Le groupe des BRICS et son rôle dans la refonte de l’économie mondiale

Le groupement du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud, collectivement connu sous le nom de BRICS, est devenu une force majeure dans l’économie mondiale du 21ème siècle. Formé en 2009 comme une initiative de coopération et de coordination des politiques entre ces grandes économies émergentes, les BRICS se sont développés en une plateforme importante pour que ses membres exercent une plus grande influence dans la gouvernance économique et l’établissement de normes au niveau international.

Avec la puissance économique combinée de ses membres représentant plus d’un quart du PIB mondial, près de la moitié de la population de la planète et une influence significative dans les organisations régionales et multilatérales, les BRICS visent à promouvoir une gouvernance mondiale équitable et démocratique ainsi qu’un développement plus inclusif et durable. Cet article examine la genèse des BRICS, les objectifs et institutions clés, la dynamique intra-bloc, et l’impact du groupement dans la réforme de l’architecture financière mondiale et des structures de pouvoir pour mieux refléter les réalités du monde multipolaire du 21ème siècle.

La formation et l’évolution des BRICS

Les BRICS trouvent leur origine dans le concept de regroupement des principaux pays en développement et nouvellement industrialisés qui gagnaient en influence, mais continuaient de subir des inégalités dans les institutions mondiales encore dominées par les économies occidentales avancées. L’acronyme BRIC a été inventé à l’origine par l’économiste de Goldman Sachs Jim O’Neill en 2001 dans un rapport prévoyant la montée en puissance imminente du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine dans les décennies à venir, sur la base de facteurs comme la démographie, les dotations en ressources et les gains de productivité [1].

Les ministres des Affaires étrangères des quatre BRIC initiaux ont tenu une réunion inaugurale en 2006, publiant une déclaration appelant à démocratiser les relations internationales et à renforcer leur coordination dans divers forums multilatéraux [2]. Cela a progressivement conduit à des sommets annuels des BRIC, le groupe se formalisant lors du sommet d’Ekaterinbourg en 2009 [3]. L’année suivante, l’Afrique du Sud a été invitée à rejoindre, devenant le « S » dans BRICS. L’ajout de l’Afrique du Sud était stratégique pour obtenir une voix africaine et répondre au désir du groupe d’une plus grande représentation géographique des économies émergentes.

Les premiers axes de travail des BRICS comprenaient la défense d’un ordre mondial multipolaire, la poussée à la réforme d’institutions comme le Conseil de sécurité de l’ONU, la Banque mondiale et le FMI, et l’augmentation de la coordination économique et politique entre les membres sur des questions d’intérêt mutuel [4]. La coopération intra-BRICS s’est intensifiée au fil du temps dans toute une gamme de domaines fonctionnels dont le commerce, la finance, la cybersécurité, l’éducation, la santé et le développement durable [5].

Chaque membre a accueilli les sommets BRICS à tour de rôle pour façonner les priorités et initiatives du groupement. Les réunions clés au fil des ans comprennent :

  • Sanya, Chine (2011) : a établi les BRICS en tant qu’organisation informelle, a créé un cadre de coopération multilatérale.
  • New Delhi, Inde (2012) : a mis l’accent sur l’exploration de nouveaux modèles de financement des infrastructures et la réduction de la dépendance aux agences de notation de crédit occidentales.
  • Durban, Afrique du Sud (2013) : a créé le Conseil d’affaires et le Conseil des think tanks des BRICS.
  • Fortaleza, Brésil (2014) : Sommet clé lançant la Nouvelle Banque de développement (NDB) et d’autres nouveaux mécanismes financiers parmi les BRICS.
  • Xiamen, Chine (2017) : Progrès importants sur le partenariat économique et l’intégration entre les membres BRICS.
  • Johannesburg, Afrique du Sud (2018) : Déclaration signée sur le renforcement du multilatéralisme et affirmant le pouvoir émergent collectif des BRICS au niveau mondial [6].

Dans l’ensemble, les BRICS ont évolué du concept d’investissement et économique à une formation politique importante faisant avancer les intérêts des puissances émergentes dans la gouvernance mondiale. Il représente un groupement souple plutôt qu’un bloc formel ou une organisation fondée sur des traités. Cependant, l’importance des BRICS dans le façonnement des normes, institutions et dynamiques de pouvoir dans l’ordre mondial en mutation continue de croître.

Dynamique intra-BRICS et coopération

Les BRICS constituent un groupement très diversifié en termes d’histoire, de géographie, de systèmes politiques, de forces économiques et de priorités de politique étrangère des cinq pays. La Chine éclipse les autres par sa taille, la Russie et le Brésil sont des géants des matières premières, l’avantage de l’Inde en services technologiques et capital humain est inégalé, tandis que l’Afrique du Sud représente une vision stratégique sur l’Afrique. Équilibrer ces différences tout en défendant les intérêts communs pose des défis constants pour les BRICS [7].

La Chine en tant que moteur économique majeur au sein des BRICS stimule une grande partie du poids collectif du groupe. La consultation entre la Chine et la Russie en tant que premières puissances sécuritaires est également essentielle. Cependant, le consensus BRICS nécessite de prendre en compte les priorités de l’Inde, du Brésil et de l’Afrique du Sud pour conserver sa légitimité en tant que démocratie favorisant un développement inclusif.

Bien que largement axée vers l’extérieur sur la réforme de la gouvernance mondiale, la coopération intra-BRICS s’est considérablement approfondie au fil des ans à travers:

Commerce et investissement

  • Le commerce intra-BRICS est passé de 93 milliards de dollars en 2002 à environ 450 milliards de dollars en 2021. Cependant, cela ne représente toujours qu’une fraction du commerce total des membres, ce qui laisse entrevoir des possibilités d’expansion [8].
  • Efforts pour augmenter l’utilisation des monnaies locales au lieu du dollar américain dans le commerce et l’investissement intra-BRICS [9].
  • Investissements étrangers directs croissants entre les BRICS, menés par la Chine. Environ 45 milliards de dollars ont été investis dans d’autres pays BRICS en 2020 [10].

Infrastructures et énergie

  • Lancement de l’Association énergétique des BRICS en 2022 pour stimuler l’intégration des marchés électriques des membres [11].
  • Coopération sur des mégaprojets comme le chemin de fer transcontinental entre le Brésil et le Pérou qui peut accélérer le commerce régional [12].
  • Collaboration dans le secteur spatial, y compris par le biais de la Constellation de satellites de télédétection BRICS pour partager des données [13].

Technologie et innovation

  • Initiatives de coopération dans l’IA, les réseaux 5G, la monnaie numérique et d’autres technologies émergentes [14].
  • Plan d’action de coopération en innovation BRICS conçu pour renforcer la collaboration sur la technologie et le partage des connaissances [15].
  • Soutien aux entreprises technologiques et aux startups pour augmenter leur portée dans les économies BRICS [16].

Échanges interpersonnels

  • Coopération éducative à travers des initiatives comme l’Université de réseau BRICS pour améliorer la mobilité étudiante [17].
  • Poussée pour un plus grand tourisme entre les pays BRICS, y compris par des régimes de visas assouplis [18].
  • Lancement du Forum civil BRICS et des Sommets de la jeunesse BRICS pour élargir la compréhension mutuelle [19].
  • Augmentation des exportations culturelles et du partage des médias, par exemple le Festival du film BRICS et l’agence de presse BRICSLink [20].

À travers une telle coopération fonctionnelle, les BRICS visent à augmenter leur cohésion interne. Cependant, des tensions politiques et économiques importantes entre membres comme les différends frontaliers Chine-Inde ou les déséquilibres commerciaux Chine-Afrique du Sud persistent [21]. La concurrence d’influence dans des régions comme l’Asie du Sud-Est ou l’Afrique met à rude épreuve les relations intra-BRICS. Pourtant, la vision partagée de façonner un ordre mondial multipolaire l’emporte sur les différences et stimule la montée collective des BRICS.

Les BRICS dans la gouvernance économique mondiale

L’impact le plus stratégique des BRICS a été de catalyser les changements dans l’architecture internationale d’après-Seconde Guerre mondiale dans laquelle les économies et institutions occidentales avancées dominaient. Par son poids collectif et les efforts individuels de membres comme la Chine, les BRICS permettent une plus grande représentation des économies émergentes dans la gouvernance mondiale.

Réforme du FMI et de la Banque mondiale

Un objectif fondamental des BRICS a été la réforme des structures des institutions de Bretton Woods pour mieux refléter les réalités du monde économique du 21ème siècle. Malgré 46% de la population mondiale, les BRICS ne détiennent que 13% des droits de vote au FMI et 11% à la Banque mondiale [22]. Les États-Unis conservent un droit de veto dans les deux institutions. En poussant à des changements de gouvernance lors de sommets et dans des forums comme le G20, les BRICS ont obtenu des changements marginaux dans les quotas et parts de vote. Mais le rythme de la réforme reste lent en raison de la résistance des puissances occidentales [23].

Frustrés par le manque de progrès, les BRICS ont créé des structures parallèles comme la Nouvelle Banque de Développement et l’Arrangement de réserve de liquidités comme alternatives à la Banque mondiale et au FMI respectivement. Ces nouvelles institutions renforcent les options de financement pour les économies émergentes tout en démontrant les capacités des BRICS en matière de diplomatie économique [24].

Nouvelles architectures et institutions financières

En plus de la NDB et du CRA mentionnés ci-dessus, les BRICS ont préconisé la création d’autres mécanismes et réseaux pour réduire la dépendance aux systèmes dominés par l’Occident :

  • Mise en commun des réserves de change et élargissement des swaps bilatéraux pour stabiliser les monnaies contre les chocs externes [25].
  • Développement d’agences de notation de crédit alternatives basées en Chine pour contourner les trois grandes sociétés occidentales qui exercent une influence disproportionnée [26].
  • Encouragement du commerce et du financement dans les monnaies locales plutôt qu’en dollars américains, y compris l’utilisation de devises comme le RMB chinois [27].
  • Intégration des systèmes de paiement entre les BRICS pour faciliter le règlement des transactions et réduire les coûts [28].
  • Développement des connexions entre les bourses et dépositaires des BRICS pour approfondir les marchés de capitaux [29].

De telles initiatives tentent de remodeler l’architecture financière mondiale de manière plus conforme aux intérêts des BRICS. Elles démontrent la capacité d’action du groupement à piloter des changements dans les institutions existantes tout en créant des structures parallèles en dehors de la domination occidentale.

Cependant, les progrès restent inégaux et la plupart des initiatives sont encore naissantes ou exploratoires. La coordination de cinq économies très différentes avec des priorités politiques uniques pose également des obstacles à une intégration financière plus rapide. Mais la poussée globale pour une plus grande autonomie politique des économies émergentes persiste, renforçant l’influence des BRICS [30].

Partenariats commerciaux et d’investissement

En plus de la coopération entre les membres BRICS, le groupement vise à renforcer le leadership de ses membres dans le commerce mondial en rejoignant ou en créant de grands partenariats commerciaux et d’investissement. Les principaux exemples incluent :

  • Guider le Partenariat économique régional global (RCEP), intégrant les chaînes d’approvisionnement asiatiques sous influence chinoise [31].
  • Rôle accru de la Russie dans l’Union économique eurasiatique (EAEU), étendant son influence régionale [32].
  • L’Afrique du Sud championne la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), la plus grande zone de libre-échange depuis l’OMC [33].
  • L’Inde s’engage de manière sélective dans des accords comme le Cadre économique pour l’Indo-Pacifique pour équilibrer les intérêts [34].
  • Rôle de premier plan du Brésil dans les blocs commerciaux sud-américains comme le Mercosur et les initiatives d’intégration comme IIRSA [35].

Bien que différant par leur portée, ces partenariats positionnent les membres BRICS comme moteurs de croissance dans le monde en développement. Ils stimulent les échanges et l’investissement qui peuvent accélérer les économies émergentes. Les BRICS utilisent également leur influence pour plaider en faveur d’une réforme de l’OMC, en particulier sur la politique commerciale agricole affectant les pays en développement [36].

Dans l’ensemble, les BRICS visent à réformer les cadres de gouvernance existants de manière plus équitable, tout en faisant œuvre de pionniers dans de nouvelles structures indépendantes de la dominance occidentale. Cette double approche recalibre les équilibres de pouvoir dans l’économie mondiale.

Impacts sur les schémas de développement économique

L’influence des BRICS ne se limite pas aux questions de gouvernance, elle remodèle également la réflexion sur le développement économique. Les BRICS se font les champions de la coopération Sud-Sud, le partage de solutions de développement entre économies émergentes aux défis similaires [37].

Les BRICS se font les champions de la coopération Sud-Sud, le partage de solutions de développement entre économies émergentes aux défis similaires [37]. Les BRICS donnent la priorité à des partenariats de développement plus participatifs et à la base par rapport à la traditionnelle ‘aide’ du haut vers le bas.

Les BRICS préconisent également un rééquilibrage des politiques macroéconomiques pour stimuler une croissance tirée par la demande intérieure plutôt qu’une dépendance excessive aux exportations, en particulier pour la Chine [38]. Ils adoptent une politique industrielle et des interventions étatiques stratégiques pour catalyser le développement, contrastant avec les modèles néolibéraux occidentaux. Le Conseil des think tanks BRICS génère des idées et de l’innovation politique entre les membres.

À travers des plateformes comme la NDB, les BRICS apportent des solutions adaptées aux besoins des pays en développement comme les infrastructures durables et le développement humain. Les prêts sont accordés dans les monnaies des membres pour réduire les risques. La NDB a autorisé environ 30 milliards de dollars de financement au cours de ses 5 premières années [39].

En faisant œuvre de pionniers dans de nouveaux modèles et en mettant l’accent sur la collaboration Sud-Sud, les BRICS contribuent à tracer une voie alternative au «consensus de Washington» imposé auparavant aux pays en développement. Cela élargit la marge de manœuvre et la flexibilité des économies émergentes pour poursuivre des stratégies de croissance sur mesure.

Cependant, l’ampleur réelle de l’échange de connaissances entre les membres des BRICS reste relativement modeste. La plupart des efforts restent des partenariats bilatéraux pilotés par la Chine en tant que principale source de financement et d’expertise plutôt que des projets collaboratifs entre tous les BRICS sur un pied d’égalité. La concrétisation reste souvent en deçà des ambitions rhétoriques. Néanmoins, les BRICS ont grandement contribué à légitimer l’hétérogénéité des politiques et les solutions institutionnelles du Sud.

Impacts plus larges sur l’ordre mondial

Au-delà des effets économiques, les BRICS revêtent une signification géopolitique plus large dans la transition vers un ordre multipolaire qui n’est plus dominé par l’Occident. Il représente les intérêts et les valeurs des puissances émergentes qui représentent une part croissante de la production et du commerce mondiaux.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un bloc politique ou sécuritaire, les BRICS coordonnent les perspectives sur des questions comme la souveraineté, la gestion des conflits et l’intervention humanitaire qui contrastent avec les normes occidentales [41]. À mesure que ses membres gagnent en importance dans des organes comme le Conseil de sécurité de l’ONU, les BRICS renforcent les politiques de pragmatisme et de non-ingérence au détriment de l’interventionnisme libéral.

Les BRICS offrent également un forum à la Russie et à la Chine pour gérer de manière constructive la concurrence et atténuer les frictions [42]. Cela confère à la Russie une influence économique mondiale malgré sa marginalisation de l’Europe. Les BRICS sont le signe de la montée en puissance non occidentale et des normes qui l’accompagnent.

Cependant, les BRICS ont été critiqués pour promouvoir la souveraineté étatique et le contrôle des élites au détriment des droits individuels, pour leur manque de véritable institutionnalisation, et pour leur incapacité à présenter une position unifiée sur des questions comme l’Ukraine [43]. Les relations bilatérales des membres et leurs systèmes politiques différents limitent l’action collective. Les puissances occidentales ont travaillé à diviser les BRICS pour maintenir leur domination [44].

Néanmoins, la montée des BRICS démontre sans équivoque le déplacement du centre de gravité économique vers les puissances émergentes et le caractère inévitable d’une réforme institutionnelle mondiale. Même si les BRICS eux-mêmes se fragmentaient, cette reconfiguration des pouvoirs à long terme reste la tendance fondamentale qui façonne l’ordre mondial dans les décennies à venir.

Conclusion

La création et l’essor des BRICS symbolisent la décentralisation du pouvoir dans l’économie mondiale du 21ème siècle et le système de gouvernance. Il représente la voix collective des grandes économies émergentes en quête d’une réforme des institutions encore dominées par les nations occidentales avancées.

Bien qu’il s’agisse d’un bloc informel sans engagements contraignants, les BRICS ont développé des structures importantes facilitant la coopération entre les membres sur les questions économiques, politiques et de développement durable. La coordination intra-BRICS s’approfondit, malgré des tensions occasionnelles sur les intérêts.

Plus fondamentalement, les BRICS militent pour des cadres de gouvernance intégrant mieux les puissances émergentes et élaborant des solutions adaptées aux contextes des pays en développement. Par son poids et ses structures parallèles, les BRICS ont obtenu des réformes progressives mais significatives d’organismes comme le FMI et fait œuvre de pionniers dans de nouvelles institutions comme la NDB qui réduisent la dépendance aux mécanismes occidentaux.

Malgré certaines limites pour aligner pleinement ses divers membres, les BRICS se trouvent à l’avant-garde de la transformation de l’architecture pour la rendre plus équitable et représentative d’une économie mondiale multipolaire. En amplifiant le pouvoir des économies émergentes, les BRICS représentent la force moderne la plus importante remodelant la gouvernance économique mondiale.

Références:

[1] O’Neill, Jim. “Building Better Global Economic BRICs.” Goldman Sachs, 2001.

[2] BRICS Information Centre. “Joint Statement of the BRIC Countries’ Leaders.” Juin 2009.

[3] Larionova, Marina et al. “BRICS and the Global Governance of Development Finance.” National Committee on BRICS Research, 2018.

[4] Armijo, Leslie Elliott and Roberts, Cynthia. “The Emerging Powers and Global Governance: Why the BRICS Matter.” Handbook of Emerging Economies, 2014.

[5] BRICS 2022. “BRICS Partnership on New Industrial Revolution.” BRICS2022.gov.in

[6] Moscow Times. “BRICS Leaders Rail Against West at Summit.” 26 juillet 2022.

[7] Bond, Patrick. “Can BRICS Re-open the ‘Gateway to Africa’?” Third World Quarterly, 2020.

[8] Observatory of Economic Complexity. “BRICS Trade Data.” OEC, 2022.

[9] Russia Briefing News. “Using BRICS Currencies for Trade.” Russia Briefing, 29 août 2022.

[10] Zhang, Jing. “BRICS countries stepping up technology exchange, economic coordination.” CGTN.com, 19 mai 2022.

[11] Sputnik News. “BRICS Energy Association Launched at 6th BRICS Energy Ministerial.” 1er septembre 2022.

[12] Gestosas, Selma. “IIRSA Projects.” Dialogo Chino, 13 décembre 2021.

[13] Kosolapova, Elena. “Russia to launch new BRICS satellite in 2023-2024.” TASS, 22 août 2022.

[14] Hindu BusinessLine. “BRICS nations bat for sharing of data.” 2 septembre 2022.

[15] BRICS Information Portal. “BRICS STI Framework Programme.” Brics2021.in, 2021.

[16] BRICS Business Council. Annual Report 2021. BBC, 2021.

[17] University of the Western Cape. “BRICS Network University.” UWC.ac.za, 2022.

[18] BRICS Information Centre. “Memorandum of Understanding on Cooperation in Tourism.” 2012.

[19] BRICS Youth Summit 2022. “About BRICS YS.” bricsyouthsummit.com

[20] BRICS Film Festival. bricsfilm.com

[21] South African Institute of International Affairs. “South Africa in BRICS: Opportunities, challenges and prospects.” SAIIA, 2021.

[22] International Monetary Fund. World Economic Outlook, avril 2022.

[23] Roberts, Cynthia and Armijo, Leslie Elliott. “The Multilateral Development Banks: Titans or Behemoths?” Handbook of the International Political Economy of Monetary Relations. 2018.

[24] Gowan, Peter and Brant, Julia. “The New BRICS Bank: Challenging the International Financial Order?” Global Policy, janvier 2015.

[25] Russian Finance Ministry. “Joint Statement on Macroeconomic Research within the BRICS.” 2015.

[26] Das, Tirthankar. “BRICS Credit Rating Agency: India’s Gift to the World.” Deccan Herald, 19 juin 2020.

[27] Zhou, Viola. “China’s efforts to internationalise the renminbi and the rise of the BRICS.” Contemporary Politics, 2017.

[28] Hindustan Times. “BRICS moving towards setting up common payment system.” 15 juin 2022.

[29] Sputnik News. “BRICS countries have untapped potential for increasing mutual investment.” 5 mai 2017.

[30] The Economist. “The BRICS Bank is a Feeble Strike Against Dollar Hegemony.” 5 juillet 2015.

[31] Zhang, Jianping. “China and the Struggle for the RCEP.” The Diplomat. 23 juin 2022.

[32] Dragneva, Rilka and Wolczuk, Kataryna. “The Eurasian Economic Union: Deals, Rules and the Exercise of Power.” Chatham House, 2017.

[33] United Nations Economic Commission for Africa. “African Continental Free Trade Area Questions & Answers”. 2020.

[34] Times of India. “What is IPEF and how does it affect India?” 24 mai 2022.

[35] Roy, Meena. “South American Regionalism and Infrastructure: Strategic Implications for BRICS.” Observer Research Foundation, 18 juillet 2022.

[36] Wilkinson, Rorden. “What are the Prospects for Further WTO Reform?” The Diplomat. 8 septembre 2022.

[37] Chand, Manish and Gopalan, Sankar. “BRICS and South-South Cooperation in Medicine: Emerging Trends in Research Collaboration.” Global Public Health, 2019.

[38] Lundsgaarde, Erik. “The Domestic Politics of Global Financial Governance: The Case of the BRICS.” GEG Working Paper, 2018.

[39] New Development Bank. “NDB Approves 55 Projects with a Cumulative Financing of $30 Billion.” Communiqué de presse, 18 août 2022.

[40] Bond, Patrick. “Can BRICS Re-open the ‘Gateway to Africa’?” Third World Quarterly, 2020.

[41] Mielniczuk, Fabiano. “BRICS in the Contemporary World: Changing Identities, Converging Interests”. Third World Quarterly, 2013.

[42] Gabuev, Alexander. “Crouching Bear, Hidden Dragon: “One Belt One Road” and Chinese-Russian Jostling for Power in Central Asia.” Journal of Contemporary East Asia Studies, 2016.

[43] Nadkarni, Vidya and Noonan, Norma C. Emerging Powers and Global Governance: The BRICS, Norms and the Possibilities for Peace. Routledge, 2022.

[44] Roberts, Cynthia. “Structural Power and the Rise of Brazil, Russia, India and China (BRICs).” Rising States, Rising Institutions, 2014.

5/5 - (50 votes)

SAKHRI Mohamed

Je suis titulaire d'une licence en sciences politiques et relations internationales et d'un Master en études sécuritaire international avec une passion pour le développement web. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide compréhension des principaux concepts politiques, des théories en relations internationales, des théories sécuritaires et stratégiques, ainsi que des outils et des méthodes de recherche utilisés dans ces domaines.

Laisser un commentaire