Mouvement des non-alignés

Comme déjà observé dans l’ article précédent , s’il y a une contribution exceptionnelle des États nouvellement indépendants d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine qui mérite d’être mentionnée, elle donne une forme concrète au concept de non-alignement. Le concept de non-alignement a gagné du terrain en 1955 à la Conférence de Bandung, bien qu’il ait été le plus important dans l’esprit du Pandit Jawahar Lal Nehru dès 1946. Cependant, en tant que mouvement, il a été officiellement établi en 1961 à la Conférence de Belgrade ; c’était un tel phénomène d’après-guerre lorsque la guerre froide était à son paroxysme et que le monde était divisé en deux blocs de puissance.

Certains des pays nouvellement indépendants ont visualisé les dangers pour leur indépendance nouvellement acquise en s’alignant sur l’un ou l’autre des deux blocs. Leur implication dans la guerre froide s’accompagnait de sombres perspectives de développement économique, social et politique . Ils voulaient conserver leurs maigres ressources naturelles et en capital pour la reconstruction de leurs économies arriérées. Cela ne pourrait être possible que s’ils évitaient les alliances et les luttes de pouvoir et s’efforçaient de créer une atmosphère pacifique.

Les pionniers du non-alignement étaient Nehru d’Inde, Tito de Yougoslavie, Nasser d’Egypte et Sukarno d’Indonésie. Plus tard, l’idée a pris tellement d’ampleur et de popularité que plus de la moitié du monde a adopté ce concept en l’espace de trois décennies.

Il est devenu 50 Significatif, un mouvement qui a influencé la nature des relations internationales de diverses manières. Ainsi, le non-alignement à la fois en tant que perspective de politique étrangère de la plupart des nouvelles nations et en tant que mouvement international est resté un facteur critique dans les relations internationales contemporaines pendant de nombreuses années.

Signification du non-alignement :

Le terme non-alignement a un sens particulier. De nombreux chercheurs occidentaux entendent uniquement par neutralité ou neutralisme de non-alignement, mais ce n’est pas une interprétation correcte. Avant de donner un sens précis au terme non-alignement, il vaudrait mieux passer par les termes connexes comme suggéré par Schwarzenbergeri. 1

Ces termes apparentés ou synonymes sont isolationnisme, non-engagement, neutralité, neutralisation, unilatéralisme et non-implication.

L’isolationnisme est synonyme de politiques de réserve variant de l’isolement connu des États-Unis avant la Première Guerre mondiale à des postures d’inoffensive dans les affaires internationales. Le non-engagement fait référence à la politique de détachement des autres pouvoirs dans une relation triangulaire ou multi-angles.

La neutralité décrit le statut politique et juridique d’un pays en guerre vis-à-vis des belligérants. La neutralisation signifie un statut neutre permanent d’un État particulier qui ne peut abandonner en aucune circonstance, par exemple, la Suisse est un État neutralisé.

L’unilatéralisme est identifié avec des politiques de risques calculés tels que la destruction de ses propres armes thermonucléaires à sa propre initiative. La non-implication signifie se tenir à l’écart de la lutte idéologique entre les différentes superpuissances, tout en permettant un certain degré de flexibilité lorsqu’elle est absolument inévitable.

Le non-alignement a un sens plus large que tous les termes mentionnés ci-dessus. Elle a donc un caractère distinct qui signifie qu’une nation poursuivant une telle politique n’a pas besoin d’être neutre en toutes circonstances. Elle peut participer activement aux affaires du monde dans des circonstances exceptionnelles. Contrairement à la neutralité, le non-alignement vise à se tenir à l’écart, mais il s’éloigne non pas d’un conflit ou d’un problème particulier mais d’une tension internationale persistante comme la guerre froide.

Puisque les alliances militaires étaient un aspect important de la guerre froide, le non-alignement a naturellement insisté pour éviter ces alliances. Toute alliance militaire, qu’elle soit bilatérale ou multilatérale, formée à l’époque de la guerre froide était une violation du non-alignement. Par conséquent, est-ce une perspective de politique étrangère qui prône la libération d’un engagement envers tout bloc de puissance qu’il souligne ? Sur l’indépendance de choix et d’action dans les affaires extérieures.

La politique de ne s’aligner avec aucun d’entre eux, mais en même temps d’être amicale avec tout le monde, afin qu’il soit possible d’avoir un impact modérateur sur les relations internationales, est devenue populairement appelée non-alignement. Cela permettrait à une nation de juger chaque question sur le mérite et de décider de son cours de manière indépendante sans être influencée par un engagement ou un parti pris antérieur.

L’alignement immédiat n’est ni une politique passive ni une politique négative. En ce qui concerne l’aspect négatif du terme non-alignement, il doit être compris au premier plan de la contemplation des Indiens qui ont exprimé de nombreuses idées positives et constructives à travers des expressions négatives, comme Ahinsa et Apramad.

En tant que concept positif, il a plusieurs dimensions ; naturellement, le non-alignement doit s’opposer à certaines valeurs et en même temps en promouvoir d’autres en harmonie avec son orientation fondamentale. Les principaux objectifs du mouvement des non-alignés dans les années cinquante et soixante sont de décoloniser et de préserver la paix internationale. Ces derniers temps, il a contribué positivement à l’instauration d’un nouvel ordre économique international et d’un nouvel ordre de l’information fondé sur l’équité, la justice, la liberté et l’éradication de l’exploitation et de la domination.

En tant que politique militante et dynamique, elle prend des positions spécifiques au mérite de chaque cas. Cela implique que les inclinaisons liées au non-alignement sont considérées comme légitimes, et le concept n’implique pas une distance équidistante des deux superpuissances. Mais en même temps, il rejette aussi l’idée d’alliés naturels récemment forgée pour justifier certaines alliances des États non alignés avec certaines puissances. Ainsi, il s’agit d’une politique active car elle envisage un rôle actif pour les pays non alignés dans les affaires mondiales. Il est également positif car il vise également certaines valeurs et certains objectifs.

Le président zambien Kenneth Kaunda a élaboré sur la bonté de ce concept en 1964. En ces termes, c’est une détermination à préserver l’indépendance et la souveraineté de respecter cette indépendance et souveraineté dans d’autres États et de refuser de prendre parti dans les grandes luttes idéologiques qui déchirent le monde. . Nous n’atteindrons pas notre voiture au moteur d’une nation et ne serons pas entraînés le long de leur voie ferrée. 2

Les critères de non-alignement déterminés dès juin 1961 au Caire étaient :

  1.  Un pays devrait suivre une politique indépendante basée sur la coexistence pacifique et le non-alignement ou montrer une tendance en faveur d’une telle politique.
  2. Il aurait dû constamment soutenir les mouvements pour l’indépendance nationale.
  3. Elle ne doit pas être membre d’alliances militaires multilatérales conclues dans le cadre de conflits de grandes puissances.
  4. S’il a concédé des bases militaires, ces concessions n’auraient pas dû être faites dans le cadre de conflits de grandes puissances.
  5. S’il est membre d’un accord de défense bilatéral ou régional, cela ne devrait pas être dans le cadre de conflits de grandes puissances.

La désintégration des systèmes d’alliance ces dernières années est en effet une justification de la position des non-alignés. Après la désintégration, le mouvement des non-alignés (NAM) se concentre de plus en plus sur les questions économiques et d’émancipation.

Caractéristiques du non-alignement :

Les impératifs conceptuels et les principales caractéristiques du non-alignement peuvent être énumérés ci-dessous :

1. Aversion pour les alliances militaires :

Le non-alignement s’est opposé aux alliances militaires de tous types comme l’OTAN, l’ASETO, le CENTO, le Pacte de Varsovie, etc. Les pays du non-alignement s’opposent également à la course folle aux armements car cela, à leur avis, détourne inévitablement les ressources mondiales vers une accumulation massive d’armes à les niveaux de superpuissance et leur prolifération mondiale ultérieure. Les alliances et la course aux armements chargent l’atmosphère d’hystérie guerrière.

2. Aversion pour la guerre froide :

Le Mouvement des non-alignés était définitivement une réaction contre la guerre froide qui sape sûrement les nouvelles identités nationales, et la nation considérée comme des satellites du bloc américain ou russe. Sous quelque forme que ce soit, la guerre froide a réduit à néant les modes de développement des nouveaux États et a miné les perspectives de paix. Les pays non alignés ont préféré garder la mule du pouvoir entre les deux blues du pouvoir.

3. Aversion à la polarisation idéologique :

Le non-alignement est toujours resté opposé à la polarisation idéologique entre socialisme et capitalisme. D’autre part, il soutient que les différences idéologiques sont des exagérations résultant de la numérisation des statistiques pour légitimer le dispositif de pouvoir excentrique des superpuissances.

4. Propre chemin de développement :

En corollaire à la caractéristique ci-dessus, les pays non alignés ont refusé d’accepter les systèmes économiques, politiques et sociaux de l’un ou l’autre bloc. Ces pays sont désireux de développer leur économie, leur politique et leur société conformément à leurs propres perspectives et mode de vie. Ils ont estimé qu’il était plus approprié de rester libres de prendre des points positifs de n’importe quel pays ou système pour avoir un développement sain et rapide.

5. Perspectives révolutionnaires :

Les pays non alignés ont accédé à l’indépendance après une lutte révolutionnaire avec leurs puissances coloniales. L’indépendance satisfaisait leur aspiration à la liberté politique, mais ils étaient loin derrière la liberté économique. Comme ces pays étaient intéressés par l’autosuffisance dans la sphère économique, ils ont adopté des méthodes révolutionnaires pour réaliser des progrès rapides. Certains ont réussi leur mission, tandis que beaucoup d’autres ont rencontré des difficultés. Certains pays ont dû abandonner les méthodes démocratiques et ont eu recours à des techniques dictatoriales ou autoritaires pour obtenir des résultats rapides.

6. Amitié et égalité :

Le non-alignement concerne également les relations amicales entre tous les États-nations sur le principe de l’égalité, de la justice et de la réciprocité. Il est attaché aux théories de l’autodétermination nationale et de la coexistence pacifique entre les États ou réalise les valeurs chères de la politique internationale et de la fraternité.

7. Appui à l’ONU :

Les pays non alignés se sont toujours efforcés de renforcer et de soutenir l’ONU, son objectif étant de donner une nouvelle vigueur et une nouvelle vitalité à l’ONU pour l’empêcher de devenir un champ de bataille de rivalité de superpuissances et de malentendus. Leur participation active a rendu cette organisation mondiale plus démocratique et a largement influencé ses délibérations.

8. Leadership compétent :

Le leadership exceptionnel et renommé a été ses caractéristiques dès le début. Des dirigeants capables comme Nehru, Tito, Nasser, Sukarno, Nkrumah, Kaunda, etc., ont été ses porteurs de flambeau après la Seconde Guerre mondiale. Comme Nehru en Inde, d’autres dirigeants jouissaient d’un grand statut et d’un grand respect dans leurs pays respectifs et dans le monde. En raison du leadership brillant de ces personnalités, le non-alignement est devenu populaire et a pris un mouvement mondial.

9. Authenticité douteuse :

Il n’y a pas de pénurie d’universitaires, en particulier d’Indiens, qui prétendent que de nombreux pays dits non alignés ne sont pas véritablement non alignés. Ils soulignent que de nombreux pays non alignés ont des relations militaires ou diplomatiques spéciales avec l’un ou l’autre des blocs de la guerre froide. Sur la plupart des questions internationales qui se posent de temps à autre, la position de ce dernier est presque prévisible. Cette prévisibilité du comportement déterminée par une relation aussi étroite n’est certainement pas une caractéristique du non-alignement.

Quelques pays comme l’Inde et la Yougoslavie qui sont véritablement non alignés ont été contestés par les États-Unis et certains autres pays occidentaux. Selon ce dernier, l’Inde n’est pas vraiment non alignée, elle a un parti pris en faveur de l’Union soviétique et elle adopte un point de vue anti-occidental sur de nombreuses questions « indépendamment de leurs mérites ».

Mais l’Inde réfute ces accusations en disant qu’en 1956, 1968 et 1979, elle a critiqué les actions russes et exigé le retrait de ses troupes de Hongrie, de Tchécoslovaquie et d’Afghanistan, respectivement bien que cette dénonciation soit moins dure que celle qu’elle a utilisée contre les envahisseurs. (Grande-Bretagne, France et Israël) de l’Égypte en 1956. Ainsi, l’attitude de l’Inde envers les blocs de puissances rivales n’a pas été largement affectée par le biais pro-soviétique.

10. Alignements dans le non-alignement :

De nombreux groupes formés sur la base du régionalisme, de la religion, de l’idéologie, des considérations sécuritaires et de la coopération économique ont relevé la tête au sein de ce mouvement. De nombreux pays ont été pratiquement réduits aux satrapes des deux superpuissances. Chaque fois qu’une question de guerre froide est discutée dans une réunion des non-alignés ou aux Nations Unies, ils ont tendance à soutenir leurs parrains respectifs. Sur la question de Palestine, presque tous les pays arabes ont formé une autre faction.

La plupart des autres membres de l’Asie du Sud Pakistan, Bangladesh, Népal et Sir-Lanka se sont récemment regroupés de manière à adopter un point de vue identique sur plusieurs questions, différent de la position indienne sur ces questions. Ces pays redoutent l’attitude de grand frère de l’Inde.

11. Pas de « double alignement » :

Comme la plupart des pays non alignés sont pauvres, ils acceptent volontiers l’aide de n’importe quel côté. Si recevoir une telle aide n’implique pas de compromis avec son indépendance, ce n’est ni la violation du non-alignement ni l’opportunisme. Le non-alignement ne signifie pas qu’un pays ne peut pas avoir de relations amicales avec les deux superpuissances, ce qui n’est pas un « double alignement » comme le prétendent certains critiques. Une telle politique présente les avantages suivants.

Une aide peut être attendue des deux blocs, et aucune des deux parties ne risque de nuire aux pays non alignés concernés. Dans le même temps, ces derniers pourraient continuer à jouer leur rôle d’apaisement des tensions internationales. Ainsi, avoir de bonnes relations avec les deux superpuissances n’est pas en contradiction avec l’esprit de non-alignement.

12. Institutionnalisation croissante :

Dès le début, le pandit Nehru a insisté sur le fait que les pays non alignés ne devaient pas former un troisième bloc séparé mais créer un troisième espace, qui serait un espace de paix. C’est pourquoi, dans les premières années, l’Inde a résisté aux efforts de certains membres du groupe des non-alignés pour avoir son propre secrétariat. Elle a craint que la mise en place d’un secrétariat ne soit une tentative d’aller vers une institutionnalisation en camisole de force qui équivaudrait à former un bloc séparé, ce qui va à l’encontre des principes de non-alignement.

De plus, NAM n’est pas une organisation mais un mouvement qui a reconnu le besoin d’un système de sauvegarde qui pourrait assurer le service et la continuité.

Mais les efforts de l’Inde pour contrôler l’institutionnalisation se sont avérés vains. Lors du sommet d’Alger (1973), il a été décidé d’avoir un bureau de coordination avec le pays hôte de chaque sommet en tant que président pour la période entre ce sommet et le sommet suivant. L’effectif initial du Bureau était de 25, qui a ensuite été porté à 36. Le Bureau se réunit au moins une fois par an et traite de temps à autre de questions d’intérêt commun. Il prend également des décisions concernant le prochain sommet. Il cherche également à renforcer la coopération et la coordination entre les États membres au sein de l’ONU et à les aider à unir leurs efforts pour réaliser les objectifs du mouvement des non-alignés.

Conformément à la décision de Lusaka (1970) de tenir des sommets des non-alignés tous les trois ans, les mêmes se tiennent régulièrement depuis lors.

Les ministres des Affaires étrangères des États membres se réunissent généralement quelque temps avant chaque sommet pour préparer l’ordre du jour du sommet. Les développements ci-dessus indiquent que l’institutionnalisation progressive du non-alignement est une réalité et ne semble pas réversible. Un certain degré de permanence dans la structure et la régularité du comportement y ont été injectés, remarque le professeur Baral. 3

Bases et causes du non-alignement :

Le non-alignement a deux types de bases sur lesquelles s’appuie cette politique : des bases positives et négatives. Il sera pertinent d’en discuter ci-dessous.

 Base négative :

1. Dissolution avec des alliances militaires :

La seule base négative du non-alignement est son opposition aux alliances militaires et à la politique de la guerre froide. Ces pactes militaires comme l’OTAN, l’ASETO, le CENTO, le Pacte de Varsovie, etc. La course aux armements accélérée a accru les rivalités et les tensions et a donc été considérée comme nuisible à la paix mondiale. C’était la raison fondamentale pour laquelle les pays nouvellement indépendants d’Asie et d’Afrique ont adopté la politique de non-alignement.

Bases positives :

Le non-alignement a également de nombreuses bases positives qui sont expliquées comme suit :

2. Base idéologique :

Au lieu de suivre l’une des idéologies alors dominantes et concurrentes du capitalisme et du communisme, les nations nouvellement indépendantes ont pensé qu’il valait mieux développer leurs propres idéologies et systèmes qui pourraient se conformer à leurs besoins et traditions indigènes et répondre aux aspirations de leur peuple. Ni le système socio-économique et politique américain ni communiste ne pouvaient convenir à ces nouvelles nations, ce qui les a incitées à suivre la voie du non-alignement.

3. Politique étrangère indépendante :

De nombreux pays sont convaincus qu’ils ne peuvent jouir d’une véritable indépendance que s’ils mènent une politique étrangère indépendante et examinent chaque question internationale selon ses mérites. Ce n’est faisable que s’ils se détachent de l’un ou l’autre bloc et se déclarent non alignés. Le principe de la liberté d’opinion ou de l’indépendance de jugement dans les affaires étrangères était la base principale de l’édifice du non-alignement.

4. Base économique :

Une autre raison de l’émergence du non-alignement est le développement économique. La plupart des pays non alignés étaient économiquement arriérés et avaient un besoin urgent de capitaux et de savoir-faire technique pour atteindre l’objectif de développement économique et d’autosuffisance. Cet objectif pourrait être mieux atteint s’ils maintiennent des relations cordiales et amicales avec les deux blocs de puissance et obtiennent un maximum d’avantages économiques sans aucune contrainte politique. Malgré les critiques des critiques selon lesquelles il ne s’agissait que d’un double alignement, de nombreux pays non alignés ont réussi à obtenir l’aide des deux superpuissances.

5. Renforcement de l’ONU :

De peur qu’elle ne subisse le même sort que la Société des Nations ou ne soit victime de la rivalité de la guerre froide ou ne devienne une arène de tir à la corde de superpuissance ou un champ de bataille de polarisation de superpuissance, de nombreuses nations afro-asiatiques ont réalisé qu’elles renforceraient l’ONU et ses principes. restant non aligné.

Croissance et rôle du NAM :

Conférences NAM :

Les causes, les bases et le contexte de l’origine du mouvement des non-alignés ont été discutés ci-dessus. Pour ces raisons, le NAM est né en 1955 lorsque 29 nations asiatiques et africaines se sont réunies à Bandung (Indonésie) pour débattre des moyens de combattre le colonialisme et faire face à la situation née du bipolarisme de la guerre froide. La conférence de Bandung était une grande assemblée pour stimuler la coopération entre les Asiatiques et les Africains.

L’arrière-plan de celui-ci comprenait le traité entre les États-Unis et Taïwan et la signature de pactes militaires comme l’ASETO et le Pacte de Bagdad. Calvocoressi a observé que les principales réalisations de la Conférence de Bandung étaient qu’ils s’étaient rencontrés et avaient appris à se connaître (la plupart d’entre eux étaient nouveaux dans la politique internationale), qu’ils avaient jeté les bases d’une action commune à l’ONU et, par la solidarité, accru leur sécurité. , leur statut et leur poids diplomatique dans le monde qu’ils avaient attiré I de nouveaux hommes comme Nasser dans le groupe et l’ont rendu plus grand qu’ils ne l’étaient pour que les puissances géantes les prennent au sérieux et traitent leurs politiques comme respectables.

Avec à leur tête un Asiatique-Nehru, un Africain-Nasser et un Européen-Tito, les pays non alignés deviennent de plus en plus ambitieux dans les relations internationales. Ils espéraient pouvoir faire pression sur les superpuissances en matière de guerre froide. La conférence de Bandung est considérée comme le début du mouvement des non-alignés.

Une série de conférences a suivi cette conférence, et le nombre de pays participants a gonflé à chaque conférence, et le mouvement s’est investi de plus en plus de popularité conférence après conférence. En septembre 1992, le nombre de membres du NAM est passé à 108. Lors de la conférence de Lusaka (1970), une décision a été prise de tenir des conférences au sommet des pays du NAM tous les trois ans. Le tableau suivant donne une vue d’ensemble de l’évolution de la NAM à travers différentes conférences.

Conférences au sommet du NAM :

Date Pays hôte Ville hôte Nombre de pays participants
1955 Indonésie Bandung 29
1-6 septembre 1961 Yougoslavie Belgrade 25
5-10 octobre 1964 République arabe unie Caire 47
8-10 septembre 1970 Zambie Lusaka 54
5-9 septembre 1973 Algérie Alger 76
16-19 août 1976 Sri Lanka Colombo 86
3-9 septembre 1979 Cuba La Havane 94
7-12 mars 1983 Inde New Delhi 99
1-6 septembre 1986 Zimbabwe Harare 100
4-7 septembre 1989 Yougoslavie Belgrade 103
1-6 septembre 1992 Indonésie Jakarta 108
18-20 octobre 1995 Colombie Carthagène
2-3 septembre 1998 Afrique du Sud Durban
20-25 février 2003 Malaisie Kuala Lumpur
15-16 septembre 2006 Cuba La Havane
11-16 juillet 2009 Egypte Charm el-Cheikh
26-31 août 2012 L’Iran Téhéran
13-18 septembre 2016 Venezuela Porlamar
2019 Azerbaïdjan À déterminer

Rôle dans les années 50 et 60 :

Dans les premières années, le nationalisme, d’une part, et l’opposition aux alliances militaires étaient les principaux axes du mouvement des non-alignés. Dans les années cinquante et soixante, les pays non alignés luttent pour une fin rapide du colonialisme et du racisme. Avec le temps, alors que de plus en plus de colonies gagnaient leur indépendance, leur demande de décolonisation diminuait et leur préoccupation exprimée pour la paix internationale augmentait. En opposant l’opinion publique mondiale à la dangereuse course aux armements, ils ont exhorté les superpuissances au désarmement.

Ils ont soutenu les efforts de l’ONU pour le règlement pacifique des conflits régionaux. Dans la mesure du possible, ils ont servi de médiateur entre les belligérants régionaux pour trouver une solution pacifique à leurs différends. En s’opposant à la guerre froide, en appelant au désarmement et en s’efforçant de régler les différends par la négociation, le NAM a joué un rôle important dans la réalisation de la paix internationale.

Rôle dans les années 70 :

Dans, cependant, la guerre froide n’avait pas complètement disparu, mais le traitement de la détente a pris une grande importance. Deuxièmement, le danger du néo-colonialisme est de plus en plus mis en lumière. Désormais, l’indépendance économique et le développement sont devenus la préoccupation principale du NAM. Les pays non alignés ont lancé avec audace un appel à un nouvel ordre économique international (NIEO) dont la réalisation marquerait la chute du néo-colonialisme.

A la fin des années 70, le processus de détente subit un sérieux revers et la nouvelle guerre froide se profile à l’horizon. Alors qu’il y avait une augmentation du nombre de pays non alignés, il y avait aussi une poussée dans l’établissement de relations militaires entre eux et les superpuissances. La différence entre le début de la guerre froide et la nouvelle phase de la guerre froide était que les relations militaires des années cinquante étaient manifestes, alors qu’elles étaient secrètes à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt.

Certains pays non alignés ayant des liens militaires avec l’une ou l’autre superpuissance n’étaient pas prêts à l’admettre. Ce nouveau développement a provoqué l’intensification des conflits régionaux et le danger pour l’indépendance et le développement des pays non alignés.

Rôle dans les années 80 :

Au cours des années 80, l’approche du NAM envers la paix et le développement a connu un changement distinct. En plus de négocier des différends régionaux comme la guerre Iran-Irak, la crise afghane et le conflit du Kampuchéen, ils ont également fortement plaidé pour la tenue de pourparlers sur le contrôle des armements. Ils ont également exigé la fin rapide du racisme et de l’apartheid en Afrique du Sud.

La ferveur avec laquelle la demande d’un nouvel ordre économique a été faite au cours des années soixante-dix s’est relâchée et l’attitude de ces pays est devenue plus douce et cordiale envers les pays riches. Au lieu de les critiquer, ils demandaient maintenant poliment de l’aide sous prétexte d’aider les pays en développement et les donateurs eux-mêmes. La coopération plutôt que la confrontation est devenue la clé de voûte de leur appel à l’aide.

Un autre changement notable dans l’attribut des pays non alignés est l’introspection. Ils ont compris que pour le développement, l’aide des pays riches est essentielle. Mais cela n’exclut pas l’auto-assistance des pays non alignés eux-mêmes. Parallèlement au dialogue Nord-Sud, ils ont ressenti le besoin d’une coopération Sud-Sud. Dans cette direction, la tendance à la coopération régionale est perceptible.

Rôle dans les années 90 :

Au début des années 90, il y a un grand changement dans la situation mondiale. Le communisme s’est effondré en Union soviétique et en Europe de l’Est, et avec cela, leur bloc n’est plus resté. Les alliances militaires se sont désintégrées, les facteurs idéologiques dans les relations internationales sont passés à l’arrière-plan et la guerre froide a pris fin. Dans cette situation modifiée, beaucoup ont estimé que NAM avait survécu à son utilité dans une ère d’après-guerre froide.

Il y a des propositions pour soit changer le nom du NAM en mouvement du Tiers-Monde, soit le fusionner avec (3-77 pour élargir ses options de coopération et d’assistance économiques.

La réunion des ministres des Affaires étrangères du NAM, tenue à Accra du 5 au 8 septembre 1991 pour préparer l’ordre du jour de la prochaine conférence au sommet qui se tiendra à Jakarta en 1992, a rejeté les propositions ci-dessus. La déclaration publiée après la rencontre a déclaré que la fin de l’ère de. L’affrontement Est-Ouest avait ouvert des perspectives sans précédent pour la paix et la coopération mondiales.

Le plan d’action adopté lors de la réunion portait sur la réforme de l’ONU, la sécurité internationale et le désarmement, les conflits régionaux, le Fonds sud-africain, la décolonisation, le problème de la dette extérieure, la science et la technologie, la coopération Nord-Sud et Sud-Sud. Selon le document du plan, les récents développements constituent une crise pour le NAM. Par conséquent, ses pays membres doivent s’efforcer de jouer un rôle clé dans la formation de l’ONU à l’avenir et de ne pas se soumettre à la marginalisation du mouvement.

 Évaluation critique du non-alignement :

Les réalisations du non-alignement et leur impact sur les relations internationales sont résumés ci-dessous :

1. La paix mondiale :

Les pays non alignés avaient lancé une lutte internationale active pour la paix mondiale à l’époque de la guerre froide, du bipolarisme et du militarisme. Ils ont apporté une contribution de principe au maintien de la paix mondiale et à la prévention des conflits mondiaux et régionaux.

2. Fin de la guerre froide :

La fin récente de la guerre froide est en soi une grande réussite du non-alignement. Dès le début, le NAM a adhéré au principe de coexistence pacifique et a dénoncé la guerre froide. En faisant réaliser aux grandes puissances la futilité de s’engager dans la guerre froide et en avertissant les nations les plus faibles d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine de ne pas devenir la proie de la rivalité des superpuissances, le NAM a joué son rôle dans la fin de la guerre froide.

3. Fin du bipolarisme :

La croissance rapide du nombre de pays non alignés a empêché le processus de polarisation dans le monde. Des blocs de puissance antagonistes auraient eu un effet dangereux sur la préservation de la paix internationale. La prolifération des mouvements non alignés a contribué à la fin du bipolarisme et à l’émergence du multipolaire.

4. Fin du colonialisme :

En soutenant l’abolition inconditionnelle, immédiate et totale du colonialisme, le retrait des troupes étrangères des territoires coloniaux, le soutien aux peuples luttant pour le droit à l’autodétermination nationale et les efforts concertés pour mettre fin à toutes les variétés de néo-colonialisme et de domination impérialiste, le NAM a contribué à la décolonisation rapide du monde.

5. Fin du racisme :

Les pays non alignés ont également lutté pour mettre fin à la discrimination raciale, à l’apartheid en Afrique du Sud, au racisme et à l’hégémonisme de toutes sortes. Ils ont ainsi joué un rôle important dans l’éradication de ces maux du monde.

6. Fin des alliances militaires :

L’opposition aux alliances militaires et le fait de décourager les États nouvellement indépendants de se joindre à ces alliances étaient les principaux objectifs du non-alignement, qu’il a réussi à atteindre. L’effondrement de l’ASETO, du CENTO, de l’OTAN, du Pacte de Varsovie, etc. justifie la prise de position des pays non alignés.

7. Minimiser la course aux armements :

Les pays non alignés ont fait prendre conscience au monde des implications dangereuses de la course aux armements, tant classiques que nucléaires. Ils ont beaucoup contribué à la réalisation du désarmement.

8. Préservation de l’indépendance :

Les pays non alignés ont dû mener une lutte dure et longue pour conquérir leur indépendance politique. Comme ils ne veulent pas perdre leur indépendance durement gagnée, ils s’efforcent de se tenir à l’écart de la lutte pour le pouvoir mondial de peur que leur indépendance ne soit à nouveau menacée. Le non-alignement implique l’indépendance de jugement. Les pays qui suivaient cette politique jugeaient les événements et les problèmes sur le fond plutôt que sur des notions et affinités idéologiques préconçues.

9. ONU renforcée :

Sur la base de leur force numérique à l’ONU, les pays non alignés ont exercé une influence notable sur les décisions de l’Assemblée générale, même s’ils ne peuvent rien contre l’utilisation du veto au Conseil de sécurité. Par conséquent, aucune majorité de décisions ne peut être prise sans leur soutien. Le non-alignement a aidé l’ONU à exercer efficacement sa fonction de maintien de la paix. Cela a également rendu le fonctionnement de l’ONU plus participatif et démocratique.

10. Système international universel :

Pour la première fois, le NAM a donné aux nations faibles le rôle de sujets plutôt que de simples objets des relations internationales et a ainsi jeté les bases d’un système international universel basé sur l’égalité et la justice. Il a converti les relations internationales excentriques européennes en relations mondiales et a ainsi internationalisé les relations internationales au sens propre du terme.

11. Plus d’aide économique :

En poursuivant la politique de non-alignement, de nombreux pays ont pu recevoir une aide économique et une assistance pour leur développement des deux blocs de puissance. Par exemple, l’Inde a reçu une aide maximale de l’Union soviétique ainsi que des États-Unis. En tant que pays non aligné, l’Inde a obtenu plus d’aide des deux sources que le Pakistan, qui a reçu de l’aide du seul bloc occidental.

12. Nouvel ordre économique :

Les initiatives prises par les pays non alignés lors des sommets des non-alignés et de divers forums internationaux ont conduit à une reconnaissance générale de la nécessité d’un nouvel ordre économique international (NIEO) basé sur l’égalité politique et économique. A cet égard, ils œuvrent au dialogue Nord-Sud et à la coopération Sud-Sud.

13. Nouvel ordre de communication :

NAM a réussi à mettre fin au monopole des agences occidentales sur les services de diffusion de l’information. Le monopole occidental sur les médias de masse a créé beaucoup de distorsions dans la projection de l’image des pays non alignés. Conscients du rôle crucial de la diffusion de l’information et de la communication dans l’élargissement de la compréhension mutuelle, ils ont mis en place le pool d’actualités des non-alignés. C’est en effet leur grande réussite.

Critique:

Les universitaires, en particulier occidentaux, ont amèrement critiqué le non-alignement comme une politique égoïste, une idéologie sans fondement et une attitude opportuniste. L’aspect critique a été traité en détail comme suit :

1. Concept ambigu :

Il a été critiqué qu’il n’y ait eu aucun traitement complet du terme, aucune analyse et description précise, aucune exposition à travers laquelle d’autres pourraient examiner l’importance et les perspectives de la politique de non-alignement. Le terme est d’usage courant, mais ses interprètes n’ont pas tenté de l’analyser correctement. Des érudits occidentaux ont entrepris ce travail. Par conséquent, il n’y a pas de compréhension populaire du concept parmi la majorité de la population. Pourtant, de nombreux universitaires de pays non alignés se sont efforcés d’expliquer et d’analyser ce terme de manière scientifique et vivante.

2. Pas un modèle de comportement :

Les partisans du non-alignement prétendent que le concept est d’une grande valeur dans la mesure où il fournit un modèle de comportement international que tous les pays devraient adopter dans des relations pacifiques. Mais les critiques observent qu’il s’agit d’une politique vacillante d’opportunité irréaliste, de chantage, d’irresponsabilité et d’opportunisme. C’est même dangereux pour la paix mondiale, et les nations devraient l’éviter dans leurs relations et comportements internationaux.

3. Politique égoïste :

Le non-alignement n’est rien d’autre qu’une politique d’égoïsme. Sans aucun doute, l’intérêt national est la base principale de toutes les politiques étrangères, mais les savants occidentaux n’ont pas admis l’expression générale selon laquelle les pays non alignés ne sont pas égoïstes. Comme tous les autres concepts-Bissau-feu, l’équilibre des pouvoirs, la sécurité collective, etc. ce concept est venu par opportunisme et intérêt personnel.

4. Opportuniste et immoral :

De nombreux observateurs occidentaux ont prétendu que le non-alignement est immoral et opportuniste car il est basé sur l’égoïsme. Pour eux, le non-alignement est aligné sur les deux camps de la guerre froide. Mais les pays non alignés réfutent cette critique comme étant sans fondement. Le désir des pays non alignés d’avoir une amitié avec les deux blocs de puissance a été interprété à tort comme une politique de double alignement.

5. Bloc mentalité :

De nombreux pays non alignés souffrent d’une mentalité de bloc et de préjugés. Ils ne sont ni impartiaux ni jugent les questions au mérite. De temps à autre, ils ont choisi de s’associer si étroitement à l’une ou l’autre des superpuissances que leur statut de non-alignés pourrait être remis en cause. Par exemple, l’Inde a choisi en 1971 de conclure un traité de Jace et d’amitié avec l’Union soviétique.

Cuba, aussi, a cl. J relation avec l’Uni soviétique n. Par exemple, les nations du M t de l’hémisphère occidental, membres de l’Organisation des États américains (OEA), ont traditionnellement été étroitement associées aux États-Unis. De nombreux autres pays du tiers monde ont également été étroitement liés à la sécurité et à la défense des États-Unis. Il s’agit de la Jordanie, de l’Iran, de l’Arabie saoudite, de l’Égypte, du Pakistan, de la Thaïlande, des Philippines, de Taïwan et de la Corée du Sud.

6. Dur vers l’ouest :

Doux vers l’Est. Il a été accusé que les pays non alignés, en général, ont été durs envers les puissances capitalistes et doux envers les puissances communistes. Ils ont été critiqués pour avoir suivi une politique de double standard. Sans aucun doute, dans l’ensemble, l’objet de la critique des pays non alignés est souvent les puissances occidentales plutôt que les puissances communistes. Mais pour cela, la faute incombe aux puissances occidentales elles-mêmes car elles ont toujours suivi des politiques coloniales ou néo-coloniales.

7. Désunion :

Au fil du temps, le MNA a perdu une grande partie de son unité et de son poids politique correspondant, car la diversité inhérente aux nations du tiers monde a gravement affecté sa cohésion. En partie, la diversité trouve son expression dans les divers moyens que les pays non alignés ont adoptés pour réaliser leurs objectifs politiques, même s’ils sont restés en principe attachés aux non-alignés. Les pays du NAM ont eu de nombreux conflits interétatiques ou régionaux entre eux, qu’ils n’ont pas réussi à résoudre à l’amiable.

Les critiques ont une vision très pessimiste du rôle que ces pays peuvent jouer dans la résolution des problèmes internationaux, compte tenu de leur désunion et des différences des 200 conflits étranges des deux dernières décennies, tous impliquant des pays du tiers monde, et très peu peuvent être décrits comme des guerres par procuration provoquées par les superpuissances.

8. Grave dilemme :

Le NAM traverse un sérieux dilemme : plus de membres et moins de force. Il a augmenté sa force en admettant de plus en plus de nouveaux membres. Mais la forte augmentation du nombre de ses membres ne s’est pas accompagnée d’une augmentation correspondante de son efficacité et de sa pureté. Les idées du mouvement se sont diluées et il est devenu de plus en plus difficile d’établir une unité de but et une coordination des activités avec le groupe.

9 Hypocrisie :

Les critiques allèguent que les pays relativement prospères et riches ne sont pas gentils avec leurs collègues pauvres et arriérés du Tiers-Monde. Cependant, ils attaquent sévèrement les puissances développées occidentales sur ce terrain.

10. Approche syndicale :

au milieu des années 1970, les pays non alignés adoptent une posture militante et une rhétorique radicale vis-à-vis du Nord tout en exigeant un nouvel ordre économique international. Ils ont adopté une voie de confrontation et ont transformé le mouvement pour le NEO en une guerre de classe contre les pays développés. Mais cette approche syndicale ne les a pas aidés à atteindre leur objectif. Cependant, ces derniers temps, la demande des pays non alignés pour le NOEI semble avoir été considérablement modérée, et l’appel à la guerre des classes semble avoir été remplacé par l’appel à la coopération.

11 . Factionnalisme:

La diversité et le factionnalisme au sein du mouvement des non-alignés étaient évidents lors du Sommet de La Havane de 1979 auquel ont participé 94 nations. Les pays non alignés peuvent être divisés en trois groupes, les radicaux, les conservateurs et les indépendants.

Les radicaux sont ceux qui penchent généralement vers l’Union soviétique, ou les conservateurs chinois sont ceux qui penchent généralement vers l’Occident, et les indépendants sont ceux qui restent attachés aux principes de non-alignement dans le conflit Est-Ouest, expliquent Kegley et WittKope. Sur la base de cette division, environ la moitié environ de ces pays peuvent être considérés comme véritablement non alignés. Le reste peut être divisé en environ trois ou deux, respectivement, entre conservateurs et radicaux.

12. Comme le système d’alliance :

Tout en prétendant qu’ils ne formaient pas un bloc, l’assemblée des non-alignés a décidé d’avoir un président, un bureau, un calendrier régulier de réunions à différents niveaux et un sommet tous les trois ans. Ainsi, sans créer d’infrastructure militaire, le non-alignement par une institutionnalisation croissante est entré dans le style diplomatique des deux systèmes d’alliance.

13. Déclarations et conférences sans valeur :

Il n’y a rien dans les sept dernières longues déclarations des sommets des non-alignés. Ce ne sont que la répétition des résolutions de l’ONU et de ses agences. La conférence implique de lourdes délégations de 100 nations pauvres participantes.

Pour le pays hôte, cela peut nécessiter une dépense de 500 à 1 000 millions de dollars pour l’infrastructure de la conférence, cinq hôtels, parfois des villas séparées pour les chefs de gouvernement, l’importation de centaines de limousines, des divertissements à grande échelle, etc. publicité internationale.

14. Aucun résultat :

Exclusivement NAM n’a rien de concret à son actif dans la résolution des problèmes internationaux après les essais atmosphériques, conduisant au Traité d’interdiction partielle des essais (1963). L’ONU travaille dur au Kampuchéa, en Afghanistan, à Chypre, en Irak et ailleurs pour régler les problèmes. Même si son grand mouvement de revendications n’a pu résoudre exclusivement aucun problème international ou régional.

Malgré les critiques ci-dessus, le non-alignement a joué un rôle positif dans les relations internationales et a eu plusieurs impacts sur les affaires mondiales, qui ont déjà été discutés ci-dessus. Divers chercheurs ont réfuté les critiques ci-dessus et expliqué que le non-alignement devait rechercher des compromis, des ajustements, des accommodements et des mutations pour se valider en fonction de la complexité croissante du scénario mondial. Elle est aussi pertinente économiquement aujourd’hui qu’elle l’était politiquement à l’époque du froid.

La pertinence du non-alignement :

La pertinence du non-alignement est devenue un sujet de grand débat dans le monde contemporain de l’après-guerre froide. D’une manière générale, il existe deux écoles de pensée concernant la pertinence du mouvement de non-alignement aujourd’hui. Selon la première école, il n’est plus valable dans les présentes conditions modifiées. Alors que le second croit toujours en sa pertinence, malgré l’évolution de l’environnement mondial. Les deux écoles sont expliquées ci-dessous:

Non pertinent et invalide :

Auparavant, les universitaires occidentaux avaient non seulement l’habitude de critiquer mais aussi de se moquer du mouvement de non-alignement. Ils l’ont sous-estimé en l’appelant hypocrite, inefficace et sans valeur. Cependant, au cours des dernières années, des universitaires non occidentaux et même des dirigeants et représentants de quelques pays non alignés ont également commencé à réaliser la redondance et l’inutilité de ce mouvement. Les circonstances qui ont conduit à la création de ce mouvement ont radicalement changé. Les changements suivants ont rendu l’utilité du NAM douteuse.

  • La décolonisation est devenue un fiat complice.
  • La guerre froide est terminée, et la détente refleurit avec une vigueur et une vitalité nouvelles.
  • Les blocs militaires se sont effondrés.
  • Les bases militaires sont devenues une chose du passé en raison des progrès de la science et de la technologie et de leur utilisation pour
  • fins militaires.
  • Le monde bipolaire est inexistant.
  • L’effondrement du communisme et du bloc communiste et la désidéalisation résultante de la politique mondiale.
  • Tendances irréversibles vers une coexistence pacifique et une coopération économique active.
  • La tendance au désarmement s’accélère depuis 1991. L’alignement de l’Est et de l’Ouest a permis une réduction de 20 à 30 % des forces de défense.
  • Depuis que les États-Unis sont devenus la seule puissance mondiale après l’effondrement de l’Union soviétique, de nombreux pays non alignés veulent quitter le NAM. En septembre 1991, l’Argentine a effectivement abandonné le NAM. Où est la question de se tenir à l’écart des blocs rivaux, demandent certains, alors qu’il n’y a qu’un seul pouvoir effectif et que l’autre est en ruine ?

Lors de la dernière session à Accra des ministres des Affaires étrangères du NAM (septembre 1991), certains des États membres thématiques, compte tenu des changements ci-dessus, ont proposé de le renommer en tant que Mouvement du tiers-monde, l’Égypte suggère de fusionner le NAM avec le Groupe des 77 (qui compte plus de 100 de nombreux pays étant membres des deux).

Bien que les propositions de temps aient été rejetées, cela indique que les États-ombres doutent de la pertinence et de l’utilité continue de la raison même de l’existence du Mouvement. Avant la réunion d’Accra, la première depuis l’effondrement du bloc de l’Est) On avait l’impression que le NAM était maintenant dans le vide et trouvait un nouveau rôle et une nouvelle identité.

Après avoir passé en revue l’histoire du non-alignement, Jagat S. Mehta, ancien ministre indien des Affaires étrangères, a suggéré qu’après que les pays non alignés eurent acquis une majorité sûre aux Nations Unies (vers 1970), le mouvement des non-alignés était devenu redondant. Il a ajouté : « Nous devons nous rappeler, ainsi qu’au monde, que les non-alignés ont commencé avec le droit indépendant des nations de déterminer de manière fonctionnelle la coopération internationale – et c’est là que le monde est maintenant arrivé. Pourquoi ne pas déclarer la mission accomplie et interrompre la continuation rituelle du NAM. 8

Toujours pertinent et valide :

D’un autre côté, de nombreux pays non alignés prétendent que tous les changements énumérés ci-dessus sont principalement dus à leur longue lutte, ils s’en attribuent donc le mérite. Tous ces changements indiquent la justification de leur position et de leurs principes. Même dans le contexte modifié, il a assumé un nouveau rôle. Si sa pertinence politique est devenue obsolète, sa signification économique s’est multipliée.

La déclaration de 22 pages publiée à l’issue de la dernière réunion des ministres des Affaires étrangères du NAM, tenue à Accra en septembre 1991, intitulée Un monde en transition d’une confrontation décroissante à une coopération croissante a souligné que le nouvel objectif du NAM doit être d’éradiquer la pauvreté, la faim, la malnutrition et l’analphabétisme et a appelé la communauté internationale à l’aider. NAM a soutenu les efforts actuels pour renforcer l’ONU afin de la rendre plus démocratique, efficace et efficiente.

Il y a eu un consensus parmi les ministres des Affaires étrangères pour un accord de transition entre le MNA et le Groupe des 77 et a proposé qu’une étude soit faite immédiatement sur les modalités pour parvenir à un accord entre les deux organes pour l’introduction d’un nouveau système de réunion périodique du comité mixte de coordination.

Le NAM n’a pas survécu à son utilité dans un monde d’après-guerre froide ; en fait, tout indique que le mouvement devient de plus en plus populaire et que son importance est largement reconnue. Si cela n’avait pas été le cas, pourquoi davantage de pays auraient-ils cherché à devenir membres du MNA ? La Mongolie a été admise. L’Allemagne a demandé à être autorisée à assister à la session en tant qu’invité avec les Pays-Bas.

Changer son nom en mouvement du Tiers-Monde aliénera une grande partie de l’idéologie du NAM depuis longtemps chérie. Dans l’ordre mondial multiculturel croissant avec le déclin du statut de premier plan des superpuissances, limiter le NAM à un mouvement du tiers-monde l’empêcherait d’être entendu équitablement par certains centres de pouvoir émergents. Enfin, le confiner en termes de frontières géographiques renversera son rôle international en un mouvement régional.

Si le monde bipolaire était mort, cela ne signifie pas que Washington doive devenir la Mecque politique de ceux qui avaient évité de s’identifier à l’un ou l’autre des deux blocs. L’impression véhiculée par le slogan NAM is dead n’est rien de moins qu’un canard délibérément propagé par certains commentateurs occidentaux. Le monde unipolaire actuel est un paysage politique international de moins en moins caractéristique, malheureusement de nature euro-centre. Remplacement du monde unipolaire par un monde multipolaire, le NAM est peut-être encore plus pertinent aujourd’hui pour les relations internationales et le développement qu’à aucun autre moment de son histoire.

Le non-alignement est fondamentalement un concept politique. Nehru, Tito, Sukarno et Nasser n’envisageaient pas une coopération économique complète dans le cadre du NAM. Mais maintenant, le mouvement déplace son accent de l’arène politique à l’arène économique. En plus d’évoquer les problèmes politiques mondiaux, la réunion d’Accra fait également référence à la question de la dette extérieure comme obstacle au développement de nombreux pays. Évidemment, si le NAM donne la priorité aux problèmes économiques, c’est peut-être parce qu’il a peu de rôle dans l’arène politique.

Faisant référence aux appréhensions que le NAM ait perdu sa pertinence dans la situation actuelle, Madhavsingh Solanki, ministre indien des Affaires étrangères, a déclaré que la rencontre à Accra du ministre des Affaires étrangères du NAM visait à donner une direction claire au mouvement. Il a affirmé que la rencontre d’Accra avait réaffirmé la pertinence du MNA en tant que forum politique pouvant mettre l’accent sur la coopération Nord-Sud. Ceux qui prétendent que la fin de la guerre froide a rendu le NAM obsolète affirment en effet que le Tiers-Monde devrait laisser à l’Occident le soin de déterminer le destin de l’humanité dans son ensemble.

L’hétérogénéité et l’approche consensuelle qui caractérisaient le NAM, loin d’inhiber son efficacité, reflétaient le monde diversifié dans lequel chaque État jouissait de l’égalité et de l’indépendance d’action. La plupart des pays du NAM croient encore que le mouvement est bien placé pour jouer un rôle important dans la communauté internationale dans sa forme actuelle. NAM n’est ni disposé à être marginalisé ni invalidé. Dans quelle mesure il y parvient, c’est dans le ventre de l’avenir. Résister à la vague de changement dans le monde est en effet un grand défi pour le NAM.

LES RÉFÉRENCES:

1. Voir George Schwarzenberger, La portée du neutralisme. Annuaire des affaires mondiales, 1961 (Londres). PP 233-44

2. Cité dans KJ Holsti, National Role Conception in the Study of Foreign Policy, International Studies Quarterly, 14 (septembre), pp 233-309.

3. JK Baral, International Politics-Dynamics, and Dimensions (New Delhi, 1987). p.298.

4. Peter Calvocoressi, World Politics since 1945 (New York. 1982) 4e in.p.100.

5. Charles WKegley, Il. et Eugène R. Wittkopf. World Politics: Trends and Transformation (New York. 1981) p. 99.

6. Idem.

7. Jagat S Mehta, Non-alignement L’Indian Express rationnel sous-jacent, 2 septembre 1991, p.8.

8. Non-alignement-Minim réalisé dans M. 3 septembre 1991. p6.

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14313

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *