Sommet Tripartite de Tunis : Contexte et Implications pour l’Union du Maghreb

Le 22 avril 2024, Tunis a accueilli un sommet tripartite du Maghreb, auquel ont participé les présidents de la Tunisie, Kais Saied, de l’Algérie, Abdelmadjid Tebboune, et le chef du Conseil présidentiel libyen, Mohamed al-Menfi. La déclaration finale du sommet a mis l’accent sur le renforcement de la coordination sécuritaire, la protection des frontières et le contrôle de la migration irrégulière, en particulier depuis le Sahel africain vers l’Europe. Les trois dirigeants se sont également engagés à améliorer la coopération économique et les investissements inter-maghrébins.

L’aspect notable du sommet de Tunis n’était pas sa déclaration finale, qui était typique, mais sa nature tripartite qui rompait avec la règle du « quintette » du travail conjoint maghrébin depuis la création de l’Union du Maghreb arabe en février 1989. Le sommet de Tunis n’a pas inclus la Mauritanie ni le Maroc. Notamment, la conférence de Tanger en avril 1958, une étape importante dans la construction du Maghreb pendant la période de l’indépendance, était également tripartite, impliquant le Parti constitutionnel tunisien, le Parti de l’Istiqlal marocain et le Front de libération nationale algérien. La Libye était sous tutelle britannique à l’époque, et les trois pays représentés étaient sous domination ou protection coloniale française, tandis que le Maroc poursuivait activement des revendications d’annexion sur la Mauritanie dirigées par le chef du Parti de l’Istiqlal, Allal al-Fassi.

L’Initiative de l’Algérie : Multiples Interprétations
Le sommet de Tunis a marqué l’aboutissement d’un rapprochement entre l’Algérie, la Tunisie et la Libye, initié par une réunion tripartite en marge du Forum des pays exportateurs de gaz, organisé par l’Algérie en mars 2024. Lors de cette réunion, convoquée par le président algérien Abdelmadjid Tebboune, les trois dirigeants ont convenu de se rencontrer dans les trois mois et de travailler à l’amélioration de la consultation et du partenariat entre leurs pays.

La réunion en Algérie et le sommet de Tunis peuvent être vus comme faisant partie de l’approche de l’Algérie visant à diversifier les partenariats économiques et commerciaux avec ses voisins immédiats. Le président Tebboune a annoncé l’intention de l’Algérie d’établir des zones de libre-échange avec cinq pays voisins—la Mauritanie, la Tunisie, la Libye, le Mali et le Niger—d’ici la fin de 2024. En mars 2024, lui et son homologue mauritanien ont inauguré une zone de libre-échange à Tindouf, destinée à stimuler le commerce et les partenariats du secteur privé, notamment dans le secteur bancaire.

Bien que les autorités algériennes affirment que cette approche axée sur l’Afrique vise à renforcer les partenariats continentaux et à contribuer à la zone de libre-échange continentale de l’Union africaine, les observateurs régionaux interprètent l’orientation sud de l’Algérie comme une réponse à la détérioration des relations avec les voisins du nord, notamment la France, en raison du refus de l’Algérie d’accepter le rapatriement de migrants irréguliers et de la réduction par la France des visas étudiants.

Les relations de l’Algérie avec l’Espagne se sont également détériorées de manière significative au cours des deux dernières années en raison du rapprochement de l’Espagne avec le Maroc, culminant avec une déclaration espagnole en avril 2022 reconnaissant le plan d’autonomie du Maroc pour le Sahara occidental comme « la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour résoudre le différend ».

De plus, les relations de l’Algérie avec l’Europe occidentale, son partenaire commercial le plus important et le plus proche, sont tendues en raison de sa position neutre sur la guerre Russie-Ukraine et de son refus de condamner l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022.

Ces dynamiques soulignent l’importance de la déclaration finale du sommet de Tunis sur la migration irrégulière, la sécurité des frontières et l’appel à un règlement politique en Libye—des sujets centraux dans le dialogue entre les pays du Maghreb et les membres de l’Union européenne.

Étant donné sa position géographique centrale dans le Maghreb et son extension méridionale dans la région du Sahel, l’Algérie est mieux placée que d’autres pour jouer un rôle clé d’interlocuteur avec les Européens sur ces questions dans un cadre maghrébin qui exclut le Maroc.

L’Algérie et le Maroc : Une Relation Tendue
En avril 2024, le président Tebboune a déclaré que le cadre tripartite n’était dirigé contre personne et que la porte était ouverte aux pays de la région et « à nos voisins de l’ouest ».

Le Maroc officiel est resté silencieux à propos du sommet de Tunis malgré ses implications potentielles pour l’Union du Maghreb arabe, fondée sur le sol marocain à Marrakech lors d’un sommet organisé par le défunt roi Hassan II en février 1989, auquel avaient participé les dirigeants des quatre autres pays du Maghreb : le leader libyen Mouammar Kadhafi, le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, le président algérien Chadli Bendjedid et le président mauritanien Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya.

Contrairement au silence officiel, les médias marocains ont largement couvert le sommet de Tunis, prédisant son échec inévitable et l’impossibilité d’un cadre maghrébin sans le Maroc.

Les médias marocains considèrent le sommet de Tunis comme un autre épisode du conflit diplomatique et politique avec l’Algérie, qui a culminé lorsque l’Algérie a rompu ses relations avec Rabat en août 2021. Les médias mettent en avant ce qu’ils voient comme des victoires diplomatiques marocaines, notamment concernant la question du Sahara occidental et la position de l’Espagne, concluant que l’Algérie est isolée du nord et du sud, citant des relations tendues avec le Mali et le Niger suite aux coups d’État militaires et aux échecs des efforts de médiation.

Les relations entre le Maroc et la Tunisie sont extrêmement tendues depuis que le président Saied a accueilli le leader du Polisario, Brahim Ghali, lors du sommet africain tenu à Tunis en août 2022. Les médias marocains dépeignent la politique étrangère de la Tunisie comme étant influencée par l’Algérie et minimisent la participation du chef du Conseil présidentiel libyen, Mohamed al-Menfi, suggérant que le véritable pouvoir réside chez le Premier ministre Abdul Hamid Dbeibeh, dont l’absence implique le désintérêt de la Libye pour le nouveau cadre tripartite.

Les médias marocains louent le refus de la Mauritanie de participer au sommet de Tunis, y voyant la preuve de la futilité de l’initiative algérienne, considérée comme une tentative de rompre l’isolement régional et de résoudre les problèmes politiques et sociaux internes en Algérie.

Initiatives Concurrentes : La Méditerranée et l’Atlantique
L’identité de la région du Maghreb a toujours été divisée entre la Méditerranée et l’Atlantique. Bien que l’identité culturelle méditerranéenne soit dominante, la dimension atlantique n’a jamais été marginale, surtout pendant et après la période coloniale. Alors que le commerce caravanier apportait les lumières de la Méditerranée, l’Atlantique est devenu la principale zone d’échanges commerciaux et culturels pendant la période coloniale.

L’initiative algérienne, cristallisée lors du sommet de Tunis, ne peut être vue isolément d’une autre initiative lancée par le Maroc à la fin de l’année, annoncée par le roi Mohammed VI dans un discours prononcé le 6 novembre 2023, à l’occasion du 48e anniversaire de la « Marche verte », appelée la « Stratégie atlantique pour les États du Sahel ». La réunion fondatrice de l’initiative a eu lieu le 23 décembre 2023, à laquelle ont assisté les ministres des Affaires étrangères du Maroc, du Mali, du Niger, du Burkina Faso et du Tchad. Notamment, les quatre pays ayant répondu à l’invitation du Maroc sont tous des pays du Sahel et faisaient partie du groupe régional « G5 Sahel », dissous en 2023 suite à une vague de coups d’État militaires et à la montée du sentiment anti-français, amenant ces pays à renforcer la coopération sécuritaire et militaire avec le groupe Wagner de la Russie.

L’initiative marocaine vise à fournir aux pays enclavés du Sahel un accès à l’Atlantique, un objectif que le Maroc ne peut atteindre seul en raison de son absence de connexion géographique directe avec ces pays. L’absence de la Mauritanie, du Sénégal et de la Guinée-Conakry à la réunion de Marrakech a été un revers significatif pour l’initiative marocaine, car une connexion logistique avec le Maroc via le port de Dakhla nécessite la participation de ces trois pays.

La position de la Mauritanie reflète son refus de s’aligner avec le Maroc dans un cadre qu’elle dirigeait autrefois, étant

donné la forte dépendance du Mali au port de Nouakchott pour ses importations et exportations. La position du Sénégal signifie une division plus large entre la CEDEAO et les régimes militaires au Mali, au Burkina Faso et au Niger, considérant le projet marocain comme un concurrent, le port de Dakar étant un centre d’importation crucial pour le Mali et le Niger.

Le Sahara occidental, disputé entre le Maroc et le Front Polisario, est au cœur de la stratégie atlantique du Maroc, avec le projet de port « Atlantique Dakhla » comme élément clé. Le port, dans la zone d’Aarkoub au nord de Dakhla, a commencé sa construction en 2019 avec un coût estimé à 1,3 milliard de dollars, et la route principale de connexion (Tiznit-Dakhla) s’étend sur environ 900 kilomètres dans la région.

La réticence de la Mauritanie à rejoindre la réunion de Marrakech s’aligne avec sa politique de neutralité concernant le conflit du Sahara occidental depuis la signature de l’accord d’Alger avec le Front Polisario en août 1979.

L’Avenir de l’Union du Maghreb
La rivalité de longue date entre l’Algérie et le Maroc, remontant à leur indépendance, a façonné leurs interactions régionales, illustrées par des conflits comme la guerre des Sables et le différend du Sahara occidental. L’inactivité de l’Union du Maghreb arabe depuis son dernier sommet en 1994 reflète les tensions persistantes entre les deux nations, influençant leurs propositions de coopération régionale, tant au sein qu’en dehors du cadre maghrébin.

Aujourd’hui, la compétition entre le Maroc et l’Algérie pour diriger la région du Maghreb soulève de sérieuses questions sur l’avenir de l’Union du Maghreb arabe et sur l’identité maghrébine plus large, qui a historiquement favorisé la solidarité politique et la fraternité, notamment pendant la période coloniale.

L’Union du Maghreb semble désormais divisée entre deux ailes : le cadre tripartite dirigé par l’Algérie avec la Tunisie et la Libye, et l’initiative atlantique du Maroc. La Mauritanie, bien que le plus petit pays maghrébin démographiquement et économiquement, est positionnée géographiquement pour jouer un rôle de soutien dans le succès des deux initiatives et potentiellement pour servir de médiateur entre l’Algérie et le Maroc afin de préserver l’Union du Maghreb.

Cependant, la tâche est difficile étant donné la lutte de pouvoir régionale. Pourtant, le choix unanime de la Mauritanie pour assumer la présidence tournante de l’Union africaine pour l’Afrique du Nord début 2024 indique son rôle potentiel dans la réconciliation maghrébine et le rapprochement entre les régions du Maghreb et du Sahel.

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14402

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *