Tout sur l’histoire des BRICS : l’évolution du groupe des pays émergents

Depuis leur émergence en tant que puissances économiques à la fin du XXe siècle, les BRICS ont attiré l’attention du monde entier. Composé du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud, ce groupe de pays a connu une évolution dynamique, tant au niveau économique que politique. Dans cet article, nous explorerons l’histoire des BRICS, en nous concentrant sur leur formation, leur mandat, leurs réalisations et les défis auxquels ils sont confrontés.

I. La formation des BRICS:

Les antécédents:
Avant la formation des BRICS en tant que groupe officiel, ces pays partageaient des caractéristiques similaires, notamment une croissance économique rapide et une influence régionale croissante. Les experts ont commencé à faire le lien entre ces économies émergentes à la fin des années 1990.

La première rencontre:
La réunion inaugurale des BRICS a eu lieu en juin 2009, à Ekaterinbourg, en Russie. Les dirigeants des cinq pays se sont réunis pour discuter de questions économiques, notamment la coordination des politiques macroéconomiques et la coopération financière. Cette première réunion a jeté les bases de ce qui allait devenir un partenariat multilatéral important.

II. Le mandat des BRICS:

L’objectif initial:
L’objectif initial de la formation des BRICS était de créer un dialogue entre les pays émergents et d’améliorer leur coopération économique. Le groupe visait également à promouvoir un système financier international plus équilibré et à réformer les institutions financières internationales existantes, telles que le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale.

L’expansion du mandat:
Au fil des années, les BRICS ont élargi leur objectif initial pour inclure d’autres domaines tels que la sécurité, la santé, l’éducation et la culture. Ils se sont progressivement imposés sur la scène mondiale, organisant des sommets annuels et développant des partenariats stratégiques avec d’autres pays et organisations.

III. Les réalisations des BRICS:

La Nouvelle Banque de développement (NDB):
En 2014, les BRICS ont annoncé la création de la NDB, une banque de développement qui vise à financer des projets d’infrastructure et de développement durable dans les pays membres et d’autres économies émergentes. La NDB représente une alternative potentielle aux institutions financières occidentales dominées par les États-Unis et l’Europe.

Les réserves de change conjointes:
En 2015, les BRICS ont également établi un pool de réserves de change conjointes, visant à renforcer leur coopération financière en cas de volatilité des marchés. Ce mécanisme leur permet d’atténuer les chocs économiques et de promouvoir la stabilité financière dans la région.

Les accords commerciaux:
Les BRICS ont également cherché à renforcer leurs liens commerciaux entre eux et avec d’autres pays. Par exemple, en 2018, la Chine et l’Inde ont signé un accord de commerce bilatéral, éliminant les droits de douane sur 90 % de leurs produits échangés. Ces efforts reflètent la volonté des BRICS de promouvoir le commerce multilatéral et de réduire leur dépendance aux échanges avec les économies avancées.

IV. Les défis auxquels sont confrontés les BRICS:

Les inégalités économiques:
Même si les BRICS ont connu une croissance économique rapide, ils sont également confrontés à des inégalités croissantes. Les écarts de revenus et de développement entre les villes et les zones rurales, ainsi qu’entre les différentes couches de la société, constituent un défi majeur pour ces pays émergents.

Les différences politiques:
Malgré leur coopération économique, les BRICS sont confrontés à des divergences politiques importantes. Par exemple, la Russie et la Chine ont soutenu le gouvernement syrien pendant la guerre civile, tandis que d’autres membres se sont positionnés différemment. Ces différences politiques peuvent entraver leur capacité à adopter une position commune sur les questions internationales.

LES BRICS ACCUEILLENT SIX NOUVEAUX PAYS MEMBRES

L’Iran, l’Argentine, l’Egypte, l’Ethiopie, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis rejoignent, à compter du 1er janvier 2024, le groupe des pays émergents qui veut gagner en influence sur le monde.

Un accord a été trouvé entre les dirigeants du bloc réunis lors d’un sommet à Johannesburg en Afrique d Sud, et des invitations formelles devraient être lancées dès ce jeudi.

Une telle ouverture pourrait permettre au groupe de peser davantage sur une scène internationale de plus en plus polarisée, Pékin et Moscou cherchant à former un contre poids face à l’Occident.

“L’adhésion prendra effet à compter du 1er janvier 2024”, a déclaré le président sud-africain Cyril Ramaphosa lors d’une conférence de presse conjointe des dirigeants des cinq nations qui composent actuellement le bloc.

“Avec ce sommet, les BRICS entament un nouveau chapitre”, s’est-il félicité. À eux cinq, les pays des BRICS représentent environ 40% de la population mondiale et un quart du produit intérieur brut (PIB) mondial.

Une quarantaine de pays avaient demandé leur adhésion ou manifesté leur intérêt. Selon les dirigeants du “club des cinq”, qui produit un quart de la richesse mondiale et rassemble 42% de la population du globe, cet engouement montre l’influence grandissante des pays émergents sur la scène mondiale.

Tractations

La question de l’expansion du groupe était la priorité de ce 15ème sommet qui s’est ouvert mardi. Alliance hétérogène de pays géographiquement éloignés et d’économies à la croissance inégale, les Brics ont dû s’accorder sur le choix stratégique des nouveaux entrants.

Les tractations ont eu lieu lors d’une session plénière qui s’est tenue à huis clos mercredi. Les rencontres bilatérales se sont également multipliées depuis l’ouverture du sommet.

La Chine, poids-lourd comptant pour environ 70% du PIB du groupe, était clairement en faveur d’une expansion. Mais l’Inde, autre locomotive économique du groupe qui se méfie des ambitions de son rival régional chinois, avait des réserves.

Le Premier ministre indien, Narendra Modi, avait rappelé qu’un “consensus” sur les modalités devrait être trouvé. Le processus de décision au sein des BRICS requiert en effet l’unanimité.

Selon les observateurs, le Brésil craignait également qu’une expansion ne “dilue” son influence mondiale et au sein du bloc.

Les BRICS ont réaffirmé leur position “non-alignée” lors du sommet, à un moment où les divisions ont été accentuées par le conflit en Ukraine.

Les Etats-Unis ont affirmé ne pas voir dans les BRICS de futurs “rivaux géopolitiques”, assurant vouloir maintenir de “solides relations” avec le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud.

Conclusion:

Les BRICS ont connu une évolution remarquable depuis leur formation en tant que groupe informel en 2009. Ils ont réussi à construire une plateforme solide pour la coopération économique et ont développé des institutions financières alternatives pour remédier à la domination occidentale. Néanmoins, ils sont confrontés à des défis de taille, notamment la réduction des inégalités économiques et la gestion des différences politiques. L’histoire des BRICS continue de se dérouler, et il sera intéressant de voir comment ce groupe de pays émergents évolue à l’avenir.

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14263

Un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *