Une grande affaire avec la Corée du Nord

Par Vincent Brooks et Ho Young Leem

Le changement est en cours dans la péninsule coréenne. Lors du huitième congrès du Parti des travailleurs coréens en janvier, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a orchestré un changement décisif dans les politiques économiques et militaires fondamentales du pays. Il s’est éloigné du principe de « l’armée d’abord » de son père ( Songun ), qui donnait la priorité aux Forces armées du peuple coréen, et l’a remplacé par une idéologie de « People and Masses First » ( Inmin Daejung Jaeil ). Cette réorganisation du système de gouvernance de la Corée du Nord donne du pouvoir au parti au pouvoir aux dépens du KPAF, soutenant la quête perpétuelle de Kim pour la consolidation du pouvoir. Plus important encore, il prépare le terrain pour les efforts visant à ressusciter l’économie moribonde de la Corée du Nord.

Le récent niveau de retenue de l’armée nord-coréenne a été un changement tout aussi important. Lors du défilé militaire d’octobre 2020, la KPAF a présenté le Hwasong-16, son dernier missile balistique intercontinental, mais n’a accompagné sa présentation d’aucune rhétorique agressive ni mention directe des États-Unis. Cela contraste fortement avec son dernier défilé, en septembre 2018, où, comme des défilés avant lui, plusieurs chars affichaient le slogan : « Détruisez les agresseurs impérialistes américains, l’ennemi juré de la RPDC !

Les critiques de Kim contre les exercices militaires conjoints américano-sud-coréens et les tirs de missiles de croisière et de missiles balistiques à courte portée par son pays ont également été plus notables pour leur niveau de retenue que pour l’escalade des tensions sur la péninsule. Les États-Unis et la Corée du Sud devraient mener d’autres exercices militaires conjoints plus tard cet été, il reste donc à voir si cette retenue se poursuivra.

Ces changements représentent une reconnaissance par Kim que son pays est dans une situation qui empire. L’économie de la Corée du Nord a été dévastée par les effets combinés des restrictions liées au COVID-19, des sanctions internationales et d’une série implacable de catastrophes naturelles. L’année dernière, la Corée du Nord a connu une contraction économique paralysante de 8,5%. Kim lui-même a décrit la situation alimentaire comme “devenant tendue”, et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a estimé que la demande nord-coréenne en produits alimentaires de base dépasse l’offre de 970 000 tonnes.

La sécurité économique est actuellement la priorité absolue de Pyongyang. L’idéologie People and Masses First a été invoquée à plusieurs reprises pour faire pression sur les responsables du parti afin qu’ils combattent les retards bureaucratiques et la corruption tout en encourageant le public à faire preuve de loyauté envers Kim face aux « graves difficultés » et aux « difficultés accumulées ». Kim marche prudemment sur le front militaire afin de ne pas se priver de l’opportunité d’un dialogue avec les Etats-Unis, qui pourrait servir de garant de la sécurité économique future de son pays.

Pour le président américain Joe Biden et le président sud-coréen Moon Jae-in, le changement de Pyongyang représente une opportunité. Ils devraient viser à résoudre les problèmes de sécurité sous-jacents de la Corée du Nord – en particulier sa sécurité économique – en échange de progrès sur la dénucléarisation, la réduction de la dépendance de Pyongyang vis-à-vis de la Chine et l’intégration éventuelle de la Corée du Nord dans l’ordre international libéral dirigé par les États-Unis avec le soutien étroit du Sud. Corée. Dans le même temps, Washington et Séoul doivent continuer à travailler sur la cimentationleur propre alliance. Leur objectif devrait être d’approcher la Corée du Nord en position de force, privant Pyongyang de l’avantage de faire face à une alliance incohérente. Atteindre une puissance militaire et diplomatique conjointe supérieure est ce qui permettra aux alliés de dissuader les menaces de Kim, permettant une nouvelle approche de la Corée du Nord qui peut ouvrir la voie à une paix durable.

GARDEZ VOS AMIS PROCHES

Dans un premier temps, Séoul devrait éliminer les obstacles politiques qui empêchent les forces militaires américaines en Corée du Sud d’accéder aux principaux centres d’entraînement. L’accès aux quelques zones d’entraînement disponibles pour les manœuvres et l’utilisation de balles réelles, qui sont essentielles au maintien de l’état de préparation militaire, a été restreint, ce qui a conduit les États-Unis à envisager de redéployer certaines forces, telles que les équipages d’hélicoptères d’attaque Apache, au Japon et en Alaska pour entraînement.

Les pressions politiques intérieures sud-coréennes sont le principal facteur de limitation de la formation. L’administration Moon a adopté ces politiques populistes pendant la présidence Trump, mais a récemment abordé ces questions d’une manière moins politique. Cela doit être maintenu alors que la Corée du Sud entre dans la saison de campagne, avec des élections présidentielles prévues pour mars prochain.

Le sommet américano-sud-coréen de mai, qui a réuni Biden et Moon pour la première fois, a été un excellent début pour renforcer l’alliance. L’engagement des États-Unis à fournir à la Corée du Sud des vaccins contre le COVID-19 et à s’engager dans des recherches conjointes sur les vaccins a envoyé un signal puissant aux Sud-Coréens que les États-Unis accordent une haute priorité à cette relation. Ces actions vont de pair avec la décision de la Corée du Sud d’envoyer des équipements de protection individuelle aux États-Unis au début de la pandémie, renforçant ainsi la bonne volonté et la confiance mutuelles.

Washington et Séoul ont également fait part de leur intention de coordonner leurs actions dans la région indo-pacifique au sens large, en se concentrant en particulier sur l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). Cette coopération élargie ouvre un nouvel horizon stratégique pour l’alliance et sert à rassurer les dirigeants et le peuple sud-coréens sur le fait que les États-Unis considèrent le point de vue de leur allié sur des questions vitales pour la sécurité de la Corée du Sud.

Washington et Séoul devraient priver Pyongyang de l’avantage de faire face à une alliance incohérente.

Malgré ces progrès, deux défis attendent l’alliance américano-sud-coréenne. Premièrement, la Corée du Nord et la Chine poursuivront leurs efforts pour creuser un fossé entre les États-Unis et la Corée du Sud. Des menaces militaires aux promesses d’engagement diplomatique, Kim est habile à envoyer différents messages à Washington et à Séoul. La Chine, quant à elle, recourt souvent à la coercition économique pour atteindre ses objectifs : en représailles à la décision des États-Unis et de la Corée du Sud de déployer le système de défense antimissile Terminal High Altitude Area Defense (THAAD) en 2016, Pékin a bloquéun large éventail d’industries et d’entreprises sud-coréennes d’accéder au marché chinois. Les secteurs d’activité touchés allaient des conglomérats directement associés au déploiement de THAAD au tourisme et à la K-pop. Bien que l’alliance soit restée ferme et que Pékin ait finalement cédé, il faut s’attendre à davantage d’intimidation de la part de la Chine à mesure que les États-Unis et la Corée du Sud se rapprochent.

Les dirigeants américains et sud-coréens doivent se préparer concrètement à coordonner leur réponse aux futurs actes de coercition économique chinoise. Cela signifie que l’alliance doit étendre sa position de défense conjointe au-delà du domaine traditionnel de la lutte contre l’invasion militaire pour inclure des stratégies conçues pour renforcer les défenses contre les outils économiques et la guerre politique chinois et russes. Cela sera particulièrement pertinent alors que la Corée du Sud entre pleinement dans la saison des campagnes politiques et est probablement la cible de ces influences plus insidieuses et plus obscures.

Deuxièmement, les alliés doivent maintenir un sentiment de continuité pendant et après les élections présidentielles sud-coréennes. La principale cause de l’affaiblissement de l’alliance pendant l’ère Trump-Moon était la politisation de la défense nationale pour satisfaire le nationalisme populiste. Alors que les partis politiques sud-coréens commencent à se positionner activement les uns contre les autres, il y a déjà des signes que les candidats populistes endossent le manteau de l’anti-américanisme et de la politique anti-alliance. Des questions brûlantes, telles que le développement de systèmes intégrés de défense aérienne et antimissile, la modernisation de systèmes communs de commandement et de contrôle et l’acquisition locale d’armes nucléaires tactiques comme couverture contre l’incertitude concernant le parapluie américain de dissuasion étendu garanti,

Les dirigeants de l’alliance américaine et sud-coréenne et les experts militaires devraient s’efforcer de trouver un soutien bipartite sur des questions cruciales afin d’éviter de perdre les précieux progrès réalisés jusqu’à présent en 2021. L’alliance ne devrait pas céder sa position de force vis-à-vis de la Corée du Nord et d’autres adversaires dans l’Indo-Pacifique au sens large.

GARDEZ VOS ENNEMIS (CROISSANT) PLUS PRÈS

Sur ces bases solides, Washington et Séoul devraient commencer le dur travail de normalisation progressive des relations avec la Corée du Nord. Les tentatives précédentes des alliés pour modifier le comportement de la Corée du Nord ont impliqué des pressions militaires, des sanctions économiques internationales et l’obtention d’un certain degré de coopération de Pékin pour pousser à la dénucléarisation. Pour la Corée du Nord, cependant, cette approche n’offrait pas une alternative convaincante à la domination économique de la Chine ou au danger militaire posé par l’alliance américano-sud-coréenne.

Une meilleure approche serait d’offrir à Kim un chemin vers ce qu’il désire le plus : un moyen de sortir de ses malheurs économiques et politiques. Les dirigeants américains et sud-coréens devraient adopter une politique de «délibération stratégique», n’avançant vers des phases de collaboration plus approfondies que lorsque la confiance mutuelle a été établie. Cela empêchera la Corée du Nord d’empocher la moindre bonne volonté sans rien offrir en retour. La volonté stratégique protégera également l’alliance contre le désir compréhensible d’annuler l’ensemble du processus si la Corée du Nord renonce en cours de route.

La première phase d’engagement devrait se concentrer sur les efforts visant à signaler une nouvelle relation avec Pyongyang. Les États-Unis et la Corée du Sud devraient fournir une aide économique immédiate sous la forme d’une aide humanitaire et médicale en réponse à la volonté manifeste de la Corée du Nord d’engager un dialogue constructif. L’aide pourrait être fournie dans le cadre d’une mission humanitaire dirigée par l’ONU, qui serait liée à une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU interdisant les essais de missiles et d’armes nucléaires.

Sur le front militaire, l’objectif initial serait d’établir un engagement commun pour désamorcer les tensions et atténuer les risques de conflit. Plusieurs points d’éclair potentiels continuent de présenter le risque d’une escalade rapide du conflit et d’une reprise de la guerre ouverte dans la péninsule coréenne. L’Accord militaire global (AMC) a pris des mesures pour accroître la coopération militaire entre 2018 et 2019, mais la coopération depuis lors n’a pas progressé. Le canal militaire à militaire qui a créé cet accord est cependant l’une des voies les plus importantes pour parvenir à un abaissement permanent des tensions et à une déclaration de fin de la guerre de Corée.

Les États-Unis et la Corée du Sud devront prendre des risques pour marquer leur engagement en faveur du progrès. Par exemple, déclarer la fin de l’état de guerre avec la Corée du Nord représenterait un changement fondamental dans la politique de la péninsule coréenne et offrirait potentiellement à Kim une ouverture pour faire pivoter sa propre rhétorique nationale concernant les États-Unis et la Corée du Sud. Cela pourrait permettre de nouvelles mesures de confiance, qui pourraient à leur tour ouvrir la voie à la dénucléarisationla péninsule et obtenir les garanties de sécurité à multiples facettes que la Corée du Nord recherche vraiment. La déclaration de fin de guerre ne doit pas être confondue avec un traité de paix qui remplacerait l’actuel accord d’armistice. La déclaration ne modifierait pas le système d’armistice actuel et ne serait en aucun cas liée à un traité de paix, qui devrait être négocié entre les deux parties.

Les dirigeants américains et sud-coréens devraient offrir à Kim une voie vers ce qu’il désire le plus : une issue à ses difficultés économiques et politiques.

La deuxième phase normaliserait les relations avec la Corée du Nord et rééquilibrerait sa position vis-à-vis de la Chine. Les États-Unis et la Corée du Sud devraient prendre des mesures audacieuses pour revitaliser l’économie nord-coréenne : par exemple, Washington pourrait permettre aux bailleurs de fonds de créer un fonds de développement des infrastructures qui offrirait à Pyongyang un prêt sans intérêt sur dix ans, ce qui élargirait les influences sur le Nord L’économie de la Corée au-delà de la Chine. La signature d’un accord de libre-échange entre la Corée du Sud et la Corée du Nord pourrait compléter le fonds de développement des infrastructures et pourrait être présentée comme un moyen de développer des solutions coréennes aux problèmes coréens, une représentation qui plaît aux deux côtés de la population coréenne séparée.

Ce paquet économique contribuerait grandement à réduire la dépendance économique de la Corée du Nord vis-à-vis de la Chine. La Corée du Sud devrait jouer un rôle proactif pour gérer efficacement ce nouvel afflux d’investissements et soutenir le renforcement des capacités et le développement sociétal en Corée du Nord. Séoul et Washington devraient échanger ces avantages économiques contre des progrès démontrés de la Corée du Nord en matière de dénucléarisation.

L’alliance américano-sud-coréenne et la Corée du Nord doivent également normaliser leurs relations militaires. La Corée du Sud et la Corée du Nord devraient chercher des moyens d’empêcher les conflits maritimes traditionnels et de contrecarrer la pêche illégale chinoise dans les mers entourant la péninsule coréenne. Ces efforts devraient également assurer une plus grande sécurité et stabilité dans la zone démilitarisée (DMZ). Lorsque la Corée du Sud et la Corée du Nord pourront empêcher ces types de conflits sans escalade, le rôle du commandement de l’ONU sera naturellement réduit.

La prochaine étape serait un traité de paix entre les parties. Lorsqu’il y aura destruction vérifiée des armes nucléaires et que les armées de la Corée du Sud et de la Corée du Nord ne pourront pas s’envahir de manière réaliste, il sera possible de rechercher un accord qui remplace définitivement l’armistice. Pour parvenir à un traité de paix, cependant, il est important que l’alliance continue d’adopter une volonté stratégique, en veillant à ce que des mesures et des concessions proportionnées soient faites par la Corée du Nord en cours de route. D’ici là, il est impératif que les armées américaine et sud-coréenne maintiennent leur solide position de défense.

UNE PAIX DURABLE

Dans la phase finale, Séoul et Washington dépasseraient un traité de paix et intégreraient complètement la Corée du Nord dans l’ordre dirigé par l’alliance. La Corée du Sud prendrait la tête en tant que principal fournisseur de commerce et d’investissement direct de la Corée du Nord. Pour leur part, les États-Unis deviendraient le deuxième partenaire commercial de la Corée du Nord et le principal catalyseur du financement international. Un plan économique tracerait la croissance économique à long terme de Pyongyang, et l’accord de libre-échange Sud-Nord pourrait être étendu à un partenariat commercial indo-pacifique, donnant à la Corée du Nord l’accès aux marchés de toute l’Asie.

Ces mesures cimenteraient le nouvel ordre économique en Asie du Nord-Est, améliorant la qualité de vie de millions de personnes. Sur le plan militaire, un plan de paix permanent offrirait la sécurité en vérifiant que Pyongyang respectait ses obligations internationales et avait détruit ses armes nucléaires. Et politiquement, cette relation repensée avec la Corée du Nord créerait un nouvel équilibre des pouvoirs qui diminuerait l’influence de la Chine dans la région.

Il existe de nombreux obstacles qui vont probablement frustrer ou même empêcher les progrès dans cette direction. La Chine ne cédera pas facilement son quasi-monopole sur l’économie nord-coréenne et tentera probablement de perturber les initiatives diplomatiques américano-sud-coréennes. En outre, la communauté internationale devra évaluer les risques de « sauver » la Corée du Nord de la décrépitude qui, si elle n’est pas atténuée, la détruira probablement à l’avenir. Sauver la Corée du Nord pourrait préserver pendant un temps intolérable les structures actuelles du parti au pouvoir, les Forces armées populaires coréennes de plus d’un million de personnes, et le piétinement déplorable des droits de l’homme par l’État. Ce risque peut limiter le nombre de pays qui sont prêts à participer pour aider une Corée du Nord potentiellement impénitente à se rétablir.

Les dirigeants de l’Alliance devront faire face à ces obstacles et à bien d’autres. Telle est la nature de conduire la transformation d’un statu quo inacceptable vers un avenir meilleur, sans passer à nouveau par le creuset de la guerre.

  • VINCENT BROOKS est un général de l’armée américaine à la retraite et a été commandant du commandement des forces combinées de la République de Corée et des États-Unis d’avril 2016 à novembre 2018.
  • HO YOUNG LEEM est un général de l’armée de la République de Corée à la retraite et a été commandant adjoint du commandement des forces combinées de la République de Corée et des États-Unis de septembre 2016 à août 2017.
SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14257

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *