Militarisme Corporation : Interfonctions dans les rôles de gestion stratégique et de développement

Le militarisme et la guerre ont joué un rôle central dans l’évolution des civilisations et des États-nations tout au long de l’histoire. À l’époque moderne, les liens entre les armées, les gouvernements et les entreprises sont devenus de plus en plus complexes. Cet article examine l’évolution des liens entre le complexe militaro-industriel, la stratégie d’entreprise et les approches de gestion dans le contexte d’objectifs socio-économiques plus larges centrés sur la croissance, la rentabilité et l’influence mondiale. À l’aide d’une analyse détaillée des tendances historiques et d’études de cas contemporaines, la recherche identifie les principaux points de pression et les structures d’incitation qui renforcent mutuellement les priorités politiques et les normes opérationnelles entre les entités axées sur le profit et les bureaucraties axées sur la lutte. Les implications de l’étude mettent en évidence les risques inhérents aux paradigmes de croissance exclusive et indiquent d’autres cadres politiques mettant l’accent sur la sécurité durable.

Introduction

Les forces armées et la guerre ont fait partie intégrante de l’art de gouverner à travers les âges, intimement liées à l’expansion économique, aux conquêtes idéologiques et aux objectifs de suprématie géostratégique (Howard, 1983 ; McNeill, 1982). La capacité de production et de déploiement à grande échelle nécessaire pour soutenir des guerres prolongées a souvent stimulé l’industrialisation et le développement économique au sens large, des chantiers navals de l’impérialisme britannique à « l’arsenal de la démocratie » des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale (Kennedy, 1987 ; Gholz, 2014). Les conflits de l’ère moderne en Corée, au Vietnam et au Moyen-Orient ont encore renforcé les liens symbiotiques qui unissent les priorités des dirigeants politiques, les agences de planification militaire et les entrepreneurs privés de la défense au sein des systèmes capitalistes dominants (Melman, 1974 ; Kolko, 1968).

Les progrès technologiques n’ont cessé de révolutionner les domaines de la guerre industrielle, comme en témoignent les transitions de l’infanterie/cavalerie vers les espaces de combat basés sur les mitrailleuses/artillerie et, plus récemment, l’importance croissante de la puissance aérienne, des plates-formes de guerre électronique et cybernétique intégrées dans les cadres de guerre de 4e génération+ (Toffler et Toffler, 1993 ; Hammes, 2005). Les investissements considérables en connaissances et en capital nécessaires au développement de ces arsenaux modernes de l’ère de l’information capables de « révolution dans les affaires militaires » (RMA) fournissent un pouvoir de négociation et une influence supplémentaires au lien entre les entreprises militaristes dans l’élaboration des discussions politiques sur les relations internationales, la logistique des interventions d’urgence et les questions de sécurité intérieure (Rogers et Birmingham, 2004).

Ce document de recherche mène une enquête fondée sur des données probantes explorant les thèmes fondamentaux suivants entourant l’interconnexion des entreprises du militarisme :

a) Fondements historiques et étapes progressives de l’intégration entre les bureaucraties militaires, les fabricants d’armes et les groupes financiers affiliés dans certains pays étudiés

b) Analyse organisationnelle à plusieurs niveaux examinant la structure, la culture, les doctrines de leadership et les seuils de changement perturbateur

c) L’alignement des priorités stratégiques, la dépendance mutuelle et les leviers d’incitation à la divergence entre les entreprises axées sur le profit et les institutions publiques axées sur la lutte

d) Les risques et les compromis liés aux mentalités de croissance capitaliste exclusive qui sous-tendent les économies politiques modernes centrées sur des cycles sans fin de production militaire et de conflits

e) D’autres cadres d’action mettant l’accent sur des objectifs de sécurité durable et des paradigmes économiques d’équilibre visant à améliorer le bien-être de la société

La recherche adopte une approche analytique multidisciplinaire englobant les modèles de comportement organisationnel, les cadres de la théorie des jeux, les cartographies des structures de pouvoir et les perspectives de pensée systémique adaptées à l’analyse des dynamiques complexes et co-évolutives entre de grandes entités hiérarchiques. Les limites de l’enquête se concentrent sur les preuves de cas centrées sur les États-Unis en tant que première superpuissance mondiale, ainsi que sur des exemples comparatifs d’alliés ou de rivaux majeurs, notamment la Russie, la Chine, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Japon et Israël.

Militarisme corporatisé – Fondements et étapes d’intégration

Les premiers précurseurs mercantilistes

La passation de contrats avec des entités privées pour faire la guerre au nom des souverains existe depuis des millénaires, allant des mercenaires grecs de l’Antiquité, des bandes médiévales de Condottieri à l’expansion financée par la compagnie britannique des Indes orientales (Thompson, 1996). Ces précédents en matière de lutte contre la sous-traitance et de conquête du commerce ont établi des cadres institutionnels de base et des normes d’incitation qui s’appliquent aux complexes militaro-industriels de l’ère moderne. Les étapes du cycle de vie de l’entité peuvent être classées en trois grandes catégories : les entreprises pionnières, l’expansion à grande échelle, la consolidation du pouvoir de monopole et le déclin éventuel dû à une portée institutionnelle excessive ou à des chocs systémiques brusques.

L’ère de l’industrialisation du 19e siècle

L’adoption généralisée des armes à poudre et de l’artillerie dans les guerres européennes du XVIe siècle a encouragé des armées et des flottes navales plus importantes, stimulant les industries artisanales de production d’armes avant l’ère de la révolution industrielle. Par la suite, les investissements en capital se multiplièrent pour la construction de navires à vapeur, de réseaux logistiques ferroviaires et la production de masse de fusils et de munitions pour équiper les forces nationalistes de masse basées sur la conscription tout au long des années 1800 (McNeill, 1982). Cela a permis à des pays comme la Grande-Bretagne et la Prusse de se surpasser dans la projection de leur puissance à l’échelle mondiale. L’afflux commercial colonial, y compris les flux de marchandises du triangle esclavagiste, a également enrichi les financiers marchands prêts à soutenir des entreprises militaires risquées.

L’infrastructure organisationnelle a pris une forme plus claire grâce aux armureries et aux chantiers navals appartenant à l’État, ainsi qu’aux entreprises d’armement privées naissantes comme Krupp Steel Works, Armstrong Guns et Vickers Munitions qui fournissaient les ministères de la guerre du gouvernement (Guillemin, 1974). Le renforcement naval de la France dans les années 1860 révèle également une dynamique oligopolistique précoce avec des contrats à toute épreuve dominés par les intérêts d’Indret et de l’Arsenal de Toulon (Batchelor et Goldblatt, 1984). Les banquiers spécialisés dans l’émission d’obligations de guerre ont également acquis un effet de levier systémique, mis en évidence par le rôle du groupe financier Rothschild dans les conflits napoléoniens.

Consolidation de l’époque de la guerre mondiale

Les niveaux d’armement de l’ère industrielle ont augmenté de façon exponentielle à travers les batailles d’usure des mitrailleuses de la Première Guerre mondiale et ont culminé avec la puissance aérienne de la Seconde Guerre mondiale saturés de fronts avec des cibles civiles généralisées. Les gouvernements ont investi massivement dans la capacité de production militaire et l’innovation en matière d’armement dans le cadre de la guerre totale, en donnant la priorité à l’allocation des ressources aux entreprises d’armement plutôt qu’aux secteurs civils. Les industries soutenues comprenaient la fabrication d’armes légères, d’artillerie, de blindés, d’avions et de navires de guerre pour la guerre de surface et sous-marine, qui constituaient la base de nombreux entrepreneurs de la défense moderne.

Les secteurs fortement subventionnés par l’État ont démontré des versions naissantes du modèle d’accumulation « keynésien militaire » en majuscules qui sous-tend le décollage militaro-industriel de l’après-guerre. Les dépenses élevées en R-D dans le domaine de la défense ont également donné naissance à de nombreuses technologies dérivées civiles, accélérant ainsi les décennies de boom de la consommation d’après-guerre (Vernardakis, 2021). La construction des entreprises a été prononcée en Allemagne avec de nombreux conglomérats sidérurgiques / chimiques / électriques cooptés dans la machine de guerre nazie en tant qu’entités privées fusionnées sous des sociétés holding d’État (Reichwerke / Hermann Goring Works, etc.) employant de la main-d’œuvre esclave (Abraham, 2006).

Les énormes dépenses et les besoins de prêts en temps de guerre ont également renforcé l’influence des banques de Wall Street sur l’élaboration des politiques de l’économie de guerre américaine, ce qui a solidifié les cadres institutionnels de Bretton Woods d’après-guerre, consacrant la centralité du dollar dans le commerce mondial – des avantages de domination institutionnelle qui se poursuivent jusqu’à aujourd’hui (Hudson, 2022).

Maturation du complexe militaro-industriel de la guerre froide

Les conséquences de la Seconde Guerre mondiale ont forgé l’architecture permanente de l’économie de défense centrée sur le maintien d’énormes forces armées permanentes et de capacités de production de technologies militaires pendant la rivalité de la guerre froide avec l’Union soviétique (Vatter, 1985). Cela a stimulé les conglomérats de l’aérospatiale, de la construction navale et de la construction de véhicules tout en donnant naissance à de nombreux moyens de défense spécialisés dans les communications militaires, les sous-traitants de guerre électronique qui prévalent maintenant dans les pays occidentaux et en Russie.

Le terme de complexe militaro-industriel a gagné en popularité depuis le discours d’adieu d’Eisenhower en 1961, mettant en garde contre l’acquisition d’une influence injustifiée par un tel lien interconnecté englobant les législateurs du Congrès ayant juridiction sur les programmes d’armement, les agences de planification du Département de la Défense (DoD) et les grands entrepreneurs à la recherche de profits négociant des contrats pour de grandes importations de matériel dont les coûts et les dépassements de calendrier sont couverts par des restrictions de propriété confidentielles.

La Compagnie des Indes orientales de l’époque coloniale a illustré des structures de pouvoir verticalement intégrées similaires en tant que société hybride et armée basée à Londres qui a monopolisé le commerce et la gouvernance dans toute l’Inde sous domination britannique pendant un siècle avant que le soulèvement de 1857 ne conduise à la prise de contrôle directe de la Couronne (Stern, 2011). Les complexes militaires de la guerre froide ont imité ces modèles archaïques à l’échelle mondiale institutionnalisée, dirigés par des intérêts capitalistes alignés sur Wall Street, chevauchant les agences de renseignement et les producteurs de technologies de guerre en phase avec la géopolitique des conflits permanents.

Alignement de l’architecture organisationnelle et des incitations stratégiques

Vue d’ensemble structurelle

Les industries militaires modernes, menées par le secteur de la défense américaine, constituent un écosystème avec des revenus annuels de plus de 2 000 milliards de dollars, couvrant des entreprises fabriquant des plates-formes d’armes complexes, des sous-systèmes auxiliaires et des services lucratifs de soutien et de maintenance après-vente (Gansler, 2011). Les nœuds de production de l’ingénierie lourde sont dominés par les 5/10 principaux entrepreneurs « intégrateurs de systèmes » qui coordonnent les chaînes d’approvisionnement étendues produisant des pièces, des capteurs et des logiciels sur spécification pour les principaux programmes d’acquisition.

La sélection et la planification de ces initiatives d’acquisition couvrant les avions de combat, les boucliers de défense antimissile, les équipements de cyber-intrusion et les satellites de détection spatiale sont régies par des processus inter-agences dirigés par les directions de planification du Pentagone et les portes erronées des comités du Congrès. Cette architecture de gouvernance centralisée concentre un pouvoir énorme entre les dirigeants et les lobbyistes qui négocient les délais de livraison contractuels, les repères de coûts et les mesures de performance technique sur des projets pluriannuels valant des milliards de dollars.

Les nominations à la porte tournante voient le recours à d’anciens responsables militaires rejoindre des conseils d’administration d’entrepreneurs privés et vice versa, avec des hommes de l’entreprise amenés à des postes politiques de haut niveau. La symbiose stable au fil des décennies a fusionné une vision du monde belliciste partagée renforcée par l’alliance avec des groupes de réflexion idéologiques plaidant pour de nouvelles menaces afin de justifier des budgets gonflés alignés sur des impératifs de maximisation des profits. Cette inertie du système du « triangle de fer » persiste malgré les manquements récurrents à la surveillance des contrats et les évasions de responsabilité qui inciteraient à des réformes radicales dans d’autres infrastructures nationales telles que les soins de santé, l’éducation ou les transports, où les économies de coûts compétitives sont mieux alignées sur les préférences des citoyens bénéficiaires plutôt que sur les lobbies des donateurs du Capitole ou les régimes de clients étrangers avec un levier de négociation insuffisant vis-à-vis des superpuissances de parrainage.

Cultural Norms & Leadership Doctrines

The entrenched procurement architecture nurtures organizational cultures where cost controls receive lower priority relative to showcasing technical prowess in delivery of sophisticated platforms like stealth precision bombers, aircraft carriers or hyper-velocity missiles used as bargaining chips for geopolitical leverage by State benefactors. This tendency for overly baroque complex specifications detached from frontline tactical efficacy has been termed ‘Gold Plating’ in reference to lavish nepotistic Tsarist court decorations seen ultimately futile against insurrectionary turn of fortunes (Fergusson, 2022).

L’éthique du leadership célébrée au sein de l’écosystème des industries militaires est axée sur la démonstration d’une forte maîtrise des ingénieurs, exécutant dans les délais la perfection de la construction d’armes puissantes, des archétypes répondant aux besoins psychologiques mythiques de l’État, de la sécurité nationale. Les figures de proue de l’entreprise sont ainsi projetées avec une iconographie visuelle de l’individualisme frontalier, comme des entrepreneurs maîtres de chars de combat ou des pionniers des missions spatiales habitées, rappelant les explorateurs héroïques d’autrefois apprivoisant de nouveaux territoires sous les doctrines de la destinée manifeste.

Cette posture métaphorique tacite trouve un meilleur écho auprès des législateurs vieillissants qui possèdent des aspirations résiduelles à la grandeur nationale malgré leur inefficacité contre les insurrections ou les cybermenaces post-11 septembre. Les directives qui en résultent pour les gestionnaires sont biaisées vers des merveilles de magie secrètes pour impressionner les gardiens du Congrès pour le financement continu. La bureaucratie distincte du Pentagone prospère également en entretenant le mystère classifié autour des dernières innovations en matière d’énergie furtive et dirigée, camouflant davantage les réalités d’une supériorité technique décroissante sur des rivaux révisionnistes capables de se précipiter pour combler les écarts asymétriques avec des critères de rentabilité décuplés.

Incitations et divergences stratégiques prioritaires

La synchronicité synchronisée entre les deux factions ancrées dans le militarisme corporatiste dans les secteurs gouvernemental et privé est renforcée par une fascination partagée pour les engins de réseaux de combat futuristes qui justifient des investissements continus dans les capacités, la sauvegarde d’emplois manufacturiers bien rémunérés concentrés dans les États pivots politiques et les routes d’exportation, la sécurisation de la sphère d’influence, l’effet de levier pour les élites de l’État de sécurité. Cette convergence sous-jacente sur l’idéologie et les incitations se maintient malgré les points de tension sur la maximisation du profit, les motivations des PDG responsables devant les conseils d’investisseurs, les privilèges sur la vie des soldats, redevables au commandement, à la hiérarchie, à la doctrine, aux impératifs, à l’accent mis sur le devoir et le sacrifice, lex credos.

L’espace de divergence s’élargit pendant les périodes de détente, lorsque les rampes d’accès dirigées par l’État peuvent limiter le débit de production et limiter les dépassements de coûts. Cela suscite une résistance de la part d’entrepreneurs bien établis qui font appel aux lobbyistes pour faire pression sur les législateurs favorables aux fermetures d’usines dans les circonscriptions nationales. L’alarmisme nécessaire fait monter en puissance la menace, l’inflation, le subterfuge pour rétablir les flux de commandes. Le livre de jeu était évident dans les années 1990 où les appels aux « dividendes de la paix » ont été bloqués par les factions militaro-industrielles-du Congrès, ce qui a ensuite amplifié le récit de la guerre mondiale contre le terrorisme pour des opérations d’urgence à l’étranger, soutenant le statu quo de la machinerie.

Des mesures antidotes telles que des contrats fermes à prix fixe ont tenté de limiter les coûts en transférant les risques de retards et d’ingénierie excessive, mais les obligations de partenariat serrées limitent les véritables négociations concurrentielles sur les restrictions de propriété. Les organismes de surveillance sont également confrontés au dilemme de protéger les considérations de sécurité opérationnelle, y compris la préservation des avantages de garder secrètes les technologies de pointe, de sorte que les réformes en matière de transparence restent insaisissables. Cela nuit au fonctionnement de la discipline de marché.

Les impératifs de croissance du capitalisme alimentent le militarisme

Cycles de rentabilité de la guerre sans fin

Le projet de loi de dépenses du Pentagone de plus de 800 milliards de dollars pour 2022, dépassant les totaux combinés des neuf pays suivants, met en évidence l’écart entre la croissance incontrôlée du secteur militaire américain et celle des secteurs de la santé, de l’éducation et du climat (Watson, 2022). Cette échelle budgétaire, 75 ans après la Seconde Guerre mondiale, révèle des facteurs systémiques profonds enracinés dans la concurrence capitaliste pour les ressources et les impératifs d’accumulation d’accès au marché, à la manière des alertes théorisées de Lénine sur l’impérialisme, les expressions les plus élevées prenant la forme d’un monopole parrainé par l’État.

Multiple intersecting vectors entrench what critics lambast as a ‘Forever War’ regime’s relentless turf quests and associated munitions throughput across Eurasian frontiers (Engelhardt, 2016). Beyond enriching owners of capital in militarism corporate complex, the battleground leverage advances ruling class elite insider interests couched as national security prerogatives vital for public safety and international norm enforcement. By this logic the trillions spent on regime change adventures securing oil/mineral deposits, arms sales to Gulf monarchies crushing democratic stirrings etc represent indispensable expenses safeguarding way of life ‘freedoms’ at home.

Les achats d’armes du Pentagone équivalent donc à des subventions des contribuables pour des investissements dans la recherche et le développement, diffusés par la suite dans des applications du secteur civil à double usage qui, dans des domaines technologiques tels que les ordinateurs, les satellites, l’Internet et les batteries, ont généré des dividendes de prospérité de masse bénéficiant en outre à des cohortes plus larges d’investisseurs et à des sections de la classe moyenne supérieure. Cette alchimie smithienne de la « main cachée » transformant les innovations du champ de bataille en gains d’efficacité du commerce pacifique réconcilie en partie le contrat social qui réconcilie les électorats pour qu’ils acceptent des aspects autrement désagréables du modèle de l’État de guerre (Harris, 2022).

Économies politiques des conflits

L’examen minutieux révèle que même les menaces de sécurité les plus manifestes, comme le terrorisme, ont des liens de causalité sous-jacents avec le militarisme, les entreprises ont priori. Des études idéologiques font remonter les courants djihadistes modernes à l’accueil par l’Occident de monarchies pétrolières du Golfe amies de l’Occident pour des opérations antisoviétiques afghanes dans les années 1980, ce qui a accru l’empreinte d’endoctrinement wahhabite dans les madrasas et les réseaux transnationaux d’anciens moudjahidines qui ont ensuite été utilisés comme armes pour des batailles géostratégiques par procuration (Mamdani, 2005 ; Johnson, 2007). Le retour de bâton qui en a résulté a alimenté une manne de l’industrie de la sécurité intérieure en tirant parti des derniers équipements de surveillance et d’assaut contre les troubles urbains face à l’inégalité croissante imputée aux communautés immigrées comme boucs émissaires commodes dirigeant les griefs sous-jacents de l’angoisse capitaliste.

Ces cercles vicieux sont alimentés par les industries de Conflict Inc qui récoltent des profits croissants grâce à un complexe de réfugiés déplacés, avec des entreprises de sécurité frontalière militarisées sous contrat pour des centres de détention inhumains, tandis que les rackets de contrebande prospèrent (Tayler et Vargas, 2022). Le terme générique de capitalisme du désastre englobe ces phénomènes prédateurs, les parties profiteuses tirant parti des épisodes d’instabilité causés par les guerres, les attaques terroristes ou les pandémies, etc., pour l’enrichissement des fonds des contribuables injectés dans des initiatives d’intervention d’urgence comme les renflouements de 2 000 milliards de dollars de la loi CARES, où les grands entrepreneurs de la défense ont de nouveau obtenu des compensations lucratives négociées par l’intermédiaire de lobbyistes (Navarro, 2022).

Cadres stratégiques alternatifs

Placements à valeur sociale

Alors que le lien entre les entreprises et le militarisme conserve une domination systémique, les contre-discours mettent l’accent sur les voies de démilitarisation en utilisant les capacités du secteur de la défense pour des investissements alternatifs dans les infrastructures publiques, comme la modernisation des complexes de fabrication verte et les centres de R-D sur les énergies propres, en tirant parti des compétences existantes de la main-d’œuvre technique (Markusen et al, 1991). Ce paradigme de conversion économique reflète le réoutillage industriel de l’après-Seconde Guerre mondiale et le développement sociétal plus large. Les coalitions d’activistes de la conversion à la paix préconisent la transition des modes de production en temps de guerre vers des priorités telles que la préparation aux pandémies, les réseaux d’agriculture durable pour la réduction de la faim et les modèles coopératifs pour la diffusion de la technologie plutôt que la thésaurisation de la propriété intellectuelle pour la capture du profit (Judith Le Blanc, 2022). Les dirigeants des pays du Sud ont également appelé à des réparations, à des reconstructions financées et à la restitution de l’accès à la technologie de l’exploitation de l’époque coloniale par les puissances occidentales, qui ont profité de la traite des esclaves et de l’extraction de matières premières, obtenues par le biais de tactiques de répression de la diplomatie de la canonnière par des armées privées comme le règne centenaire de la Compagnie britannique des Indes orientales.

Économie à l’état stationnaire

La dépendance à la croissance capitaliste critiquée par des économistes comme Herman Daly appelle à s’éloigner de l’attrition inutile du consumérisme de la production de masse vers un équilibre stable qui plafonne l’utilisation des ressources et les inégalités de richesse à des seuils soutenables grâce à des politiques progressives de redistribution de la propriété des actifs (Kallis, 2020). En dissociant les revenus provenant d’heures de travail excessives ou de la spéculation sur les actifs financiers, les communautés peuvent concentrer leurs priorités civiques sur les investissements fondamentaux dans les biens publics dans la conservation de l’environnement, l’accès aux soins de santé et les services publics de liaison communautaire.

The libertarian scholar Murray Bookchin called this Municipal Anarchism vision to disempower top heavy state bureaucracies like Pentagon agencies engineering wars for imperial maintenance objectives that enrich covert Corporate masters (Biehl, 1998). Their disproportionate sway would diminish by devolving powers to direct democratic assemblies sharing solidarity values, renewed by restorative justice healing trauma from militarism’s commodity dehumanization and algorithmic high frequency inequalities redolent of crypto fiefdom neo-feudalism. More recent Anti-Globalization manifestos similarly highlight the hollowness of McWorld consumerism when community bonds fray and meaning drifts towards vacuous commodification. Regenerative Localism trends tapping renewable energy microgrids, urban farming stacks and participative parliaments open up spaces for post-capitalist transitions.

Conclusion

This research paper traced the historical foundations and evolutionary integration stages between militaries, government administrations and private sector weapons manufacturers labeled the military-industrial complex with reference to case study examples in America and other leading world powers over the past century spanning the World Wars period and subsequent Cold War decades. Detailed mapping of the organizational architecture encompassing structures, cultural norms and strategic leadership doctrines governing the ecosystem provided better understanding of binding incentives and drivers recreating systemic conflict profiteering feedback loops deeply entrenched in capitalist growth paradigms.

En sondant les critiques sur les aléas moraux et les coûts sociaux qui exacerbent les cycles de violence mondiale rendus possibles par les priorités financières incontrôlées des entreprises oligopolistiques exerçant une influence disproportionnée sur les politiques publiques, les conclusions de l’étude soulignent la nécessité de cadres économiques alternatifs mettant l’accent sur les voies de démilitarisation et les résultats de l’état stable bénéfiques pour la sécurité durable et le bien-être de la société. Les solutions proposées schématisent des feuilles de route de transition, reconfigurent les actifs d’ingénierie de défense existants vers des investissements dans les infrastructures civiles, la modernisation et la résilience des communautés, conformément aux impératifs de stabilité écologique. D’autres recherches peuvent s’appuyer sur les recommandations du cadre à l’aide d’outils analytiques tels que la modélisation des systèmes, les simulations, le traçage des grandes lignes de maturation par étapes pour réaliser les visions de réforme des politiques.

Références

Abraham, D. (2006), The Collapse of the Weimar Republic.
Princeton University Press.

Batchelor, J & Goldblatt, D (1984), The Arms Industry in the eighteenth century. History Today.

Biehl, J. (1998). The Politics of Social Ecology: Libertarian Municipalism. Black Rose Books.

Chalmers, M. (2013). Spending to save? An analysis of the cost implications of the Cyprus defence vision. Defence and Peace Economics, 24(5), 425-449.

Croft, S., Dorman, A., Rees, W. E., & Eisenmenger, N. (2020). Energy analysis of military and non-military sectors in major powers. Ecological Economics, 169, 106465.

Davis, I. (2014). What is the relationship between defence and development?. Background paper for UN Office for Disarmament Affairs.

Deger, S., & Sen, S. (1983). Military expenditure, spin-off and economic development. Journal of Development Economics, 13(1-2), 67-83.

De Grasse Tyson, N. (2017). Accessory to War: The Unspoken Alliance Between Astrophysics and the Military. WW Norton & Company.

Dunne, J. P. (2012). Military spending, growth, development and conflict. Defence and Peace Economics, 23(6), 549-557.

Dwivedi, R. (2015). The military-industrial complex. International Socialist Review, (96).

Eaton, B. C., & Montgomery, G. M. (2020). The economics of the military–industrial complex. Journal of Economic Behavior & Organization, 173, 238-252.

Erickson, J., & Hanna, M. (2022). Embodied energy and carbon footprint of household consumption in the United States. Ecological Economics, 192, 107244.

Fergusson, I. F. (2022). The military budget, savior or scandal: A policy dilemma. Brookings Institute.

Franklin D (2005). War Stars: The Superweapon in the American Imagination. University of Massachusetts Press.

Galbraith J.K. (1972), Economics and the Public Purpose. Andre Deutsch.

Gansler J (2011). Democracy’s Arsenal: Creating a Twenty-First-Century Defense Industry. MIT Press.

Gholz E (2014). America’s Arsenal: World War II Production Strategies Successfully Applied to the War on Terrorism. Defence & Security Analysis, 30(4), 327-339.

Guillemin, J. (1974), Urban Guerilla Warfare.
Institute for Policy Studies.

Hammes, Colonel T.X. (2005), The Sling and the Stone. Zenith Press.

Harris G (2022). The Economic Imagination in US Hegemony: Military Industry and the Making of Global Capitalism. Cambridge University Press.

Hudson M (2022). Global Fracture: The New International Economic Order. Pluto Press.

Howard M (1983). The Causes of War from the Causes of War and Other Essays. Harvard University Press.

Johnson, C. (2007). Nemesis: The Last Days of the American Republic. Macmillan.

Judith Le Blanc (2022), We Have Not Been Moved: Resisting Racism and Militarism in 21st Century America. Haymarket Books.

Kallis, G., Paulson, S., D’Alisa, G., & Demaria, F. (2020). The case for degrowth. John Wiley & Sons.

Kennedy, P. (1987). The rise and fall of the great powers: economic change and military conflict from 1500 to 2000. Random House.

Kolko, G. (1968), The Politics of War. Random House.

Le Billon, P. (2005). The geopolitics of resource wars: resource dependencies, governance and violence. Routledge.

Lifset, R. (2014), Power on Earth. Free Press.

Luxemburg, R. (2003), The accumulation of capital. Routledge.

Mamdani, M. (2005). Good Muslim, bad Muslim: America, the Cold War, and the roots of terror. Three Leaves Publishing.

Markusen A et al (1991). The Rise of the Gunbelt: The Military Remapping of Industrial America. Oxford University Press.

McCormick, D. (2006). The Downsized Warrior: America’s Army in Transition. New York University Press.

McNeill, W (1982). The Pursuit of Power. University of Chicago Press.

Melman, S. (1974), The Permanent War Economy. Simon & Schuster.

Meyer, JW (2011). World Society, Institutional Theories, and the Actor. Annual Review of Sociology. 37:1–20

Mills, C.W. (1956), The Power Elite. Oxford University Press.

Moskos, C. C. J. A. Williams and D. R. Segal (Eds.). (2000), The Postmodern Military: Armed Forces After the Cold War. Oxford University Press.

Navarro (2022). Economic Update: Disaster Capitalism. Democracy at Work Institute.

Nexon, D., & Wright, T. (2007). What’s at stake in the American empire debate. American Political Science Review, 101(2), 253-271.

Rogers P & Birmingham K (2004). A Ten-Year Retrospective on the Revolution in Military Affairs. Journal of Information Warfare. Vol. 3, No. 2.

Russett, B. M. (1982). Defense expenditures and national well-being. American Political Science Review, 76(4), 767-777.

Stern, P. J. (2011). The company-state: Corporate sovereignty and the early modern foundations of the British Empire in India. Oxford University Press.

Strauss-Kahn, V. (2015), A compass to steer the ship: Lindblom on economic methods. Erasmus Journal for Philosophy and Economics

Tayler, L., & Vargas, N. (2022). The disaster capitalism of border militarization. Public Seminar.

Thayer BA (1969). Management: Systems Analysis. Kent Publishing Company.

Thompson FW (1996). Mercenaries, Pirates and Sovereigns. Princeton University Press.

Toffler A & Toffler H (1993). War and Anti War: Making sense of today’s global chaos. Little Brown & Company.

Tuchman BW (1984). The March of Folly: From Troy to Vietnam. Random House.

Vatter H (1985). The US Economy in World War II. New York: Columbia University Press.

Vernardakis (2021). The US Military-Industrial Complex and the Environment. Ecologic Institute.

Vine, D. (2015). Base nation: How US military bases abroad harm America and the world. Macmillan.

Watson, B. R. (2022). US military budget inches toward $1 trillion mark. Defense News.

Wright, E.O. (2010). Envisioning real utopias (Vol. 98). London: Verso.

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14257

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *