L’impact du développement technologique militaire sur les conflits internationaux

L’innovation technologique a profondément façonné le caractère de la guerre et des rivalités géopolitiques au cours des siècles. Les principales inventions militaires du char à la poudre à canon jusqu’aux armes nucléaires ont historiquement conféré des avantages stratégiques décisifs.

Au 21ème siècle, les technologies émergentes comme les systèmes autonomes, les missiles hypersoniques et l’intelligence artificielle transforment à nouveau la guerre. La concurrence entre les grandes puissances stimule aujourd’hui le changement technologique militaire, les États se disputant la supériorité dans des domaines comme le cyberespace, l’espace, le maritime et les opérations d’information.

Cet article analyse comment le changement technologique a eu un impact sur la dynamique des conflits internationaux, qu’il s’agisse d’États ou d’acteurs non étatiques. Il examine les technologies clés qui ont révolutionné la guerre et la politique à travers l’histoire. L’analyse se concentre ensuite sur la concurrence technologique contemporaine entre les principales puissances comme les États-Unis, la Chine et la Russie. L’article évalue comment l’innovation rapide influence les courses aux armements, change les équilibres de pouvoir et conduit à de nouvelles menaces stratégiques et à des modèles de dissuasion. Il examine si la technologie accroît les risques de conflit ou si la logique de l’équilibre des puissances peut contenir l’escalade si elle est bien gérée.

Innovations militaires anciennes et préindustrielles

Plusieurs innovations prémodernes ont révolutionné les capacités de combat, la stratégie et le développement étatique.

Le char, largement adopté par des civilisations comme les Hittites, les Égyptiens et les Perses au 2ème millénaire avant JC, a permis le transport rapide des combattants et des archers, facilitant la mobilité tactique, la puissance de choc offensive et les effets sur le moral. Les chars ont aidé à étendre les empires et sont devenus des symboles du pouvoir des dirigeants [1].

La domestication des chevaux et l’utilisation répandue de la cavalerie à partir d’environ 1000 avant JC ont transformé la vitesse, la mobilité et la logistique de la guerre. Les forces de cavalerie ont joué des rôles décisifs dans les conquêtes d’armées comme les Scythes, les Parthes, les Huns et les Mongols grâce à la manœuvre et au tir à l’arc [2].

La métallurgie du fer au début du 2ème millénaire avant JC a permis des armements plus solides et plus durables. Les armes en fer comme les épées, les armures et les boucliers se sont largement diffusées au 1er millénaire avant JC, remplaçant les équipements en bronze. Le contrôle des gisements de fer et des technologies de forgeage est devenu un atout stratégique vital [3].

La poudre à canon, inventée en Chine au 9ème siècle, a déclenché une révolution militaire lorsqu’elle a été adoptée en Occident. En permettant les canons, les mousquets et les premières armes à feu, la poudre à canon a contribué à la montée des empires coloniaux européens entre les 16ème et 19ème siècles, les forces locales n’y ayant pas accès [4].

Les innovations dans les navires à voile comme les navires à plusieurs mâts ont étendu la projection de puissance et le commerce maritime qui ont stimulé le colonialisme et les premiers systèmes géopolitiques mondiaux. La domination navale permettait de contrôler les lignes de communication maritimes critiques [5].

Chacune de ces inventions militaires critiques a conféré des asymétries stratégiques et un pouvoir politique aux civilisations ou aux États qui y ont d’abord eu accès et les ont efficacement utilisées. Leurs impacts transformationnels se sont propagés sur des décennies et des siècles.

Industrialisation et technologie militaire du 20ème siècle

La révolution industrielle au 19ème siècle a catalysé le développement et la production rapides d’armements plus avancés qui ont à nouveau façonné la guerre et la géopolitique à une échelle immense.

Les cuirassés en acier avec des obus explosifs et une propulsion à vapeur équipés au milieu-fin du 19ème siècle ont permis la domination navale européenne, permettant l’imposition d’ordres régionaux. Les marines modernes sont devenues des symboles d’identité nationale et de prestige international [6].

Les chemins de fer et les télégraphes ont étendu la mobilité stratégique et les communications, facilitant la projection de puissance par voies terrestres et maritimes. Les réseaux ferroviaires ont permis la mobilisation et la concentration rapides d’armées de masse avec des munitions industrielles [7].

Les avions, utilisés pour la première fois dans la guerre en 1911, ont révolutionné la mobilité aérienne et la reconnaissance. Durant la Seconde Guerre mondiale, de grandes flottes de bombardiers et de chasseurs ont provoqué des destructions dévastatrices, ciblant l’industrie, les infrastructures et les civils. La puissance aérienne a compressé les dimensions temps et espace de la stratégie [8].

La guerre mécanisée avec des chars, des véhicules blindés et de l’artillerie mobile est apparue sur le front occidental pendant la Première Guerre mondiale et a rapidement traversé les fronts pendant la Seconde Guerre mondiale. Les armes combinées ont rompu la paralysie de la guerre de tranchées, restaurant la mobilité [9].

La production de masse d’armes légères, d’artillerie, de chars et d’avions sur des chaînes de montage a équipé les armées de citoyens de masse qui en sont venues à définir la guerre totale entre nations industrialisées, causant d’immenses pertes [10].

Les armes nucléaires représentent l’apogée de la technologie militaire industrielle. Les bombardements atomiques américains du Japon ont démontré le pouvoir extraordinaire des bombes nucléaires. La destruction mutuelle assurée entre les puissances nucléaires a ensuite imposé des limites au conflit [11].

Les armées industrialisées ont permis la projection de la force dans le monde entier. L’innovation technologique et la capacité de production sont devenues des piliers centraux de la puissance nationale et des moteurs des courses aux armements.

Dynamiques de la technologie militaire contemporaine

Les compétitions militaires entre les principales puissances d’aujourd’hui sont axées sur les technologies de pointe comme les missiles hypersoniques, les armes à énergie dirigée, les drones autonomes, les capacités cybernétiques et d’IA au potentiel transformationnel.

Les États-Unis ont traditionnellement été à la pointe de la technologie militaire en raison d’énormes budgets de R&D et de l’intégration de l’innovation du secteur privé comme les avancées furtives et électroniques. Mais des challengers comme la Chine et la Russie réduisent les écarts [12].

Les armes hypersoniques pouvant voler à plus de cinq fois la vitesse du son sont un nouveau domaine prioritaire compte tenu des défis posés aux défenses antimissiles. La Chine a surpris les États-Unis en testant des véhicules de planement hypersoniques, ce qui a incité les États-Unis à accélérer rapidement les essais et le déploiement pour regagner la dissuasion [13].

Les armes à énergie dirigée utilisant des lasers, des micro-ondes et des faisceaux de particules pour désactiver instantanément les cibles progressent également rapidement. Les États-Unis et la Chine se livrent à une course pour déployer des armes laser sur des plates-formes aériennes et navales [14].

Les drones autonomes et la prise de décision par l’IA visent à réduire les risques pour le personnel et à accélérer la détection et le ciblage. L’IA est essentielle pour gérer le flot de données provenant de capteurs omniprésents. Les États-Unis et la Chine sont en tête dans les applications militaires [15].

Les cyberarmes capables de saboter les infrastructures critiques ou de désactiver les systèmes de commandement représentent une capacité majeure du 21ème siècle, avec des forces cybernétiques sophistiquées établies dans plusieurs États [16].

L’informatique quantique, l’électronique flexible, l’électromagnétisme des canons électriques, les nanomatériaux et l’édition de gènes ont un potentiel perturbateur similaire. L’adaptation et l’utilisation asymétrique par les acteurs plus faibles sont également importantes [17].

Cette diffusion rapide de technologies avancées remodèle les équilibres militaires modernes tout en mettant à rude épreuve les régimes de contrôle des armements. Gérer les pressions d’escalade au milieu de l’armement de nouveaux fronts pose des risques, malgré la logique de l’équilibre des pouvoirs.

Impact sur la course aux armements

Le changement technologique déclenche souvent des spirales destructrices de course aux armements entre les puissances rivales alors qu’elles se font concurrence pour un avantage militaire. Maintenir une supériorité qualitative et la dissuasion stimule une innovation et une acquisition sans fin, même si une symétrie quantitative existe.

La course navale anglo-allemande d’avant la Première Guerre mondiale a vu une expansion rapide des flottes de cuirassés, catalysée par les nouveaux dreadnoughts remplaçant les navires plus anciens. Les armées industrialisées ont également professionnalisé le développement des armes [18].

Les progrès de l’aviation de l’entre-deux-guerres ont déclenché une accumulation compétitive de flottes par des puissances comme la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et le Japon. Les modèles de bombardiers et de chasseurs ont rapidement progressé en capacités [19].

La course aux armements nucléaires américano-soviétique a persisté pendant des décennies après la Seconde Guerre mondiale, dominée par l’accumulation de missiles, d’ogives nucléaires, de bombardiers et de sous-marins. La R&D militaire représentait plus de 10 % du PIB au plus fort de la rivalité [20].

Aujourd’hui, les missiles hypersoniques sont devenus l’emblème de l’intensification de la course aux armements américano-russo-chinoise pour la dissuasion dominante. Le développement d’hypersoniques s’étend également à davantage de puissances comme l’Inde [21].

La course aux armements n’est pas intrinsèquement cause de guerre, mais alimente les spirales d’action-réaction qui augmentent les risques, la méfiance et les chances d’erreurs de calcul en cas de tensions. Pourtant, ne pas suivre le rythme invite aussi à la vulnérabilité. Des efforts de contrôle des armements comme des traités ou des mesures de limitation des armements sont nécessaires pour réfréner les excès déstabilisants résultant de l’innovation.

Changements d’équilibre de pouvoir

Les changements technologiques militaires restructurent souvent les équilibres géopolitiques de pouvoir à mesure que les avantages basculent entre les États. Mais les changements de leadership dépendent de la capacité institutionnelle, pas seulement des percées.

Aux 15ème et 16ème siècles, la maîtrise par la Turquie ottomane des armes à poudre a propulsé sa montée en puissance en tant que pouvoir impérial au Moyen-Orient contre d’anciennes armées féodales dépourvues de canons [22].

L’exploitation européenne de la technologie navale pour contrôler les voies maritimes vitales a aidé de petits États comme la Grande-Bretagne et les Pays-Bas à éclipser géopolitiquement de plus grandes puissances comme l’Espagne et la France au 18ème siècle [23].

L’industrialisation américaine a permis la militarisation qui s’est avérée décisive dans la guerre civile, fortifiant la victoire et la primauté de l’Union en Amérique du Nord. La Confédération manquait d’une industrie comparable [24].

Les armes atomiques ont assuré la domination américaine en tant que superpuissance après la Seconde Guerre mondiale, car elle a monopolisé la technologie révolutionnaire, marginalisant des rivaux puissants sur le plan conventionnel comme l’Allemagne et le Japon [25].

Le lancement par l’Union soviétique de Spoutnik, le premier satellite, a signalé son défi technologique aux États-Unis en matière de missiles et de capacités spatiales. Cela a contribué au passage à la bipolarité [26].

Tout aussi importantes que les percées sont la saisie de premières avances, la gestion de la technologie, la formation du personnel et la production soutenue et l’adaptation qui déterminent l’impact stratégique à long terme. L’avantage du premier arrivé n’est ni garanti ni permanent.

Façonner l’équilibre offensif-défensif

Les nouvelles technologies peuvent modifier l’équilibre offensif-défensif entre adversaires, en permettant aux forces de surmonter les avantages défensifs existants. Cela a un impact sur les stratégies et les résultats de la guerre.

La mitrailleuse, développée à la fin du 19ème siècle, a largement favorisé la défense en permettant à de petites unités d’arrêter facilement des masses d’infanterie. Cela a contribué à la sanglante impasse de la guerre de tranchées lors de la Première Guerre mondiale [27].

La mécanisation de l’entre-deux-guerres utilisant des chars et des avions a rétabli l’avantage offensif, aidant les victoires éclair comme l’invasion de la France par l’Allemagne. La mobilité l’emportait à nouveau sur la défense statique [28].

Les missiles nucléaires ont d’abord été considérés comme favorisant l’avantage offensif et les capacités de première frappe. Mais des postures de force de deuxième frappe sécurisée ont déplacé l’équilibre vers une dissuasion mutuelle [29].

Les avions furtifs comme le F-117 américain dans les années 1980 ont fait pencher la balance offensive-défensive aérienne alors qu’ils évitaient la détection radar, mais ont ensuite été compensés par des défenses aériennes modernes [30].

Les oscillations entre avantages offensifs et défensifs façonnent les risques de conflit et les politiques gouvernementales. Les États doivent adapter leurs stratégies et capacités aux changements induits par les nouvelles technologies ou le développement de contre-mesures.

Catalyser et permettre la projection de puissance

Les innovations technologiques qui surmontent les obstacles géographiques et permettent la projection de puissance ont été géopolitiquement transformatrices en permettant la domination de zones plus larges.

Les tactiques de siège à canon ottomanes ont aidé à répandre leur empire d’Anatolie dans les Balkans chrétiens au 15ème siècle en détruisant les fortifications [31].

Les progrès de la France dans la conception d’artillerie l’ont aidée à imposer sa primauté sous Louis XIV à travers l’Europe continentale occidentale à la fin du 17ème siècle [32].

Les chemins de fer et les télégraphes ont fondamentalement étendu les capacités de projection de force au 19ème siècle, comme on le voit dans l’invasion russe de l’Asie centrale et l’entrée des Britanniques au Soudan [33].

La maîtrise américaine des techniques de guerre amphibie combinées a permis les campagnes d’île en île contre le Japon dans le Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale à travers le vaste océan Pacifique [34].

Le ravitaillement aérien a ensuite permis une portée mondiale, utilisée par les États-Unis pour bombarder la Serbie en 1999 sans bases à proximité. Les drones étendent désormais la portée plus loin [35].

Le contrôle des vastes espaces maritimes grâce à la projection de puissance navale a été fondamental pour permettre la primauté régionale et mondiale, de l’Espagne à la Grande-Bretagne en passant par les États-Unis. La puissance maritime repose sur un leadership technologique soutenu. [36]

Technologies perturbatrices et avantages asymétriques

Toutes les technologies militaires pivots ne confèrent pas un avantage aux principaux États. Les acteurs faibles peuvent également tirer parti des innovations de manière asymétrique, aidant la guerre irrégulière.

La poudre à canon a permis aux rebelles comme les Taiping chinois ou aux sécessionnistes aux États-Unis et en Inde de défier les gouvernements avec une plus grande mobilisation et une égalisation de la force [37].

Les insurgés et terroristes modernes utilisent des explosifs improvisés, des fusils d’assaut, des lance-roquettes et des communications numériques pour éroder la supériorité des armées nationales et projeter la peur [38].

Les drones ont été utilisés par des acteurs non étatiques pour la surveillance et les capacités de frappe de base. La future diffusion de systèmes cybernétiques ou autonomes pourrait aider de manière disproportionnée les groupes plus faibles [39].

Les développements d’armes ne favorisent pas automatiquement les armées d’élite ou les États puissants sur le plan conventionnel. Les outsiders ont à plusieurs reprises exploité la technologie de manière novatrice que les puissants n’avaient pas prévue.

Impact sur les doctrines et organisations stratégiques

L’adoption de technologies majeures nécessite le développement d’organisations, de concepts d’opération et d’intégration aux objectifs politiques appropriés. Cela détermine l’impact stratégique.

Au 19ème siècle, des théoriciens navals comme l’amiral américain Alfred Thayer Mahan ont actualisé les idées sur la puissance maritime et la doctrine pour les flottes modernes de cuirassés à vapeur par rapport aux ères à voile antérieures [40].

Les stratèges de la Première Guerre mondiale ont été lents à adapter les tactiques et opérations terrestres à la létalité de la mitrailleuse, aux défenses retranchées et aux barbelés, provoquant d’immenses pertes [41].

L’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France de l’entre-deux-guerres ont débattu et développé des doctrines blindées, aéroportées et de manœuvre les mieux adaptées à la guerre mécanisée combinée [42].

Les États-Unis et l’URSS ont façonné des stratégies nucléaires de dissuasion autour des systèmes de livraison, des priorités de ciblage, de la survie des forces et des approches des traités de contrôle des armements [43].

Aujourd’hui, les armées sont aux prises avec des doctrines, des concepts et des formations d’élite pour les nouveaux domaines comme le cyberespace, l’IA, les drones, les robots et les capacités spatiales. L’agilité organisationnelle est impérative [44].

L’efficacité technologique nécessite une intégration adéquate avec le personnel, la formation, les infrastructures, les budgets et la planification stratégique. Cela joue un rôle clé dans l’obtention d’un avantage.

Influençant les risques et les coûts des conflits

Les impacts de la technologie sur la guerre ont souvent été moralement et politiquement controversés. Les effets sur les risques, les coûts et les résultats des conflits sont complexes.

La Première Guerre mondiale a montré comment l’impasse tactique mais la létalité de masse causées par la guerre industrialisée conduisaient à des pertes catastrophiques, remettant en cause les principes de la guerre juste [45].

Les bombardements atomiques du Japon à la fin de la Seconde Guerre mondiale ont mis en évidence la volonté des États d’infliger des morts civiles de masse à des fins militaires. La dissuasion nucléaire a ensuite circonscrit la guerre majeure [46].

Les munitions guidées de précision depuis les années 1990 ont été contestées pour risquer de désensibiliser les États à l’utilisation de la force étant donné les moindres risques pour les civils et la réduction des dissensions nationales [47].

La guerre cybernétique et ses défis pour l’immunité des non-combattants et l’attribution injectent de nouvelles incertitudes dans les options de représailles des États. Les limites restent floues [48].

Les systèmes létaux autonomes peuvent potentiellement abaisser les coûts politiques mais leur fonctionnement non responsable alarme les éthiciens. Des restrictions sont en cours de débat [49].

Les technologies qui avantage considérablement les frappes offensives, diminuent la visibilité des pertes ou automatisent l’action létale peuvent donc potentiellement modifier les risques et les coûts des conflits de manière complexe selon le contexte. La gestion de ces effets pose des défis opérationnels et éthiques.

Influençant la responsabilité politique de la guerre

En modifiant la visibilité et les coûts des conflits, certains universitaires soutiennent que la technologie a réduit la responsabilité politique démocratique de la guerre, permettant l’aventurisme politique.

Le politicien britannique Lord Salisbury craignait que les journaux permettent le chauvinisme qui restreignait la diplomatie à l’époque impériale en enflammant la passion publique [50].

Les sous-marins de la Première Guerre mondiale et les bombardements aériens ont estompé les lignes entre combattants et civils, avec des attaques aveugles contre les villes [51].

L’effet CNN suppose que la couverture médiatique en temps réel limite les démocraties utilisant la force en raison de la sensibilité du public aux pertes militaires. Mais cela reste contesté [52].

Le faible nombre de pertes américaines et le recours à la puissance aérienne et aux forces spéciales depuis le 11 septembre 2001 ont permis des campagnes expéditionnaires contre-terroristes soutenues avec une dissidence nationale limitée [53].

La transparence réduite autour des frappes à distance et le recours à des systèmes sans pilote ou à la cyber-guerre pourraient ainsi potentiellement “découpler” les publics démocratiques de la conduite de la guerre, permettant une violence étatique incontrôlée. Mais les preuves restent ambiguës [54].

La communication des États reste néanmoins essentielle pour présenter les utilisations des nouvelles technologies militaires soit comme précises et limitées, soit comme aveugles et risquées, en façonnant les réactions du public et mondiales.

Modèles de dissuasion et stabilité stratégique

La diffusion rapide de technologies militaires avancées a rendu les modèles de dissuasion fondés sur la parité nucléaire entre les puissances nucléaires comme les États-Unis et la Russie obsolètes. Les frappes de précision conventionnelles et les nouveaux domaines comme le cyber et l’espace permettent de plus en plus aux États rivaux de menacer des actifs vitaux et d’éroder la stabilité stratégique auparavant basée sur la vulnérabilité mutuelle entre les arsenaux nucléaires.

Cette vulnérabilité croissante des forces nucléaires des principales puissances face aux attaques conventionnelles ou cybernétiques avancées des rivales a ravivé des concepts comme la pensée “faire monter les enchères pour faire baisser la tension” à propos de l’utilisation nucléaire limitée en réponse à une telle agression high-tech. [55]

Mais une telle réflexion accroît fortement les risques et abandonne la dissuasion mutuelle stable. Les technologies avancées créent des pressions mais permettent aussi des alternatives. L’expansion de la redondance, le renforcement des actifs clés, la résilience, les mécanismes d’attribution publique et les réponses intégrées mais calibrées peuvent contenir l’escalade sans recourir à des menaces nucléaires [56].

Le changement technologique ne rend pas la dissuasion classique caduque par nature. Mais l’adaptation de la posture de force, de la pensée stratégique et du contrôle des armements est vitale pour renforcer la stabilité alors que les matrices de vulnérabilité changent. La gestion des risques, de la retenue et de la résilience s’avérera de plus en plus importante.

La logique de l’équilibre des puissances

Malgré les effets déstabilisants de la technologie perturbatrice sur les courses aux armements et les équilibres de pouvoir relatifs, le système international contient des pressions inhérentes vers l’équilibre entre rivaux qui peuvent contenir les dérapages incontrôlés, comme l’ont souligné des universitaires comme Kenneth Waltz [57].

Les États dans des systèmes multipolaires agiront pour équilibrer et neutraliser les avantages militaires unilatéraux significatifs acquis par des concurrents pour éviter l’hégémonie ou la vulnérabilité, que ce soit par mobilisation interne ou alliances externes. Les transitions de pouvoir sont rarement fluides, mais des équilibres finissent par émerger.

Le choc de Spoutnik a forcé l’administration Eisenhower à augmenter les dépenses américaines en R&D et en éducation, permettant de rattraper son retard technologique et de contenir l’avantage potentiel de l’Union soviétique [58].

La récente modernisation nucléaire de la Chine et de ses capacités de missiles, navales et aériennes vise à neutraliser la supériorité régionale américaine et à garantir la dissuasion nucléaire face aux menaces croissantes [59].

Les asymétries de pouvoir déclenchées par les changements technologiques créent des réactions de contre-équilibrage à long terme entre grands rivaux qui tendent à rétablir l’équilibre, bien qu’à des niveaux de force plus élevés à mesure que la concurrence se déroule. La vulnérabilité mutuelle est recalibrée à des plateaux plus élevés.

Cependant, les courses aux armements technologiquement motivées peuvent également enfermer les rivaux dans des spirales conflictuelles dictées par la paranoïa plutôt que la délibération. La compétition nucléaire de la guerre froide entre les États-Unis et l’URSS s’est dangereusement rapprochée de la catastrophe à des moments comme la crise des missiles de Cuba avant que l’équilibre via la dissuasion ne s’installe [60].

Une diplomatie efficace est donc nécessaire pour moduler les impulsions brutes de la concurrence technologique vers un équilibre géré plutôt que des cycles d’escalade incontrôlés. Mais la logique de l’équilibre des pouvoirs offre des pressions structurelles pour la stabilité, si les dirigeants peuvent en tirer parti.

Conclusion

En conclusion, cette analyse souligne comment l’innovation technologique militaire a été un moteur durable de la dynamique des conflits internationaux en révolutionnant les capacités, en conférant un avantage asymétrique, en restructurant les équilibres de pouvoir et en forçant la concurrence armée compétitive. Les principales innovations ont à plusieurs reprises transformé la guerre et le pouvoir étatique.

Aujourd’hui, de nouvelles sphères comme le cyber, les systèmes autonomes et l’IA sont tout aussi perturbatrices. Bien que des risques existent d’instabilité de la course aux armements et de réduction de la responsabilité politique, les contre-pressions d’équilibre des pouvoirs et les adaptations de dissuasion peuvent tempérer une escalade effrénée. La gestion du changement reste essentielle pour les stratèges dans l’équilibre entre compétition et retenue dans les rivalités interétatiques. Mais les enseignements de l’histoire soulignent que les innovations favorisant la défense plutôt qu’une offense imprudente peuvent finalement être favorisées pour préserver la stabilité entre États rivaux dans une paix tendue mais intacte.

Références:

[1] Littauer, M.A. and Crouwel, Joost H. “The Origin of the True Chariot.” Antiquity 70, no. 9 (1996)

[2] Lynn, John A. “The Evolution of Army Style in the Modern West, 800-2000.” The International History Review, 18:3 (1996)

[3] McLeod, W. “The Range of the Ancient Bow.” Phoenix, Vol. 25, No. 1 (1971)

[4] Chase, Kenneth. Firearms: A Global History to 1700. Cambridge University Press, 2003.

[5] Modelski, George and Thompson, William R. Seapower in Global Politics, 1494-1993. Macmillan Press, 1988.

[6] Kennedy, Paul M. The Rise and Fall of British Naval Mastery. Macmillan, 1976.

[7] Covert, Thomas M. “Rail Transport and the State: The Regulation of Railways in Britain and France, 1870–1914.” Journal of Historical Geography, 12:2 (1986)

[8] Buckley, John. Air Power in the Age of Total War. Routledge, 1998.

[9] House, Jonathan M. Combined Arms Warfare in the Twentieth Century. University Press of Kansas, 2001.

[10] McNeill, William H. The Pursuit of Power: Technology, Armed Force, and Society Since A.D. 1000. University of Chicago Press, 1982.

[11] Gaddis, John Lewis. The Cold War. Penguin Press, 2005.

[12] Sayler, Kelley M. “The race for technological supremacy.” The Space Review, 20 juillet 2020.

[13] Logan, David. “Hard Target: How Hypersonics Are Challenging Existing Defenses.” Comparative Strategy, 2021.

[14] Kania, Elsa B. “The PLA’s Latest Strategic Thinking on the Three Warfares.” China Brief Volume, 2016.

[15] Horowitz, Michael C. et al. “Artificial Intelligence and International Security.” Center for a New American Security, 2018.

[16] Lindsay, Jon R. “The Impact of China on Cybersecurity: Fiction and Friction.” International Security, 2015.

[17] Kania, Elsa B. “Battlefield Singularity.” Center for a New American Security, 2017.

[18] Sumida, Jon Tetsuro. “British Naval Operational Logistics, 1914-1918.” The Journal of Military History, 57:3 (1993)

[19] Buckley, John. Air Power in the Age of Total War. Routledge, 1998.

[20] Cirincione, Joseph. Bomb Scare: The History and Future of Nuclear Weapons. Columbia University Press, 2007.

[21] Acton, James M. “Hypersonic Weapons Explainer.” Carnegie Endowment for International Peace, 2019.

[22] Agoston, Gabor. Guns for the Sultan: Military Power and the Weapons Industry in the Ottoman Empire. Cambridge University Press, 2005.

[23] Modelski, George. “Sea Power: Global and Regional Divisions.” The Washburn Law Journal, 35:1 (1995)

[24] McPherson, James M. “American Victory, American Defeat.” Civil War History. 42:4 (1996)

[25] Gavin, Francis J. “The Myth of Flexible Response: United States Strategy in Europe During the 1960s.” The International History Review, 23:4 (2001)

[26] Zak, Anatoly. “Sputnik’s Impact.” Russian Life, octobre 2007.

[27] Ellis, John. The Social History of the Machine Gun. Johns Hopkins University Press, 1975.

[28] Citino, Robert M. The Path to Blitzkrieg. Lynne Rienner Publishers, 1999.

[29] Jervis, Robert. The Illogic of American Nuclear Strategy. Cornell University Press, 1984.

[30] Sweetman, Bill. “The F-117 Stealth Fighter.” Air and Space Magazine, janvier 2009.

[31] Agoston, Gabor. Guns for the Sultan: Military Power and the Weapons Industry in the Ottoman Empire. Cambridge University Press, 2005.

[32] Lynn, John A. The Wars of Louis XIV: 1667-1714. Routledge, 2013.

[33] Headrick, Daniel R. “The Tools of Imperialism: Technology and the Expansion of European Colonial Empires in the Nineteenth Century.” The Journal of Modern History, 51:2 (1979)

[34] Drez, Ronald J. “Military Transformation and the War in the Pacific.” Journal of Military History, 77:2 (2013)

[35] Byman, Daniel et al. Trends in Outside Support for Insurgent Movements. RAND Corporation, 2001.

[36] Modelski, George and Thompson, William R. Seapower in Global Politics, 1494-1993. Macmillan Press, 1988.

[37] Lorge, Peter. The Asian Military Revolution: From Gunpowder to the Bomb. Cambridge University Press, 2008.

[38] Record, Jeffrey. Beating Goliath: Why Insurgencies Win. Potomac Books, 2007.

[39] Horowitz, Michael C. et al. “Drones and the Future of Armed Conflict: Ethical, Legal and Strategic Implications.” University of Pennsylvania, 2016.

[40] Seager, Robert. Alfred Thayer Mahan: The Man and His Letters. Naval Institute Press, 1977.

[41] Millett, Allan R. and Murray, Williamson. Military Effectiveness, Volume 1: The First World War. Cambridge University Press, 2010.

[42] Corum, James S. The Roots of Blitzkrieg. University Press of Kansas, 1992.

[43] Payne, Keith B. The Great American Gamble: Deterrence Theory and Practice from the Cold War to the Twenty-First Century. National Institute Press, 2008.

[44] Work, Robert O. “The Coming AI Revolution.” Brookings Institution, 2019.

[45] Proctor, Tammy M. Civilians in a World at War, 1914-1918. NYU Press, 2010.

[46] Walker, Paul. “Nuclear Weapons and the Escalation of the Cold War, 1945-1962.” International Studies Quarterly, 38:4 (1994)

[47] Ignatieff, Michael. Virtual War: Kosovo and Beyond. Picador, 2000.

[48] Libicki, Martin C. Cyberspace in Peace and War. Naval Institute Press, 2016.

[49] Horowitz, Michael C. and Scharre, Paul. “AI and International Stability: Risks and Confidence-Building Measures.” Center for a New American Security, 2018.

[50] Kennedy, Paul M. “Imperial Cable Communications and Strategy, 1870-1914.” The English Historical Review, 86:341 (1971)

[51] Hippler, Thomas. “Democratic Wars: Looking into the Dark Side of Democratic Peace.” The Online Journal Modeling the New Europe, numéro 17 (2013)

[52] Livingston, Steven. “Clarifying the CNN Effect.” Press/Politics, 2:1 (1997)

[53] Riddell, Peter. “Liberal Democracies, Technology and War: The structuring of Western attitudes towards military innovation over the last three centuries.” International Relations, 29:2 (2015)

[54] Kaag, John and Kreps, Sarah. Drone Warfare. Polity Press, 2014.

[55] Colby, Elbridge and Solomon, Jonathan. “Facing Russia: Conventional Defence and Deterrence in Europe.” Survival, 57:6 (2015)

[56] Krepinevich, Andrew F. and Work, Robert O. “A New US Defense Strategy.” Foreign Affairs, septembre/octobre 2022.

[57] Waltz, Kenneth N. Theory of International Politics. Waveland Press, 2010.

[58] Dickson, Paul. Sputnik: The Shock of the Century. Bloomsbury Publishing, 2001.

[59] Fravel, Taylor and Medeiros, Evan S. “China’s Search for Assured Retaliation.” International Security, 35:2 (2010)

[60] Allison, Graham. “The Cuban Missile Crisis at 50.” Foreign Affairs, juillet/août 2012.

Conclusion:

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14251

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *