Etudes politiques

Les éléments essentiels de l’État

L’État doit donc posséder les éléments de

1.Population,
2.Territoire
3.Gouvernement
4.Souveraineté

 1.La population est un élément essentiel de l’État.

Deux conclusions découlent de la discussion sur le sens et la nature de l’État :

(I) que l’État est une institution humaine, le produit de la nature grégaire de l’homme et le résultat des nécessités de la vie humaine, et

(2) la population et la terre sont le point de départ de toute étude de l’homme dans ses groupes organisés. C’est le peuple qui fait l’État ; sans eux, il ne peut y en avoir. Mais la population doit être assez nombreuse pour faire un État et le soutenir.

Les membres d’une même famille ne font pas un Etat. Il devrait y avoir une série de familles. Aucune limite, cependant, ne peut être imposée au nombre de personnes constituant l’État. La différence de population, toutes choses restant les mêmes, ne change rien à la nature de l’État, bien que les opinions quant à sa taille aient varié de temps à autre. Platon et Aristote ont imposé des limites précises à la population de l’État.

Leur idéal était la cité-État grecque, comme Athènes et Sparte. Platon a fixé le nombre à 5 040 citoyens. Aristote soutenait que ni dix ni cent mille ne pouvaient faire un bon État ; ces deux chiffres étaient extrêmes. Il a posé le principe général que le nombre ne doit être ni trop grand ni trop petit. Il doit être suffisamment grand pour être autosuffisant et suffisamment petit pour être bien gouverné. Rousseau, le grand prêtre de la démocratie directe, a déterminé que 10 000 étaient le nombre idéal de l’État.

La Tendance Moderne est en faveur des États à forte population. On pense que la force de travail de l’Etat doit gonfler car la population est le nerf de la guerre et du pouvoir. Hitler, le gouvernement de Mussolini, a accordé moins de primes aux couples produisant des enfants au-dessus d’un minimum donné, et les personnes non mariées ont été imposées. L’ancienne Union soviétique gérait l’autre population grandissante.

La Constitution de 1936 garantit les aides de l’État et les distinctions honorifiques accordées aux membres de familles nombreuses et aux mères célibataires. En Inde, le problème est de freiner la population toujours croissante en raison du grand déséquilibre entre les populations et les moyens de production disponibles. La Chine dispose d’un système d’incitations et de dissuasions pour respecter la norme de la famille à enfant unique.

Mais la taille de la population n’est pas un critère de l’État. Monaco et la Chine sont des entités ayant un statut d’État égal, bien que la disparité dans la population des deux États soit significativement marquée. De même, une augmentation ou une perte de population ne fait aucune différence dans son État.

Bien qu’aucune limite, théorique ou pratique, ne puisse être imposée à la population d’un État, cette population doit être suffisante pour maintenir une organisation étatique, et elle ne doit pas dépasser ce que les ressources territoriales de l’État sont capables de supporter.

Mais derrière tous ces facteurs quantitatifs se cachent des éléments qualitatifs pour évaluer le problème de la population d’un État. La population ne se calcule pas en termes mathématiques. Le genre de personnes qu’ils sont n’a pas moins d’importance que leur nombre. Aristote a dit à juste titre qu’un bon citoyen fait un bon État et un mauvais citoyen un mauvais État. Un bon citoyen doit être intelligent, discipliné et en bonne santé. Des citoyens sains sont la santé de l’État, car la maladie diminue l’intelligence, la capacité de travail, l’énergie et la vitalité ; cela entraîne une mauvaise production, de la paresse et de la léthargie.

De même, les bons citoyens ne permettront pas aux différences religieuses ou politiques de détruire l’unité et la sécurité de l’État. Le peuple indépendant n’a pas encore appris les prérequis d’un bon civisme, bien que, en nombre, ils se tiennent au premier rang.

2. Territoire.

Certains auteurs ignorent le territoire comme élément de l’État.

Léon Duguit dit ,

« Le mot État désigne les gouvernants ou bien la société elle-même m où existe la différenciation entre gouvernants et gouvernés et m qui, pour cette raison même, existe une puissance publique »

August s’intéresse principalement à la différenciation entre gouvernants et gouvernés, qui se produit dans presque toutes les sociétés humaines, grandes ou petites, primitives ou civilisées. Puis il dit laconiquement que le territoire n’est pas un élément indispensable à la formation d’un État.

Sir John Seeley aussi

« ne considère pas le territoire comme un attribut essentiel de l’État.

Si une société est maintenue, soutient-il, par le principe du gouvernement, elle constitue un État, et la science politique ne doit pas s’occuper seulement de la société dite civilisée. Pourquoi ne pas dire que les États se trouvent dans les déserts d’Arabie et dans d’autres régions où le sol est infertile et décourage l’établissement et l’agriculture ?

WW Willoughby dit,

« L’État lui-même n’est donc ni le peuple, ni le gouvernement, ni la magistrature, ni la Constitution. Ce n’est pas non plus le territoire sur lequel s’étend son autorité. C’est la communauté donnée d’individus donnés, considérée sous un certain aspect, à savoir, comme une unité politique.

Mais de telles vues sont rarement rencontrées maintenant. Ils ont été rejetés, non pour des raisons théoriques, mais en raison de certaines considérations pratiques. Même Duguit admet qu’en pratique, il ne peut y avoir d’Etat sans territoire fixe. De même que chaque personne appartient à un État, chaque mètre carré de terre appartient également.

Il n’y a pas d’État sans son propre territoire, grand ou petit, et pas de territoire qui ne fasse partie d’un État, grand ou petit. Les Andes, en ce qui nous concerne personnellement, sont notre lien avec un territoire particulier qui crée normalement l’adhésion de notre État. Je suis citoyen indien parce que j’y suis né ou parce que mon père y est né.

Mes concitoyens sont les résidents de mon faucon, et c’est ce partage d’un même territoire qui crée la plupart de nos intérêts communs. Vivre ensemble sur une terre commune soude les peuples dans la continuité des intérêts. C’est une puissante incitation à ressentir l’amour pour le territoire inculque l’esprit de patriotisme, qui a été décrit à tous les âges et à toutes les étapes comme une vertu suprême de l’homme que certains appellent avec révérence leur pays patrie. En revanche, d’autres l’appellent « patrie » et invoquent ses bénédictions à mi-voeu pour sauvegarder son intégrité territoriale. L’intégrité territoriale de l’État est le sentiment d’unité le plus cher et l’objet du patriotisme, et les deux ensemble pour son existence permanente.

De plus, la conduite des relations internationales serait sérieusement entravée par l’exigence d’un territoire défini. Toutes les autorités en matière de droit international sont maintenant d’accord pour dire qu’un territoire fixe doit être une condition de l’État. Les gens et le gouvernement ne suffisent pas. L’occupation d’un territoire déterminé est également indispensable. Sinon, l’État ne pourrait pas être facilement identifié et tenu pour responsable si l’on tente de conquérir ou de violer l’intégrité d’autrui.

La terre, l’eau et l’espace aérien à l’intérieur de la zone territoriale définie constituent le territoire de l’État. Il englobe les limites géographiques de l’État, ses rivières et ses lacs, les ressources naturelles dont il dispose et l’espace aérien au-dessus. Généralement, les limites territoriales s’étendent jusqu’à une distance de trois milles (4,4 kilomètres) de la mer à partir de la côte. Cependant, dans la pratique, la juridiction maritime est cherchée à être encore étendue par les États. En raison des développements considérables de l’aviation, des communications radio et des vols spatiaux, l’importance de la souveraineté territoriale des États sur l’espace aérien a, ces derniers temps, assumé un rôle vital.

Il y a actuellement 185 États qui sont membres des Nations Unies. A côté de géants comme la Chine, l’Inde et les États-Unis, il y a des pygmées comme Monaco, Renitria et les États indépendants du Luxembourg . Aucune limite, comme la population, ne peut être imposée sur le territoire de l’Etat, bien que les avis divergent sur l’utilité politique d’un petit et d’un grand Etat.

Platon a établi une étroite analogie entre la stature d’un homme formé en mathématiques et la taille d’un État normal. Aristote était aussi favorablement incliné vers l’État de taille moyenne. Rousseau a pris la sienne de l’analogie de Platon et a fixé des limites précises à la taille d’un État bien gouverné. Il soutenait que l’État véritable est proportionnellement plus fort qu’un grand, Montesquieu disait qu’il s’agit d’un rapport nécessaire entre la taille de l’État et le but du gouvernement qui s’y adapte le mieux.

Un gouvernement populaire, prétend-on, ne peut s’appliquer qu’à un petit État. Dans un petit État, la population est limitée et les gens ont la meilleure occasion de se réunir et d’exprimer leurs opinions. Ils peuvent exercer la vigilance, qui est le prix de la démocratie, bien plus efficacement lorsque l’Etat est petit.

De Tocqueville a dit L’histoire du monde n’offre aucun exemple d’une grande nation conservant un gouvernement républicain pendant une longue série d’années. On peut avancer avec certitude que l’existence d’une grande république sera toujours exposée à des dangers bien plus grands que celle d’une petite, et toutes les passions les plus funestes aux institutions républicaines se répandent avec un territoire croissant. En même temps, les vertus qui maintiennent leur dignité n’augmentent pas dans la même proportion.

La démocratie directe ne peut s’épanouir que dans un petit Etat, et la Suisse est citée en exemple vivant. Un petit État, affirme-t-on en outre, fait preuve de plus d’unité et d’un plus grand patriotisme. C’est une classe compacte de personnes qui vivent une vie d’entreprise. Chacun représente tous, et tous représentent chacun, concentrant leurs énergies collectivement dans la promotion du bien-être commun.

Les petits États, en revanche, sont relativement moins sûrs. Ils deviennent des proies faciles pour des États plus grands, qui sont généralement agressifs, et l’histoire regorge d’exemples de nombreuses agressions nues. En un rien de temps, Hitler a piétiné la Pologne et d’autres pays d’Europe centrale. Le Japon a fait de même en Extrême-Orient.

L’opinion récente est invariablement en faveur des grands États. Trietschke, le philosophe allemand, dans son ouvrage sur la « Politique » (Politik), publié un peu avant la Première Guerre mondiale, a déclaré que « l’État est le pouvoir », et que c’est un péché pour l’État d’être petit. Il a dit que même l’idée d’un petit État est ridicule à cause de sa faiblesse, qui en soi est répréhensible parce qu’elle se fait passer pour une force.

Les ressources économiques ne peuvent pas être laissées de côté lors de l’évaluation de l’utilité des petits États. La tendance moderne est à la planification et à l’autosuffisance. Elle ne peut être réalisée que lorsque le territoire de l’État est suffisamment grand pour regorger de ressources naturelles diverses.

L’échelle de production détermine le mode de production. La production à grande échelle s’accompagne toujours de la rationalisation de l’industrie pour concurrencer avantageusement sur le marché international, en plus de commander un marché intérieur étendu et stable. Après tout, les conditions économiques d’un État déterminent la stature politique de son peuple. Dans ce monde concurrentiel, un grand nombre de petits États mettent en danger la paix internationale.

Les dispositifs politiques améliorés détruisent l’argument selon lequel les petits États sont les mieux adaptés à la démocratie. Le système représentatif, devenu familier à l’Europe aux XIIe et XIIIe siècles et s’enracinant maintenant en Asie et en Afrique, a considérablement élargi le champ des institutions démocratiques.

Le fédéralisme a également fait ses preuves. Le fédéralisme a réconcilié l’autonomie locale avec l’unité nationale, la diversité avec l’uniformité, et il a permis aux communautés locales de conserver une grande partie de leur caractère individuel. Pourtant, ils coopèrent à certaines fins dans un seul État.

Les grands États, selon Trietschke, « sont plus aptes que les petits à promouvoir le développement de la culture intellectuelle ». Les ressources que possède un grand État, le talent qu’il peut maîtriser et le plus grand génie qu’il peut produire contribuent immensément à l’avancement culturel d’une nation et par conséquent de sa civilisation.

Lord Acton, grand admirateur des grands États, tout en résumant les défauts des États escargots, dit qu’ils isolent et enferment leurs habitants, pour rétrécir l’horizon de leurs vues et éclipser en quelque sorte la promotion de leurs idées. liberty et pin, By en petites dimensions. Les courants issus de grandes continuités déferlent sur un territoire contracté.

Comme les petites communautés du moyen âge, ces États servent un but en constituant des partitions et des garanties d’autonomie dans les États plus grands. Pourtant, ce sont des obstacles au progrès de la société, qui dépend du mélange des races sous un même gouvernement.

Les principes de la représentation et du fédéralisme, opérant dans l’environnement mécanique transformé, ont invalidé certaines des prémisses politiques du passé et l’opinion publique tourne aujourd’hui autour des grands États. Pourtant, grands et petits États continuent de faire l’objet de discussions. Mais tant que le pouvoir reste le facteur primordial de la politique internationale, les États doivent soit être grands, soit ne pas tenter de jouer un rôle politique important.

Cependant, il faut souligner qu’il doit y avoir une certaine proportion entre la population et le territoire de l’État. S’il y a une disparité disproportionnée entre les deux, l’État doit souffrir de tous ces handicaps économiques et politiques qui sont naturels à une telle situation. L’État, en bref, doit être viable ou capable de maintenir une existence indépendante et distincte.

Cela ne peut être possible que s’il dispose d’une superficie et de ressources suffisantes pour soutenir la population croissante et répondre de manière adéquate aux besoins de la défense et d’une administration efficace. Les exigences modernes pour une défense et une administration efficaces et à jour ne cessent de croître et consomment une part assez importante des ressources de tous les États.

3. Gouvernement.

Le but du vivre ensemble ne peut être réalisé que s’ils sont bien organisés et acceptent certaines règles de conduite. L’agence créée pour faire respecter ces règles de conduite et assurer l’obéissance s’appelle le gouvernement. Le gouvernement est au centre de l’objectif commun du peuple occupant un territoire défini. Par ce moyen, des politiques communes sont déterminées, des affaires communes sont réglementées et des intérêts communs sont promus.

Sans gouvernement, le peuple ne sera qu’une babel de langues sans cohésion et sans moyens d’action collective. Ils se diviseraient en groupes, partis et même en associations belligérantes, créant des conditions de chaos total et même de guerre civile.

Par conséquent, il doit y avoir une autorité commune et un ordre conséquent partout où les gens vivent. C’est la condition préalable de la vie humaine et, à ce titre, le gouvernement est un élément essentiel de l’État. L’État ne peut exister sans gouvernement, quelle que soit la forme qu’un gouvernement peut prendre.

4. Souveraineté.

La souveraineté  de l’État est sa caractéristique la plus essentielle et la plus distinctive. En tant que personnes habitant une partie définie du territoire et ayant un gouvernement ne constituent pas un État. Ils doivent être suprêmement internes et libres de tout contrôle externe. La souveraineté de l’État a deux aspects, la souveraineté interne et la souveraineté externe. La souveraineté interne est le monopole de l’autorité de l’État à l’intérieur de ses frontières.

Cette autorité ne peut être partagée avec aucun autre Etat, et aucun de ses membres sur son territoire ne peut devoir obéissance à un autre Etat. Si l’Etat n’admet aucun rival sur son propre territoire, il s’ensuit logiquement qu’il n’a aucune autorité en dehors de son propre territoire.

Chaque État est indépendant des autres États. Sa volonté est la sienne, non affectée par la volonté de toute autre autorité extérieure. Cela clarifie le sens de la souveraineté extérieure.

Chaque État, leur avant doit avoir sa population, un territoire défini, un gouvernement dûment établi, et la souveraineté. L’absence de l’un de ces éléments lui nie le statut d’État. En conséquence, le terme « État » est généralement utilisé pour les vingt-cinq unités de la République indienne. N’importe lequel des cinquante États qui composent les États-Unis d’Amérique est un terme impropre.

Aucun d’eux n’est souverain. Ils possèdent les éléments de population, de territoire et de gouvernement. Ils sont autonomes dans leurs propres sphères de compétence, Mais l’ autonomie n’est pas la souveraineté, et l’absence de souveraineté ne leur permet pas d’être classés comme États.

SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page