Changement politique: concept et dimensions (lectures théoriques)

Le philosophe grec Héraclite dit: La philosophie du changement est une philosophie profonde qui est difficile à définir en lignes ou en auteur, en raison de son intervalle de temps depuis l'existence de la création, et que tout est en train de changer et que le changement est un précédent à la stabilité. Selon Platon: «Les mondes sont deux mondes, notre monde dans lequel nous vivons et le monde qui nous attend. Quant à notre monde dans lequel nous vivons, c'est le monde du changement et tire son énergie du monde de la stabilité (le monde des idéaux), tandis que l'autre monde est le monde dans lequel il n'y a pas de changement, mais c'est le monde de la stabilité. Il est plein de perfection, d'éternité et d'idéalisme, et c'est le monde correspondant au monde changeant, et l'aspiration à la vie trouve un changement dans l'une des lois de Dieu dans l'univers, et elle est contre la stabilité, car elle est l'expression d'un mouvement permanent entourant les créatures sous la forme d'une hiérarchie descendante et ascendante.

Pour sa part, Aristote a dit que le changement est la quantité de mouvement, qui s'appelle le «décalage», car le temps est lié à l'espace et ce mouvement par lequel le temps est déplacé d'un endroit à un autre est réalisé à travers lui. Le temps est atteint et changé. Le temps est la quantité de mouvement et ce mouvement se trouve en présence du lieu qui est Il y a l'existence de corps et qu'il est une entité relative, et que le corps humain est ce qui a fait du temps une limitation et un contenant en proportion de la matérialité du corps, de sorte que le temps est cette partie essentielle du monde où les humains ne peuvent ressentir son essence qu'en étant privés de matière (1).

Quant à «Karl Marx», il a lié le changement social au facteur économique, car il est un philosophe politique, social et économique. Marx a affirmé que derrière tous ces changements et transformations sociales se trouvaient des facteurs purement économiques. Il a affirmé qu'il existe trois facteurs économiques qui font avancer la société et la font avancer, selon sa théorie matérialiste historique (2).

L’argument de Marx part de plusieurs hypothèses, notamment: que la tâche des philosophes est de changer l’histoire, que la plupart des philosophes ont abandonné la tâche de changer l’histoire, que la plupart des philosophes se sont acquittés de la tâche de comprendre l’histoire, et que la bonne tâche qui est maintenant requise est de changer l’histoire, non de la comprendre, et qu’il y a Il y a une certaine incohérence entre la tâche de comprendre l'histoire et la tâche de changer l'histoire, et cette compréhension de l'histoire peut entraver le changement de l'histoire.

Marx a ajouté: Le changement de l'histoire est plus important que la compréhension de l'histoire, et que le changement requis de l'histoire est une question claire et spécifique qui nécessite seulement de se concentrer sur elle. Cela ne nécessite plus de compréhension, mais nécessite de commencer immédiatement, sans perdre de temps à retarder la compréhension, et cette compréhension de l'histoire est une tâche dépassée, de sorte que ce qui est nécessaire maintenant et de toute urgence est de changer l'histoire et de ne pas la comprendre, et que les philosophes peuvent changer le monde au lieu de simplement expliquer et comprendre le monde. 3).

Ainsi, son utilisation du terme changement se réfère aux cas de transformation que la société en général subit pour passer à de meilleures conditions qui lui permettent de passer à l'avenir, mais tous les changements ne sont pas pour le mieux et cela tombe sous la porte d'un changement intentionnel et non intentionnel, ou si ce changement est un choix ou une alternative. Et les transformations dont la société émerge – avec ses individus, institutions et organes, atteignant le centre de la prise de décision étatique et des interactions internationales dans le système international – sont plus positives, efficaces, fortes et capables de gérer ses affaires, de tenir ses dirigeants responsables, de récompenser et de punir, et de contrer les tentatives de les supprimer ou de les opprimer (4).

Premièrement: le concept de changement:

Le changement est un langage dans le lexique médiéval, qui consiste à «faire une chose différente de ce qu'elle était». Le changement est une source exprimant une formule exagérée qui est dérivée du verbe (changer) la chose dans le sens de ça et la remplacer par une autre, et aussi la rendre différente de ce qu'elle était dans le passé, et changer: transformation et changement (5) .

Et le changement dans la langue anglaise est (change). Quant au changement ou à ce qui est souvent traduit par transformation, le terme (changeability), signifiant la capacité de changer, a été utilisé pour cela, ainsi que le terme (mutation). Quant au premier mot, nous constatons qu'il a une signification qui diffère de (modification) ainsi que de (modification) et d'autres significations qui bénéficient au sens de la discrimination. En conséquence, le changement de la langue anglaise est la continuation de l'état de différence, qui imprime certaines caractéristiques d'un phénomène par rapport à une période antérieure du phénomène lui-même et pas d'autres, et c'est là que réside le vrai sens du changement car il est lié à un phénomène ou système dont les caractéristiques générales ou des parties de celui-ci sont soumises à un état de différence par rapport à la période précédente, quelle qu'en soit la durée. La différence temporelle, en tant que terme, est utilisée pour comparer les caractéristiques d'un état et d'un autre qui ne leur sont pas similaires dans leurs caractéristiques globales. Quant au mot amendement, il désigne le cas prévu qui présente une sorte de différence dans certaines de ses caractéristiques et non dans son total, même si la modification est légère car elle exprime généralement Une condition de changement se produit. Quant à l'amélioration, cela signifie que le changement de la situation en question est pour le meilleur et non pour le pire, contrairement au cas qui signifie changement pour le pire, que le terme déclin est utilisé pour exprimer.

L'un des termes qui est très proche du concept de changement est le changement en termes de (Capacité de changement). C'est pourquoi il aborde une grande partie du concept de changement d'un point de vue formel, mais en réalité il diffère d'un point de vue linguistique, donc le changement est un problème involontaire dans l'occurrence de l'opposé du changement, c'est une question d'occurrence volontaire dans le sens où le changement est un comportement conscient en changement C'est ce dont nous parlerons au sujet du changement intentionnel et non intentionnel (6).

Le sens du changement vient aussi (la conversion), c'est-à-dire le changement d'un état à un autre nouvel état, le sens (l'art de transformer d'un point connu à un autre point connu, donc il est pris sous deux formes, la première en termes de changement d'image de la même chose, ou de le prendre sur la base du remplacement de quelque chose par un autre) et à mesure que le concept de changement se rapproche de la réforme. (réforme) et développement (développement) de manière interchangeable (7).

Dans les sciences sociales, il est défini comme «la transformation marquée de l'apparence ou du contenu pour le mieux» (8). Le changement social est également «tout changement qui se produit dans la structure sociale au cours d'une période donnée, et il y a un changement dans les fonctions, les rôles, les valeurs, les normes et les modèles de relations qui prévalent dans la société» (8). C'est aussi «la transition de la société volontairement d'une situation sociale spécifique à un autre État plus développé» (10), et cette définition comprend un certain nombre d'éléments de base:

1- La transition de la société et de tout groupement humain, tel que les États, les institutions, les mouvements ou les partis, d'un état à un autre, du présent au futur, afin de devenir un acteur actif dans les événements, réaliser le développement et la renaissance ciblés, et exercer leur rôle dans la reconstruction de l'univers. Ainsi, le champ d'application de la définition est élargi pour inclure l'action au niveau des États, des institutions, des mouvements, des partis et même de petits groupes de travail.

2-Par sa volonté: c'est-à-dire au moyen du désir général et de la volonté collective de la société, avec ses institutions, ses organes et ses individus.

3- D'une condition sociale spécifique à une autre: Le mot statut social inclut les modèles de relations sociales et divers systèmes sociaux tels que les systèmes familiaux, l'économie, la politique, les systèmes législatifs, judiciaires et religieux, et c'est alors notre choix du terme statut social qui élargit la portée de la définition pour inclure les processus de changement dans différents domaines de la vie (11 ).

* Plus avancé: le terme changement signifie, à notre avis, faire avancer tout groupe humain et renforcer sa capacité d'action. Par conséquent, le passage de la société à une position plus arriérée ou sa régression un pas en arrière ne rentre pas dans le champ de notre définition, car il n'est pas possible pour la volonté de la société de rencontrer sa population générale de passer à une situation arriérée.

Ainsi, l'utilisation du terme changement fait référence aux cas de transformation sociale que la société en général subit pour évoluer vers de meilleures conditions lui permettant de se lancer dans le futur. Ce sont les cas de transformation dont la société – avec ses individus, ses institutions et ses organes – émerge plus positive, efficace, forte et capable de gérer ses affaires, de tenir ses dirigeants responsables, de les récompenser et de les punir, et de confronter les tentatives de les supprimer ou de les opprimer, puis les cas de transformation dans lesquels une minorité dominante est remplacée par une minorité sans participation. Positif et efficace par différentes unités communautaires (12).

Deuxièmement: le concept de changement politique:

Le changement politique fait référence à «la transition d'une situation autoritaire non démocratique à une situation démocratique. Un changement politique pacifique peut être appelé le terme (réforme) et il peut être considéré comme synonyme de changement constitutionnel du leadership ou de reconstruction de l'influence politique au sein de la société (13).

Le changement politique est aussi “ la totalité des transformations que les structures politiques de la société peuvent subir ou la nature des processus politiques et des interactions entre les forces politiques et le changement d'objectifs, avec ce que tout cela signifie en termes d'impact sur les centres de pouvoir afin que le pouvoir et l'influence soient redistribués au sein même de l'État ou entre plusieurs pays (14). .

Le changement politique vient en réponse à plusieurs facteurs, dont les plus importants sont:

1- L'opinion publique, ou les demandes individuelles du système politique, mais ces demandes ne se transformeront pas souvent en produits si elles ne sont pas adoptées par les partis, les groupes d'intérêt et les pressions (15).

2- Un changement dans l'influence et le pouvoir de certains mouvements, partis et groupes d'intérêt, ce qui signifie déplacer les objectifs partisans ou privés du cadre du parti vers le cadre de l'État.

3- Le transfert de pouvoirs, dans les cas démocratiques, ou la redistribution des rôles dans d'autres cas comme les coups d'État, signifie automatiquement qu'une nouvelle vie politique a commencé à se dessiner, selon la logique de la nouvelle direction.

4- Les pressions et demandes externes, de la part de pays ou d'organisations, et ces pressions prennent de nombreuses formes, politiques, économiques et militaires.

5- Changements externes de l'environnement régional ou de la nature des équilibres internationaux, qui peuvent affecter la reformulation des politiques internes et externes dans le cadre du traitement des nouveaux apports de la politique internationale (16).

Troisièmement: changement politique et modernisation politique

Le concept de changement politique est déterminé en fonction de la caractéristique de ce changement. Si le changement est positif et louable, il vise à lutter contre la corruption et à l'éliminer, et à réaliser une réforme, alors la définition de la réforme politique elle-même s'applique à elle, à savoir: «Changement et modification du système de gouvernement, qu'il soit partiel ou radical, et lutte contre les manifestations de corruption et de faiblesse. Dans celui-ci, par divers moyens, afin qu'il atteigne les objectifs légitimes souhaités. Mais si le changement politique ne vise pas ces questions, de sorte qu'il vise à perpétuer la corruption ou à combattre le bien, alors il est destiné à «changer et amender le système de gouvernement, qu'il soit partiel ou radical, par divers moyens, afin qu'il soit réalisé sans égard aux buts légitimes que l'on souhaite.

La réforme politique, contrairement à la révolution, n'est rien d'autre qu'une amélioration du système politique, car il s'agit d'un développement non radical sous forme de gouvernement, sans préjudice des fondements de ce système. C'est pourquoi le coup d'État en sort parce qu'il inclut des outils de changement non pacifiques et qu'il vise à changer les responsables du système plus qu'il ne vise à réformer le système.  Si certains considèrent la révolution comme une forme de réforme politique, mais c'est l'expression d'une réforme politique radicale et rapide, et le coup d'État pour changer les dirigeants du régime parce qu'ils ont abusé du pouvoir pour amener ceux qui mènent la réforme est une forme de réforme politique, mais c'est une forme de réforme radicale non pacifique (17 ).

Le changement politique est également lié au concept de modernisation politique, et la modernisation politique est un concept composé de deux concepts: le premier, le concept de modernisation, et le second, le concept de «politique», et la modernisation signifie passer d'une situation à une autre selon une certaine norme, et dans sa description politique qu'il s'agit d'un changement qui inclut tout ce qui concerne le processus politique Ainsi, le concept de modernisation politique est un concept lié à tous les aspects de la vie politique, et au vu de la grande diversité des types de systèmes politiques que connaît la société contemporaine, que ce soit en termes d'organisation ou de relations et d'objectifs poursuivis par chaque système, il était naturel que cette diversité se reflète sur les tendances qui traitent de l'étude de la modernisation politique et de ses dimensions ( 18).

Il existe deux grandes tendances dans l'étude de la modernisation politique:

Le premier: la tendance libérale: il commence par expliquer le concept de modernisation politique sur les valeurs démocratiques dans une société libérale, en voyant que la démocratie est la seule voie et le résultat naturel du processus de modernisation politique, comme en témoignent les pays européens qui comprend: la centralisation de l'autorité gouvernementale, la différenciation et la spécialisation des bâtiments et des fonctions politiques, et la participation populaire Le nombre croissant d'individus, qui reposent notamment sur le principe de l'égalité politique, de l'unité nationale, et de l'intégration croissante des individus dans le système politique et de leur attachement affectif à celui-ci (19).

La seconde: la tendance marxiste: découle de la philosophie marxiste, qui estime que la seule voie vers le processus de modernisation politique est la lutte de classe qui mène à la révolution.Les marxistes affirment qu'ils ne cherchent pas seulement la modernisation politique et économique, mais aussi de moderniser la nature de l'humanité et de lui trouver un rôle de leader dans le processus de changement et de modernisation politique. Ce que les pays socialistes ont connu, c'est la révolution globale qui cherche à changer radicalement la carte de la société, c'est-à-dire que le point de départ est de procéder à la modernisation de la structure organisationnelle de l'État, puis de poursuivre la modernisation par la prise de conscience et la modernisation culturelle sous la direction du Parti communiste (20).

(Rumi) a traité de la modernisation politique basée sur les facteurs qui provoquent des changements dans le processus d'élaboration des politiques publiques qui sont affectés par les transformations matérielles et sociales et l'interaction des politiciens, des institutions politiques et des idées avec le monde qui les entoure (environnement: économique, social, technologique, constitutionnel…). Etc.), et tous ces facteurs conduisent à leur tour à l'occurrence de la modernisation politique, et ainsi la modernisation politique devient «le processus d'élaboration des politiques publiques qui est affecté par les transformations matérielles et sociales et l'interaction des politiciens, des institutions politiques et des idées avec le monde qui les entoure» (21).

Carl Deutsch a tenté d'étudier la modernisation politique au sein des sociétés en fonction de la source du changement, qui peut être interne à la suite d'un conflit ou externe à la suite de défis externes ou à la suite de frictions culturelles avec différentes cultures. Il a également essayé d'étudier la modernisation politique sous l'angle de la diffusion dynamique des innovations, comme le passage de l'urbain au rural ou La capitale vers les régions, ou des classes supérieures vers les classes inférieures, en même temps que l'étude du type de changement, s'agit-il d'un changement révolutionnaire soudain ou d'un lent changement graduel? Quelles sont les relations entre les variables politiques et entre les changements de valeurs, de tendances et de comportements politiques au sein de ces sociétés? (22).

Leeds a tenté d'expliquer les raisons qui conduisent à la modernisation politique, et a mentionné, parmi elles: les causes technologiques, la science et l'industrialisation, les étapes de troubles politiques et sociaux (tels que: guerres et crises civiles et internationales), l'existence d'individus dynamiques (ce sont des personnes qui ont une influence de base et un pouvoir politique, et qui souhaitent se moderniser) et la nature des Les tendances dominantes (les sociétés qui mettent l'accent sur la réussite sont plus réceptives à la modernisation que les sociétés qui ne mettent pas l'accent sur la réalisation, puis leurs membres s'efforcent de maintenir le statu quo) ainsi que la nature des idéaux et des objectifs que présentent les idéologies dominantes dans une société, qui peuvent avoir une base religieuse ou religieuse. Ma position (23).

Apter traite de la modernisation politique du point de vue: pourquoi les systèmes politiques changent-ils? (24). Alors que "David Easton" a traité de la modernisation politique du point de vue de l'idée de système et de l'analyse des systèmes, il a vu que le système politique est un ensemble d'interactions à travers lequel se déroule le processus d'attribution faisant autorité des valeurs. Ce processus se réfère à cinq éléments de base: les intrants, le processus de transformation, les extrants et la rétroaction. Et l'environnement du système politique (25).

Ainsi, le système politique apparaît comme un cercle intégré de nature dynamique qui commence par les intrants et se termine par les extrants, et le retour d'information est la tâche de relier les intrants et les extrants, mais le système politique ne répond pas à toutes les demandes auxquelles il est confronté, mais effectue plutôt un processus de sélection pour ces demandes. Si la taille de ces demandes augmente, cela conduit à l'incapacité du système à y répondre. Pour lui, une sorte de déséquilibre se produit entre les apports du système politique et ses capacités, ce qui conduit à des tensions politiques pouvant atteindre le niveau de la violence et à la perturbation des canaux de communication politique.

Applium fait la distinction entre la taille, l'étendue et la direction de la modernisation, de sorte qu'ils font la distinction entre les changements profonds ou à impact significatif, secondaires et secondaires, entre les changements à long terme et à court terme et entre les changements qui conduisent à un changement structurel, et entre les changements qui conduisent à la préservation de la structure (26).

Quatrièmement: Changement révolutionnaire et réformiste:

"Welch et Pinker" ont parlé de l'existence de deux modes de modernisation politique: l'un est révolutionnaire lié à la violence et l'autre est évolutif lié à la réforme, et les deux styles sont d'accord avec l'autre dans l'objectif, qui est la modernisation pour le mieux, et les deux styles soulignent l'importance de la présence de certains outils et forces tels que les partis politiques, les élites politiques, la bureaucratie, l'armée et Modernisation de la mission (27):

1- Modèle de changement révolutionnaire:

Johnson a défini le changement révolutionnaire «comme un modèle spécial de changement social, car il implique l'introduction de la violence dans les relations sociales». Les dimensions du changement révolutionnaire peuvent être identifiées comme suit: un changement dans la structure sociale, un changement dans les valeurs et les croyances dans la société, un changement d'institutions, un changement dans la composition de la direction et sa base de classe, un changement dans le système juridique, et l'utilisation de la violence dans les événements qui conduisent à un changement de régime (28).

Cette définition révèle les dimensions du changement révolutionnaire à partir d'un point important, à savoir que le changement révolutionnaire ne se limite pas au changement politique, mais est plutôt une formule qui commence par le politique et finit par être social, entraînant ainsi des changements quantitatifs et qualitatifs dans le système culturel, social et économique, mais l'élément distinctif du changement révolutionnaire est la dépendance à la violence.

La révolution, dans l'une de ses définitions, est «une activité humaine associée à un projet collectif et social visant à changer les conditions sociales existantes par un changement qualitatif s'étendant dans le futur» (29). La révolution, en tant que projet collectif et social, représente une tentative de fournir une compréhension plus profonde de la révolution. Marx a souligné l'importance du projet pour la révolution en soulignant l'importance de l'idéologie socialiste par rapport à la révolution, et le but ultime auquel le projet révolutionnaire est associé n'est pas seulement les résultats politiques, mais les résultats sociaux représentés dans Changer les relations sociales.

La conception marxiste de la révolution présente un modèle de changement, qui est un changement révolutionnaire violent. L'histoire de la société selon Marx est une forme de changement révolutionnaire résultant de la lutte des classes. La méthode de production en représente la base. Le changement est un type de transition d'une époque à une ère qui commence par un changement de méthode de production qui change la structure des relations sociales (30).

2- Modèle de changement évolutif:

L'évolution en tant que méthode de modernisation ou de changement politique comprend le sens de pacifique, graduel et fonctionnant à travers les institutions existantes, qui est un changement pacifique et légitime qui a lieu selon les lois et les institutions existantes dans la société, et c'est aussi un changement graduel qui n'inclut pas des changements radicaux dans un temps limité, mais des changements qui se produisent à la suite de lentes accumulations de changements La partie partielle se déroule sur une longue période de temps, le temps est donc un élément important pour distinguer la méthode révolutionnaire de la méthode évolutionniste, tandis que la première cherche à raccourcir le facteur temps et à accélérer le processus de modernisation, la seconde laisse le temps avec sa pleine opportunité, et la relation entre révolution et développement est dialectique, donc le développement est La Sunnah de la vie, nous la voyons dans la nature, dans l'univers et dans les relations sociales et humaines, mais lorsque les conditions des institutions dont les intérêts sont en conflit avec le développement continu, la révolution devient une nécessité sociale, par exemple lorsque les canaux de communication politique se rétrécissent et sont incapables de transmettre les demandes de nouvelles forces dans la société ou lorsque les institutions politiques échouent des partis. Le Parlement exprime les intérêts des forces sociales émergentes dans de tels cas qui bloquent les canaux de développement et le changement devient hors des cadres des institutions et des lois, c'est-à-dire par la révolution (31).

L'évolution est un processus de transition d'une étape avec certaines caractéristiques et qualités à une autre avec des caractéristiques et qualités différentes qui sont meilleures que la première. Cette transition se déroule de manière pacifique et graduelle et suppose principalement un état d'équilibre, de stabilité et de changement organisé, et le concept d'équilibre repose sur l'hypothèse de base que le phénomène politique en question se forme. Un système, c'est-à-dire un groupe de pièces en interaction, et chaque pièce affecte les autres pièces, et si une pièce est perturbée ou si la relation entre les autres pièces est perturbée, le système se répare pour revenir à son premier état ou passer à un nouveau modèle stable, et la stabilité dans ce cadre semble être une chose souhaitable, Mais la stabilité politique ne signifie pas l'absence de changement organisé, car les systèmes sociaux, économiques et culturels ont leur propre nature et la croissance de ces systèmes oblige le système politique à changer selon eux, et à le remplacer par un système plus capable de changement car il est de maintenir sa continuité et le fonctionnement du système politique et la méthode des procédures et des organisations politiques et semi-politiques dans la société. (32).

Huntington a laissé entendre qu'il existe deux sources de modernisation dans les sociétés en développement, à savoir (33): La première est la structure politique d'une société en développement. Certains systèmes politiques en développement sont plus établis que d'autres systèmes politiques en développement. Ils sont plus adaptatifs, complexes, cohérents et indépendants. Ils devraient être plus adaptés à la modernisation et plus étendus. Pour des modèles de participation politique. Deuxièmement, les dirigeants politiques (autocratie, militaires et révolutionnaires), en raison de leur influence dans le processus politique, peuvent être une source de modernisation dans les sociétés en développement.

Smeller a déclaré que le développement observé par les sociétés en développement comprenait quatre processus: Dans le domaine de la technologie, les sociétés en développement passent de l'utilisation de méthodes simples et traditionnelles à l'utilisation des connaissances scientifiques. Dans l'industrie, les sociétés en développement assistent à un passage de l'utilisation de l'énergie humaine et animale au travail robotique. Dans le domaine de l'agriculture, les sociétés en développement passent de l'agriculture d'autosuffisance à la production de cultures commerciales. En termes d'écosystèmes, les sociétés en développement passent de la ferme et du village aux centres urbains (34).

Cinquièmement: Dimensions du processus de changement:

Le changement dans son cadre général porte le sens de la mobilité et de l'instabilité, et le contraire de la stagnation, mais dans les détails et le programme n'était pas un point de consensus, de sorte que les différentes écoles concernées par le changement ont émergé de son but et de ses fondements ou même de ses programmes et méthodes (35).

Les points de différence dans tout processus de changement sont:

1- Le but du changement: la différence en elle est une chose naturelle en harmonie avec la diversité et la différence de vues entre les forces qui composent toute société. Le changement est une méthode que les forces actives de la société suivent pour mettre en œuvre leurs idées et leurs principes. La différence d'objectifs fondée sur la diversité des visions de la société se reflétera dans les efforts de changement qu'elle déploie.

2- La base du changement: Elle fait référence au domaine à partir duquel les forces de changement vont lancer leur projet, et les fondements les plus importants sont: la base économique, la base politique, la base morale, éducative et éducative, la base juridique et la base intellectuelle (36).

3- Approches du changement: changement de bas en haut ou vice versa, changement révolutionnaire ou non révolutionnaire, changement pacifique ou violence, changement par des forces internes ou externes et changement progressif ou révolutionnaire. En plus de nombreuses méthodes et approches qui viennent souvent comme un produit naturel de la pensée et des principes des forces cherchant à changer, et de la nature des conditions de la scène.

Par conséquent, le désaccord entre les écoles du changement nécessite d'aborder la question dans le cadre des points communs entre les points de vue divergents, et sur cette base, le changement exprime le mouvement de la société qui rejette sa réalité ou certaines de ses parties, et cherche à le faire avancer vers une nouvelle étape qui représente l'objectif du processus de changement.  Ou c'est, comme le souligne Rosapth Moses Kanter, le processus d'analyse du passé pour dériver les comportements actuels nécessaires pour l'avenir, et comprend le passage d'un état présent à un état transitoire jusqu'à ce que nous atteignions l'état souhaité dans le futur »(37).

Cette définition souple et générale du changement comprend de nombreuses branches qui expriment la différence des points de vue. La première partie de la définition considère le changement comme un cadre de moyens, et les moyens peuvent être différents et variés, comme l'indique leur diversité selon l'approche et la méthode. Il exprime également le mouvement de la société avec divers degrés de force et avec divers degrés de participation entre les forces, les institutions, les élites, les individus et autres. La mobilité de la société mentionnée dans la définition se présente comme un rejet de la réalité ou de ses parties politiques, économiques ou sociales, et dans tous les aspects de la vie, de sorte que le désir et la force du changement atteignent les objectifs prédéterminés dans les aspects soumis au processus de changement.

Sixième: Modèles de changement politique:

Dans le cadre des modèles de changement politique émergent les visions de Huntington et William Mitchell (changement par composantes) Almond et Rostow (changement par crise) et Berner et Prior (changement complexe):

Le premier motif: changement par composants:

Huntington s'intéresse à la relation entre la participation politique et l'institutionnalisation politique. C'est une relation qui peut clairement être abstraite de l'étude de la modernisation. Cette modernisation est peut-être l'une des principales sources historiques de changements dans la participation, mais ce n'est pas la seule source. Le problème de l'équilibre entre participation et institutionnalisation est un problème dont les sociétés sont confrontées à tous les niveaux de développement. Les bouleversements auxquels les Noirs et les étudiants ont participé aux États-Unis à la fin des années 1960 peuvent être analysés avec succès dans ce cadre: dans les grandes villes et universités, la structure existante – les institutions – a été confrontée à des défis, créant de nouveaux canaux pour que ces nouveaux groupes puissent participer aux décisions qui les concernent. Leur vie à travers.

Cette approche théorique – par Samuel Huntington – qui se concentrait à l'origine sur la relation entre (institutionnel + participation) peut être élargie pour inclure des variables plus nombreuses et variées. La première étape de l'analyse du changement politique, telle que définie par William Mitchell, consiste à définir les «objectifs» ou «composants» qui changent les adresses (38).

Et déterminez quelles sont (ou quelles peuvent être) les composantes du système politique, et ensuite quelles sont les relations que les changements entretiennent (le cas échéant). Autrement dit, cette approche se concentre sur le changement des composants, et le système politique peut être considéré comme un ensemble de nombreux composants qui changent tous, certains à un rythme rapide et d'autres à un rythme plus lent. On peut dire ici que l'étude du changement politique comprend: se concentrer sur ce qui semble être des composants majeurs du système politique, déterminer le rythme, la portée et la direction du changement dans ces composants, et analyser les relations entre les changements dans un composant et les changements dans d'autres composants.

On considère que le système comprend de nombreux éléments, notamment: la culture, les structures, les groupes, le leadership et la politique. Une étude fructueuse du changement politique peut commencer par analyser les changements de ces composants et la relation entre le changement de l'un de ces composants et le changement des autres composants.

Le changement politique peut être analysé à deux niveaux: le premier parmi les composants et un autre niveau de changements entre les éléments de chacun des composants du système. Les composants et les éléments sont les objectifs du changement. Et les modèles de changement dans les composants et dans les éléments.

Le changement de pouvoir est l'un des modèles de changement liés au phénomène politique, et on pense que les changements de pouvoir devraient être les seuls changements qui devraient devenir l'intérêt de l'analyste politique. Mais l'accent mis uniquement sur le pouvoir est le résultat de l'adoption d'une certaine définition de la politique.

L'analyse du changement politique peut être orientée vers de simples changements dans la force des composants et des éléments qui composent le système politique. Mais le plus important est la relation entre les changements de pouvoir des individus qui composent le système – les composants et les éléments que les individus représentent – et les changements dans son contenu. Si l'analyse politique se limite aux changements de pouvoir, elle ne peut pas fournir une compréhension globale des causes et des conséquences.

Le changement politique peut être analysé selon trois niveaux: «le rythme du changement», «la portée du changement» et «la direction du changement». Le changement dans un composant peut être comparé au taux, à la portée et à la direction du changement dans les autres composants, et grâce à ces comparaisons, il est possible d'éclairer les modèles de stabilité et d'instabilité dans le système politique, et la mesure dans laquelle les changements dans l'un des composants ont atteint sur la base ou à la suite de la corrélation, du changement ou Absence de changement dans les autres composants (39).

Le deuxième modèle: le modèle de changement dans la crise:

El Mund et Rostow posent le modèle de changement de crise comme un cadre général d'analyse de la dynamique politique. Almond pense que les premières théories de la politique comparée et du développement peuvent être divisées selon deux dimensions: premièrement, dans quelle mesure incluent-elles des modèles d'équilibre ou des modèles de développement? Deuxièmement, dans quelle mesure évaluez-vous ses prédictions en fonction du déterminisme ou du choix?

Rostow est venu dans une tentative de débat avec un modèle quelque peu similaire à celui du Mond, et Rostow suppose que le changement politique est le produit d'un mécontentement à l'égard de la position existante et d'un mécontentement qui conduit à un mouvement politique. En effet, le mouvement politique est toujours le produit d'un mécontentement. Ce mouvement peut réussir ou non. S'il réussit, alors l'organisation, le mouvement ou d'autres groupes responsables du succès développent tous de nouveaux objectifs ou ils risquent de s'étioler et de disparaître. Mais si leurs efforts de changement échouent, alors le groupe responsable de ces efforts se désintègre et se dissout, ou continue de poursuivre son ancien objectif, Avec une attente décroissante de ses probabilités.

Rostow pense également que les forces qui ont participé à leurs efforts pour créer le gouvernement, ou pour prendre le pouvoir par le biais d'un groupe ou d'un individu, sont complètement différentes de ces forces qui maintiennent le gouvernement en vie ou préservent le statut d'un individu ou d'un groupe au pouvoir pendant une période. Une longue période de temps – jusqu'à ce que la direction change – et que sa théorie du changement politique doit prendre en compte ces différences et leur donner un caractère systémique. Ainsi Rostow, comme le Mond, accorde une importance primordiale aux choix que les dirigeants politiques doivent faire (40).

Le troisième modèle: le modèle complexe de changement chez Ronald Brunner & Garry Brewer:

Dans leur étude des aspects politiques de la modernisation, "Berner and Brewer" a développé un modèle de changement complexe qui comprend vingt-deux variables et vingt mesures:

  • Dix de ces variables et huit des mesures ont été réparties en fonction des secteurs rural et urbain.
  • Trois variables et trois mesures formaient le sous-système démographique.
  • Neuf variables et six mesures du sous-système économique.
  • Dix variables et onze mesures du sous-système politique.

La relation entre ces variables et ces mesures a été exprimée en douze équations dérivées des théories générales de la modernisation, et le modèle inclut les variables qui peuvent être directement affectées par le mouvement du gouvernement et les variables qui ne sont pas soumises à une telle influence.

L’approche de Berner-Pryor a franchi de nouvelles frontières dans l’analyse politique. Théoriquement: il fournit un modèle d'un degré élevé de simplification et d'un degré élevé de précision, du système politique, un modèle qui se développe pour inclure un nombre significatif de variables économiques, politiques et démographiques significatives, et les relations entre elles. En pratique: il s'agit d'un traitement pratique dans une direction qui permet en fin de compte de fournir aux décideurs politiques et de leur donner les moyens d'analyser les résultats potentiels des tests d'élaboration des politiques, afin de produire des résultats directement adaptés à leurs objectifs. En fait: la construction de ce modèle introduit dans la science politique un schéma d'analyse complexe des relations entre variables, qui a prévalu pendant longtemps, avant cela, en économie.

Mais l'approche Burner / Brewer était limitée par ses hypothèses théoriques initiales et l'adéquation de ces hypothèses aux systèmes politiques du monde réel vers lesquels le modèle était à l'origine dirigé. Le modèle avec les douze équations représente un guide raisonnablement bon pour l'interaction des variables et des mesures en Turquie et aux Philippines dans les années 1950 et 1960 – du XXe siècle – et l'adéquation du modèle pour l'avenir repose sur l'hypothèse que la structure du modèle et l'importance des mesures ne varient pas dans le temps. Le modèle fournit des voies et moyens pour tester les résultats des changements majeurs dans la politique gouvernementale et des changements majeurs dans d'autres variables causés par d'autres outils. Cependant, il ne permet pas de prédire les changements majeurs du système ni même quand ces changements auront des répercussions sous la forme d'un changement de certaines des variables du modèle (41).

Dans le cadre de ces schémas, le chercheur estime qu'ils tendent, d'une manière ou d'une autre, à libérer l'analyse politique des hypothèses qui la limitaient à un stade précoce, antérieur, et des intérêts absents de modernisation et de développement, qui l'ont occupée à un stade ultérieur. Cela indique un degré croissant de symétrie ou d'équilibre dans l'étude du changement politique et l'étude du changement social. Plus important encore, ils représentent des étapes importantes vers la formulation de théories générales sur les transitions politiques.

————————————–

Marge

(1) Jitar Jahami, Understanding the Causality among the Speakers and Philosophers between Al-Ghazali and Ibn Rushd: (Study and Analysis), Dar Al-Mashriq Publications, 2nd Edition Beirut, 1977.

(2) Amir Ghandour, Mission de Marx: Changer pas comprendre – Dismantling Marxism Part 3, Civilized Dialogue, No. (3436), 7/24/2011, lien

(3) La théorie du changement social pour Malek Bennabi et Karl Marx, le texte est disponible sur l'International Information Network au lien

(4) Monem Sahi Al-Ammar, On the Philosophy of Orientation to the Future, Journal of Political Issues, Nahrain University, Faculty of Political Sciences, Numéros 23/24, 2011.

(5) Ibrahim Mustafa et autres, Dictionnaire Al-Waseet, Académie de la langue arabe, partie 1, aucun.

(6) Hussam Al-Alousi, Al-Zaman in Religious and Philosophical Thought and the Philosophy of Science, The Arab Foundation for Studies and Publishing Press, 1ère édition, Beyrouth, 2005, p. 9-12

(7) Dictionary of Meanings, sur l'International Information Network, Internet: http://www.almaany.com

(8) Berch Berberoglu, Structure de classe et transformation sociale, Praeger Publishers, Westport, CT. 1994, P. xi.

(9) Monem Sahi Al-Ammar, Strategic Thinking and Managing Change, (Bagdad, Al-Nahrain University, College of Political Sciences, 2008), pp. 3-5.

(10) Abd al-Basit Muhammad Hassan, The Fundamentals of Social Research (Le Caire, Bibliothèque Wahba, douzième édition, 1998), pp. 10-25.

(11) Dr. Mostafa El-Khashab, Introduction à la sociologie, Le Caire, The Anglo-Egyptian Library, 1992, p. 76.

(12) Ahmed Abdel Hakim, Dr. Hisham Morsi, M. Wael Adel, la guerre de la non-violence. La troisième option, le site Web de la Change Academy

(13) Imad Muayad Jassim Muhammad Al-Marsoumi, The Impact of the Study of the Forces of Change on Prospecting the Future of the Nation State – Human Development as a Model, thèse de doctorat non publiée, (Iraq, Nahrain University, Faculty of Political Sciences, 2006), p. 27.

(14) Ismail Sabry Muqallid et Muhammad Mahmoud Rabee ': L'Encyclopédie de la science politique. Koweït: Université du Koweït, 1994, p. 47.

(15) Nizam Barakat, (et al.): Principles of Political Science, (Oman: Dar Al-Karmel for Publishing and Distribution, deuxième édition, 1987), pp. 264-270.

(16) Ismail Sabry Muqallid et Muhammad Mahmoud Rabee, référence précédente, p. 47-48.

(17) Dr. Anas Jarab, Réforme et changement politique. Truth and Concept, Basaer Magazine, numéro 25/6/2012. Lien

(18) Gaber Said Awad, Political Change in Argentina in the First Peronist Period, from 1945-1955, Thèse de maîtrise non publiée en sciences politiques, (Le Caire: Faculté d'économie et de sciences politiques, Département de sciences politiques, 1981) p.7.

(19) Abdel Ghaffar Rashad Mohamed, The Role of the Elite in Political Development: A Study with an Attempt to Apply to Developing Countries, The Egyptian Model, mémoire de maîtrise non publiée (Le Caire: Faculté d'économie et de science politique, 1978), p. 149.

(20) Muhammad Numan Jalal, The Proletarian Cultural Revolution and Political Change in China, un MA non publié (Le Caire: Faculté d'économie et de science politique, 1978), pp. 33-34.

(21) Rome, Eric, Modern Politics: An Introduction to Behavior and Institutions (Londres: Routledye & keyan, lmtd., 1969) p.99

(22) Dr. Nabil Al-Samalouti, Building Power and Political Development: A Study in Political Sociology (Le Caire: The Egyptian General Book Authority, 1978) pp. 184-185.

(23) Leeds, C. A., Political Studies (Londres: Macdonald & Evan Ltd., 1975) p. 211.

(24) Apter David E., Political change: recueil Essays (Londres: Frank & cass co., 1974) p. 110-111.

(25) Dr. Ali El-Din Helal, Introduction aux systèmes politiques comparés, conférences données aux étudiants du Département de science politique (Le Caire: Faculté d'économie et de science politique, 1975/1976), pp. 76-78.

(26) Appelaum, Richard P. Théories du changement social. (Chicago: Markham Publishing Co., 1970) p. 7-9

(27) Welch, Ciande E., et Bunker, Maris, Revolution and Political change (Californie: Duxury press, 1972) p. 34

(28) Johanson, Chalmers, op. Cit. , p. 1.

(29) Dr Abdul-Ridha Al-Taan, «Contribution à l'étude du concept de la révolution», Journal of Legal and Political Sciences, Bagdad, Volume One, No. (3), 1977, pp. 82-83.

(30) Kwame Nkrumah, Handbook of Revolutionary War, traduit par Munir Shafiq (Beyrouth: The Arab Foundation for Studies and Publishing, 1972), pp.90-92.

(31) Dr. Farouk Youssef, Révolution et changement politique avec application à l'Égypte, (Le Caire: Bibliothèque Ain Shams, 1979), p.10.

(32) Voir: Dr. Hamed Rabie, The Theory of Political Analysis, Conférences données aux étudiants du Département de science politique (Cairo: Cairo Modern Library, 1971/1972), pp. 1-17.

(33) Huntington, Samuel P. «Le changement vers le changement», op. cit., p. 413-419.

(34) Smelser, Neil J., «Mechanism of Change & Adjustment to Change», dans: Finkle Jason L., 7 Gable, Richard W., Political Development & Social Change, (New York: John Wiley & Sons, Inc. (1968) p. 28

(35) Bilal Mahmoud Muhammad al-Shobaki, Political Change from the Perspective of Political Islam Movements in the West Bank and Gaza Strip: The Hamas Movement as a Model », une thèse soumise pour compléter les exigences d'une maîtrise en planification et développement politique, An-Najah National University, College of Graduate Studies, 2007, p. 29 -34.

(36) Najah Yousef Al-Sabateen: Concepts of the Islamic Renaissance, Amman: Dar Al Israa for Publishing and Distribution, première édition, 2004. Pp. 3-4.

(37) Centre d'excellence pour les organisations non gouvernementales, gestion du changement, Jordanie, le texte est disponible sur le site Web du Centre, au lien

(38) William C. Mitchell, The American Polity, New York, 1962.

(39) Dr. Abdel Ghaffar Rashad Muhammad, Theories of Political Development, (Le Caire, Université du Caire, Faculté d'économie et de science politique, 1999/2000), pp. 48-51.

(40) Dr. Abdel Ghaffar Rashad Mohamed, Theories of Political Development, (Le Caire, Université du Caire, Faculté d'économie et de science politique, 1999/2000), pp. 51-53.

(41) Dr. Abd al-Ghaffar Rashad Muhammad, source précédente, p. 54-56.

Pour lire le texte au format PDF, cliquez ici.

SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14402

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *