Nationalisme et civilisation

La nature du nationalisme et de la civilisation. 

SI le monde moderne ne pouvait régler son organisation qu’en termes économiques, la transition vers un ordre international ne serait pas une question d’une écrasante difficulté. Les mécanismes du système de crédit ont déjà établi une interdépendance suffisante pour chevaucher toutes les frontières physiques, et le développement scientifique moderne, notamment dans les moyens de communication, achève ce que la découverte économique a commencé.

Pour des raisons pratiques, nous avons déjà un marché mondial, avec son corollaire d’un prix mondial, pour les principales marchandises essentielles, et il est possible d’en déduire un système organisé dans lequel chaque zone échangerait les marchandises qu’elle peut produire dans des circonstances spéciales. avantage par rapport à ceux réalisés de la même manière par d’autres régions. Le nationalisme et la civilisation sont discutés ci-dessous ici.

C’était l’ordre imaginé par les libre-échangistes du début du XIXe siècle. Le « libre-échange », écrivait Cobden en 1842, en perfectionnant les relations et en assurant la dépendance des pays les uns envers les autres, doit inévitablement arracher aux gouvernements le pouvoir de plonger leurs peuples dans des guerres.

Cela n’a pas été, en fait, la direction des événements. Le XIXe siècle a été avant tout l’époque du développement nationaliste, et les événements de notre époque ont clairement montré que la fin de son influence est même lointaine à l’intérieur de View. Le nationalisme moderne est, en gros, à peine plus ancien que le premier partage de la Pologne. Elle diffère de toutes les formes antérieures dans lesquelles son idéologie a été jetée parce qu’elle cherche les organes d’un État souverain pour s’exprimer. Il a donc exigé les indices évidents d’autosuffisance.

Il a demandé à chaque nationalité un gouvernement autonome et indépendant ; l’Italien ne servira pas l’Autrichien, comme le Bulgare ne servira pas le Turc. Il a cherché des frontières qui impliquent une sécurité stratégique. La France doit avoir le Rhin comme barrière contre l’invasion allemande. Il a ravivé et développé les théories de Colbert et a cherché, en utilisant le tarif, à faire de chaque nation une unité économique complète et, étant devenu, il a insisté sur le fait que la croissance est concomitante de la vie. Colonies, protectorats, sphères d’influence, arrière-pays d’aspiration légitime, tout cela est l’expression de cette luxuriance d’esprit qui implique qu’une nation est mûre.

Il n’est pas anodin qu’il n’y ait pas de nation puissante dans l’Europe moderne qui n’ait gagné ou perdu une domination coloniale. Dans tous les cas ayant impliqué une tutelle temporaire ou durable pour la zone concernée. Il n’est pas rare non plus que les habitants de cette région aient eux-mêmes, comme l’Amérique, cherché à se libérer des langes du colonialisme, et ils ont émergé, ou ont cherché à émerger, dans la panoplie complète d’un État national.

L’idée de nationalité n’est pas facile à définir, car il n’y a pas de facteur mesurable à tracer. Le nationalisme fervent de l’Amérique a clairement montré que la race est d’une importance douteuse et, en effet, aucune des nations européennes les plus anciennes ne peut sérieusement revendiquer la pureté raciale.

La langue est un facteur d’une importance incontestable, pourtant la Suisse a su transcender les difficultés présentées par diverses langues. L’ allégeance politique n’explique rien non plus. L’histoire du XIXe siècle est en grande partie l’histoire des changements d’allégeance affectés en termes nationalistes. La possession d’une patrie est d’une grande valeur pour rendre une nation consciente de sa séparation. Pourtant, comme en témoignent les Juifs, c’est peut-être plutôt l’aspiration au rétablissement que la possession elle-même qui est essentielle au concept de nation.

D’une manière générale, en effet, l’idée de nationalité a, comme Renan l’insistait dans un essai célèbre, un caractère essentiellement spirituel. Il implique le sens d’une unité spéciale qui distingue ceux qui y participent du reste de l’humanité. Cette unité est le résultat d’une histoire commune, de victoires remportées et de traditions créées par un effort collectif. Il grandit un sentiment de parenté qui lie les hommes dans l’unité.

Ils reconnaissent leurs ressemblances et soulignent leur différence avec les autres hommes. Leur héritage social devient distinctement le leur, comme un homme prête son propre caractère particulier à sa maison. Ils en viennent à avoir l’art, la littérature, reconnaissables distincts de ceux des autres nations. Seule l’Angleterre aurait pu produire Shakespeare et Dickens, aussi admettons-nous qu’il y a chez Voltaire et Kant des qualités qui caractérisent le nationalisme français et allemand.

Le nationalisme, en tant que qualité génératrice de cette séparation, se construit, sans aucun doute, sur la base de la grégarité. La solidarité qu’elle implique devait avoir une grande valeur de survie lorsque les nomades errants chassaient pour trouver des aires d’alimentation appropriées. Les groupes à fort instinct grégaire ont triomphé dans la lutte pour l’existence. Ils sont venus pour avoir des territoires qu’ils pouvaient appeler leurs propres. Ils se sont battus contre ceux qui voulaient les envahir. La victoire a intensifié la valeur de leur patrie et leur a donné des traditions qui ont réagi sur leurs descendants pour augmenter la valeur de ce qui avait été chèrement acheté. La guerre, en effet, semble avoir été le facteur principal dans la construction de la nation moderne.

Il y a, bien sûr, des obscurités et à revendre. Nous ne pouvons expliquer pleinement comment les tribus indigènes d’Angleterre se sont ainsi mêlées aux envahisseurs venus de France pour former la nation anglaise ou pourquoi l’envahisseur anglais de l’Irlande aurait dû être si largement absorbé par ceux sur lesquels sa suzeraineté s’étendait. Ce qui ressort, et ce qui pour nous est significatif, c’est le fait de la nationalité aussi urgent. Le séparatisme par nature n’est pas un simple phénomène économique, bien qu’il puisse être utilisé à des fins économiques.

L’éclatement de l’Autriche-Hongrie était économiquement un gaspillage évident, mais chacune de ses parties exigeait l’autonomie comme expression de la séparation. L’Egypte, il est probable, sera la plus pauvre pour la disparition de la capacité administrative britannique, mais l’Egypte préfère l’autonomie au profit. Sur le plan économique, le Canada gagnerait probablement à s’incorporer aux États-Unis, mais il préfère de façon constante le maintien de ses liens avec la Grande-Bretagne.

La disparition de l’Angleterre de l’Inde entraînera presque certainement, si elle survient dans une période proche, l’anarchie pendant un certain temps. Pourtant, il y a des milliers d’Indiens pour qui l’idée d’une anarchie créée par les Indiens est préférable à un patriotisme de la paix créé par les Britanniques, l’amour de sa nation, peut s’égarer dans des chemins détournés mais, au fond, cela semble une expression véritablement instinctive de la parenté avec un groupe choisi volontairement exclusif d’humeur. Et parce qu’elle est exclusive, elle recherche l’autonomie, même si l’autonomie implique des sacrifices économiques.

C’est au moment où le nationalisme invoque l’autonomie comme il se doit que les besoins de la civilisation commencent à émerger. Revendiquer l’autonomie dans le monde moderne, c’est en effet revendiquer toute la panoplie de l’Etat souverain. Pour prendre quelques exemples vitaux, cela signifie que, dans l’espace qui lui est attribué, l’État-nation exigera le contrôle complet de tous les instruments de la vie. Elle n’aura de comptes à rendre, sauf dans l’arbitrage de la guerre, à d’autres en dehors d’elle. Il prétendra fixer ses propres frontières, ses propres tarifs, les privilèges qu’il accordera à des minorités telles que dans ses limites, les étrangers qu’il admettra, les croyances qu’il exclura, la forme de gouvernement qu’il désire. Nous ne devons pas non plus manquer de remarquer comment la solidarité, donc l’exclusivité de la nation, peut-être consciemment encouragée.

Cela peut être fait par l’éducation. En Amérique, tout particulièrement, l’accent mis par la tradition nationale a soudé les éléments les plus divers en une unité fièrement consciente d’elle-même. Un sentiment de danger extérieur peut le faire. La présence de nations puissantes et étrangères aux frontières de la France et de l’Allemagne a été puissante pour faire prendre conscience à chacun de ces peuples de leur différence avec leurs voisins. La presse, bien sûr, fonctionne dans le même but. Il nourrit l’instinct grégaire de chaque nation. Il fait l’éloge de ceux qui sont censés être les alliés nationaux et s’en prend à ceux qui sont censés être hostiles. Et ce sentiment d’exclusivité favorise une loyauté qui peut souvent, comme l’affection familiale, vivre sa vie indépendamment du droit ou de la vérité.

Par exemple, les nations peuvent être divisées sur la question de faire la guerre, mais une fois la guerre déclarée, l’instinct du troupeau opère pour bannir la dissidence. Ceux qui continuent de mettre l’accent sur le désaccord seront certainement stigmatisés comme des traîtres, même pendant la guerre d’Afrique du Sud. Lorsque l’État-nation n’est pas sérieusement menacé, l’hostilité à la politique officielle sera communément assimilée à l’incapacité des obligations de citoyenneté.

Ainsi considéré, le nationalisme est comparativement une force nouvelle dans l’histoire car, dans son aspiration à l’État, il ne peut guère être
daté d’avant la première partition de la Pologne. Les soupers de Sion d’un État national se synchronisent presque avec l’affirmation de l’indépendance nationale en Amérique et de la souveraineté nationale en France. Chacune de ces idées s’est avérée une sorte de dynamite politique. Au début, en effet, les forces de la Révolution française semblaient impliquer plutôt un mouvement européen que national. Pourtant, l’opposition des forces réactionnaires de l’Europe a fait naître chez les Français une conscience de destin particulier, à laquelle la force de la nationalité donnait une importance particulière.

Elle fut victorieuse en la personne de Napoléon, mais, dans sa victoire, ce dernier alluma les flammes du nationalisme dans les forces vaincues. Dès lors, un nouvel évangile fut proclamé. Comme en Italie, il pourrait avancer au nom de la démocratie, ou, comme dans les peuples soumis de Turquie, colorer son nationalisme d’un costume religieux. Le résultat dans tous les cas fut l’insistance sur le fait que la domination d’une nation sur une autre était politiquement inopportune et moralement répréhensible. C’est devenu la thèse du XIXe siècle que les États composés de diverses nationalités étaient des hybrides monstrueux pour lesquels aucune excuse ne pouvait être offerte, comme la sympathie passionnée du victorien.

L’Angleterre avec la croisade italienne contre l’Autriche. C’était implicite dans la théorie démocratique du gouvernement, car il était difficile, comme l’a dit Mill, de savoir ce que toute division de la race humaine devrait être libre de faire sinon de déterminer lequel des divers corps collectifs d’êtres humains ils choisissent d’associer. eux-mêmes. En général, c’est une condition nécessaire des institutions libres que les frontières des gouvernements coïncident pour l’essentiel avec celles des nationalités.

L’unité et l’indépendance étaient les corollaires inévitables de cette conception. Comme l’ont laissé entendre des penseurs aussi différents que Hegel et Mazzini l’ont déduit, on pouvait en déduire que l’État-nation était l’unité ultime de l’organisation humaine, par conséquent, l’unité ultime de l’allégeance humaine.

Je discuterai ci-dessous les difficultés morales impliquées dans cette vue. Mais il importe d’abord de discuter des deux grandes contre-tendances de l’époque, qui se sont unies à la fois pour renforcer et dissoudre la force du nationalisme. L’une est la forme prise par la guerre moderne, l’autre le caractère inhérent à l’ordre industriel. En quelque sorte, le second est le parent du premier, et il est commode de le considérer comme le facteur principal de la synthèse complexe à laquelle nous sommes arrivés.

Ce facteur est le caractère de l’industrialisation moderne. Il a créé un marché mondial, et un marché mondial implique une concurrence étrangère. L’Anglais qui fabrique des automobiles doit rivaliser avec l’Américain engagé dans un effort similaire ; la filature de coton du Lancashire tourne contre l’Inde et la France, l’Amérique, l’Allemagne et le Japon. Aucune nation ne peut désormais consommer tout ce qu’elle produit. Elle est obligée de trouver des marchés pour ses biens excédentaires. Dans un métier donné, il vaut la peine pour un groupe particulier de fabricants de minimiser la concurrence de leurs rivaux dans ce métier.

Sur le plan intérieur, la forme prise par cette minimisation est un tarif protecteur à l’étranger ; il faut de la colonisation, des concessions dans les pays sous-développés, des clauses de nation favorisée dans les traités commerciaux, etc. La liberté du commerce international, en d’autres termes, devient limitée par les exigences du nationalisme. On constate, dans l’expression classique, que le commerce suit le drapeau. Le pouvoir de l’État-nation peut être exercé pour obtenir un marché dominé par un groupe national particulier.

Cela a été notre histoire en Inde et en Egypte qui est, en grande partie, l’histoire des complications franco-allemandes au Maroc. Le commerce peut prendre la forme d’un investissement qu’un pays débiteur peut être contraint d’accepter la tutelle dans l’intérêt des détenteurs d’obligations. Il peut prendre la forme d’un marché exclusif ou semi-exclusif. Au fur et à mesure que le pouvoir s’étend, le nationalisme se transforme en impérialisme. Ce dernier est le plus généralement un phénomène économique. La pénombre romantique du patriotisme est exploitée, comme dans la guerre d’Afrique du Sud, pour consolider les intérêts de certains groupes particuliers.

L’idée que les ressources matérielles d’une zone donnée sont une affaire dans laquelle le monde entier a un souci disparaît. Ils appartiennent à cette zone donnée. Ils peuvent être utilisés à bon escient ou gaspillés au gré de l’État-nation. Intervenir, c’est attaquer le prestige national. Le problème devient alors un problème d’honneur et, à moins qu’un compromis, comme avec le chemin de fer de Bagdad, ne soit conclu, on découvre que les problèmes d’honneur national sont injustifiables. Dans ce cas, le seul arbitre est la guerre.

Ces conclusions, j’insiste, sont irrésistibles tant que l’autorité de l’État-nation est tenue à la disposition des intérêts commerciaux. Les instincts du troupeau deviennent inévitablement manipulés pour servir les besoins particuliers de quelques idéaux d’autosuffisance, la protection particulière d’une industrie naissante, la position privilégiée des manufactures vitales pour la sécurité nationale, sont tous impliqués dans le contact entre l’autorité politique et le commerce . L’émigration américaine est réglementée pour servir les intérêts des hommes d’affaires qui ont besoin d’une main-d’œuvre bon marché lorsque l’ouvrier s’organise ; son droit de vote est alors satisfait par la restriction de son entrée.

Les constructeurs anglais d’automobiles obtiennent de la chitine spéciale contre le constructeur étranger. Des armes d’armement reçoivent des cuirassés à construire en guise de subvention pour l’entretien de leurs ouvrages. L’Inde exige une protection spéciale pour qu’elle puisse développer des industries qui ne se développeraient pas facilement dans les conditions difficiles d’un marché ouvert. Dans les conditions particulières produites par la guerre de 1914, cette atmosphère s’est considérablement intensifiée.

La découverte de l’importance du blocus a signifié que les nécessités de la vie impliquent un peuple autosuffisant et, en l’absence d’autres nations considérées, cela implique la construction d’un commerce basé sur une base calculée pour maximiser la protection contre les dangers de la guerre .

Ce n’est pas tout. Le caractère de la guerre moderne implique d’autres difficultés pour la civilisation. Son pouvoir destructeur est si grand que l’État-nation doit orienter ses ressources pour se protéger des dangers de la guerre. Il doit construire ses frontières pour rendre une attaque aussi difficile que possible. Il doit, s’il le peut, répartir leurs frontières de manière à avoir accès aux denrées, surtout au blé, au charbon et au fer, dont l’approvisionnement est indispensable à la guerre.

Elle doit entretenir des armées au-delà des dépenses justifiées par ses ressources, et, dans cette mesure, s’appauvrir délibérément dans l’intérêt de sa sécurité. Mais chacun de ses voisins fera de même. Il s’engendre une concurrence dans l’armement du pouvoir qui agit pour compromettre le maintien de la paix, pour provoquer une atmosphère d’hostilité nerveuse et pour amener les petits États à s’allier avec des voisins puissants afin qu’ils puissent gagner la sécurité par cette force multipliée, ainsi organisée , la répartition des États-nations ne ressemble en rien à une poudrière que, comme en 1914, une seule étincelle fortuite peut suffire à provoquer un incendie.

J’ajouterai que leur raison n’est pas non plus de supposer que le contrôle des ressources naturelles par l’État dans l’intérêt de la sécurité diminuerait l’explosivité de l’atmosphère. Je pense qu’il est probable qu’une large mesure de contrôle social sur les matières premières de base se développera pour empêcher leur exploitation. Ce contrôle social peut même, comme pour la Russie, prendre la forme d’un État communiste. Mais tant qu’il restera d’humeur nationaliste persistante et fonctionnera à travers des mécanismes de souveraineté exclusifs, il sera simplement plus puissant à cet effet. Il a en vue. Le communisme russe était au moins assez impérialiste pour envahir la Géorgie.

L’Angleterre socialiste aurait encore besoin de coton et de pétrole et se battrait, s’il le fallait, pour y accéder. On pourrait suggérer que de tels États socialistes seraient capables, avec les facilités particulières, de mener leurs guerres puisque personne d’entre eux ne pourrait prétendre qu’ils ont été menés pour des intérêts privés. Le socialisme n’est international en tant que tel que parce que le capitalisme est international. Un monde d’États socialistes, indépendants les uns des autres et souverains les uns par rapport aux autres, devient facilement aussi hostile l’un à l’autre que les États de l’époque actuelle.

Par conséquent, un nationalisme qui implique le droit souverain à l’autodétermination est un principe dont les conséquences sont bien différentes de celles envisagées par des hommes comme Mazzini et Mill. Elle implique la politique du prestige, et celles-ci, à leur tour, impliquent un monde tellement ordonné que les relations entre les nations ne peuvent devenir des questions à déterminer par la justice. Il n’est pas nécessaire de nier la réalité, voire la validité, du sentiment national pour se rendre compte qu’il est construit sur des émotions qui, dans l’atmosphère de la civilisation contemporaine, sont lourdes de dangers.

Nul ne doit douter qu’il est bon d’être Anglais, mais il faut aussi se demander pour qui c’est bon et à quelle fin. Lorsque le nationalisme des Anglais, ou de tout autre peuple, produit un État qui demande allégeance quelle que soit la cause qu’il professe, il s’agit de considérations qui vont à la racine de la philosophie politique. Une nation a le droit de vivre. Mais parce qu’il ne peut vivre pour lui seul, la question du don n’est pas une question qu’il est en droit de déterminer seul. Car dans l’ordre politique dont il fait partie, se réalisent des fins morales auxquelles les intérêts nationaux, voire l’existence nationale, sont secondaires. Le patriotisme chez un citoyen n’est pas la poursuite aveugle de son État-nation où qu’il conduise, et les droits d’un État-nation ne consistent pas à sauvegarder ses propres intérêts aux dépens des autres. C’est une politique de pouvoir qui nie l’idée de droit dans la relation entre les États et l’élémentaire. Dans son acte d’accusation de Warren Hastings, Burke a insisté sur le fait que le déni de droit à l’étranger signifie, tôt ou tard, le procès du droit à la maison. Les hommes ne peuvent pas se discipliner d’une injustice envers des étrangers sans finalement nier le devoir de justice de leurs frères.

Nationalisme et droit

Le problème, alors, est l’équation du nationalisme avec la droite. Je n’entends pas par « droit » quelque concept mystique d’éthique transcendantale. Je veux dire seulement que les intérêts que l’on cherche à réaliser se mesurent en termes communs à toutes les personnes affectées par l’habitude de vivre ensemble. Je soutiens que puisque mon prochain est le monde entier, je dois concevoir mon « intérêt » qu’il implique l’intérêt de ceux avec qui je dois vivre. L’ancienne vérité qu’aucun homme ne peut vivre pour lui-même est définie dans les nouveaux termes imposés par la découverte scientifique. Cela signifie que cependant, nous pouvons reconnaître la séparation de ces systèmes spirituels que nous appelons nations, il y a une unité dans leur fonctionnement, ce qui implique la construction des institutions de l’unité.

Ces institutions ne peuvent être construites que sur la base de décisions communes sur des questions d’intérêt commun. Dès lors, par exemple, que ce que fait l’Angleterre affecte directement la France, l’aire d’activité croisée doit donner lieu à une solution conjointement planifiée par l’Angleterre et la France et, bien entendu, une fois le problème posé, l’unité de référence ne peut être confinée aux deux nations. Logiquement, le fondement d’une approche des problèmes communs de la civilisation est soit international, soit il ne vaut rien.

En fin de compte, des décisions efficaces ne peuvent pas être prises si je m’implique. Je coopère à leur prise. Cela n’est pas moins vrai des relations des États-nations que des individus. Je peux être contraint à l’exercice de fonctions que je n’aime pas, mais mon service devient alors non créatif parce qu’il n’est pas gratuit. Ainsi, aussi avec les nations. Ils peuvent travailler avec un autre ; ils ne peuvent pas être eux-mêmes à leur meilleur s’ils travaillent les uns contre les autres. Le pouvoir qu’ils exercent doit être le pouvoir né de l’activité avec les autres, non de la coercition sur les autres. Ils doivent convaincre leurs voisins que la relation qu’ils entretiennent est une relation qu’il vaut la peine d’entretenir mutuellement. Chacun doit en tirer le sens de l’harmonie satisfaite qui vient du service construit sur le respect de soi. Car un ordre fondé sur la contrainte ne peut jamais se maintenir en permanence.

C’est du moins la leçon de l’Irlande et de l’Inde, de la Hongrie autrichienne et de l’Allemagne déformée par le traité de Versailles. Les ordres émis et les relations établies doivent porter avec eux l’assentiment des intérêts qu’ils affectent. Ils ne peuvent pas, autrement, devenir Validité.

Cela signifie la disparition de l’État-nation souverain. Cela signifie qu’aucune unité de civilisation ne peut revendiquer le droit de dicter à l’ordre mondial dans lequel elle trouve aujourd’hui son seul sens. Aucune unité n’est plus autosuffisante sur un vaste domaine de fonctions ; les décisions qu’elle prend impliquent cet ordre mondial dans leur incidence. De telles décisions impliquent ce que M. Leonard Woolf a appelé « l’élaboration de lois cosmopolites », si elles sont sûres d’une application fructueuse. Ce n’est bien sûr pas chose facile. Ça implique

  • (a) La découverte des fonctions qui sont universelles dans leur incidence,
  • (b) La création d’institutions adaptées à l’exercice de ces fonctions,
  • (c) Une méthode de représentation appropriée pour les États-nations qui doivent participer au gouvernement de ces institutions.

L’implication, en un mot, des conditions modernes est le gouvernement mondial. Le processus, assez naturellement, est immensément plus compliqué que le gouvernement d’un seul État. La tradition spirituelle de la coopération reste à créer ; la difficulté du langage doit être surmontée l’application des décisions doit être convenue en termes d’une technique encore largement inexplorée.

La seule source de confort que nous possédons est la reconnaissance croissante de la guerre moderne. Littéralement, une forme de suicide et qu’en conséquence, le choix qui s’offre à nous est entre la coopération et le désastre. C’est le sens qui, en 1919, a conduit les artisans de la paix de Versailles à s’efforcer d’atténuer ses injustices par l’acceptation de la Société des Nations.

En effet, ce dernier est la façade d’une structure qui n’a pas encore été convoquée. Mais il a au moins cette grande importance, qu’il constitue un organe de référence au-delà du plat d’un État donné. Il s’agit, en fait, soit de rien, soit d’un déni de souveraineté nationale dans les affaires du monde. C’est sur la base de ce déni qu’il faut construire.

La découverte des fonctions universelles dans leur incidence n’est pas une affaire à trancher a priori . La découverte scientifique rendrait un tel effort dépassé avant même que l’encre dans laquelle les principes étaient écrits ne se soit tarie. Ce qu’il est plutôt sage d’essayer, c’est une vision du genre de problème qui a cessé d’être de caractère purement national. Certaines catégories évidentes s’imposent immédiatement :

  • (a) Problèmes de communication.
  • (b) Problèmes de limites territoriales.
  • c) Problèmes des minorités raciales ou nationales.
  • d) Problèmes de santé publique.
  • e) Problèmes de l’industrie et du commerce.
  • (f) Problèmes de migration internationale.
  • g) Problèmes concernant la prévention directe de la guerre.

Dans chacune de ces catégories, nous avons déjà non seulement une certaine expérience sur laquelle nous appuyer, mais aussi, hormis le contrôle des migrations, certaines institutions qui ont déjà été éprouvées par leur fonctionnement réel. Ce qui ressort principalement de cette expérience et de cette opération Je suggère avant tout deux choses. Il est tout d’abord possible d’administrer et de légiférer au niveau international.

Cela a été montré dans des choses comme la législation maritime internationale et un système aussi compliqué que l’Union postale internationale. Il ressort clairement du volume de réalisation, qui est déjà à l’honneur du Bureau international du Travail. Il ressort clairement des travaux très marquants de la Commission du sucre, nés de la Convention de 1902. Dans ces cas, et dans d’innombrables cas similaires, ce que nous avons obtenu, c’est l’imposition de normes internationales aux intérêts nationaux, qui, assez souvent, ont cherché à se soustraire à ou de transcender ces normes. En second lieu, il est clair que par l’habitude de la coopération internationale, les hommes de l’expérience la plus étrangère et, assez souvent, antithétique peuvent mettre cette expérience en commun pour trouver une solution commune. Ils peuvent apprendre, en un mot, à penser internationalement.

Le deuxième point important est l’unification croissante du droit. Les faits de civilisation nous obligent à trouver des règles de conduite communes qui peuvent être observées à Paris et à Tokyo, à Londres et à New York. On peut demander l’instauration universelle d’une semaine de quarante-huit heures ; on assiste à l’abolition universelle de l’utilisation de la céruse dans la peinture. En un mot, nous sommes conduits au moins à un minimum commun de vie civilisée pour tous les États-nations dont le comportement affecte sérieusement l’ordre mondial.

Nous devons prendre conscience de la nécessité de pousser ce processus d’unification bien plus loin qu’il ne l’a fait jusqu’à présent. Nous devons l’utiliser pour distribuer les matières premières de l’industrie. Nous devons l’utiliser pour le règlement des barrières tarifaires. Nous devons empêcher, disons l’Amérique de prendre, à elle seule, la décision que les Philippines sont inaptes à l’ autonomie gouvernementale ; nous devons permettre à l’Inde de faire appel au-delà de la décision du Parlement à la volonté commune d’un monde unifié dans la Société des Nations. Par-dessus tout, nous devons empêcher un État-nation de faire la guerre à un autre en insistant sur le fait que leurs différends sont soumis et doivent être tranchés par un tribunal international. Il faut définir comme agresseur à punir l’Etat, qui refuse de soumettre ses différends au tribunal et de se conformer à la sentence rendue.

Lorsque nous réalisons les implications de ce processus d’unification, nous commençons à avoir une vision du monde en tout point différente de celle qui le voit comme un système de communautés isolées et indépendantes. Nous rejetons ce dernier système en partie parce qu’il est à l’origine du conflit, et en partie parce que ses implications ne sont pas en harmonie avec les faits auxquels nos institutions doivent maintenant s’adapter.

Mais peut-on découvrir des institutions appropriées à travers lesquelles ce processus d’unification peut être administré ? Il ne semble aucune raison de douter qu’ils le peuvent? Je discuterai en détail plus loin dans ce livre de ce qui semble être un modèle institutionnel dont au moins les grandes lignes sont raisonnables. Nous devons savoir si les organes caractéristiques d’un gouvernement démocratique, une législature, un exécutif avec une fonction publique et un pouvoir judiciaire, peuvent être suffisamment flexibles pour s’appliquer à la structure compliquée des affaires mondiales. Ici, certainement, il y a de la place à la fois pour l’optimisme et l’expérimentation.

Comme le montrent les travaux du Bureau international du Travail, nous avons des raisons de supposer qu’un ensemble considérable d’accords est réalisable sur les problèmes les plus difficiles. Il est clair que suivre aveuglément la structure classique du gouvernement parlementaire revient à se méprendre sur la nature du problème. Au moins dans un avenir praticable, nous ne pouvons pas imaginer le Premier ministre d’un État mondial déployant sa politique devant un Parlement élu par le peuple à Genève. Nous devons envisager une conférence continue des gouvernements dans laquelle des mécanismes existent pour un compromis efficace d’une part et une dissidence contraignante d’autre part.

Cela ne veut pas dire la simple formule de la règle de la majorité. Néanmoins, cela signifie, je pense, l’abandon de ce principe d’unanimité sur lequel repose la structure actuelle de la Société des Nations. Notre situation appelle un gouvernement, et la notion même de gouvernement implique de lier une minorité à l’acceptation des décisions prises après une discussion libre et complète. Comme c’est le cas, la majeure partie de ces décisions seront administrées au niveau national et non international. La fonction publique d’une autorité internationale sera un organisme d’enregistrement et d’information plutôt qu’un organisme appliquant des solutions. Un système judiciaire international remettra ses décisions aux tribunaux nationaux par l’intermédiaire desquels ils seront amenés à travailler plutôt que de maintenir une force de police pour les exécuter.

Le point de vue que doit adopter le gouvernement de tout État devant la législature internationale dépendra de son pouvoir de faire accepter ce point de vue au préalable dans une législature nationale. S’il ne parvient pas à mettre l’accent, il peut perdre son autorité et être contraint à la démission, mais l’autorité internationale liera son successeur. La distinction de Washington entre influence et gouvernement est aussi urgente dans les affaires internationales que dans les affaires intérieures.

Le problème de la représentation auprès d’une instance internationale n’est pas non plus simple. Lorsque le dogme de la souveraineté des États était à son apogée, il semblait logique d’en déduire la notion d’égalité des États et, par conséquent, d’insister sur l’égalité de représentation. Mais nous savons par expérience amère que l’égalité des États ne produit pas de solutions viables.

Nous ne pouvons pas faire, disons, de la Yougoslavie l’égale des États-Unis en lui donnant une adhésion égale à un organisme international. Nous ne pouvons pas obtenir des résultats applicables si, par exemple, les républiques sud-américaines votent pour l’emporter sur celles des grandes puissances. Notre problème n’est pas de découvrir des circonscriptions électorales égales comme dans une démocratie où les personnalités sont, sur un plan donné, à peser également. Il s’agit plutôt d’assurer à chaque Etat qualifié pour devenir membre une voix qui peut parler librement et aux Etats comme l’Angleterre, l’Amérique, la Russie, cette autorité spéciale qui vient de leur incidence particulière sur les affaires du monde.

Je suggère que la solution sera trouvée en rendant la législature de l’instance internationale accessible également à tous les États tout en réservant une place permanente : sur son exécutif à quelques-uns seulement. Les autres pourront élire leurs représentants pour siéger avec les délégués des grandes puissances, mais ils seront soumis aux aléas du sort électif. Et il faudra, imagine-t-on, faire de l’exécutif une sorte de chambre haute avec un veto suspensif qui ne pourra être annulé que dans des circonstances particulières.

Aussi urgents que soient ces détails, ils le sont ; encore, il faut insister, des détails. Une fois admis le principe de la représentation inégale, il ne devient pas impossible de trouver un cadre dans lequel même le réseau complexe des communautés modernes puisse s’insérer. Insister sur une représentation inégale, c’est finalement abandonner la thèse de la souveraineté de l’État, et c’est de son abandon que surgit la chance de l’expérimentation créatrice.

Difficultés de l’internationalisme

Mais tout cela, dira-t-on, néglige le grand fait du patriotisme, et la racine du patriotisme s’exprime dans la volonté de préserver à tout prix l’indépendance nationale. Chez ceux qui souhaitent maintenir le statu quo, le patriotisme devient un instinct. La tentative, par conséquent, d’infuser le

l’ordre social à finalité rationnelle est rendu a priori superflu. Certes, l’argument est important, mais il est, au fond, beaucoup moins redoutable qu’il n’y paraît. Car si cela était vrai dans toute sa rigueur, cela rendrait impossible toute discussion sur les arrangements internationaux, et cela rendrait absurdement illogique l’ensemble et la vaste structure de l’accord international qui a émergé jusqu’à présent. Il ne faut pas non plus oublier que même les instincts des hommes peuvent être soumis à un contrôle rationnel. Peu de gens défendent maintenant Calvin pour son traitement de Severus, pourtant cela fait à peine deux cents ans que cette action se serait recommandée à la plupart des hommes moyens. Non, on défend désormais les pièges à hommes et les fusils à ressort, pourtant moins d’un siècle s’est écoulé depuis qu’ils ont été défendus à la Chambre des communes presque comme faisant partie de l’ordre éternel de la nature.

Le patriotisme est construit en partie à partir de l’instinct grégaire de l’homme et en partie du désir rationnel d’autonomie. La structure que j’ai présentée comme essentielle n’outrage ni l’un ni l’autre de ces aspects. Il ne propose pas qu’un Anglais cesse d’aimer ou de chérir son compatriote anglais, de vivre avec eux et de travailler avec, même, peut-être, pour mourir pour eux. Il ne lui demande même pas de renoncer à sa croyance en sa supériorité sans effort en tant qu’Anglais sur les autres nations. Il convient qu’il doit gérer ses propres affaires. Cela lui laisserait le droit entier de décider qu’il préfère une monarchie à une république, un gouvernement parlementaire au système soviétique, la propriété privée du trafic d’alcool plutôt que la prohibition.

S’il le désirait, il pourrait maintenir le compromis religieux actuel dans l’éducation sans qu’un seul Français, Américain ou Japonais ait le droit de critiquer sa solution. Il pourrait continuer à refuser la reconnaissance des arts par l’État. Il pourrait insister sur le maintien d’une loi sur le divorce, ce qui ouvre les vannes de l’hypocrisie. Partout où l’incidence de sa décision se situait de manière palpable dans la sphère des affaires intérieures, cela laisserait sa position actuelle entièrement inchangée.

Mais le droit de gérer ses propres affaires ne signifie pas le droit de gérer les affaires d’autrui. Le développement du droit international et des conventions est dû à la prise de conscience que nous ne pouvons pas séparer les deux. Certaines de nos décisions affectent d’autres personnes. Il est bon que d’autres personnes soient consultées lorsqu’elles sont faites. Il n’insultait pas le patriotisme anglais en 1832, que la bourgeoisie soit consultée dans le choix de ses gouverneurs.

Ce n’était même pas une insulte que la classe ouvrière soit finalement admise à une consultation similaire en 1918. La perception que ce qui touche tout devrait être décidé par tous un principe historique du gouvernement anglais qui a brisé les limites étroites du système antérieur. D’une manière plus maigre, l’histoire des arrangements internationaux au siècle dernier n’a pas non plus été très différente. Les expériences qui ont été faites sont nées de la prise de conscience que là où des intérêts communs sont touchés, il devrait y avoir des organes de gouvernement communs.

C’était le but, par exemple, de la Commission du Danube. Dans un domaine beaucoup plus vaste, ce fut aussi le but, même s’il n’était qu’à moitié atteint, de la Conférence impériale. Et le résultat solide qui a émergé du fonctionnement de ces arrangements est la connaissance qui a accordé la bonne volonté; elles peuvent être étendues à une organisation efficace de l’ordre mondial qui prévoit les unités nécessaires tout en laissant place aux sages diversités du modèle humain d’association. C’est un un sur plusieurs, mais l’accent mis sur cette unité n’est pas un déni de son pluralisme indestructible. Ce n’est pas tout. C’est une vertu suprême du gouvernement international qu’il permet de mettre davantage l’accent sur le bien-être des masses qu’il n’est possible dans les limites géographiques du système étatique moderne. C’est implicite, par exemple,

Il met en évidence le véritable intérêt national contre cet intérêt privé masqué comme bien-être public par l’incidence particulière du pouvoir dans une zone géographique donnée. Par exemple, personne ne peut sérieusement dire que la protection des frères Mannes au Maroc était un intérêt si vital pour soixante millions d’Allemands qu’une guerre avec la France au sujet du Maroc aurait été justifiée.

Qu’ils aient été protégés ou non, cela n’aurait fait aucune différence pour un petit nombre d’investisseurs dans les concessions qu’ils avaient obtenues. En effet, l’intérêt national dans ces cas est rarement autre que la protection d’une bande d’aventuriers financiers qui risquent leur capital sous l’armure protectrice du Foreign Office national. Une propagande habile les symbolise comme « Angleterre » ou « France » ou « Amérique ». Pourtant, le symbole est un hommage à l’ignorance des masses et non une offrande sur l’autel de leur besoin.

Quand, c’est-à-dire, on nous dit que le gouvernement international, en attaquant le prestige national, s’effondre sur le roc du patriotisme, il faut d’abord savoir ce qu’implique le prestige national dans le cas donné. Les Anglais, en général, hésiteraient à protéger leur prestige par la guerre avec la Russie s’ils apprenaient qu’en fait, leur prestige signifiait la protection des obligataires qui avaient prêté de l’argent au despotisme tsariste. Les Américains désireux de réorganiser le gouvernement mexicain auraient une attitude différente face à l’intervention s’ils savaient que ce qu’on appelle une insulte intolérable aux États-Unis est en fait un refus de la part de certains Mexicains de faire l’objet d’un compagnie pétrolière américaine.

On peut comprendre l’émergence d’un sentiment de prestige si, par exemple, tous les Anglais se voyaient refuser l’accès aux cours de justice américaines ou si tous les Allemands se voyaient refuser le droit, non refusé à d’autres ressortissants, de voyager en Italie. Mais, dans la plupart des cas aujourd’hui, le patriotisme qui est invoqué, aussi noble et souvent noble soit-il, est largement déplacé. Ce qu’elle protège n’est pas l’intérêt total de la communauté géographique. Pourtant, le pouvoir d’un petit groupe au sein de cette communauté exploite une entreprise dans laquelle ils croient qu’il y a un profit indu. La jeunesse de la nation en paie le prix, et la jeunesse de la nation est trop précieuse pour être victime d’une si sinistre méconnaissance.

J’ai soutenu que le caractère résolument territorial de l’État-nation souverain permet à une petite partie de ses membres d’utiliser son pouvoir à leurs propres fins, même contre les intérêts de leurs concitoyens. Contre un tel danger, le gouvernement international représente la protection la plus solide. Nous avons, Mais il y a un autre aspect d’importance sur lequel l’attention doit être dirigée. La présomption d’État par la nation occulte le fait urgent que l’État n’est qu’un, si important soit-il, des divers groupes en lesquels la société est divisée.

j’ai discuté plus tôt

(I) Que l’État est, dans l’administration quotidienne, le gouvernement et que le gouvernement peut être à la disposition d’intérêts particuliers, et,

(2) Que pour lui imposer une concertation organisée avec d’autres groupes est indispensable si la volonté réalisée représente un juste compromis entre des volontés concurrentes. Nous équilibrons, en fait, la suprématie territoriale du gouvernement en le faisant fonctionner à travers des organes fonctionnels. Le gouvernement international a des avantages du même genre. Elle nous permet de rendre sa volonté sensible non seulement à l’État politique mais aussi aux intérêts du groupe. Si l’État politique était seul, il pourrait bien recevoir une reconnaissance insuffisante.

L’avantage de cette possibilité s’est déjà manifesté dans le fonctionnement du Bureau international du Travail. La composition tripartite des délégations nationales gouvernementales employeurs et travailleurs leur donne une souplesse d’expression d’intérêts collectifs qui ont été notoirement absentes des relations diplomatiques ordinaires. Elle est encore renforcée par la possibilité de substituer au délégué ordinaire de tout groupe des personnes ayant une compétence spéciale sur un problème particulier. Mais le système admet favoriser l’extension. Il est possible par des sous-conférences des délégations nationales d’exprimer une opinion commune à l’Assemblée du Bureau du travail.

Il est possible de transformer les délégations en commissions permanentes rattachées à titre consultatif au gouvernement national du jour. Par l’intermédiaire du Bureau international du Travail, nous pourrions créer des commissions administratives permanentes chargées de fonctions spéciales, auxquelles pourraient être confiés des pouvoirs du type de ceux que possèdent actuellement des organismes tels que l’Union du sucre.

Bien entendu, ces possibilités ne sont pas non plus limitées au domaine couvert par le Bureau international du Travail. Dans la Société des Nations elle-même, il est clair que des questions comme la migration des peuples, le traitement des races soumises, la répression du trafic des drogues nocives se prêtent toutes à un traitement similaire. Il n’y a certainement rien à perdre, et beaucoup à gagner, à prendre les décisions des États sur la base non seulement de l’induction la plus large possible, mais aussi d’une induction qui est, a priori, assurée d’une compétence raisonnable. Tous les organismes qui cherchent à s’influencer dans le monde moderne, les coopérateurs, les syndicalistes, les chambres de commerce, sont poussés à s’organiser internationalement pour chercher à faire sentir leur influence.

De plus en plus, ils gagnent des positions où l’État se trouve contraint de tenir compte de leur pouvoir. Ce qui est demandé ici, c’est que rendre ce pouvoir direct plutôt qu’obscur revient à s’assurer que l’ordre mondial est construit sur une expérience composée de tous les intérêts cherchant à exprimer leur but. Il permet l’intégration des ressources au lieu de l’antagonisme des ressources. Il fournit des canaux de connexion pour les intérêts qui transcendent les frontières d’un seul État et qui sont pourtant limités, par la technique de l’organisation géographique, à des ajustements inutiles et irréels. J’ajoute que ces solutions internationales appuient rarement l’argument selon lequel les intérêts de l’État national sont sacrifiés dans leur fabrication. Car, à la longue, les seules solutions qui fonctionnent sont celles qui profitent mutuellement aux parties qui les créent. Cela signifie, inévitablement, un compromis, et cela signifie un compromis battu par les discussions d’entreprise.

Il est peu probable que nous obtenions une telle discussion d’entreprise, du moins d’une manière durablement efficace, à moins que nous n’ayons les institutions pour l’y contraindre. Et nous ne pouvons équilibrer les intérêts des parties concernées que si, au-delà de l’impact de leur pouvoir de faire respecter leur volonté, des considérations de droit ont la possibilité de s’exprimer.

Tout cela, dira-t-on, ne touche pas à la question ultime de l’indépendance nationale. Car l’autorité internationale ainsi créée pourrait entraîner non seulement des changements territoriaux dans un État donné, mais, peut-être, la disparition effective de l’État lui-même. Dans l’ancien ordre, l’Autriche Hongrie a pu annexer la Bosnie-Herzégovine. La nouvelle est d’empêcher la Société des Nations de décider qu’ils seront transférés contre leur volonté.

Pourquoi une nouvelle Russie ne se soumettrait-elle pas à l’adhésion à la Ligue en échange, par exemple, de restaurer son autorité sur la Finlande et la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie ? Il existe différentes manières de le suggérer, des considérations de ce genre peuvent facilement être satisfaites. Exactement comme dans la Constitution américaine, aucun État ne peut être privé de son suffrage égal au Sénat sans son propre consentement, ainsi serait-il possible d’empêcher une atteinte à l’intégrité territoriale en rendant le consentement de l’État concerné nécessaire à toute proposition de changement. De plus, supprimer la volonté d’indépendance de tout État n’est pas une simple affaire de marchandage dans la chambre du conseil.

Elle ne peut se faire qu’en faisant librement consentir l’État à cette suppression. Tout comme le traité de Sèvres impliquait le traité de Lausanne, la négligence d’un nationalisme justifié entraînerait sa propre pénalité. Les hommes d’État qui élaborent les solutions internationales de l’âge à venir ne sont pas moins susceptibles de s’en rendre compte que les hommes d’État de la génération précédente. La logique de l’expérience les pousse à dépendre de plus en plus de l’assentiment des communautés pour lesquelles ils légifèrent.

Ils doivent trouver des organes à travers lesquels cet assentiment peut être exprimé ou trouver leurs solutions détruites par des faits qu’ils n’étaient pas disposés à considérer. L’histoire de l’Italie et de l’Autriche, de l’Alsace Lorraine de la péninsule balkanique, est le genre d’évidence qui laisse croire qu’une autorité internationale sera plus attentive à trouver des solutions véritablement corporatives qu’il n’était possible lorsque la question était laissée à l’arbitrage de la force .

Et, au moins, l’alternative est claire. Soit les États nationaux doivent apprendre à coopérer au lieu de se faire concurrence, soit, il est probable que le petit État national cessera de posséder une indépendance effective. Même l’intervalle bref mais fébrile depuis la paix de Versailles a montré que les nouveaux États européens sont poussés à devenir les satellites des grandes puissances dans leur recherche hâtive de voies de survie.

Ils sont poussés à troquer ce qui constitue véritablement leur liberté contre une protection militaire. Leurs armements, leurs alliances, voire la substance interne de leur vie économique, deviennent l’expression non de leurs propres besoins mais de la volonté de leur voisin supérieur. Si cette prémisse se poursuit sans contrôle, nous verrons le monde peut-être peuplé d’une demi-douzaine de grands empires dont chacun, en cherchant sa sécurité, détruira tout le tissu de la civilisation.

Nous ne pouvons pas permettre que ce processus se poursuive si nous avons le moindre respect pour les richesses de notre patrimoine. Et nous ne pouvons empêcher son développement que par l’abandon de la fiction selon laquelle, dans la vie de la société, il n’y a pas de mot au-delà de la volonté de l’État individuel ; il faut trouver des termes intermédiaires entre dépendance complète et indépendance complète. L’enquête montre clairement que l’invention est possible.

Le Canada et l’Afrique du Sud ont tous deux trouvé une vie nationale à part entière possible sans poursuivre le mirage de la souveraineté étatique. Leurs citoyens peuvent prendre une stature non moins haute ; une posture n’est pas moins digne que la Pologne ou la Roumanie. Leurs ambitions peuvent être aussi pleinement satisfaites dans tous les sens où l’organisation du monde moderne rend justifiable l’ambition nationale. Nous ne devons pas non plus méconnaître l’urgence de la question. Le jour de Laodicée passa lorsque la découverte scientifique rendit possible le navire en acier et l’avion. Il n’y a plus de champs de lotus où les hommes peuvent s’attarder sans se soucier de la vie qui les entoure. Le monde est un et indivisible dans un sens si impérieux que la seule question devant nous est la méthode par laquelle Nous représentons son unité.

On peut peut-être faire deux autres remarques. L’État-nation agira envers les autres États-nations comme il agit envers ses propres citoyens. La politique extérieure est toujours, en définitive, le reflet et l’ajustement de la politique intérieure là où il y a esclavage à l’intérieur d’un État, les guerres de cet État sont des guerres pour l’asservissement de ses rivaux. Là où il y a un conflit de classe amer, la classe dominante cherche toujours à limiter et à entraver le commerce des classes dominantes à l’étranger.

Dans le jeu des forces du monde, nous semblons devenir pour les autres ce que nous nous sommes contentés d’être les uns pour les autres. L’Ulster, qui était aveugle au fait que derrière l’insurrection de l’Irlande du XIXe siècle, se trouvait une protestation urgente de l’âme irlandaise, adoptée lorsque le remède de cette condition a été tenté, exactement ce mépris pour la loi dont il s’était plaint plus tôt . A moins de trouver les institutions qui permettent l’abrogation des conflits dans la vie domestique de l’Etat, nous ne les trouverons pas dans la sphère des affaires internationales.

Car la haine est de toutes les qualités le cancer le plus semblable à son possesseur. Elle nous amène à développer en nous le caractère que nous condamnons chez les autres. Le grand avertissement de Burke selon lequel la liberté supprimée par les Anglais en Inde les conduirait, tôt ou tard, à détruire la liberté anglaise, est une particularité dont l’universel est au cœur de notre vie sociale. C’est pourquoi la réalisation de ce qu’implique une démocratie est le prélude nécessaire à la réalisation d’une civilisation ordonnée.

Bien sûr, nous ne pouvons pas y parvenir séparément, État par État, car chaque État est devenu tellement enchevêtré dans le monde extérieur à lui-même que les deux sont les aspects d’une relation unifiée. Mais il est clair que tout ce qui contribue à l’amélioration des relations entre citoyens d’un même État développe également la perspective d’amitié entre citoyens de communautés différentes. En fin de compte, c’est-à-dire que la pureté de cette âme corporative que nous appelons une nation n’est maintenue que lorsque les forces spirituelles sont les maîtres de sa vie. Il n’est avili que lorsqu’il se prête à d’autres formes de pouvoir, et l’avilissement est toujours plus facile que l’élévation.

On peut dire que les grands bataillons triomphent et qu’une nation qui néglige la force physique est comme un homme qui jette son épée dans une bataille. Après tout, c’est poser la question préalable de savoir si une bataille était indispensable et si d’autres moyens d’arbitrage n’auraient pas pu être trouvés. Dans le monde moderne, Might a besoin d’être vêtu de droit s’il veut être sûr qu’il atteindra la permanence.

La vie spirituelle de l’Europe n’appartient pas à César et à Napoléon , mais au Christ ; Bouddha a plus influencé la civilisation orientale que Gengis Khan ou Akbar. C’est cette vérité que nous devons apprendre si nous voulons survivre. Nous surmontons la haine par l’amour, et le mal par la bonne bassesse n’engendre qu’une progéniture semblable à lui-même. Nous devons mettre nos propres maisons en ordre si nous voulons réaliser le rêve plus vaste.

Deuxièmement, nous ne sommes pas non plus appelés à croire que la prévention des conflits par un gouvernement international prive la vie de sa couleur ou de son romantisme. Le mirage de la guerre est aussi irréel que l’affection achetée de la prostituée ; il n’existe que dans l’inexpérience de ceux qui n’ont pas connu ses fureurs mortelles. Pour le petit nombre à qui vient l’occasion de l’exploit chevaleresque, il y a des millions pour qui cela signifie la mort et la maladie et des vies mutilées. Ses angoisses ne touchent pas, de manière réaliste, ceux qui dirigent ses opérations. Pour les vrais combattants, c’est la destruction organisée et délibérée qui fait de l’humanité une chose précieuse et belle.

La population civile n’échappe pas non plus à son impact. Par famine, par gaz empoisonné, par avion vole sur certains comme un voleur dans la nuit, d’autres sont rendus lépreux moraux soit en évitant le devoir, soit en s’accrochant à un gain illégitime. Nous ne devons pas non plus oublier son héritage mental, la peur et la haine, l’envie et la vengeance. Car ce qui, par-dessus tout, a détruit notre croyance en la tradition selon laquelle la guerre renforce l’âme des hommes, c’est la connaissance que, sous sa forme moderne, elle transforme la paix en sa propre sombre image.

Conclusion

Ce n’est pas la moindre des raisons pour lesquelles aucun homme ne peut prêter allégeance inattendue à l’État-nation. La vraie loyauté qu’il doit est aux idéaux. Il peut construire à partir de son expérience. La vraie bataille dans laquelle il est un soldat dans la bataille pour rendre ces idéaux amples, généreux et convaincants. À ce moment-là, apparaît le véritable roman de la civilisation moderne, l’effort le plus authentiquement coopératif dans lequel nous pouvons perdre la conscience de soi.

C’est la conquête de la connaissance qui est la véritable source de Nos espérances, conquête et extension à l’homme ordinaire. La véritable racine du conflit est l’ignorance. C’est l’esprit mal informé et l’esprit étroit qui sont les serviteurs de la haine nationale. Ce sont eux qui sont exploités par les forces maléfiques d’une époque. Ce qu’on veut, c’est faire tomber les barrières entre le savoir et l’ignorance, c’est l’éducation. Nous ne pouvons surmonter nos problèmes qu’en engageant le service de chaque citoyen dans cette tâche, et nous ne pouvons faire des hommes des citoyens qu’en entraînant leur esprit à saisir le monde qui les entoure. Lorsque les masses pourront comprendre, elles auront le courage d’agir selon leur compréhension. Car l’intellect, comme l’a dit Carlyle, est comme la lumière du chaos. Il fait le monde.

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14301

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *