Reprise du projet de libération et pas de retour dans le giron de la colonisation

L’une des manifestations politiques occidentales et israéliennes les plus importantes que les observateurs suivent avec dégoût est la discussion sur les projets et les solutions supposés pour l’avenir de la bande de Gaza dans l’éventualité de l’élimination du « pouvoir du Hamas », comme ils le prétendent.

Tentatives d’adaptation et de rupture de la volonté :

La discussion se concentre sur la manière de subvertir la bande de Gaza, d’assurer la sécurité de l’entité israélienne, d’empêcher le Hamas et les forces de la résistance de revenir au pouvoir, de s’adapter à un éventuel déplacement forcé des Gazaouis, de restaurer le pouvoir de dissuasion de l’entité et l’image artificielle qu’elle a essayé de peindre sur elle-même au cours des dernières années. Après son agression contre Gaza, il a révélé l’étendue de sa brutalité, de sa barbarie et de ses effusions de sang.

L’esprit occidental est préoccupé par la façon de ramener les Palestiniens au « bercail » et non par la façon de les en libérer. Il est préoccupé par la prolongation de leurs souffrances, l’ignorance de leurs droits les plus élémentaires, et la prolongation de l’occupation et de l’oppression sionistes, leur légitimation, leur expansion et leur consolidation.

Ainsi, après trente ans de colonialisme britannique et 75 ans d’occupation sioniste, après 105 ans d’oppression, d’oppression et de souffrance, des années de fermeté, de soulèvements palestiniens et de révolutions… Le mépris de l’Occident pour les droits naturels de l’être humain palestinien n’a pas changé. Ils n’ont pas progressé positivement de manière sérieuse, même pour les demi-solutions précédemment adoptées et approuvées par la direction de l’OLP et des régimes arabes, telles que la « solution à deux États » avec tout son arbitraire et son injustice envers le peuple palestinien. Pourtant, ils ont fourni la couverture dont l’entité a besoin pour échapper à cette solution et poursuivre les programmes de judaïsation et de colonisation à Jérusalem et en Cisjordanie jusqu’à ce que cette solution tombe. Les sionistes étaient sur le point de clore le dossier palestinien en coopération avec les puissances occidentales et avec les régimes arabes de l’imprimerie.

Toutes les solutions présentées ne cherchaient qu’à trouver une « tentation » pour les parties palestiniennes et arabes de continuer sur des chemins flous, qui ne portent pas d’horizon réel ni d’engagements catégoriques, une continuation qui ne sert que l’occupation. Mais il fournit tous les éléments du bombardement et de la révolution face et face à l’occupation.

En ce qui concerne le message de base de la bataille du déluge d’Al-Aqsa et le coup le plus fort que l’entité sioniste ait reçu depuis sa création il y a 75 ans, c’est que la personne palestinienne ne peut pas être ignorée et ne peut pas être adaptée, et que la résistance est capable de renverser la situation et d’imposer son équation à l’Arabe. aux niveaux régional et international. Ramener le dossier palestinien au sommet de l’agenda mondial et que la théorie de la dissuasion et de la sécurité sioniste est une théorie déchue. Les voies de normalisation ne réussiront pas, et il n’y a ni sécurité ni stabilité pour les communautés de colons en Palestine occupée aux dépens des droits, du sang et des restes du peuple palestinien.

Projets de gestion sectorielle :

L’un d’eux parle de placer la bande de Gaza sous une administration arabe intérimaire à partir de pays approuvés par l’Amérique, tels que les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, l’Égypte et la Jordanie soutenus par les forces américaines, françaises, britanniques et allemandes. Le deuxième parle du statut de Gaza sous une administration intérimaire des Nations Unies, et le troisième parle d’essayer de créer une administration palestinienne interne des notables de la bande de Gaza et de ses fils, avec l’aide de l’UNRWA et des forces de sécurité égyptiennes, jordaniennes, émiraties, bahreïnies et marocaines. Il propose que les forces soient dirigées par un Marocain en vertu du fait que la distance géographique lui donne un avantage pour être plus acceptable. Le quatrième parle d’un régime israélien temporaire en attendant que les conditions israéliennes soient remplies, tandis qu’un scénario sioniste divulgué par les services de renseignement israéliens comme cinquième solution appelle au déplacement des habitants de la bande de Gaza vers l’Égypte et à empêcher leur retour en tant que solution radicale au « problème de Gaza » et à imposer leur installation à l’Égypte et aux pays qui peuvent les accueillir. Une sixième solution fait appel à l’autorité de Ramallah pour gouverner Gaza, mais tout le monde comprend qu’une autorité qui se présente est une autorité nationale qui n’accepte pas d’avoir l’air d’être venue à l’arrière d’un char israélien. Par conséquent, la plupart des propositions tendent vers une phase transitoire (deux ou trois ans) pour organiser la situation dans la bande de Gaza, sous une administration qui ne fait pas partie du Hamas mais qui cherche à liquider l’influence du Hamas dans les ministères, les institutions et les postes influents.

Projets rejetés et abandonnés :

Ces projets sont rejetés et abonsonnés, et ils n’ont pas de pieds sur lesquels s’appuyer et pas d’environnement pour réussir, pour plusieurs raisons. La première est que de tels projets méprisent la volonté palestinienne, ne respectent pas le droit du peuple palestinien à choisir ses dirigeants, veulent leur imposer une direction conforme aux spécifications et aux normes sionistes-américaines, et veulent rester leur gardien. C’est une mentalité arrogante et arriérée qui continue de vivre avec des illusions de domination, d’assujettissement et d’assujettissement qui ont échoué au cours des cent dernières années. Le peuple palestinien est un peuple conscient, mûr et sacrifié qui poursuivra sa lutte et ses sacrifices jusqu’à ce qu’il impose sa volonté.

Deuxièmement, certains de ces projets parlent vaguement du besoin d’espoir pour les Palestiniens, mais ils ne s’engagent à rien et ne cherchent pas à lier Israël à quoi que ce soit. Ils cherchent à restaurer la situation dans son état antérieur d’errance et de perte, et à garder les Palestiniens à l’intérieur du « bercail » et sous contrôle.

La troisième raison est que le Hamas est une idée et une idéologie qui ne peuvent pas être éliminées, et c’est un projet islamique pour la Palestine qui mobilise la nation et pas seulement le peuple palestinien vers l’idée de libération. La popularité du Hamas et ses racines palestiniennes, arabes et islamiques sont vastes et profondes. Toutes les tentatives d’éradication et les guerres précédentes n’ont fait qu’accroître la force et l’ampleur du Hamas, et la ligne de résistance est devenue la ligne qui exprime la conscience palestinienne autour de laquelle plus de 80% se rallient, et que cette guerre augmentera sa crédibilité et son ampleur. À une époque où le chemin de la colonisation et son programme sont tombés.

La quatrième raison est que la théorie de la dissuasion israélienne n’existe plus, et que le projet sioniste est confronté à des questions existentielles liées à sa sécurité et à sa stabilité, et à sa capacité à jouer des rôles réels et significatifs dans la région (par exemple, le rôle du policier). La vengeance brutale d’Israël, les massacres de milliers d’enfants et de femmes et la destruction d’écoles, d’hôpitaux, de mosquées et d’églises ne feront qu’alimenter la révolution et ne feront qu’accroître le désir de vengeance et la poursuite du projet de libération.

La cinquième raison est que la bataille bat toujours son plein, que la résistance continue d’agir héroïquement, que l’incubateur populaire donne toujours des signes miraculeux de patience, de sacrifice et de courage, et que l’occupation israélienne ne sera pas en mesure d’imposer sa volonté à un peuple moudjahid, et qu’elle pourrait subir (si Dieu le veut) un revers majeur ajouté à la frappe du 7 octobre. Par conséquent, le gouvernement d’occupation est terrifié à l’idée d’échouer dans son agression contre la bande de Gaza, car cela signifierait le début du compte à rebours de cette occupation.

Sixièmement, de tels projets et propositions doivent être considérés comme faisant partie de la guerre psychologique pratiquée par l’occupation et ses alliés occidentaux. Ils s’écraseront sur le roc de la résistance, tout comme des dizaines de projets ratés qui ont tenté d’imposer la volonté de l’occupation pendant des décennies ont été brisés.

Enfin, le peuple palestinien et la nation sont déterminés à libérer la Palestine, et toutes les tentatives de les subjuguer, de les subjuguer ou de les mettre dans le « giron des colonies » sont vouées aux oubliettes de l’histoire.

Écrit par : A. Dr.. Mohsen Muhammad Saleh

5/5 - (1 vote)

SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Laisser un commentaire