Etudes de sécuritéEtudes politiquesEtudes stratégiques

Quelles sont les dimensions des différences croissantes entre les États-Unis et l’Afrique du Sud ?

Les relations entre les États-Unis d’Amérique et l’Afrique du Sud ont récemment connu une escalade de divergences entre les deux parties. La dernière manifestation de ces tensions est peut-être l’approbation par la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis, le 20 mars 2024, d’un nouveau projet de loi exigeant un examen présidentiel des relations entre les États-Unis et l’Afrique du Sud. Le projet de loi accuse le Congrès national africain (ANC), au pouvoir en Afrique du Sud, de ne pas respecter la politique déclarée de non-alignement du parti dans les affaires internationales, en renforçant ses liens avec des acteurs anti-américains qui s’efforcent de saper les intérêts nationaux américains, y compris le Hamas, la Russie et la Chine. Cette mesure intervient dans le contexte d’une divergence persistante des positions entre les deux parties, qui est devenue évidente depuis le début de la guerre en Ukraine fin février 2022.

Escalade des problèmes

Plusieurs facteurs régissent l’état croissant de désaccord entre les États-Unis d’Amérique et l’Afrique du Sud :

Le refus de l’Afrique du Sud de condamner la Russie dans la guerre en Ukraine : Cela s’est principalement manifesté par la publication par l’Afrique du Sud, le 23 février 2022, d’une déclaration officielle par le ministère de la Coopération et des Relations internationales appelant à la paix et au dialogue sans qualifier la Russie d’État agresseur. Le lendemain, une deuxième déclaration soulignait la nécessité du retrait des forces russes d’Ukraine, tout en indiquant la nécessité de prendre en compte les préoccupations russes. Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a appelé le 25 février 2022 à davantage d’efforts de médiation entre les deux parties, provoquant l’ire des partenaires occidentaux des États-Unis et de l’Afrique du Sud, car il a dépeint la situation comme un conflit entre l’Ukraine et la Russie, au lieu de décrire la Russie comme l’agresseur.

L’Afrique du Sud s’est également abstenue de voter sur la résolution des Nations unies condamnant l’invasion militaire russe de l’Ukraine publiée le 2 mars 2022. Cette résolution demandait à la Russie de retirer immédiatement, complètement et sans condition toutes ses forces militaires du territoire internationalement reconnu de l’Ukraine. Il est à noter que 35 pays, dont 17 africains, se sont abstenus de voter, sur un total de 193 États membres.

La fréquence des visites officielles du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, en Afrique du Sud depuis le début de la guerre russo-ukrainienne, y compris celles qui ont eu lieu en janvier 2023, illustre également ce point. Il s’agit de sa deuxième visite en moins de six mois en Afrique du Sud, dans le cadre d’une tournée africaine incluant l’Égypte, la République du Congo, l’Éthiopie et l’Ouganda en juillet 2022.

L’attaque de l’Afrique du Sud contre les politiques de l’OTAN : L’Afrique du Sud a non seulement évité de condamner la Russie, mais a également critiqué les politiques de l’OTAN. En mars 2023, le président Cyril Ramaphosa a déclaré que l’OTAN était à l’origine de l’invasion russe de l’Ukraine, arguant que la guerre aurait pu être évitée si l’alliance avait pris en compte les avertissements de ses dirigeants au fil des ans. Il a également indiqué que l’expansion de l’alliance vers l’est contribuerait à une plus grande instabilité régionale.

L’Afrique du Sud accusée de liens militaires étroits avec la Russie : Cette accusation a été formulée dans le cadre d’un projet de loi présenté par les représentants américains John James et Jared Moskowitz le 6 février 2024, exigeant un examen approfondi des relations avec l’Afrique du Sud. Le projet soulignait que le gouvernement sud-africain entretenait des relations de plus en plus étroites avec la Russie, que la partie américaine accusait de commettre des crimes de guerre et de violer les droits de l’homme en Ukraine.

L’une des manifestations de cette situation est l’autorisation accordée au cargo russe Lady R, sanctionné par les États-Unis, d’accoster et de transporter des armes dans une base navale en Afrique du Sud en décembre 2022. Cela a été annoncé par l’ambassadeur des États-Unis en Afrique du Sud, Robin Brigitti, le 11 mai 2023. L’Afrique du Sud a également accueilli les exercices navals « Opération MOSI 2 », menés conjointement avec la Russie et la Chine au cours de la période du 17 au 27 février 2023, coïncidant avec le premier anniversaire de la guerre en Ukraine. De plus, l’Afrique du Sud a autorisé un avion-cargo russe à atterrir, décharger et charger sur la base aérienne militaire de Waterkloof fin avril 2023.

L’opposition de l’Afrique du Sud aux attaques israéliennes dans la bande de Gaza : Plusieurs positions réelles depuis le déclenchement des affrontements militaires à la suite de l’opération « Al-Aqsa Flood », le 7 octobre 2023, ont illustré cette opposition. Par exemple, le ministère sud-africain des Affaires étrangères a publié une déclaration le 7 octobre 2023, exprimant son inquiétude face à l’escalade de la violence tout en blâmant Israël pour « la poursuite de l’occupation illégale des territoires palestiniens et l’expansion des colonies ». Le président Cyril Ramaphosa a par la suite accusé Israël de génocide lors d’un rassemblement pro-p alestinien le 17 octobre 2023.

L’Afrique du Sud et quatre autres pays ont soumis une demande conjointe à la Cour pénale internationale pour enquêter sur les crimes de guerre commis dans les territoires palestiniens le 17 novembre 2023. Le ministère sud-africain des Relations internationales et de la Coopération a annoncé le rappel de sa mission diplomatique en Israël pour évaluer les relations le 6 novembre 2023. En outre, l’Afrique du Sud a déposé une plainte devant la Cour internationale de justice, accusant Israël de génocide le 29 décembre 2023.

Soutien à la position palestinienne dans le contexte de la guerre de Gaza : Cela a été démontré par le vote de l’Afrique du Sud en faveur de la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies publiée le 27 octobre 2023, concernant l’adoption d’une trêve humanitaire immédiate, permanente et continue conduisant à la cessation des opérations militaires dans la bande de Gaza. La résolution exigeait un accès humanitaire immédiat, sans entrave et suffisant, en particulier pour la fourniture d’eau, de nourriture, de carburant et d’électricité, et condamnait tous les actes de violence contre les civils palestiniens et israéliens. Il convient de noter que 120 pays ont soutenu cette résolution, 14 s’y sont opposés, tandis que 45 pays se sont abstenus lors du vote.

L’Afrique du Sud a également appelé les Nations unies à déployer une force rapide pour protéger les civils dans la bande de Gaza fin octobre 2023, afin d’éviter qu’ils ne soient soumis à de nouveaux bombardements dans le cadre de l’escalade militaire israélienne qui a commencé contre le Hamas depuis fin octobre 2023. Le ministère des Relations internationales a confirmé dans un communiqué officiel que des générations entières de familles avaient été éliminées dans la bande de Gaza. Cela représente une différence qualitative par rapport aux positions de la plupart des pays, dont certains ont appelé à un cessez-le-feu ou à l’ouverture d’un couloir humanitaire pour permettre à l’aide d’entrer dans la bande de Gaza.

Renforcement des liens entre l’Afrique du Sud et la Chine : Ceci a été mentionné dans le projet de loi approuvé par la Chambre des représentants des États-Unis le 20 mars 2024, indiquant l’existence d’une coopération continue entre le Parti du Congrès national africain au pouvoir en Afrique du Sud et le Parti communiste chinois. La partie américaine a confirmé que cette coopération avait entraîné des violations contre la liberté d’expression et les droits individuels. Cette coopération s’est manifestée, selon le projet de loi américain, par le recrutement d’anciens pilotes de chasse des États-Unis et de l’OTAN pour former des pilotes de l’Armée populaire de libération à l’Académie d’essais en vol en Afrique du Sud.

L’Afrique du Sud accueille également six instituts confucéens soutenus par le gouvernement de la République populaire de Chine et liés au Parti communiste chinois, ce qui représente le plus grand nombre d’instituts de ce type dans un pays africain. La participation de l’Afrique du Sud à une école de formation politique ouverte en Tanzanie, financée par le Parti communiste chinois, vise à inculquer son idéologie à la prochaine génération de dirigeants africains et à tenter d’exporter ce modèle comme étant le meilleur pour l’Afrique. En outre, la coopération de l’Afrique du Sud avec la Chine dans le cadre de l’initiative « Belt and Road », lancée par le président chinois Xi Jinping en 2013, est notable. La présence généralisée d’entreprises chinoises dans les secteurs des médias et de la technologie en Afrique du Sud, auxquelles les États-Unis ont imposé des restrictions en raison de la menace qu’elles représentent pour la sécurité nationale, y compris Huawei Technologies et d’autres, illustre également cette coopération.

Répercussions possibles

Le récent déclin des relations entre les États-Unis et l’Afrique du Sud pourrait avoir de nombreuses répercussions, notamment :

Affecter les relations économiques entre les deux pays : La discussion sur la possibilité que l’Afrique du Sud perde les avantages de la Loi sur la croissance et les opportunités économiques en Afrique (AGOA) s’intensifie, étant donné qu’elle est l’un des pays à revenu moyen le plus élevé bénéficiant de cette loi depuis son entrée en vigueur en 2000. L’économie sud-africaine a grandement profité des avantages préférentiels de la loi ; par exemple, les exportations d’automobiles de l’Afrique du Sud vers les États-Unis sont passées d’environ 195 millions de dollars en 2000 à environ 1,8 milliard de dollars en 2013.

Les décisions de politique étrangère de l’Afrique du Sud vis-à-vis de la guerre russo-ukrainienne et de l’agression israélienne contre la bande de Gaza ont intensifié les discussions au sein du Congrès américain sur la nécessité de revoir immédiatement l’éligibilité de l’Afrique du Sud aux avantages préférentiels de cette loi, surtout que la date limite pour son renouvellement et sa révision sera en 2025.

Si l’Afrique du Sud se voit refuser l’accès à la loi, cela aurait également des répercussions pour les États-Unis, qui dépendent de l’Afrique du Sud pour une gamme de métaux importants. En 2021, les États-Unis ont importé d’Afrique du Sud près de 100 % du chrome dont ils avaient besoin, ainsi que plus de 25 % du manganèse, du titane et du platine. Cela est renforcé par le fait que les États-Unis considèrent la loi comme une forme de diplomatie économique sur le continent africain et qu’elle contribue à la promotion

de la sécurité de l’approvisionnement en minerais vitaux pour les États-Unis d’Amérique.

L’Afrique du Sud resserre ses relations avec la Russie et la Chine : L’Afrique du Sud est susceptible de s’orienter vers l’activation des liens de coopération conjointe avec les puissances influentes du monde oriental, dirigées par la Russie et la Chine. Ceci est renforcé par la présence des trois pays au sein du groupe des BRICS, qui vise à créer un système économique mondial multipolaire pour briser l’hégémonie de l’Occident, dirigé par les États-Unis, d’ici 2050, et à créer une forte concurrence contre les pays du Groupe des Sept « G7 », qui représentent environ 60 % de la richesse mondiale. La force de ce groupement a été renforcée par l’élargissement de son adhésion en août 2023, incluant six autres pays (Égypte, Éthiopie, Argentine, Iran, Arabie saoudite et Émirats arabes unis), portant le nombre total de pays dans son cadre à 11.

Les États-Unis font pression sur le gouvernement sud-africain : Les États-Unis pourraient recourir à la pression sur le Parti du Congrès national africain au pouvoir en Afrique du Sud en critiquant les performances économiques du gouvernement. Cette pression s’est manifestée dans le cadre du projet de loi présenté à la Chambre des représentants des États-Unis le 6 février 2024, qui exigeait un examen complet des relations avec l’Afrique du Sud. Le projet indiquait que le gouvernement sud-africain avait des antécédents de mauvaise gestion des ressources de l’État et d’incapacité à fournir des services publics de manière efficace. Cette situation a été illustrée par la déclaration du président Cyril Ramaphosa le 9 février 2023 d’un état de catastrophe nationale en raison de l’aggravation de la crise énergétique due à la mauvaise gestion de la société énergétique publique ESKOM.

Les opérations ferroviaires ont été perturbées et les sociétés minières ont été empêchées d’exporter du minerai de fer, du charbon et d’autres produits de base en raison de la baisse de capacité de la compagnie ferroviaire publique sud-africaine Transnet. L’incapacité à fournir de l’eau potable aux ménages et l’épidémie de choléra en cours, comme l’a confirmé le président Ramaphosa le 9 juin 2023, sont d’autres manifestations de ces critiques. Ces critiques pourraient ouvrir la voie à un renforcement des liens avec l’opposition politique sud-africaine, dirigée par le Parti de l’alliance démocratique, fondé début juillet 2023.

Le déclin des zones de coordination entre les États-Unis et l’Afrique du Sud : Ceci est renforcé par les perceptions croissantes au sein de l’administration américaine selon lesquelles l’élite dirigeante en Afrique du Sud, dirigée par le président Cyril Ramaphosa, soutient l’approche basée sur la formation d’un nouvel ordre international multipolaire. Cela peut se refléter dans les domaines de la coopération et de l’intégration conjointe dans plusieurs domaines au niveau des politiques internationales clés, telles que la lutte contre le terrorisme et le financement de la transition vers une économie verte. De nombreuses demandes ont commencé à apparaître aux niveaux officiel et informel pour reconsidérer et revoir la nature des relations existantes entre les États-Unis et l’Afrique du Sud, étant donné qu’elle est devenue un pays inamical.

En conclusion, on peut dire que les relations entre les États-Unis d’Amérique et l’Afrique du Sud se sont beaucoup détériorées ces derniers temps en raison de la divergence de positions et de politiques entre les deux parties concernant la guerre russo-ukrainienne d’une part et la guerre israélienne contre la bande de Gaza depuis le début de l’opération Al-Aqsa Flood d’autre part. Les perspectives et les perspectives d’avenir indiquent la poursuite de l’état de détérioration des relations existantes entre les deux parties, en particulier à la lumière de l’intensification par l’Afrique du Sud de ses efforts visant à consolider ses interactions avec les forces anti-américaines, dirigées par la Russie et la Chine, d’une manière qui l’éloigne de l’orbite des États-Unis d’Amérique, ce qui jetterait une ombre négative sur ses relations globales avec les puissances occidentales.

SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page