande de guerre : La géopolitique utilisée comme une arme pour dépeindre l’Allemagne comme une nation emprisonnée et surpeuplée qui a besoin de briser les frontières.
  • Plans d’invasion : Les géopoliticiens ont aidé à formuler une stratégie pour la conquête de la Pologne, de la Russie et d’autres voisins.
  • Holocauste : Expansion spatiale de l’Holocauste motivée par la quête de nettoyage du Lebensraum pour la colonisation allemande, en particulier en Europe de l’Est.
  • Transfert de population : Les déplacements forcés de Juifs et de Slaves sont justifiés par le fait que leur présence entrave l’espace vital allemand.
  • Recrutement : La géopolitique avait l’habitude de stimuler le recrutement militaire en sensibilisant le public à la nécessité pour l’Allemagne de se doter d’un lebensraum.

Critiques et réponses

Critiques de l’école allemande :

  • A fourni une base intellectuelle à l’expansionnisme nazi et aux atrocités.
  • Le racisme scientifique et le darwinisme social sous-tendaient les théories spatiales.
  • Ignoré les principes humanistes et l’éthique de l’espace au service des intérêts de l’État.
  • Des préjugés normatifs/culturels obscurcis derrière la façade d’une géographie objective.
  • Il a utilisé le déterminisme pour dépeindre les frontières existantes et les hiérarchies raciales comme naturelles.

Réponses:

  • La géopolitique, inévitablement façonnée par le contexte, peut être remaniée dans une direction pacifique.
  • La recherche s’est cooptée pour l’agenda nazi mais avait également des objectifs académiques légitimes.
  • De nombreux géographes ont résisté à la politique nazie et n’ont pas directement orienté leurs recherches à des fins racistes.
  • Les théories peuvent être dissociées de leurs origines problématiques si elles sont judicieusement réexaminées et reformulées.
  • La géopolitique critique a émergé pour remettre en question les hypothèses et examiner la relation entre le savoir et le pouvoir.
  • La géographie d’aujourd’hui est beaucoup plus réfléchie sur les clients qu’elle sert et les objectifs qu’elle promeut.

Leçons et héritage

  • Nécessité d’une responsabilité éthique – les penseurs doivent tenir compte des implications que leurs idées peuvent engendrer.
  • La géopolitique déforme facilement la réalité si elle n’est pas fondée sur une perspective humaniste et un regard critique sur les relations de pouvoir.
  • Les concepts géographiques souvent utilisés pour naturaliser et justifier les programmes de pouvoir territoriaux – ces préjugés doivent être démasqués.
  • Legacy montre le danger des idéologies suprémacistes raciales qui utilisent la géographie pour dépeindre les hiérarchies comme des lois naturelles.
  • La géopolitique a le potentiel de promouvoir la paix et la coopération si elle est guidée par la tolérance, la diversité et l’humanité partagée.
  • Les théories spatiales fournissent un aperçu, mais ne peuvent jamais se substituer aux principes moraux en matière de vies humaines et de politique.

Références

Ackermann, A. (1994). Geography and politics: the case of poland. Political Geography, 13(1), 67-75. doi:10.1016/0962-6298(94)90016-7

Bassin, M. (2004). Race contra space: The conflict between german geopolitik and national socialism. Political Geography, 23(2), 171-188. doi:10.1016/j.polgeo.2003.12.003

Claval, P. (1998). An introduction to regional geography. Wiley.

Dijkink, G. (1996). National identity and geopolitical visions: Maps of pride and pain. Taylor & Francis.

Dodds, K. (2007). Geopolitics: A very short introduction. OUP Oxford.

Dorpalen, A. (1942). The world of general haushofer. American Political Science Review, 36(3), 491-511. doi:10.2307/1948809

Ebeling, F. (2004). Geopolitik: Karl Haushofer und seine Raumwissenschaft 1919–1945. Akademie Verlag.

Godlewska, A., & Smith, N. (1994). Geography and empire. Blackwell.

Griffiths, R., & Lewis, M. (2013). Themes in geographic thought. Routledge.

Haushofer, A. (2013). Geopolitics, strategy and the situation of germany. Comparative Strategy, 32(2), 167-180. doi:10.1080/01495933.2013.766175

Haushofer, K., Obst, E., Lautensach, H., & Maull, O. (2013). Bausteine zur geopolitik. Walter de Gruyter.

Herb, G. H. (1997). Under the map of germany: Nationalism and propaganda 1918 – 1945. Psychology Press.

Herwig, H. H. (1999). Geopolitik: Haushofer, Hitler and lebensraum. Journal of Strategic Studies, 22(2-3), 218-241. doi:10.1080/0140239990843776

Heske, H. (1987). Karl Haushofer: His role in Nazi politics and ideology. Political Geography Quarterly, 6(2), 135-144. doi:10.1016/0260-9827(87)90026-4

Holbraad, C. (1970). The role of space in the foreign policies of the great powers. Annals of the Association of American Geographers, 60(4), 670-684. doi:10.1111/j.1467-8306.1970.tb00752.x

Kaplan, R. D. (2012). The revenge of geography: What the map tells us about coming conflicts and the battle against fate. Random House Incorporated.

Kearns, G. (2009). Geopolitics and empire: The legacy of halford mackinder. Oxford University Press.

Kjellén, R. (1899). Studier ofver Sveriges politiska granser. Ymer.

Kjellén, R. (1917). Der staat als lebensform. Svenska Bokförlaget.

Maull, O. (1925). Politische geographie. Berlin: Gebr, Borntraeger.

Murphy, A. B., Jordan-Bychkov, T. G., Bychkova Jordan, B., & Hepple, L. W. (2014). The human mosaic: A thematic introduction to cultural geography. Macmillan Higher Education.

O’Loughlin, J., & van der Wusten, H. (1993). Political geography of panregions. Geographical Review, 83(3), 240-257. doi:10.2307/215486

Painter, J., & Jeffrey, A. (2009). Political geography: An introduction to space and power. Sage publications.

Ratzel, F. (1897). Politische geographie (Vol. 923). Oldenbourg.

Schultz, H. (1985). Deutsche faschistische politische geographie. Annalen der Geographischen Instituts der Freien Universität Berlin, (3), 75-91.

Smith, W. D. (1980). Friedrich Ratzel and the origins of lebensraum. German Studies Review, 3(1), 51-68. doi:10.2307/1429483

Soja, E. W. (1971). The political organization of space. Resource paper No. 8. Washington, DC: Association of American Geographers.

Tuathail, G. Ó., & Agnew, J. (1992). Geopolitics and discourse: Practical geopolitical reasoning in american foreign policy. Political geography, 11(2), 190-204. doi:10.1016/0962-6298(92)90048-X

SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page