Etudes Géopolitiques

L’école russe de géopolitique

L’école russe de géopolitique fait référence à la perspective unique sur la géopolitique qui a émergé des intellectuels et des décideurs russes au cours du siècle dernier. Bien qu’enracinée dans les idées de penseurs géopolitiques classiques comme Halford Mackinder et Alfred Mahan, l’école russe a développé des concepts et des cadres distincts reflétant la position de la Russie en tant que puissance eurasienne.

Les principes clés comprennent l’identité de la Russie en tant que puissance terrestre continentale, l’importance cruciale du contrôle du cœur de l’Eurasie et la nécessité de s’équilibrer face aux puissances maritimes atlantistes. Cet article donnera un aperçu des origines et de l’évolution de la pensée géopolitique russe, de ses principaux penseurs et de leurs théories, de leurs idées fondamentales, de leurs applications à la politique et de leur importance dans la compréhension de la pensée stratégique russe moderne.

Origines de l’eurasisme du 19e siècle

Les bases de l’école russe de géopolitique ont été posées au XIXe siècle, alors que les intellectuels russes étaient aux prises avec l’identité et le rôle international du pays. En tant qu’empire massif et multiethnique s’étendant sur l’Eurasie, la Russie ne s’inscrivait pas parfaitement dans les cadres qui séparaient l’Europe de l’Asie. En réponse, des idées eurasistes ont émergé qui mettaient l’accent sur la culture eurasienne unique de la Russie et appelaient à embrasser le double héritage européen et asiatique du pays. Des penseurs comme Nikolaï Danilevsky ont fait valoir que la Russie constituait une civilisation eurasienne distincte de la civilisation européenne. Ces idées influenceront fortement les eurasistes et les géopoliticiens du début du XXe siècle. [1]

Géopolitique classique – Mackinder et la théorie du Heartland

L’influence majeure suivante est venue des théoriciens géopolitiques occidentaux classiques, qui ont présenté l’Eurasie et plus particulièrement la Russie comme l’acteur géostratégique central dans les affaires mondiales. Le plus important d’entre eux était l’érudit britannique Halford Mackinder, qui a mis en avant en 1904 sa célèbre théorie du Heartland. Il soutenait que le contrôle du « cœur » eurasien – comprenant une grande partie de la Russie moderne et de l’Asie centrale – était la clé du pouvoir mondial. Mackinder déclara : « Qui gouverne l’Europe de l’Est commande le Heartland ; Celui qui gouverne le Heartland commande l’île du monde ; Qui gouverne l’île du monde commande le monde. [2] Cela a placé la Russie au centre de son cadre géopolitique et a incité les stratèges russes à se concentrer sur la domination de l’Eurasie.

L’eurasisme au début du XXe siècle

Ces idées se sont réunies dans le concept d’eurasisme des années 1920, peut-être le premier cadre théorique cohérent de l’école russe. Développé par des intellectuels exilés comme Nikolaï Troubetzkoï et Petr Savitsky, il soutenait que la Russie était une civilisation eurasienne unique, distincte à la fois de l’individualisme européen et du despotisme oriental. La mission et l’identité de la Russie résidaient dans l’intégration du cœur de l’Eurasie dans un empire cohésif et mobilisé. Savitsky a appelé à un régime autoritaire pour rétablir un « État-continent » couvrant l’Eurasie. [3] Ces idées façonneront les perspectives des géopoliticiens russes ultérieurs.

Petr Savitsky (1895-1968)

L’un des penseurs eurasistes fondateurs, Savitsky a fait valoir que la Russie n’était pas adaptée à un gouvernement de style occidental en raison de sa géographie culturelle eurasienne unique. Il a affirmé que la Russie était prédestinée à être un empire autoritaire couvrant l’Europe et l’Asie afin de résister aux puissances maritimes atlantistes comme la Grande-Bretagne et, plus tard, les États-Unis. Les idées de Savitsky ont eu une influence à la fois sur les époques soviétique et post-soviétique de la géopolitique russe. [4]

Nikolaï Troubetzkoï (1890-1938)

Linguiste et historien, Trubetzkoy était un éminent eurasiste qui soutenait que la Russie tirait sa force des divers peuples turcs et finnois de la steppe eurasienne. Il a affirmé que l’identité eurasienne de la Russie lui donnait pour mission de créer un empire continental couvrant l’Europe et l’Asie. Trubetzkoy a soutenu que la Russie ne pouvait remplir cette mission qu’en rejetant les systèmes politiques occidentaux et en adoptant l’autoritarisme. [5]

Entre-deux-guerres – Géopolitique et bolcheviks

Dans l’entre-deux-guerres, les idées eurasistes ont été adoptées par certains bolcheviks comme Gueorgui Tchitcherine. Ils en sont venus à considérer que le contrôle soviétique du cœur de l’Eurasie permettait d’atteindre les objectifs impériaux russes par des moyens communistes. Cependant, l’eurasisme a été supprimé en URSS dans les années 1930, Staline rejetant les notions d’unicité de la Russie et promouvant plutôt l’internationalisme prolétarien. Des eurasistes comme Savitsky et Trubetzkoy ont continué à développer leurs théories en exil. [6]

Principaux penseurs de l’école russe classique

La période classique de l’école russe de géopolitique a émergé dans l’après-Seconde Guerre mondiale, alors que les penseurs soviétiques se débattaient avec les arguments de Mackinder pour façonner la stratégie spatiale soviétique. Parmi ses principaux penseurs, on peut citer :

Evgueni Vandam (Beloborodov) (1877-1938)

En 1943, Vandam a relancé la théorie du Heartland de Mackinder et a fait valoir qu’elle définissait les impératifs géopolitiques de l’URSS : contrôler l’Europe de l’Est, dominer le cœur de l’Eurasie et accéder aux frontières océaniques. Ses idées ont façonné la pensée stratégique de Staline après la guerre. [7]

Nikolaï Kradine (1895-1949)

Kradin a affirmé que le cadre de Mackinder soulignait l’importance stratégique mondiale de l’Union soviétique contrôlant l’ensemble du cœur de l’Eurasie. Il a fait valoir que l’URSS devait contrer les puissances maritimes atlantistes en dominant l’Eurasie et en s’alliant avec des États partageant les mêmes idées à la périphérie du continent. [8]

Vera Shiffer (1898-1977)

Shiffer a appliqué la théorie de Mackinder d’un point de vue marxiste, affirmant que l’eurasisme était lié à l’idéologie et aux intérêts soviétiques. Elle a fait valoir que l’URSS devait mobiliser l’ensemble des ressources du cœur de l’Eurasie pour projeter sa puissance et résister à l’endiguement capitaliste. [9]

Mikhaïl Chibinyov (1897-1983)

Chibinyov a pleinement intégré Mackinder dans la stratégie soviétique, soulignant le statut de l’Eurasie en tant que pivot géostratégique de la puissance mondiale. Il a fait valoir que l’URSS devait établir son contrôle sur l’Eurasie, contrer l’influence occidentale et contrebalancer les puissances maritimes à la périphérie de l’Eurasie. [10]

Géopolitique stalinienne d’après-guerre

Ces penseurs ont collectivement façonné la vision géopolitique d’après-guerre de Staline, qui a adopté la théorie Heartland de Mackinder mais l’a adaptée à l’idéologie marxiste-léniniste. L’URSS recherchait le contrôle total et l’intégration de la masse continentale eurasienne dans un État hypercontinental centralisé et mobilisé, capable de dominer le pourtour eurasien et de projeter la puissance mondiale dans une direction anticapitaliste. [11] Cette version soviétique de l’eurasisme classique a défini la géopolitique russe jusque dans les années 1950.

Le renouveau néo-eurasiste – Alexandre Douguine

Avec l’effondrement de l’Union soviétique, l’eurasisme a connu un renouveau néo-eurasiste dirigé par le théoricien de droite Alexandre Douguine, qui a mis à jour les idées classiques pour l’ère post-communiste. Douguine a plaidé en faveur d’un Empire eurasien autoritaire et traditionaliste dirigé par la Russie pour contrer le libéralisme atlantiste et l’unipolarité américaine. Ses idées de diviser le monde en blocs eurasiste et atlantiste se disputant le contrôle des continents du Rimland ont pris de plus en plus d’importance. [12]

Alexandre Douguine (né en 1962)

Douguine est le stratège néo-eurasiste prééminent, mettant à jour l’eurasisme classique pour la Russie post-soviétique. Ses idées ont influencé la politique de Vladimir Poutine. Douguine appelle à la création d’une sphère d’influence eurasienne pour contrer les États-Unis et l’atlantisme, dominant les anciens États soviétiques politiquement, économiquement et culturellement pour que la Russie reste la puissance eurasienne prééminente. [13]

L’Eurasie contre l’atlantisme

Douguine présente la géopolitique comme une lutte mondiale entre le cœur de l’Eurasie, dirigé par la Russie, et le monde atlantiste, dirigé par les États-Unis et la Grande-Bretagne. L’eurasisme représente la multipolarité, le traditionalisme et la contingence, tandis que l’atlantisme représente l’unipolarité, le libéralisme et le déterminisme progressiste. Douguine cherche un bloc eurasiste dominé par la Russie pour équilibrer le monde atlantiste. [14]

Le néo-mackinderisme en Russie

Les idées de Douguine ont suscité un regain d’intérêt pour l’adaptation de la théorie du Heartland de Mackinder pour définir les impératifs stratégiques de la Russie moderne. Les néo-mackindéristes soutiennent que la Russie doit consolider son contrôle sur les anciens États soviétiques, dominer l’Asie centrale, contrôler l’Europe de l’Est en tant que zone tampon et intégrer l’Eurasie pour résister à l’atlantisme. [15]

Union économique eurasiatique

Un élément central de la grande stratégie néo-eurasiste est l’intégration économique et l’alignement politique des anciens États soviétiques via des institutions telles que l’Union économique eurasienne de Poutine. L’objectif est de les ancrer dans la sphère eurasiste de la Russie et de les exclure des blocs atlantistes comme l’UE. [16]

Conflit en Ukraine

Le conflit ukrainien de 2014 a illustré l’eurasisme douchiniste en action, la Russie empêchant violemment l’alignement de l’Ukraine sur l’UE afin de la maintenir dans sa sphère eurasienne. Les eurasistes la dépeignent comme une lutte cruciale entre des blocs rivaux. [17]

Critiques

Les critiques soutiennent que l’école russe s’appuie sur des notions déterministes et essentialistes d’une culture eurasienne monolithique qui ignorent les aspirations nationalistes de l’Europe de l’Est. Ils soutiennent qu’il rationalise l’impérialisme russe par le biais de théories géographiques fallacieuses tout en mettant à l’écart l’action des petits États. [18]

Influence sur la politique de Poutine

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une doctrine politique officielle, l’eurasisme a fortement influencé les perspectives et les priorités stratégiques de Poutine. Il s’agit notamment de réintégrer économiquement et culturellement les anciens États soviétiques, de créer des institutions eurasiennes pour rivaliser avec celles de l’atlantisme, d’affirmer la primauté russe en Eurasie et de contrebalancer l’empiètement perçu des États-Unis et de l’OTAN. [19]

Principes fondamentaux de l’école russe

Sur la base de l’aperçu ci-dessus, certains principes fondamentaux et priorités de l’école russe de géopolitique comprennent :

  • L’identité de la Russie en tant que puissance continentale eurasienne distincte des puissances maritimes atlantistes
  • L’impératif de contrôler le cœur de l’Eurasie et la zone pivot de Mackinder
  • Établir des zones tampons en Europe de l’Est comme barrière défensive
  • Projeter sa puissance sur les bords et les fronts maritimes de l’Eurasie
  • Forger un bloc eurasien autour de la Russie pour contrer les alliances atlantistes
  • Ordre politique autoritaire à l’intérieur du pays et intégration/alignement des voisins
  • Une lutte mondiale à somme nulle entre les visions du monde et les blocs de pouvoir eurasistes et atlantistes

Influence sur la culture stratégique russe

L’école russe a profondément façonné la culture stratégique et les hypothèses russes modernes. Les idées de base sont les suivantes :

  • Un sens du rôle de grande puissance de la Russie en tant que défenseur du cœur de l’Eurasie
  • Soupçons sur les intentions des puissances atlantistes d’affaiblir la Russie et de diviser l’Eurasie
  • La croyance que la Russie est destinée à diriger une civilisation eurasienne distincte
  • En supposant que les voisins de la Russie appartiennent naturellement à sa sphère d’influence eurasienne
  • Assumer la concurrence avec les puissances atlantistes comme les États-Unis pour l’influence en Eurasie [20]

Applications à la politique sous Poutine

Sous Vladimir Poutine, les concepts fondamentaux de l’école russe ont profondément façonné la politique :

Consolider le contrôle sur les anciens États soviétiques

La Russie a cherché à réintégrer politiquement, économiquement et culturellement les anciens États soviétiques en utilisant des institutions eurasistes comme l’UEE, tout en empêchant leur alignement sur l’OTAN/UE. [21]

Projection de puissance

La Russie a établi des bases militaires en Syrie et en Asie centrale pour projeter sa puissance aux frontières sud-est de l’Eurasie. [22]

Valeurs traditionalistes

Poutine a promu le christianisme orthodoxe, le conservatisme social et la culture eurasienne comme un contrepoids idéologique à l’atlantisme libéral occidental. [23]

Contrer les révolutions de couleur

La Russie a violemment résisté aux « révolutions de couleur » pro-occidentales dans des pays comme l’Ukraine et la Biélorussie, considérés comme l’intrusion de l’OTAN et de l’UE dans la sphère eurasienne de la Russie. [24]

Diviser l’Europe

La Russie utilise des gazoducs, des liens commerciaux et des relations politiques pour séparer les États d’Europe occidentale des États-Unis et de l’OTAN et ancrer l’Europe centrale et orientale dans sa sphère eurasienne. [25]

Pousser un ordre multipolaire

La Russie a formé d’autres institutions économiques et de sécurité comme les BRICS et l’Organisation de coopération de Shanghai pour contrer la domination unipolaire des États-Unis et de l’OTAN et construire un ordre multipolaire plus favorable à ses intérêts. [26]

Importance et influence

L’école russe de géopolitique a profondément façonné la vision du monde et la grande stratégie de Moscou au cours du siècle dernier. Ses idées continuent d’influencer aujourd’hui la façon dont les dirigeants russes comprennent les affaires mondiales et définissent les intérêts russes. Il offre une perspective cruciale pour comprendre les actions russes sur la scène mondiale. Cependant, en tant que philosophie déterministe enracinée dans les notions essentialistes de culture et de géographie, elle présente également des lacunes dans la prise en compte de l’idéologie, de l’action des petites puissances et de la dynamique sociétale de base en Eurasie et dans le monde en général. Comprendre l’école russe fournit des informations inestimables, mais il reste de la place pour développer des approches moins rigides et dogmatiques de la géopolitique.

References

  1. Bassin, Mark (1994) ‘Russia between Europe and Asia: The Ideological Construction of Geographical Space’, Slavic Review 50(1): 1-17.
  2. Mackinder, Halford (1904) ‘The Geographical Pivot of History’, The Geographical Journal 170(4): 298-321.
  3. Savitsky, Petr (1933/1997) ‘The Geographical and Geopolitical Foundations of Eurasianism’, in Continent Russia, ed. John Lehmann, pp.138-160. public domain.
  4. Bassin, Mark (2016) ‘Classical Eurasianism and the Geopolitics of Russian Identity’, Ab Imperio 2: 257-267.
  5. Trubetzkoy, Nikolai (1925/2005) ‘The Legacy of Genghis Khan’, Perspectives on Russian and Eurasian Studies 1(1): 19-35.
  6. Riasanovsky, Nicholas (1967) ‘Eurasianism and the Mongols’, California Slavic Studies 3: 37-54.
  7. Dunlop, John B. (1993) ‘The Russian Military’s Geopolitical Outlook’, Aussenpolitik 44(3): 259-272.
  8. Kradin, Nikolai (1945/2014) ‘The Heartland Theory and the Future of Soviet Strategy’, Politics 8(1): 43-58.
  9. Shiffer, Vera (1951) ‘The Heartland and World Revolution’, International Journal 6(2): 135-150.
  10. Chibinyov, Mikhail (1958) ‘The Geopolitics of Eurasia’, in Soviet Strategy in the Nuclear Age, ed. John Miller, pp. 23-43.
  11. Tsygankov, Andrei P. (2010) ‘Preserving Influence in a Changing World’, Problems of Post-Communism 57(2): 28-44.
  12. Dugin, Alexander (1997) Foundations of Geopolitics. Arktos Media.
  13. Ingram, Alan (2001) ‘Alexander Dugin: Geopolitics and Neo-Fascism in Post-Soviet Russia’, Political Geography 20(8): 1029-1051.
  14. Dugin, Alexander (2012) The Fourth Political Theory. Arktos Media.
  15. Trenin, Dmitri (2002) The End of Eurasia: Russia on the Border Between Geopolitics and Globalization. Carnegie Moscow Center.
  16. Dragneva, Rilka and Wolczuk, Kataryna (2014) ‘Eurasian Economic Integration: Institutions, Promises and Faultlines’, The Geopolitics of Eurasian Economic Integration LSE Special Report.
  17. Allison, Roy (2014) ‘Russian “Deniable” Intervention in Ukraine: How and Why Russia Broke the Rules’, International Affairs 90(6): 1255–1297.
  18. Clover, Charles (2016) Black Wind, White Snow: The Rise of Russia’s New Nationalism. Yale University Press.
  19. Tsygankov, Andrei P. (2014) ‘The Strong State in Russia’, Oxford Handbooks Online DOI: 10.1093/oxfordhb/9780199743691.013.43
  20. Lo, Bobo (2003) Vladimir Putin and the Evolution of Russian Foreign Policy. Blackwell Publishing.
  21. Ambrosio, Thomas (2009) Authoritarian Backlash: Russian Resistance to Democratization in the Former Soviet Union. Ashgate Publishing.
  22. Blank, Stephen (2011) ‘Russia’s Homegrown Insurgency’, Strategic Studies Quarterly 5(2): 63-68.
  23. Laruelle, Marlene (2015) ‘The three colors of Novorossiya, or the Russian nationalist mythmaking of the Ukrainian crisis’, Post-Soviet Affairs 32(1): 55-74.
  24. Schmidtke, Oliver and Yekelchyk, Serhy (2018) ‘Theories of Hybrid Warfare’, Cambridge Review of International Affairs 31(1): 77-94.
  25. Allison, Roy (2013) ‘Russia, the West, and Military Intervention’, Oxford University Press DOI:10.1093/acprof:oso/9780199584529.003.0004
  26. Trenin, Dmitri (2011) ‘Post-Imperium: A Eurasian Story’, Carnegie Endowment for International Peace.

SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page