La juridiction fédérale aux États-Unis

Les tribunaux fédéraux sont des tribunaux à compétence limitée, ce qui signifie qu’ils ne peuvent entendre que les affaires autorisées par la Constitution des États-Unis ou les lois fédérales. Le tribunal fédéral de district est le point de départ de toute affaire relevant de lois fédérales, de la Constitution ou de traités.

Compétence de la magistrature fédérale : –

Les pouvoirs du gouvernement fédéral étant délégués, ils sont limités. La compétence de la magistrature fédérale ne s’étend donc qu’aux catégories de cas énumérées ou implicites dans la Constitution. Les tribunaux d’État ont compétence sur tous les autres.

1. Affaires relevant des lois constitutionnelles et des traités : –

L’article trois section deux de la Constitution prévoit :

Le pouvoir judiciaire des États-Unis s’étendra à tous les cas, en droit et en équité découlant de la présente Constitution, des lois des États-Unis et des traités conclus ou qui seront conclus sous leur autorité.

Cela signifie que seules les affaires à caractère justifiable peuvent être soumises aux tribunaux fédéraux. Il ne peut trancher des questions de caractère exécutif ou législatif, à moins qu’une telle question ne concerne l’interprétation de la Constitution fédérale, d’une loi fédérale ou d’un traité auquel les États-Unis sont partie. Quiconque prétend qu’une action exécutive ou un acte législatif empiète sur ses droits qui lui sont garantis par la Constitution, les lois ou les traités des États-Unis, il peut intenter une action contre l’autorité compétente pour la restauration de ses droits.

La situation est bien résumée dans cette déclaration du Suprême. Tribunal La juridiction des tribunaux des États-Unis est convenablement proportionnée à tous les droits et devoirs créés, déclarés, nécessairement inspirés par et en vertu de la Constitution et des lois des États-Unis.

Mais le droit doit être substantiel et non simplement accessoire pour justifier son affirmation devant les Cours fédérales. Il doit figurer au dossier que la poursuite en est une qui implique réellement et substantiellement un différend ou une controverse quant à un droit qui dépend de l’interprétation de la Constitution ou d’une loi ou d’un traité des États-Unis, avant que la compétence puisse être maintenue.

Le Congrès et le Président ne peuvent donc pas demander aux juges de la Cour suprême de s’exprimer sur la constitutionnalité d’un projet de loi. La Cour n’est pas un organe consultatif et ne donnera pas d’avis consultatif. Il ne rendra sa décision qu’au fur et à mesure qu’un litige réel lui sera présenté pour décision. Par conséquent, il doit y avoir une partie intéressée pour contester la constitutionnalité de la loi en totalité ou en partie.

Le Congrès n’a pas non plus le pouvoir d’attribuer au pouvoir judiciaire des fonctions autres que judiciaires. Cela a été définitivement établi dans l’affaire Hayburn. Dans ce cas, le Congrès avait chargé les juges de circuit de fonctionner comme commissaires aux retraites. Les juges ont individuellement refusé et la Cour suprême a confirmé leur action.

2. Cas affectant les ambassadeurs et autres : –

En second lieu, la compétence fédérale s’étend à tous les cas touchant les diplomates accrédités aux États-Unis. Mais selon le principe bien accepté du droit international, les agents diplomatiques des États étrangers sont à l’abri de poursuites devant le tribunal du pays auprès duquel ils sont accrédités. La disposition de la Constitution étendant la compétence fédérale à tous les cas affectant les diplomates vise à empêcher les tribunaux d’État d’enfreindre le droit international. Si un agent diplomatique commet une infraction, sa révocation peut être demandée ou il peut même être expulsé, mais tant qu’il reste un diplomate dûment accrédité, son immunité de juridiction est garantie.

3. Affaires de l’Amirauté : –

Les affaires amirauté et maritime concernent les navires américains en haute mer ou dans les eaux navigables des États-Unis et elles englobent tous les cas découlant de différends sur les frais de transport, les salaires des marins, les dommages dus à la collision et l’assurance maritime. En temps de guerre, il couvre les affaires relatives aux navires à prix capturés en mer. La raison pour laquelle la juridiction d’amirauté a été attribuée aux tribunaux fédéraux était double. En premier lieu, l’amirauté est une branche distincte de la jurisprudence et elle diffère en substance et en procédure de la common law et de l’équité appliquées dans les tribunaux ordinaires. En deuxième; le commerce extérieur est un sujet fédéral et les rédacteurs de la Constitution ont jugé préférable de confier l’amirauté et la juridiction maritime aux tribunaux fédéraux.

4. Cas relatifs aux États-Unis ou aux États : –

La compétence des Tribunaux Fédéraux s’étend à tous les litiges auxquels font face les Etats-Unis dans l’une des parties, ou lorsque le litige oppose un Etat et un citoyen d’un autre Etat. Comme le prévoyait initialement l’article trois, section deux de la Constitution, des poursuites pouvaient être intentées devant les tribunaux fédéraux contre un État par des citoyens d’autres États ou par des citoyens de pays étrangers. Peu de temps après l’entrée en vigueur de la Constitution, un citoyen de Caroline du Sud nommé Chisholm a poursuivi l’État de Géorgie (1793) pour le recouvrement d’une dette. La Cour suprême a accueilli la poursuite et a statué que de telles poursuites pouvaient être maintenues.

Cette décision a provoqué une indignation populaire généralisée car il avait été ouvertement affirmé, lorsque la Constitution était devant les États pour leur ratification, qu’aucun État ne pouvait être poursuivi par un individu sans son propre consentement. Le Gouvernement géorgien a estimé qu’il s’agissait d’une atteinte à la dignité d’un État souverain. Une demande a donc été formulée pour que la Constitution soit convenablement amendée afin d’empêcher de tels procès à l’avenir.

À la suite de cette demande, le onzième amendement a été adopté en 1795, qui interdit expressément aux tribunaux fédéraux de prendre connaissance de toute action intentée contre un État par un citoyen d’un autre État, ou par des citoyens ou des sujets d’un État étranger. De telles actions ne peuvent être intentées que devant les tribunaux de l’État concerné conformément à la loi. S’il n’y a pas d’autorisation légale, les tribunaux ne peuvent connaître de telles poursuites. Mais un État peut être poursuivi devant les tribunaux fédéraux lorsque l’autre partie est les États-Unis, ou un autre État de l’Union ou un État étranger.

5. Cas entre citoyens d’États différents : –

Enfin, le pouvoir judiciaire des Tribunaux fédéraux s’étend à toutes les affaires entre citoyens d’États différents, entre citoyens d’un même État revendiquant des terres en vertu de concessions d’États différents et entre un État, ou ses citoyens, et des États étrangers, citoyens ou sujets. Cela signifie que les litiges entre étrangers et citoyens d’États étrangers et entre citoyens d’États différents peuvent être portés devant les tribunaux fédéraux. Aux fins de cette disposition, une société ou une société est citoyenne de l’État dans lequel elle a été constituée.

Juridiction concurrente exclusive : –

Bien que les cas mentionnés ci-dessus puissent être portés devant les tribunaux fédéraux, la Constitution n’exige pas que les tribunaux fédéraux assument une compétence exclusive dans tous ces cas. La Constitution n’accorde aucune compétence exclusive aux tribunaux fédéraux. Le Congrès est libre de répartir sa juridiction sur eux à sa guise et, en effet, il peut, dans certains cas, se dessaisir complètement de la juridiction des Cours fédérales.

Dans l’état actuel des choses, les Cours fédérales ont compétence exclusive sur :

  1. Tous les cas impliquant des crimes contre les lois des États-Unis.
  2. Toutes les poursuites pour sanctions intentées en vertu des lois des États-Unis, toutes les poursuites en vertu de la juridiction maritime et maritime, ou en vertu des lois sur les brevets et le droit d’auteur.
  3. Toutes les procédures de faillite.
  4. Toutes les actions civiles dans lesquelles les États-Unis ou un État sont partie, sauf entre un État et son propre citoyen.
  5. Toutes poursuites et poursuites intentées contre les ambassadeurs, les autres personnes jouissant de l’immunité diplomatique et les consuls étrangers.

Sur pratiquement tous les autres types d’affaires auxquels s’étend le pouvoir judiciaire fédéral, les tribunaux fédéraux et d’État ont une compétence concurrente. C’est-à-dire que dans tous ces cas, qui sont nécessairement toujours civils, et impliquent des montants de 3 000 $ ou plus, le demandeur a le choix de les introduire devant un tribunal fédéral ou, devant les tribunaux d’un État auquel il appartient. , ou devant les tribunaux d’un État où réside le défendeur. Le défendeur a cependant le privilège de voir l’affaire renvoyée devant un tribunal fédéral si elle a été introduite devant un tribunal d’État, à condition que la demande soit faite avant que ce dernier n’ait pris une décision.

Les cours fédérales se voient refuser la compétence sur les affaires impliquant des parties de nationalités diverses et portent sur des montants inférieurs à 3 000 $. Ces cas doivent être jugés par les tribunaux d’État, le cas échéant.

Brefs de la Cour fédérale : –

Dans l’exercice du pouvoir judiciaire national conféré par la Constitution, les tribunaux fédéraux ont le pouvoir d’utiliser les brefs d’habeas corpus, de mandamus, d’injonction et de certiorari.

Types de tribunaux fédéraux : –

Il existe deux types généraux de tribunaux; Constitutionnel et Législatif.

Cours constitutionnelles : –

Les cours constitutionnelles sont établies en vertu de l’article III pour exercer le pouvoir judiciaire des États-Unis. Ils se composent de la Cour suprême, des cours d’appel fédérales et des tribunaux de district. La Constitution ne prévoit que la Cour suprême et habilite le Congrès à ordonner et à établir les tribunaux inférieurs. L’établissement de tribunaux inférieurs n’est donc pas obligatoire. Ils ont été créés et leur compétence est définie par les statuts du Congrès à partir du Judiciary Act de 1789. Le Congrès peut donc abolir à volonté les juridictions inférieures, mais pas la Cour suprême.

Tribunaux législatifs : –

Les tribunaux législatifs sont créés par le Congrès et leur autorité ne relève pas de l’article III. Ils n’exercent pas les pouvoirs judiciaires des États-Unis, mais sont des tribunaux spéciaux créés pour faciliter l’administration des lois promulguées par le Congrès en vertu des pouvoirs qui lui sont délégués ou implicites dans de tels pouvoirs. Par exemple, l’article I, section 8 accorde au Congrès le pouvoir d’imposer et de percevoir des taxes, droits, impôts et accises. Afin de trancher les différends concernant l’évaluation des marchandises et soumises aux droits d’importation, le Congrès a créé la Cour des douanes des États-Unis, composée de neuf juges.

De même, le Congrès se voit confier la gestion des territoires et a créé des systèmes judiciaires territoriaux sous cette autorité. Le Congrès peut établir des règles concernant les brevets et a créé la Cour des douanes et des appels des brevets des États-Unis qui traite les appels contre les décisions de l’Office des brevets des États-Unis, de la Cour des douanes et de la Commission tarifaire. Il existe également une cour d’appel militaire civile pour entendre les appels des cours martiales militaires.

Ce sont tous des tribunaux et ils suivent une procédure judiciaire. Mais ils ont été créés sous le pouvoir du Congrès et non sous l’article judiciaire de la Constitution. La différence entre la Cour constitutionnelle et la Cour législative réside donc dans la source de leur autorité respective et dans la nature des affaires sur lesquelles elles sont compétentes.

L’article II mentionne les types d’affaires et de controverses auxquels s’étend le pouvoir judiciaire fédéral et celles-ci doivent toutes être portées devant les Cours constitutionnelles. Les tribunaux législatifs, d’autre part, exercent des pouvoirs tels que ceux de réglementer le commerce interétatique, de dépenser les découvertes publiques, de fixer et de percevoir les droits d’importation et de gouverner les territoires.

Une autre différence encore peut être marquée entre les deux. Tous les juges des cours constitutionnelles sont nommés par le président avec l’avis et le consentement du Sénat et ils exercent leurs fonctions à titre inamovible. Ils ne peuvent être démis de leurs fonctions que par mise en accusation. Les juges des tribunaux législatifs sont nommés de la même manière, mais ils siègent presque toujours pour des mandats fixes et peuvent être révoqués par des méthodes autres que la destitution .

Malgré ces différences, les tribunaux législatifs sont liés à l’appareil judiciaire fédéral ordinaire. Des appels peuvent être interjetés contre leurs décisions devant des tribunaux spécifiés du système ordinaire, généralement devant la Cour d’appel fédérale.

Dans le district de Columbia, le Congrès a mis en place un système complet de tribunaux locaux, dont un tribunal municipal. Le district dispose également d’un tribunal de district américain et d’une cour d’appel américaine. Celles-ci sont fondées en partie sur l’article III et en partie sur les articles 1 ss cl. 17, qui autorise le Congrès à exercer une juridiction exclusive sur le siège du gouvernement des États-Unis.

Cours constitutionnelles : –

Court Suprème:-

Au sommet se trouve la Cour suprême et c’est la création de la Constitution et spécifiquement mentionnée à l’article trois, section un. Il a été organisé pour la première fois en vertu de la loi judiciaire de 1789. avec le juge en chef et cinq juges associés. Sa composition a cependant varié et le nombre actuel d’un juge en chef et de huit juges associés a été fixé en 1869, où il est resté depuis. La Cour a tenu ses deux premiers mandats à Wall Street à New York. Ses deux mandats suivants ont eu lieu à Philadelphie et par la suite, il s’est réuni à Washington.

Les juges de la Cour suprême sont nommés par le Président avec l’avis et le consentement du Sénat. La Constitution ne prescrit aucune qualification, c’est pourquoi le Président peut nommer toute personne pour laquelle une confirmation sénatoriale peut être obtenue. Les mandats des juges fédéraux sont à vie ou à titre inamovible et sont révocables par mise en accusation uniquement. Après avoir atteint l’âge de soixante-dix ans, ils peuvent prendre leur retraite ou démissionner et percevoir l’intégralité de leur salaire, à condition d’avoir servi pendant dix ans ou plus. Ou ils peuvent prendre leur retraite à soixante-cinq ans avec quinze ans de service, à plein salaire. S’ils prennent leur retraite et ne démissionnent pas, ils restent juges fédéraux et peuvent se voir confier une mission. Leurs salaires sont fixés par une loi du Congrès, et bien qu’ils puissent être augmentés à tout moment, aucune diminution ne peut être faite pendant la durée du mandat d’un juge.

La compétence de la Cour suprême est à la fois d’origine et d’appel. La juridiction d’origine, cependant, est extrêmement limitée et une moyenne de seulement quatre ou cinq affaires sont portées devant le tribunal chaque année pour le procès d’origine. La Constitution Ouvre le tribunal à de tels procès lorsque

  1. Un ambassadeur, un ministre ou un consul étranger, ou
  2. L’un des États est partie.

Cette compétence de la Cour suprême est l’octroi de la Constitution elle-même et la Cour suprême a décidé, dans le célèbre arrêt Marbury v. Madison, que le Congrès ne peut ni augmenter ni réduire la compétence de la cour à cet égard. L’action législative, cependant, a accordé un pouvoir de jugement concurrent aux tribunaux de district dans certains de ces cas.

En vertu du présent Code judiciaire, les affaires originales suivantes peuvent être portées devant la Cour suprême :

  1. Casey contre les ambassadeurs et ministres étrangers et
  2. Affaires entre l’un des États et les États-Unis, un État étranger ou un autre des États.

Dans tous les autres cas, la Cour suprême a compétence d’appel à la fois en droit et en fait, avec les exceptions et les règlements que le Congrès doit édicter. Conformément à cette disposition, le Congrès a défini en détail la juridiction d’appel de la Cour suprême. À l’heure actuelle, les affaires lui viennent des tribunaux d’État; Cours d’appel fédérales. et dans quelques cas, les tribunaux fédéraux de district. On s’attend à ce que la Cour suprême ne consacre pas son temps à un simple règlement de litiges à la manière d’un tribunal de droit commun, mais plutôt à des questions constitutionnelles. Interprétation et politique, notamment en matière économique et sociale ! domaines, les appels dépourvus de cet intérêt supérieur ne rencontreront probablement pas un accueil très chaleureux.

Il existe donc deux sources générales à partir desquelles les affaires peuvent parvenir à la Cour suprême en appel :

(a) Les affaires des plus hautes cours d’État où une question fédérale est présentée, à savoir, lorsque la Cour d’État a jugé qu’une loi fédérale, un traité ou une action exécutive viole la Constitution des États-Unis ou a jugé que le vice L’État ou l’action de l’État est valable en vertu de la Constitution et lorsque cette conclusion de la Cour d’État est contestée. Le pouvoir de la Cour suprême de réviser les lois est basé sur la disposition constitutionnelle selon laquelle les lois adoptées par le Congrès et les traités conclus par le gouvernement fédéral sont la loi suprême du pays et ; par conséquent, remplacent les constitutions et les lois promulguées par les assemblées législatives des États. Certaines des plus grandes décisions de la Cour ont été rendues dans de tels cas, où un appel a été interjeté lorsqu’un tribunal d’État a rejeté une demande fondée sur un prétendu droit fédéral.

(b) Décisions des cours fédérales inférieures, principalement des cours d’appel. Mais les affaires portées devant la Cour suprême sur ce chef sont insignifiantes, seulement une affaire sur trente, puisque la décision définitive avait été dévolue par la loi à ces juridictions dans de nombreux types d’affaires entre particuliers. Mais lorsqu’un justiciable prétend qu’un droit constitutionnel lui a été refusé, il s’agit d’une affaire devant la Cour suprême.

Deux procédures particulières peuvent également être relevées. La Cour suprême peut exiger d’une cour d’appel qu’elle lui transmette une affaire, soit avant, soit après la décision, lorsque, sur requête d’une partie à l’instance, la Cour conclut que l’affaire est d’une importance telle qu’elle rend une décision par le plus haute juridiction souhaitable. Une cour d’appel peut également prendre l’initiative de certifier à la Cour suprême des questions ou des propositions de droit soulevées dans une affaire qu’elle requiert des instructions d’une cour supérieure pour lui permettre de prendre une décision appropriée. La Cour suprême peut, sur un tel renvoi, se contenter de répondre à la question ou exiger que l’ensemble de l’affaire lui soit soumis pour décision finale.

Dans quelques cas, les affaires peuvent aller directement d’un tribunal de district à la Cour suprême. Si un tribunal de district juge une loi fédérale inconstitutionnelle dans une affaire dans laquelle les États-Unis sont partie ou dans une affaire entre deux parties privées dans laquelle les États-Unis ont été rendus partie par intervention, un appel direct est porté devant la Cour suprême. Le Judiciary Act de 1937 autorise ces recours directs devant la Cour suprême. Un cas occasionnel remonte également à l’un des tribunaux spéciaux.

La Cour suprême se réunit le deuxième lundi d’octobre pour une session qui s’étend généralement jusqu’en juin. Une session extraordinaire peut être convoquée par le juge en chef lorsque la Cour est ajournée, mais l’occasion doit être d’une urgence et d’une importance inhabituelles. Six juges constituent le quorum, peu importe que le juge en chef soit présent ou non. Lorsqu’une affaire a été plaidée, le tribunal tient une conférence au cours de laquelle les juges discutent de leurs points de vue et, ensuite, votent. Le juge en chef énonce généralement son opinion en premier et les autres juges le suivent par ordre d’ancienneté.

La réunion se termine par un vote conduit par le Chief Justice qui appelle ses associés dans l’ordre inverse selon les dates de leur commission et lui-même votant en dernier. Si le juge en chef appartient à l’opinion majoritaire, il peut demander à l’un de ses collaborateurs de préparer l’avis de la Cour, ou il peut le préparer lui-même, après quoi il est examiné par la Cour lors d’une seconde conférence et approuvé. Tout membre de la Cour qui n’est pas d’accord avec la majorité peut déposer une opinion dissidente, un droit fréquemment invoqué du concours d’au moins cinq des neuf juges est nécessaire à la validité d’une décision et, en fait, de nombreux les décisions ont été rendues à la majorité simple de la Cour, soit 5 à 4.

Cours d’appel fédérales : –

Juste en dessous de la Cour suprême se trouvent les cours d’appel fédérales, connues avant 1948 sous le nom de cours d’appel de circuit, 12 en tout, une pour chacun des onze circuits judiciaires dans lesquels les États-Unis sont divisés et une autre pour le district de Columbia créée -en 1948. Ces tribunaux ont été créés en 1891 pour soulager la Cour suprême surchargée d’une grande partie de sa juridiction d’appel en rendant définitifs de nombreux décrets et jugements des tribunaux de circuit.

Le juge en chef est assigné par la loi à la Cour d’appel fédérale du District de Columbia. Les huit juges associés sont répartis par affectation entre les autres circuits. Six d’entre eux sont affectés à un district et chacun des deux autres sont affectés à d’autres districts.

L’exigence de la loi judiciaire d’origine selon laquelle les juges de la Cour suprême se déplacent sur circuit a été abrogée et ils ne choisissent plus que rarement de le faire. Une cour d’appel doit avoir au moins trois juges, dont deux sont nécessaires pour le quorum. Le nombre de juges dans chaque circuit varie de trois à neuf. Les juges d’appel sont nommés par le président avec l’avis et le consentement du Sénat pour des conditions de bonne conduite.

Les cours d’appel fédérales ont essentiellement une compétence d’appel, c’est-à-dire qu’elles entendent et statuent uniquement sur les affaires portées en appel par les tribunaux inférieurs, et leurs décisions sont définitives dans la plupart des cas, sauf lorsque la loi prévoit un examen direct par la Cour suprême. Cela soulage la Cour suprême de toutes les affaires sauf les plus importantes et lui permet d’expédier ses affaires plus rapidement. Les cours d’appel fédérales examinent et exécutent également les ordonnances de la Cour législative et des conseils et commissions quasi judiciaires. La Cour suprême peut saisir d’un tribunal fédéral toute affaire sur un bref de certiorari portant sur un point constitutionnel ou juridique important.

Tribunaux de district : –

Le grade le plus bas des tribunaux fédéraux est le tribunal de district, au nombre de quatre-vingt-quatorze. Dans certains cas, un État constitue un district, dans d’autres cas, un État est divisé en deux ou trois districts. Les districts ont de un à vingt-quatre juges ; dans quelques cas, un juge sert deux ou plusieurs districts. Les juges sont nommés par le Président avec l’approbation du Sénat pour des conditions de bonne conduite.

À l’exception des quelques affaires qui proviennent de la Cour suprême et de celles d’un caractère spécial qui commencent dans les tribunaux législatifs, la plupart des autres affaires, civiles et pénales, en vertu des lois des États-Unis, commencent dans les tribunaux de district. Leur compétence est d’origine et aucune affaire ne leur est portée en appel, bien que les affaires engagées devant les tribunaux d’État leur soient parfois transférées. Normalement, les affaires sont jugées sous la présidence d’un juge.

Depuis 1937, trois juges doivent siéger dans la plupart des cas mettant en cause la constitutionnalité des lois fédérales. Les appels dans de tels cas peuvent être portés directement devant la Cour suprême et cela faisait partie de la proposition du président Roosevelt de réorganiser les cours fédérales. Sinon, en règle générale, les appels doivent être adressés d’abord à la Cour d’appel appropriée.

La compétence de la magistrature fédérale peut ainsi se résumer :

Court Suprème:

Juridiction d’origine : –

  1. Action des États-Unis contre un État.
  2. Action d’un État contre un État.
  3. Affaires impliquant des ambassadeurs et d’autres ministres publics.
  4. Action d’un État contre un citoyen d’un autre État ou des étrangers (la compétence n’est pas exclusive).

Juridiction d’appel : –

  1. Des cours fédérales inférieures,
  2. Des tribunaux d’État lorsqu’une question fédérale est en cause.

11 Cours d’appel : –

Tribunaux de juridiction d’appel : –

  1. De certains tribunaux de district.
  2. De certains tribunaux législatifs.
  3. De certaines grandes commissions telles que la sécurité et la commission d’échange.

89 tribunaux de district : –

Juridiction d’origine : –

  1. Sur les cas de crime contre les États-Unis.
  2. Sur les actions civiles des États-Unis contre un individu.
  3. Sur des affaires impliquant des citoyens de différents États.
  4. Sur les actions d’un État contre un étranger ou un citoyen d’un autre État.
  5. Sur les affaires d’amirauté et de juridiction maritime.
  6. Sur les autres cas que le Congrès peut valablement prescrire.
SAKHRI Mohamed
SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Articles: 14257

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *