Pourquoi Moscou souhaite-t-elle renforcer ses relations diplomatiques avec les pays africains ?

La tournée africaine du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en (Égypte, Congo Brazzaville, Ouganda et Éthiopie), qui a débuté le 24 juillet 2022, est une confirmation de l’implication de la Russie dans le système actuel d’interactions avec les pays africains, qui coïncide avec la poursuite La guerre russo-ukrainienne, qui a éclaté fin février 2022, et les répercussions multidimensionnelles qui l’accompagnent sur le monde entier, y compris le continent africain, notamment la question de la sécurité alimentaire, qui ont fait de cette tournée de nombreuses dimensions influentes pour les deux parties, notamment À la lumière des sanctions occidentales imposées à la Russie à la suite de son intervention militaire en Ukraine.

héritage historique

Les relations russo-africaines ont de longues racines historiques ; Là où l’Union soviétique (anciennement) apportait son soutien aux mouvements de libération nationale à orientation socialiste pour soutenir leurs demandes de se débarrasser du colonialisme européen, et elle a également établi des partenariats avec des pays africains peu après leur demande d’indépendance, qui était motivée par une combinaison de considérations idéologiques engagement, des intérêts économiques pragmatiques et la nécessité de construire des alliances face au climat de guerre froide qui dominait le monde et à l’intense concurrence internationale qui l’accompagnait dans le cadre d’un système international fondé sur la « bipolarité » mené par les États-Unis de l’Amérique et de l’Union soviétique à l’époque. Peut-être que l’absence d’arrière-plan colonial de l'(ancienne) Union soviétique en Afrique est ce qui a contribué à renforcer les relations entre les deux parties à ce stade, en particulier à la lumière des perceptions négatives à l’égard des rôles associés aux puissances coloniales traditionnelles.

Bien que les relations russo-africaines aient été affectées dans la période post-guerre froide avec le début des années 90 du XXe siècle en raison de la désintégration de l’Union soviétique, l’héritage des liens antérieurs est resté et l’intérêt de la Russie pour l’Afrique a été renouvelé dans le sillage. du boom pétrolier de la première décennie du XXIe siècle ; Où Moscou a cherché à renforcer ses partenariats sur le continent ; Où le président Vladimir Poutine s’est rendu en Libye – qui entretenait auparavant des relations étroites avec l’Union soviétique – en 2008 dans le but de discuter de ventes d’énergie et d’armes et de liquider des milliards de dollars de dettes libyennes remontant à l’ère soviétique, alors que le président russe nouvellement élu Dmitri à l’époque Medvedev » lors d’une tournée africaine de quatre jours en Afrique en 2009, il a visité des pays (Egypte, Nigeria, Namibie, Angola) ; Celui-ci était accompagné d’une délégation d’hommes d’affaires, dont des chefs de grandes entreprises russes telles que « Gazprom ».

Contextes multiples

Le contexte historique précédent constitue un point d’entrée important pour expliquer les dimensions de la récente tournée africaine du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui s’inscrit dans le contexte de dimensions multiples et entrelacées au niveau international, et est représentée dans ce qui suit :

1- L’importance de l’Afrique dans les interactions liées à la guerre d’Ukraine : cette guerre a commencé fin février 2022, et s’est accompagnée de l’imposition de sanctions occidentales à la Russie, qui visaient principalement à exercer plus de pression pour lui imposer un isolement international et affaiblir ses capacités globales face à l’Ukraine ; Par conséquent, la Russie cherche à tenter de briser cet isolement en renforçant son réseau de relations et d’interactions extérieures avec les pays africains pour construire des alliances stratégiques, en particulier à la lumière de la position africaine, qui était encline à être neutre dans sa direction générale concernant la résolution émise par l’Assemblée générale des Nations Unies le 2 mars 2022, qui a exigé que la Russie « retire immédiatement, complètement et sans condition toutes ses forces militaires du territoire de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues », et la même chose a été répétée concernant la décision de retirer la Russie de Conseil des droits de l’homme des Nations Unies le 7 avril 2022.

2- L’accord céréalier entre la Russie et l’Ukraine et la sécurité alimentaire africaine : C’est l’accord qui a été signé le 22 juillet 2022, et stipulait la fin du blocus russe des ports ukrainiens et permettant l’exportation de millions de tonnes de céréales que le blocus a été infligée à; Lorsque cet accord prévoit la réouverture d’au moins trois ports ukrainiens, d’où partiront les navires via la mer Noire vers le détroit du « Bosphore » et la Méditerranée, et que les navires seront contrôlés par un centre de coordination à « Istanbul » composé de représentants de la Turquie, des Nations unies, de la Russie et de l’Ukraine Des garanties de sécurité pour les navires et les ports participant à l’opération, un accord salué par l’Union africaine en raison de ses effets positifs sur la sécurité alimentaire sur le continent, qui a récemment été exacerbée par la répercussions négatives liées à la guerre.

3- Préparation du deuxième sommet russo-africain : le sommet qui se tiendra dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, en octobre prochain ; La Russie tente de consolider sa position d’allié de l’Éthiopie dans l’avenir de l’après-guerre civile qui a commencé en novembre 2020. Bien que la Russie ne soit pas un partenaire économique influent pour l’Éthiopie, elle jouit d’une influence politique dans le pays en raison de son soutien continu au Premier ministre. Le ministre Abiy Ahmed et le gouvernement dans le cadre du conflit en cours dans la région du Tigré, notant que la première version de ce sommet s’est tenue dans la « station balnéaire de Sotchi » en Russie ; En octobre 2019, ce dernier était le premier cadre réglementaire de ce type au niveau multilatéral liant la Russie à l’Afrique.

4- Les efforts occidentaux pour soutenir les relations avec l’Afrique :Cela se cristallise à travers la tournée africaine du président français Emmanuel Macron dans les pays (Cameroun, Bénin, Guinée-Bissau) durant la période (25-28) juillet 2022. Cette visite est la première du genre d’un président français dans ces pays. depuis une année 2017, qui vise à relancer la présence française dans les zones d’influence traditionnelles en Afrique après son déclin significatif ces derniers temps, notamment avec le début du nouveau mandat présidentiel du président « Macron », et cela coïncide également avec les visites officielles de l’envoyé spécial des États-Unis, Mike Hammer, à l’Égypte et à l’Éthiopie aux côtés des Émirats arabes unis pendant la période (24 juillet – 1er août) 2022, qui vise parmi ses principaux objectifs à rapprocher les vues sur la question du barrage de la Renaissance et à revoir les progrès réalisés dans la fourniture d’une aide humanitaire et la responsabilisation pour les violations et les abus des droits de l’homme en Éthiopie, et les efforts pour faire avancer les pourparlers de paix entre le gouvernement éthiopien et les dirigeants du Tigré. 

intérêts stratégiques

(Read more)  Les Relations Internationales: origine et croissance

La tournée africaine du ministre russe des Affaires étrangères « Lavrov » intervient à la lumière d’un ensemble d’intérêts nationaux qui régissent les relations de la Russie avec l’Afrique ces dernières années, et peut être abordé comme suit :

1- Bénéficier du bloc électoral africain dans les enceintes internationales :   Moscou cherche à tirer parti du poids relatif élevé dans le bloc électoral des pays africains dans le cadre des institutions internationales, notamment l’ONU avec ses différents organes ; Il y a (54) États membres, et c’est une question influente en faveur des questions de soutien, qu’elles touchent directement la Russie ou celles liées aux intérêts russes dans diverses régions du monde, et cela n’est pas attesté par la position africaine qui tend à être neutre vis-à-vis de la résolution émise par l’Assemblée générale des Nations unies. Après le début de la guerre russo-ukrainienne début mars 2022. La Russie fait le pari de gagner le soutien politique des pays africains sur ce qu’elle lui propose à plusieurs niveaux, notamment au les niveaux militaire et économique d’une part, et ce que cela constitue comme une alternative appropriée aux intérêts occidentaux parfois d’autre part.

2- Renforcement des relations militaires avec les pays africains : la Russie est actuellement le principal fournisseur d’armes de l’Afrique ; Le continent africain représentait environ 14 % des exportations d’armes russes entre 2017 et 2021 ; C’est selon le rapport « International Trends in Arms Transfers » publié par l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm « SIPRI » en mars 2022. L’Égypte et l’Algérie, avec l’Inde et la Chine, sont les principaux destinataires d’armes russes ; Cela représente environ (73%) du total des exportations d’armes russes. Il convient de noter que les continents d’Asie et d’Océanie ont reçu environ (61%) des exportations d’armes russes, tandis que la région du Moyen-Orient a reçu (20%) au cours de la même période. Les avions arrivent en tête des principales exportations d’armes russes en général sur la période (2017-2021) ; Il constituait environ (48%) de ses exportations totales d’armes, suivi des moteurs, notamment pour les avions (16%), puis des missiles (12%).

La Russie mène également des exercices militaires avec plusieurs pays africains, dont le plus important est peut-être l’Algérie ; Les deux pays ont annoncé la tenue d’exercices antiterroristes conjoints à la frontière avec le Maroc en novembre 2022. La première conférence de planification s’est tenue dans la ville russe de Vladikavkaz pour préparer les manœuvres qui doivent avoir lieu à la base de Hamakir située à l’État algérien de Béchar. Les exercices inauguraux ont eu lieu dans la région « Ossétie du Nord » en octobre 2021. En outre, la Russie a signé des accords militaires avec plus de 20 pays africains depuis 2015, et sa coopération va de la lutte contre le terrorisme et le maintien de la paix aux armements. Ventes.

3- Renforcement de la présence sécuritaire russe dans les pays africains : La tournée du ministre russe des Affaires étrangères « Lavrov » est indissociable des tentatives de Moscou de consacrer son rôle de sécurité dans de nombreux pays africains en soutenant les capacités de ces pays ; Là où plusieurs pays africains comme la Mauritanie et le Mali ont demandé le soutien de la Russie dans la lutte contre les groupes terroristes, tels que l’État islamique (ISIS), Ansar al-Islam et Boko Haram ; Au Mali, la Russie a déployé des formateurs pour renforcer la capacité opérationnelle des forces de sécurité intérieure et a fourni au Mali quatre hélicoptères, des armes et des munitions en 2021, et l’importance du rôle russe au Mali augmente à la lumière de l’Union européenne et des Nations Unies. Les États y ont mis fin à leur formation militaire après le coup d’État militaire qui a renversé le président démocratiquement élu « Ibrahim Boubacar » Keita en août 2020, et l’annonce par la France de commencer à retirer progressivement ses forces participant à « l’opération Barkhane » en février 2022.

La Russie s’appuie sur le recours à des sociétés de sécurité privées pour renforcer son influence en apportant un soutien aux pays africains dans plusieurs domaines, notamment la lutte contre le terrorisme.Le groupe Wagner est l’un des outils sur lesquels Moscou s’appuie pour réaliser ses intérêts nationaux en Afrique en ces dernières années, dont le rôle s’est d’abord cristallisé lors du conflit en Ukraine en 2014 ; Ses éléments ont soutenu les forces séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine, et ce groupe joue un rôle dans certains pays africains comme le Mali, la République centrafricaine et le Mozambique.

4- Soutenir les relations économiques conjointes russo-africaines : la dimension économique est venue au sommet des priorités des relations entre les deux parties ces derniers temps en raison des énormes effets négatifs sur les économies africaines à la suite de la guerre russo-ukrainienne , en particulier à la lumière de l’avertissement des Nations Unies contre le fait d’affronter environ (18) millions de personnes souffrant de faim sévère qui ont été diagnostiquées au Sahel et environ (13) millions de personnes dans la Corne de l’Afrique en raison de la sécheresse persistante ; De nombreux pays africains dépendent pour la production de blé et d’engrais de la Russie, qui représente environ 16 % de la production de blé et 13 % de la production d’engrais au niveau mondial, ce qui signifie que l’approvisionnement africain de ces denrées est fortement affecté. Cet aspect a constitué l’une des principales considérations motivant la tournée africaine du ministre russe des Affaires étrangères « Lavrov » ; Il s’agit de confirmer les efforts et les mesures russes pour atténuer l’impact de la guerre sur la sécurité alimentaire de l’Afrique.

Bien que la Russie ne soit pas l’un des partenaires commerciaux majeurs les plus importants de l’Afrique ces dernières années, il y a une croissance du volume de leur commerce intercommunautaire ; Alors qu’il est passé d’environ 14,4 milliards de dollars en 2020 à 17,7 milliards de dollars en 2021, d’environ 14,6 milliards de dollars pour les exportations russes vers l’Afrique, contre environ 3 milliards de dollars pour les importations. On note que le volume des échanges intra-régionaux a doublé depuis 2015, mais il est limité par rapport au volume des échanges entre la Chine et les États-Unis avec l’Afrique, qui s’élèvent respectivement à environ (253,7) et (63,2) milliards de dollars. , en 2021.

La Russie a cherché à renforcer considérablement le commerce et les investissements en Afrique, en particulier dans tout le pays (Maroc, Égypte, Soudan), et l’une des raisons derrière cela était l’attrait croissant des marchés africains du gaz et du pétrole pour les entreprises russes telles que Gazprom, Rosneft, et Lukoil. Lukoil ». Peut-être que les efforts de la Russie ici ne reposent pas seulement sur l’exploitation des opportunités d’augmenter la production et d’influencer le marché mondial du gaz, mais aussi sur les prix et les conditions du marché dans d’autres pays.

5- Accroître les investissements russes dans les ressources naturelles africaines : la  Russie travaille avec les pays africains pour extraire les principales ressources naturelles afin d’améliorer ses capacités économiques, en particulier à la lumière de la concurrence américaine et chinoise pour ces ressources, telles que le lithium détenu par de nombreux pays africains, y compris le Zimbabwe et la République démocratique du Congo. La Russie étend ses investissements en Afrique à travers Rosatom, qui est l’une des sociétés russes d’énergie nucléaire visant à acquérir environ (3 %) de son marché mondial d’ici 2025 et environ (10 %) d’ici 2025. 2050 ; En s’appuyant sur les ressources des pays africains à cet égard, la Russie s’appuie également sur la même société pour explorer la bauxite – qui est la source de l’aluminium – en Namibie, ainsi que sur la société « Rusal » qui la prospecte en Guinée.

En conclusion, on peut dire que la vision future des relations russo-africaines présente une intensité croissante et croissante des interactions qui leur sont associées à différents niveaux, notamment militaire et économique, et cela renforce les intérêts mutuels existants entre les deux parties. d’une part, l’Afrique cherche à diversifier son réseau de relations extérieures en transcendant son alliance traditionnelle avec les puissances coloniales européennes, d’autre part, la Russie cherche à construire des alliances stratégiques avec les pays africains pour renforcer sa position internationale dans le cadre de la nouvelle système qui tend à la multipolarité.

(Read more)  Les sept (07) déterminants les plus importants de la Politique Étrangère
SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

pour publier vos articles et avoir la chance d'être lu par plus 300 000 lecteurs, contactez nous via notre mail: [email protected]

Publications: 12951

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.